Moto Revue

Collection mid-size 2020 au rapport !

C’est exact, on peut compter jusqu’à 3 000 € d’écart entre les deux opposées (3 030 € plus exactement), à condition de ne pas prendre en considération le monticule d’options qui épaissit considérablement le tarif de la BMW F 900 R : 3 065 €… oui, oui, mesdames et messieurs, plus d’un tiers de son tarif de base ! Une F 900 R qui passe de 8 870 € à 11 935 € et la voilà ainsi propulsée de force dans l’aspiration pécuniaire de la KTM Duke 890 R. Des options qui ne lui permettent pas pour autant de tenir le rythme à l’attaque mais grâce auxquelles elle se paye des aptitudes de mini-GT. Dans tous les cas, avec ces quatre-là, aussi « rafraîchies » soient-elles depuis ce millésime 2020, on retrouve toujours très clairement les codes de chaque constructeur : une KTM Duke 890 R que l’on pilote presque à la manière d’un Supermotard, une BMW F 900 R tout en rondeur et jamais radicale, une Kawasaki Z 900 avec un 4-cylindres « gros comme ça » dans une tenue de manga et enfin, une Triumph Street Triple R aux mensurations de ballerine athlétique. Sans compter que l’on tient là un panel explicite de ce qui se fait dans la catégorie : deux, trois et quatre-cylindres, Allemagne, Autriche, Angleterre, Japon, du blanc, du vert, de l’orange, du gris, du couple, de l’allonge, du confort, du sport, du treillis acier, du périmétrique en alliage d’aluminium, etc. Tout se mélange, il y en a vraiment pour tous les goûts et pourtant, il est encore possible de se chercher, d’hésiter entre l’une et les autres.

Qui dit plateaux ardéchois, dit gros virolos à gogo !

Pour faire un point détaillé sur cette confrontation, on s’en est allé ferrailler sur les plateaux ardéchois. Qui dit plateaux dit ascension au préalable et descente par la suite, logique. Et qui dit Ardèche dit gros virolos à gogo ! Sans oublier que là-haut, sur les plateaux, il y fait moins chaud en plein été. Mieux : c’est un désert touristique puisque, de ce côté du monde, le touriste cherche davantage à pagayer plutôt que de tartiner à contre-courant… Juste comme ça, parce qu’elle nous a marqués à vie, je me dois de citer la D122, celle qui serpente entre Gourdon et Mézilhac. Sans aller jusqu’à la qualifier de portion routière la plus exceptionnelle qui soit sur Terre, celle-ci vaut vraiment son pesant de slider ! Un peu plus de 20 kilomètres de folie sur un revêtement particulièrement correct et sans « tupperware de vacances à roulettes » collé sur la traj’, franchement, c’était trop bon ! Mollo toutefois au passage du col de la Fayolle, là où la D122 y croise les D218 et D261, il y traîne un duo d’autochtones revêches et pas franchement acquis à la cause motarde… Pour ce qui est d’un conseil quant à la vitesse de passage maxi possible dans le grand droit en montée qui suit, adressez-vous plutôt aux chèvres ! Partout ailleurs, ça n’est

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de Moto Revue

Moto Revue1 min de lectureTechnology & Engineering
Voyage Au Coeur Du Flat
Concernant la mécanique proprement dite, les valeurs d’alésage course sont de 100 x 66 mm. La cylindrée exacte est de 1 036 cm3. Le vilebrequin tourne sur 2 paliers lisses et 2 roulements. Les bielles sont taillées masse et les pistons forgés. La dis
Moto Revue9 min de lecture
JMB, Un Titre Pour L’Histoire
Le 8 juin 1991, depuis ce jour où Jean-Michel Bayle s’est assuré du titre Supercross dans le stade appelé « State Fair Speedway » d’Oklahoma City, est donc une date historique pour le sport moto français. Le natif de Manosque, qui allait par la suite
Moto Revue1 min de lecture
“Le Paradoxe Français”
Par ces temps de pandémie, de paddock désert et de courses à huis clos, voir les audiences de MotoGP s’envoler nous met tous du baume au coeur. C’est magique de voir que la moto élargit son cercle de passionnés. Et désormais, cette progression est tr