Lire

QUE VAUT… LE NOUVEAU ROMAN D’AMANDA STHERS ?

À48 ans, Alice vit seule dans un appartement parisien où sa fille l’a pour ne pas avoir à lui rendre visite ni à revenir sur. Un jour d’automne, son corps se réveille pourtant sous les mains d’un masseur japonais, dont la délicatesse la réconcilie avec des sensations oubliées, avec des sentiments qu’elle ne pensait plus éprouver ailleurs que dans ses rêves. Pour se rapprocher de cet homme dont elle ignore tout sinon le tact et une certaine mélancolie perceptible dans son regard, Alice prend des cours de japonais afin de lui avouer son amour dans sa langues. Mais quand elle décide de lui ouvrir enfin son coeur, l’homme a quitté Paris pour le Japon. Résolue à ne pas garder leur rencontre , Alice rédige cette dans laquelle elle se livre pleine et entière, ne dissimulant rien des blessures passées ni de l’espoir qui l’anime. Sous la plume d’Amanda Sthers mêlée à celle de son personnage se dessine le portrait sensuel et sincère d’une femme qui choisit, grâce à l’amour et en s’éveillant à une culture différente de la sienne, de se réinventer.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Centres d'intérêt associés

Plus de Lire

Lire6 min de lecture
La Manne D’or De L’artisan Minier
Qu’est devenu Dupont de Ligonnès depuis le 15 avril 2011 ? Ce jour-là, il quittait l’hôtel Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens et s’évaporait dans la nature. Sur des images prises par les caméras de vidéosurveillance, on le voyait avec un livre à la m
Lire1 min de lecture
Le Sens À La Racine
Pour survivre au chaos : voilà un sous-titre en adéquation avec l’actualité ! Comme à l’accoutumée, Andrea Marcolongo plonge son lecteur dans les délices du grec et du latin et saupoudre le tout de quelques confessions personnelles. Que ceux qui n’ai
Lire3 min de lecture
La Quête D’intégral
«Tout ce qui est beau est aussi difficile que rare », selon Spinoza. N’étant pas philosophe mais romancière et professeure, je crois pour ma part que ce qui est beau est toujours difficile. Le chef-d’oeuvre – perçu comme tel car la beauté est beaucou