Science & Vie

Questions Réponses

À long terme, comment évoluerait-on sur Mars?

Question de Jean-François Fournier, Roussillon (38)

Différemment ! Rappelons que les espèces évoluent notamment grâce au processus de sélection naturelle, qui favorise au fil des générations les individus les plus adaptés aux changements de l’environnement. Or Mars offre des conditions de vie différentes de celles sur Terre : sa gravité est trois fois moindre (3,71 contre 9,80 m/s2 ) et sa surface soumise à des radiations cosmiques. Pour le spécialiste de l’évolution Scott Solomon (université Rice, Houston), cette faible gravité pourrait induire l’émergence d’humains robustes. Elle favorise en effet la déminéralisation des os, et donc les fractures. “Les personnes à la densité osseuse supérieure pourraient être plus susceptibles de survivre et de transmettre leurs gènes”.

De grands costauds à la peau orange

Le pigment qui protège le plus la peau des radiations est l’eumélanine, responsable d’une couleur brune à noire. Ainsi, , note le chercheur. À moins que le rayonnement intense ne favorise l’apparition de nouveaux pigments cutanés, et l’avènement d’humains… orange vif! Car Car si . La sélection naturelle n’est pas tout: le hasard compte aussi.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de Science & Vie

Science & Vie1 min de lecture
Une Préférence Ancestrale Pour Les Garçons
Cette préférence des fils est étroitement liée aux systèmes patriarcaux et patrilinéaires, qui la justifient tant sur le plan culturel que religieux, économique et social. “C’est probablement pour cela qu’elle est si ancrée et si difficile à désamorc
Science & Vie5 min de lecture
Invasions De Criquets La Lutte S’organise
La vision est apocalyptique. Sous le soleil plombant, l’horizon s’assombrit, un nuage noir avance rapidement et un vrombissement sourd remplace le bruit ambiant. Pas de doute, une armée de criquets pèlerins (Schistocerca gregaria) est en route. Encor
Science & Vie3 min de lecture
Faut-il Abandonner La Bise?
Lorsque l’on se fait la bise, il est possible de déposer quelques gouttelettes de salive infectées sur la joue de l’autre et, ce faisant, de le contaminer. Car, comme l’a montré une étude japonaise publiée à la fin 2020, l’agent du Covid (le SARS-CoV