Le Journal du dimanche

« C’est une belle matière, la jalousie »

Yasmina Reza retrouve ses thèmes, la solitude et l’amitié, dans Anne-Marie la Beauté (Flammarion). Le texte est à la fois poignant et drôle. Il sera adapté au théâtre par la dramaturge elle-même et joué à la Colline du 5 mars au 5 avril. L’auteure de Babylone (prix Renaudot) évoque les éclats de rêve et les états de trêve. Les deux comédiennes étaient amies. L’une a connu la consécration, l’autre pas. À la mort de Giselle Fayolle, son amie de jeunesse, Anne-Marie Mille, se retourne sur son passé. On peut attendre la vie tout au long de sa vie.

Aimez-vous vos personnages ?

Certainement… Avec des intensités différentes. Particulièrement les personnages d’apparence moins aimables. Je me pose parfois cette question quand je lis d’autres écrivains qui me semblent sans pitié envers certains caractères. Je ne trouve pas du tout que c’est un défaut, d’ailleurs. On passe des heures avec les personnages quand on écrit. Ils deviennent nos compagnons de journée. Si on ne les aime pas, la journée est à moitié foutue. Mais il

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Centres d'intérêt associés

Plus de Le Journal du dimanche

Le Journal du dimanche2 min de lecture
Les Verts S’enfoncent Dans La Crise
La fin n’a pas manqué de Sels, venu prêter main forte et pied carré dans la surface qui n’est pas la sienne. Même à 11 contre 10, Lille ne faisait plus le malin. Un chapardage de Weah et une faute sur le même auront permis à David de soigner ses stat
Le Journal du dimanche2 min de lectureRegional & Ethnic
Bonnes Tables
L’équipe de Bouillon Pigalle a ouvert, la semaine dernière, une seconde adresse à République, à la place de l’ancien restaurant alsacien Chez Jenny. On garde l’esprit de la maison avec un décor brasserie : boiseries, tables collées-serrées, banquette
Le Journal du dimanche1 min de lecture
La « Princesse » De Huawei De Retour En Chine
« C’est cette nuance de rouge brûlant chinois qui me conduit sur le long chemin du retour. » C’est par cette phrase quelque peu énigmatique et postée sur les réseaux sociaux que Meng Wanzhou, 50 ans, a souligné son retour en Chine. Meng Wanzhou échap