Moto verte

PLACE DES GRANDS HOMMES

Jeu, set et match. Dylan Ferrandis n’a pas attendu la finale du championnat MX 450 pour plier l’affaire et remporter, à 27 ans, un titre US que la France attend depuis trente ans…

En plein été 91, Jean-Michel Bayle surfe sur le et son style enflammé, règle les comptes, souffle les bougies du champ’ et bouffe le gâteau, un an seulement après être monté dans la catégorie reine! Alors oui, ce n’est pas un titre SX, LE fameux titre SX si complexe à accrocher à son palmarès, mais la performance a valeur d’exploit. Dylan a fait plus que gagner un championnat, il l’a dévoré, du début à la fin, se montrant incisif, solide, très solide, engagé, lucide aussi. Un vrai combattant de la race des Carmichael ou Villopoto puisque c’est bien dans ce registre qu’il est allé chercher ses succès. Il est facile de saluer les victoires et de trouver toutes les qualités à un pilote quand il gagne. Facile d’expliquer pourquoi il a gagné… une fois qu’il a gagné. Le sport favori de tous les cross-critics. Dylan Ferrandis a certainement des défauts, des failles mais il faut lui reconnaître une énergie et un tempérament hors normes, au-delà du talent du pilote et des performances de sa machine. Et puis il y a David Vuillemin, Nastasia… Les éléments nécessaires à un accomplissement sportif en terre étrangère. Bravo champion, le dernier palier est atteint même si l’Everest reste devant.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.