The Good Life

Une ville tournée vers l’art contemporain

ertes, l’Elbphilharmonie (réalisée entre 2007 et 2017 par Herzog & de Meuron) attire tous les regards et affiche des chiffres de fréquentation absolument étourdissants, mais il serait dommage de ne voir qu’elle dans le paysage artistique. Pour sa présentation des métiers d’art Chanel, Capitale économique, peut-être, mais repère artistique? Si elle n’a pas encore dépassé Berlin ou Leipzig, la cité portuaire n’en néglige pas pour autant cette voie. En grande partie grâce à un homme: Harald Falckenberg. Critiqué ou admiré pour ses positions radicales, l’homme d’affaires de 74 ans détonne parmi les collectionneurs privés pour ses choix iconoclastes. Notamment à Hambourg, plus coutumière des vernissages feutrés que de la provoc. En vingt ans, Falckenberg y a amassé près de 4000 œuvres, tous médias et supports confondus. Il les archive et les expose dans une ancienne usine de la périphérie, la Sammlung Falckenberg, où il accueille aussi des rétrospectives. reconnaît Katia Shroeder, directrice artistique de la Kunsthaus, un lieu à but non lucratif né dans les années 60, champ d’expérimentation et vitrine de la jeune création. Juste à côté, dans le même ensemble d’anciennes halles couvertes, la Kunstwerein est organisée sur le même principe: les actionnaires sont les artistes eux-mêmes. Un fonctionnement de l’art typiquement germanique. Il ne date pas d’hier: la Kunstwerein a récemment fêté ses 100 ans! Ce quartier de friches ferroviaires, limitrophe du nouveau quartier de HafenCity, est devenu la pépinière de l’art contemporain. De l’autre côté des voies ferrées, les Deichtorhallen sont deux vastes halles de verre et d’acier datant de 1911, qui sont devenues, avec leurs 5600 m , l’un des plus grands espaces privés consacrés à l’art en Europe. Une aile est dédiée à l’art contemporain, l’autre à la photo: encore deux lieux de la galaxie Falckenberg… Mais il ne possède pas tout: en plein centre-ville, un pâté de maisons du XIX siècle est squatté depuis dix ans par une communauté d’artistes, bien décidée à rester indépendante. C’est ici, à Gängeviertel, qu’il faut plonger pour un bain de culture alternative. La bourgeoisie, avec sa longue tradition de mécénat, regarde tout cela d’un œil distancié: elle sait que l’innovation artistique fait aussi la richesse d’une ville. Tous ces lieux peuvent se visiter lors de la «longue nuit des musées» (le 18 mai, cette année). La Triennale de photographie est également un bon moyen d’écumer les districts d’art de la ville (prochaine édition, à l’été 2021).

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de The Good Life

The Good Life4 min de lecture
Spiritueux, Direction ? Le Bio
Un Français sur trois déclare consommer du vin bio, mais qu’en est-il des spiritueux ? Il n’est pas si facile de trouver whisky, vodka, rhum ou gin avec une étiquette qui arbore le logo européen vert. Et les mauvaises langues diront que la distillati
The Good Life1 min de lecture
C’est Capitalistique !
Si le marché de la fripe est mis à mal par celui de la seconde main, la cote du vêtement de travail, surtout celui de la veste made in France, ne chute pas. « Elle peut atteindre jusqu’à 500 €, la demande étant bien supérieure à celle de l’offre », c
The Good Life1 min de lecture
Denver En Chiffres
• Surnommée Mile High City, « La ville haute d’un mile » car son altitude est d’un mile, soit 1 609 mètres. • 300 jours de soleil par an, vue sur 200 pics de montagne. • 749 103 habitants, + 30 % en 10 ans. • La ville la plus peuplée du Colorado et l