Les Cahiers de Science & Vie

À l’image de Dieu

Dans une Europe médiévale où triomphe le christianisme, la réponse aux questionnements sur la nature de l’homme est toute trouvée : il est tel que Dieu l’a fait, à son image. « », rappelle Pierre-Olivier Dittmar, historien spécialiste du Moyen Âge à l’EHESS. Deux conceptions, en particulier, marquent l’histoire des idées médiévale : celles des siècle, puis Thomas d’Aquin au XIII siècle. Chez Augustin, c’est grâce à son âme, qui porte l’image du monde céleste, que l’homme peut entrer en contact avec Dieu – elle le distingue donc de toutes les autres créatures terrestres, notamment des animaux. Il classe les êtres vivants en plusieurs catégories : ceux qui sont mortels et possèdent une âme rationnelle (le langage en étant la première manifestation) sont humains ; les autres mortels sont des animaux. L’immortalité est l’apanage de Dieu. « note Pierre-Olivier Dittmar. » Quelques siècles plus tard, le retour en grâce des penseurs antiques vient modifier cette conception, en particulier Aristote, redécouvert au XIII siècle via les traductions arabes. Thomas d’Aquin développe alors sa thèse selon laquelle l’âme et le corps ne sont pas totalement indépendants ; c’est leur union qui fait de chacun de nous un être unique.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de Les Cahiers de Science & Vie

Les Cahiers de Science & Vie10 min de lecture
Via Turonensis, le Grand Chemin
On doit rendre visite, sur les bords de la Loire, au vénérable corps de saint Martin, évêque et confesseur. C’est là qu’il est, lui qui ressuscita glorieusement trois morts et rendit à la santé qu’ils souhaitaient lépreux, énergumènes, infirmes, luna
Les Cahiers de Science & Vie10 min de lecture
Via Podiensis Sur Les Pas D’un Poète Pèlerin
« Des quatre chemins de Compostelle, j’ai choisi celui qui, glissant le long de la Bourgogne, fit jadis passer par Le Puy mon compatriote Adalard de Flandre ». Nous sommes en août 1926, et la voie du Puy que nous connaissons n’existe pas encore. Mais
Les Cahiers de Science & Vie1 min de lecture
Édito
Avant il y avait la foi. La foi en des reliques de saints qui parsemaient un périple aventureux pour, enfin, au bout de la route trouver, au nord-ouest de l’Espagne, le tombeau de Jacques le Majeur. Ce modeste pêcheur de Tibériade, un des premiers di