Classica

OLIVIER GREIF TOUS SES MONDES LOINTAINS

1 er  novembre 1973

Cet épisode cocasse de jeunesse peut se lire, symboliquement, comme un condensé de la vie future d’Olivier Greif, partagé entre spiritualité orientale et musique occidentale.

Vers dix heures, nous partons pour Bonn. Ayant l’intention de visiter la maison natale de Beethoven, nous avons la désagréable surprise d’en trouver la porte close. Tandis que nous devisons dans la rue sur la suite à donner aux événements, la fameuse porte s’ouvre de l’intérieur et laisse bientôt s’échapper une foule bigarrée, composée… du Dalaï-Lama, de sa suite (quelques moines tibétains en robe ocre) et de diverses personnalités européennes, dont Hermann Abs, directeur de la Deutsche Bank. Après que le Dalaï-Lama, en passant devant moi, m’a adressé un large sourire et a apposé légèrement sa main droite sur mon front, et l’attroupement une fois dissipé, nous exposons notre infortune à Hermann Abs. Pris d’une vive compassion (bouddhique, sans doute !) pour mes parents et pour moi-même, il nous fait lui-même visiter la maison de fond en comble, en nous prodiguant un luxe de détails fort documentés (il est également président d’une société Beethoven). Honneur suprême : il ouvre pour moi le Hammerklavier de Beethoven et me permet d’y jouer; à l’en croire, un privilège accordé seulement une fois par an, lors d’un concert. Gloire au bouddha !

11 octobre 1976

Le compositeur revient ici sur des questions qui lui sont chères: le lien entre langage musical et expression de la foi, à travers une mise en regard de la musique indienne et de la musique européenne.

Il y a, je crois, un rapport étroit entre les caractéristiques du langage musical d’une civilisation et les divers aspects de sa pensée collective et de son évolution. C’est comme si l’un chevauchait l’autre, comme si la musique parfois précédait

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de Classica

Classica1 min de lectureMusic
Boulez, Compositeur Sous Influence
Boulez partisan de la table rase? François Meïmoun replace le Boulez de 20 ans arrivé à Paris, inscrit dans la classe de Messiaen et à des cours particuliers chez Andrée Vaurabourg, épouse d’un Honegger dont il n’ignore pas l’œuvre. Il se montre auss
Classica5 min de lecture
Les Huit Versions
Sur les sentiers nostalgiques des Ballades, Krystian Zimerman prend son temps. Chaque nuance est étudiée à la loupe, chaque phrase soumise à une analyse minutieuse. L’exécution digitale est magistrale mais les idiosyncrasies de son jeu déplaisent d’e
Classica1 min de lecture
Il Est Temps De Réserver
Iphigénie en Tauride, la dernière grande tragédie du compositeur, en 1779, mise en scène par le jeune Julien Ostini et dirigée par Diego Fasolis. Sur un livret un tantinet coquin de Willemetz d’après Pierre Louÿs, l’unique opérette d’Honegger (photo)