L'Express

Philippe Godoy aura passé sa vie à fouiller une phrase du « Guépard »

’il est vrai qu’une phrase lue dans un livre suffit à engager une vie, on en connaît qui passent leur vie à creuser une phrase. Ils confesseront que toute leur vie n’aura pas suffià en épuiser le sens. Encore ne s’agit-il pas là de traducteurs du qui s’affrontent depuis 1853 pour savoir si « I would prefer not to », la formule clef de l’antihéros de Herman Melville, doit se traduire par «

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.