L'Express

Les jouissances d’un timide

Catherine Chevillot, dans les premières pages du catalogue de l’exposition Maillol au musée d’Orsay, nous invite à regarder Aristide Maillol (1861-1944) en pensant à Auguste Rodin (1840-1917).

C’est en effet la meilleure façon de gloser sur un artiste : dire ce qu’il n’est pas, ce qu’il n’est plus, tant il est vrai que si les artistes ne savent pas toujours très bien ce qu’ils sont

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.