Lire

SOIS BÊTE ET TAIS-TOI

Cet essai sur la généalogie de la bêtise bourgeoise a fait grincer quelques dents (pas toutes élimées). Toutes les vérités (quand bien même elles ne seraient queun « je » critique radical (auquel on identifie l’auteur) s’adresse à un « tu » pluriel (dans lequel François Bégaudeau se reconnaît parfois). Ce « tu » est une hydre incarnant des individus dont le dénominateur commun est d’avoir voté Macron en 2017 et d’être des bourgeois, modernes, libéraux, affectant d’être cool, ouverts, progressistes, diversitaires, lâches aussi. L’essai (ou le pamphlet) vise juste au moins en ce qu’il rappelle à certains que les rapports de classes – pour ne pas dire la lutte des classes – structurent nos manières de vivre et de penser. La bêtise bourgeoise commence notamment lorsque la fausse conscience du monde se fait source des normes éthiques. Pour elle […] La morale bourgeoise (avec ses tautologies, ses truismes, etc.) se fait alors outil d’oppression, le sociétal faisant écran au social. Au final, le « je » confond ce « tu » qui et refuse de penser. « Je » n’était pas venu dialoguer avec « tu », mais mettre les points sur les « i », appeler un chat un chat, faire comprendre qu’on ne s’en sortira pas si l’on continue de se voiler la face et à vivre dans le déni.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de Lire

Lire1 min de lecture
LE VOCABLE DU MOIS Silencier
On se demande, chaque mois de mai que Dieu fait, quels lapins rares nos dictionnaires – promotion du petit dernier oblige ! – vont bien pouvoir sortir de leur chapeau. Dans le millésime 2022, le québécisme nounounerie, le mot-valise consommacteur, l’
Lire1 min de lecture
Dans L’intimité De Victor Hugo
Après dix-huit mois de travaux et une réouverture retardée à cause de la crise sanitaire, la Maison de Victor Hugo accueille de nouveau son public avec une exposition inaugurale exceptionnelle de 200 dessins de l’écrivain romantique, issus de ses col
Lire2 min de lecture
Plaidoyer Pour La Tempérance
Didier Pleux fait entendre une voix inhabituelle dans le monde de la psychothérapie. Un brin subversive et qui fait un bien fou. Son regard affûté sur les mouvements complexes de notre époque donne lieu aujourd’hui à un nouvel opus – oserais-je dire