Les Cahiers de Science & Vie

L’homme de larmes

L’eau, qui par les puissantes crues du Nil assurait la fertilité des terres, avait un rôle primordial dans la vie de l’Égypte antique. Il n’est donc guère surprenant de lui trouver également une place prépondérante dans les mythes de création. « » Voilà comment parle Atoum-Rê, dieu solaire d’Héliopolis, -XII dynastie). Ce mythe des hommes de larmes se retrouve dans un large corpus d’inscriptions funéraires, les Textes des sarcophages, dont la rédaction court tout au long du Moyen Empire. Son aura est telle que deux mille ans plus tard on s’y réfère encore, alors que l’Égypte est gréco-romaine et le Créateur un autre démiurge. « rmt” rmwt” , décrypte l’égyptologue suisse Susanne Bickel (université de Bâle). » Mais le choix des larmes est en lui-même porteur de sens. Beaucoup y ont vu le signe d’une tristesse du Créateur, ou de sa colère – une émotion négative qui aurait conditionné le sort de l’humanité.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de Les Cahiers de Science & Vie

Les Cahiers de Science & Vie8 min de lecture
Il Y Avait Deux Arbres Au Jardin D’Éden…
Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l’orient, et il y plaça l’homme qu’il avait formé. Il fit germer du sol tout arbre d’aspect attrayant et bon à manger, l’arbre de vie au milieu du jardin et l’arbre de la connaissance de ce qui est bon ou
Les Cahiers de Science & Vie4 min de lecture
Toutes Les Croyances Voient En L’arbre Le Symbole Extrêmement Fort Du Renouveau. »
Cahiers de Science & Vie: L’arbre est un thème mythologique absolument universel. Comment l’expliqueriez-vous ? Alain Baraton : Par la fascination des hommes face aux arbres, seuls êtres vivants que vous pouvez côtoyer toute votre vie sans qu’ils ne
Les Cahiers de Science & Vie2 min de lecture
Momies En Tout Genre
Quand on évoque les momies, on pense immédiatement à l’Égypte antique. Mais tant s’en faut… « On a momifié sur tous les continents, à quasiment toutes les époques, y compris en Europe médiévale », annonce d’emblée Patrice Georges, archéo-anthropologu