Classica

Deux Offenbach sinon rien

Ah, le pouvoir des grands! Voilà (ci-dessous) et son actrice magnifique, obligée de fuir les ardeurs du Maréchal de Saxe (celui d’), qu’elle finira par duper. Livret lourdingue. Offenbach, toujours bon faiseur, le sauve, proposant un seul air majeur, mais presque rien de son génie propre, en un opéra-comique comme trop d’autres… En situer les quiproquos dans un atelier de confection du xix siècle n’aide guère. Laurent Campellone, très engagé, y croit, mais c’est insuffisant, car Marion Lebègue peine. Restent Anne-Catherine Gillet et surtout Éric Huchet, irrésistible. Lyon met la barre bien plus haut avec (ci-dessus), chef-d’œuvre toujours trop rare, mais sacrément réussi – Meilhac et Halévy n’y sont pas pour rien – avec un tube («Je suis Barbe-Bleue, ô gué»), irrésistible. Laurent Pelly à la manœuvre, c’est la garantie – entre un réalisme rural embourbé quelque part près de la Vologne et des royautés dignes de Buckingham Palace – d’un spectacle hilarant qui se moque aussi de la presse people. Michele Spotti le mène avec subtilité et enflamme une sacrée distribution, menée par un Yann Beuron aussi déjanté qu’absolu, et une Héloïse Mas, Boulotte magnifique d’aisance. Comparses (Mortagne, de Damas, Gay) et membres du chœur parfaits. Un bonheur.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de Classica

Classica2 min de lecture
Brahms Corps Et Âme
«Quand j’ai commencé à apprendre le violoncelle, je suis tombé amoureux de cet instrument parce qu’il me semblait telle une voix : ma voix », disait Rostropovitch. Voilà une citation qu’Emmanuelle Bertrand et Pascal Amoyel pourraient s’approprier, eu
Classica3 min de lecture
Quand Farce Ou Drame Tuent La Comédie
Avec les fruits et les sorbets glacés, l’été apporte de somptueuses productions d’opéras. Durant cette saison qui sourit aux mélomanes, le mozartien s’est naturellement précipité aux grands festivals. Des metteurs en scène puissants, inventifs, trava
Classica2 min de lecture
La Flûte Enchanteresse
C’est à Paris que Mozart composa sa Symphonie concertante pour flûte, hautbois, cor et basson, mais elle n’y fut pas jouée. Et c’est à Paris que naquit et vécut pour l’essentiel Poulenc, dont la Sonate pour flûte et piano fut créée… à Strasbourg. On