L'Express

Electronic Arts vs Fifa: duel au sommet

ne rupture de contrat et des milliards de dollars à la clef. Il ne s’agit pas du transfert d’une star du ballon rond claquant la porte d’un grand club mais d’un éditeur de jeux vidéo prêt à lâcher la Fédération internationale de football association (Fifa). L’organisateur de la Coupe du monde pourrait depuis le premier opus, sorti en 1993. Sur les vingt dernières années, il en a écoulé au total plus de 325 millions exemplaires sur consoles de salon et PC pour des recettes supérieures à 20 milliards de dollars. La France ne fait pas exception à cette vague planétaire. L’an dernier, selon les chiffres publiés par le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs, le titre a raflé la deuxième place du podium tricolore et s’est écoulé à près de 1 million d’exemplaires, soit 52 millions d’euros de chiffre d’affaires. « Les joueurs le rachètent chaque année car ils veulent absolument avoir les nouveaux maillots et les compositions réelles de chaque équipe, identiques à celles de la saison en cours », explique Emmanuel Forsans, dirigeant de l’Agence française pour le jeu vidéo.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Centres d'intérêt associés

Plus de L'Express

L'Express2 min de lecture
Retraites: La Macronie Rattrapée Par Le Cercle De La Raison
La dernière fois que la Macronie avait évoqué « le camp de la raison », par la voix du ministre Clément Beaune (Le Monde du 23 août 2021), elle s’en était mordu les doigts. Or voilà qu’avec la présentation de la réforme des retraites, on croit entend
L'Express4 min de lecture
Face À La Crise, La Stratégie De L’équilibriste Du Labour
Alors que la Grande- Bretagne doit faire face à des grèves sans précédent depuis plus de quarante ans, les conservateurs de Rishi Sunak et les travaillistes de Keir Starmer fourbissent leurs stratégies pour surmonter le ma rasme. Les 4 et 5 janvier,
L'Express2 min de lecture
Le Numérique Entre Perversion Et Renoncement
La plongée dans cette génération fracassée des 10-16 ans, aux prises avec le déluge toxique des réseaux sociaux, révèle un vice structurel et un double renoncement. Le premier est la corruption du modèle économique des plateformes dont la performance