L'Officiel Hommes Paris

GRAINES DE STARS

SEDA BODEGA, L’APPRENTI SORCIER DU SON

L’Officiel Hommes : Quels sont vos premiers souvenirs musicaux ?

Seda Bodega : Avec Napalm Death, j’avais 9 ou 10 ans. La brutalité et l’énergie du chant m’ont complètement secoué. Je n’avais aucune idée qu’un être humain pouvait émettre de tels sons. Et je pouvais danser dessus! Ma vie en a été changée.

D’où viennent vos chansons ?

En passant des heures sur un portable, en attendant que quelque chose sonne bien.

Quel élément déclenche l’écriture ? Un beat, une mélodie, une pure projection mentale ?

Cela change tous les jours.

Préférez-vous que les gens rêvassent ou dansent en vous écoutant ?

Je ne peux pas me prononcer. J’espère que mes chansons ne produisent pas qu’un seul effet. Idéalement, j’aimerais qu’après avoir écouté ma musique, on se mette à en faire également.

Rêvez-vous de musique ?

Quand cela m’arrive, elle est toujours extraordinaire… Et quand j’essaie de la retranscrire, elle m’a échappé. C’est complètement rageant.

Quelles chansons auriez-vous aimé avoir écrites ?

Con te Partirò, de Francesco Sartori, chantée par Andrea Bocelli. Le thème Love, de Spartacus, composé par Alex North.

Qui sont vos auteurs préférés ?

Max Martin, surtout par sa longévité (Martin est le compositeur et producteur de tubes depuis une trentaine d’années pour Backstreet Boys, Britney Spears, Katy Perry…).

Quel adjectif aimez-vous voir associé à votre musique ?

Je suis mesquin, je n’aime pas être associé à des artistes que je n’aime pas. Et vice versa.

Quel est votre son préféré et celui que vous détestez ?

Ceux que je préfère sont les sons que je découvre. Et j’ai horreur du bruit que font les ambulances londoniennes. Elles vont finir par me rendre sourd !

Quelles autres formes d’art vous inspirent ?

Le cinéma. J’aime composer avec un film en arrière-plan. Cela m’aide à lui donner une forme.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Centres d'intérêt associés