Vanity Fair France

« LE PIRE, C’EST DE TOMBER AMOUREUX DE SON DESSIN »

Bastien, je l’ai découvert il y a bien longtemps grâce au roman graphique Polina [éd. KSTR, 2011]. J’avais adoré. Le trait, la grâce, l’ellipse. Un ami commun nous a présentés. Vu la teneur du livre, je m’attendais à rencontrer un vieux monsieur et c’est une figure presque adolescente qui est arrivée. Une façon d’être et de parler qui m’a plu instantanément. Il n’appartient à aucune famille de pensée, il a une drôlerie folle et une liberté rare. J’aime tout ce qu’il fait. Seul ou en collectif. Que ça tende vers l’abstraction ou le plus purement narratif. Il arrive toujours à faire exister l’impalpable. — VIRGINIE EFIRA

S’il faut reconnaître un avantage à la BD, c’est qu’elle peut représenter n’importe quoi. Elle peut réécrire l’histoire en imaginant un village gaulois plus fort qu’un empire romain ; elle

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Centres d'intérêt associés