Côté Ouest

ÉCHAPPÉE VERTE

Miel, blanc immaculé et bleu poudré pour des pièces baignées de lumière; des bleus profonds, sombres et majestueux, qui viennent rehausser les ambiances feutrées. Et partout, le bois patiné par les années, si réconfortant, accompagné de moulures spectaculaires, crée un décor à l’épreuve du temps. Dans. La maison principale, monument classé de grade II, a été construite en 1763, quand d’autres bâtiments datent du XVI siècle. Les murs en briques, les fenêtres symétriques et les vérandas témoignent d’un style géorgien traditionnel. Ciarán O’Brien, cofondateur de Red Deer, tient à. La façade, si représentative de l’époque, s’est imposée comme fil directeur, et son grand porche marque aujourd’hui l’entrée principale de l’hôtel. La riche histoire du site, et sa dimension patrimoniale, a, certes, apporté son lot de défis, mais ce fut surtout une formidable source d’inspiration. Sans oublier les agréables surprises, à l’image des magnifiques sols, l’un en mosaïque noir et blanc et l’autre en marbre gris, dissimulés lors de travaux antérieurs. L’idée était de . La rénovation d’un lieu historique exige de l’inventivité, laquelle a apporté, ici, un caractère unique à chacun des espaces. Chercher «la beauté dans la réparation», comme dans l’artisanat japonais du , où l’on valorise les brisures d’une poterie par l’application d’une laque couverte de poudre d’or, est l’un des principes fondateurs de Red Deer. On en perçoit l’influence sur les parquets, où les parties altérées ont été recouvertes de feuilles de cuivre, ou sur les étagères en marbre. Pour O’Brien, . La quête de solutions esthétiques et éthiques, «le remord du gaspillage» selon la notion bouddhiste du , ont aussi participé à la réflexion de l’équipe. Au Birch, le passage du temps, les cicatrices et les imperfections ne sont pas cachés mais glorifiés, en un lieu conçu comme une échappatoire au perfectionnisme de nos sociétés. Pour ce projet en accord avec leurs valeurs, les architectes de Red Deer ont sollicité des artisans et créateurs qu’ils appréciaient, mais aussi de jeunes artistes, pour développer . Ainsi, dans les chambres, des valets beaux comme des œuvres d’art remplacent les penderies. Cultivant cette veine créative, l’hôtel invite à des ateliers de poterie, possède un studio d’art, une salle de musique et une galerie d’exposition. Quant aux jardins, ils doivent accueillir installations végétales et sculptures.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Centres d'intérêt associés

Plus de Côté Ouest

Côté Ouest2 min de lecture
Une Bretagne Lumineuse
Le 11 juillet 1901, le sanatorium de la presqu’île de Perharidy accueille ses premiers jeunes patients. La marquise Louise de Kergariou en est la mécène. L’emplacement frappe alors par son isolement, favorable aux traitements des patho logies très co
Côté Ouest2 min de lecture
De Gravure Et D’os
« Si vous voyiez mon appartement, à Vannes, où je sculpte... Je vis dans la poussière, fine et volatile, qui s’accumule dans mon atelier», s’amuse Frédérique Mercier, qui s’attache à magnifier les os de seiche disséminés sur le littoral de la presqu’
Côté Ouest2 min de lectureEarth Sciences
Roches Animées
En 2016, Aurore Bagarry, qui habite aujourd’hui Saint-Brieuc, commence à photographier le littoral, qu’elle aime arpenter lors de grandes promenades. La fonte des glaces dans les Alpes ne fait-elle pas augmenter le niveau de la mer, affectant ainsi l