Le Journal du dimanche

Les Promesses d’Hasan

lors qu’il tente d’empêcher l’installation d’un pylône électrique sur (2010) livre un drame subtil, sensoriel et métaphorique qui prend son temps sans perdre en route le spectateur. Sa beauté plastique envoûte, comme son ambiance sonore (le chant du vent dans les arbres). Il doit aussi beaucoup à la qualité de son interprétation.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.