Le Point Magazine

Grandes et petites fatwas

On le sait, les assassins islamistes ne craignent pas la mort. Les prêcheurs religieux (ou civils) qui appellent à s’affranchir des lois françaises n’ont en général pas beaucoup à s’inquiéter de la justice. Ni de la société, plutôt molle dans sa réprobation. Quant à leurs milliers de relais sur les réseaux sociaux, confortablement assis derrière leur écran, ils ne redoutent à peu près rien.

Le reste du pays éprouve de la peur. Il y a ceux qui sont directement menacés: par exemple les journalistes, les écoles et institutions juives, et ceux (les policiers et militaires) qui sont chargés de veiller sur eux. En première ligne, cibles d’une haine particulière, se trouvent ceux qui défendent haut et fort la liberté et sont de confession ou de culture musulmane. Mais la liste s’allonge de manière spectaculaire depuis l’affaire Mila, du nom de cette lycéenne qui doit se cacher après avoir dit le mal qu’elle pensait de l’islam – pas des musulmans – sur Instagram Le Point et l’atroce meurtre de Samuel Paty. Le problème change d’échelle. Combien de professeurs risquent désormais leur tête pour avoir bien fait leur travail? Combien de personnes faudrait-il mettre sous protection pour leurs propos sur Internet? Le phénomène est contagieux. Mila a publié ceci sur son compte Twitter: Il y a de quoi.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de Le Point Magazine

Le Point Magazine1 min de lecturePolitics
Les Préfets, En Première Ligne
Afin d’organiser la « continuité du dialogue avec les acteurs de l’islam de France dans les territoires », le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a fait parvenir aux préfets une circulaire que Le Point a pu consulter. Les représentants de l’Éta
Le Point Magazine4 min de lecture
Le Bloc-notes
C’est il y a vingt ans, jour pour jour, que le commandant Massoud, rempart contre l’islamisme radical et incarnation de l’islam des Lumières, sortit pour la première fois d’Afghanistan et vint en France : il voulait alerter le président Chirac sur le
Le Point Magazine1 min de lecture
Ici L’Impératrice
C’est une décharge intense et brutale d’hormones du stress produites par les glandes surrénales qui déforme le coeur. Le syndrome de tako-tsubo (« piège à poulpe » en japonais), qui sert de titre au deuxième album de L’Impératrice, est un chambouleme