Lire

PENSER L’IMPENSABLE

Universitaire batave et polyglotte, Hent de Vries a notamment enseigné la philosophie à Amsterdam, puis la pensée et la littérature comparées à New– miracles (au pluriel) et métaphysique (au singulier) renvoient à l’énigme que certains événements constituent pour la pensée philosophique. Les miracles défient en effet les explications rationnelles au point de mettre en question les catégories fondamentales de la raison et de l’être. Ainsi l’impossible devient-il possible, d’où la nécessité d’une quand bien même celle-ci ne parviendrait à cerner son objet que par des approximations négatives. Bref, un est toujours peu ou prou une invitation à réfléchir aux fondements ultimes du réel et donc, à la métaphysique. Encore faut-il pouvoir distinguer le miracle authentique qui est hors d’ordre, du tout-venant des phénomènes étonnants voire des simples mirages. Le merveilleux, le prodigieux, le monstrueux, tout ce qui relève du fait divers étonnant (ou ), sont intelligibles dans les catégories ordinaires de la pensée, tandis que l’événement miraculeux, lui, contraint la pensée à faire des sauts et à prendre conscience de ses failles. Le livre dense de Hent de Vries invite, au contact de grands penseurs allant d’Augustin à Wittgenstein, à méditer cette notion clé que n’épuise pas son acception théologique.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de Lire

Lire3 min de lecture
Sortir Du Silence
Des événements majeurs de cette année, il nous faudra garder les révélations croissantes au sujet des abus sexuels dans l’enfance. Pour éviter que le silence ne retombe comme une chape de plomb, il nous reste à mieux comprendre ce qui apparaît aujour
Lire1 min de lecture
Bio Express
Ce natif du Mans, aujourd’hui âgé de 48 ans, est diplômé de science politique, tout en ayant une formation universitaire en géographie. Sa carrière professionnelle l’amènera à travailler dans divers instituts de sondages, dont l’Ifop où il dirige auj
Lire1 min de lecture
« Vous Allez Lire Un Chef-d’œuvre »
« En 1763, la tsarine Catherine II invita les Allemands installés dans la région de la Volga à y demeurer pour coloniser ses vastes zones steppiques inhabitées. En échange, des privilèges leur seraient alloués (liberté de culte, indépendance vis-à-vi