Moto verte

Profession maman

Mathys Boisramé

Si Magali Boisramé et Virginie Renaux n’ont pas connu le haut niveau du temps où leur homme pratiquait le motocross, il en a été tout autrement pour Barbara Vialle et Stéphanie Pichon qui ont, elles, baroudé dans le monde entier au côté de leur champion de mari. Aujourd’hui pourtant, toutes les quatre se retrouvent dans la même situation maintenant que leur fils a rejoint le haut niveau et est devenu pilote professionnel. Une situation qu’elles vivent souvent avec stress, et qui les empêche de profiter pleinement de leurs week-ends au bord des circuits!

Le pied à l’étrier

Si Mathys, Tom, Maxime ou Zachary en sont là aujourd’hui, c’est bien parce qu’on leur a mis un jour une petite moto dans les pattes! Difficile d’y échapper quand on suit papa sur les circuits de cross dès qu’on sait marcher – voire avant! « Maxime était dans mon ventre quand son papa faisait du cross en amateur étant jeune. C’était sa passion mais il n’a jamais eu les moyens de le faire professionnellement. Il a acheté sa moto quand on a commencé à travailler. Bon, il ne faisait pas peur sur les sauts (rires). Tout petit, Maxime nous a toujours réclamé une moto et pour ses 4 ans, il, confie Virginie Renaux vite rejointe par Magali Boisramé.   Du côté de Barbara Vialle ou Stéphanie Pichon, on a rapidement compris où on mettait le doigt dès que le fiston a eu un moteur entre les jambes. , reconnaît Stéphanie qui doit faire chaque week-end des choix entre Zach et la moto, Lilly Rose et le volley ou Lenny et le foot. Barbara Vialle n’a, elle, pas de dilemme puisque tout tourne autour du motocross.   

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.