Lire

LE GRAND ENTRETIEN de Claire Chazal Amélie Nothomb

“Avec Soif, l’auteure est peut-être entrée dans le dur de sa personnalité”

LE LIVRE. Amélie Nothomb a déjà écrit une centaine de livres. Ils sont, pour la plupart, toujours rangés dans ses tiroirs, puisque ce dernier ouvrage, Soif, est seulement le vingt-huitième à paraître. Car depuis l’âge de 17 ans, elle n’a jamais cessé d’écrire, ce qui la sauve alors d’une adolescence « saccagée » – des années marquées par un viol, l’anorexie, le silence. L’auteure de Métaphysique des tubes a certes adoré une enfance nomade passée au Japon, ou ailleurs en Asie, au gré des postes de son père ambassadeur, mais le retour en Belgique est douloureux. Grâce aux Lettres à un jeune poète, de Rainer Maria Rilke, sorte de viatique pour tout créateur, elle trouve le chemin des mots. À partir de là, les histoires qu’elle s’est toujours racontées durant ses nuits d’insomnie, elle les couche sur le papier. Et chaque année, sans exception, le nouveau Amélie Nothomb nous arrive, séduit des cohortes de lecteurs et installe son auteure en majesté dans le petit monde littéraire. Le charme nothombien opère; sa maestria verbale, son sourire un peu extatique sous un grand chapeau de fée Carabosse font le reste. Il faut dire que, depuis Hygiène de l’assassin, son premier roman sorti en 1992, manifeste sur l’art d’écrire, elle développe un univers original, revisitant les contes et les mythes, ou se livrant dans des autobiographies romancées. Ses histoires sont romantiques (Ni d’Ève ni d’Adam) ou pleines d’autodérision (brillante description du monde de l’entreprise japonaise dans Stupeur et Tremblements). Il y a toujours de l’humour, voire de la loufoquerie ou de l’excentricité. Et de la cruauté parfois : « Ce sont mes origines belges »,explique-t-elle. Avec , l’auteure est peut-être entrée dans le dur de sa personnalité. Elle creuse plus profond. Et ose parler de Jésus à la première personne. Le Christ lui est familier depuis la toute petite enfance. Elle l’aime et ne supporte pas qu’il ait pu souffrir sur la croix. Et voilà qu’elle raconte comment cet être de chair, capable d’aimer, de boire, va être condamné au calvaire. C’est poignant, dérangeant et stimulant.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de Lire

Lire2 min de lecture
« La Vocation Des Dicos D’or Campus Est D’étendre La Capacité D’expression Des Élèves »
Comment se distinguent les Dicos d’or Campus de programmes télévisés historiques, comme la célèbre Dictée de Bernard Pivot ? Charles-Henry de La Londe. Le format des Dicos d’or Campus n’est plus une dictée, c’est un concours de vocabulaire. À l’ini
Lire1 min de lecture
Le Vocable Du Mois
Tout comme le train, un débat peut en cacher un autre. N’allons pas courir le risque du ridicule en mettant les deux sur le même plan, la forme pesant traditionnellement peu en regard du fond. Malgré tout, une rubrique de langue peut difficilement pa
Lire1 min de lecture
Poèmes Contre La Perte
Il commence à pas retenus, s’excusant presque d’oser poser des vers, puis s’installe avec une mélancolie rieuse sur les chemins de ce qui semble d’abord une badinerie. « Peux-tu écrire un poème par jour ? », lui lance celle avec qui il s’est réfugié