Voile Magazine

RICHARD MILLE FIFE REGATTA Fife à la folie

IL N’Y A QU’UN PEU PLUS

d’une heure d’avion seulement entre Paris et Glasgow, mais c’est un voyage dans le temps d’un peu plus d’un siècle que nous avons eu le bonheur de réaliser. Ils sont venus de toute l’Europe pour fêter le 165e anniversaire du génial architecte constructeur. Alors sur les pontons du petit port de Largs, qui leur sert d’écrin naturel, à quelques milles au sud de leur berceau de Fairlie, il flotte comme un air des années vingt. Fairlie, c’est là que naît en 1857 William Fife, fils et petit-fils d’architectes navals et constructeurs de bateaux. Il est le plus connu des trois générations de Fife qui ont œuvré en ce lieu, devenu sacré pour les passionnés, de 1790 à 1944. Au tournant du siècle, l’élégance de ses plans et l’excellence de ses constructions font de l’ingénieur britannique une personnalité incontournable pour les riches industriels de la proche Glasgow qui se piquent de « yachting ».

UNE COURSE DE LEGENDES

Même s’ils ne ramènent pas la fameuse aiguière d’argent sur le sol de Sa Gracieuse Majesté, les dessinés pour Sir Thomas disent tout de son élégance: 36 pieds à la flottaison, 15,10 m de longueur hors tout. Le superbe cotre aurique, construit en 1898 et lancé sous le nom de , est acquis par Tabarly père en 1938. Cédé à Eric en 1952, il est arraché à sa vasière trinitaine et sauvé par son jeune propriétaire dans des conditions épiques, puis restera le plus fidèle compagnon de route d’Eric Tabarly jusqu’à sa tragique disparition en 1998, précisément pendant le convoyage vers Fairlie pour le premier rassemblement de plans Fife. La boucle était bouclée. Et la présence de Marie Tabarly, de passage cette année à bord de , rend un émouvant hommage à son père et aux plans Fife qu’il aimait tant. Or de l’émotion, on en ressent beaucoup en arpentant les pontons alors que le premier jour de course est reporté pour cause de météo… écossaise. L’ignorance en matière de yachts classiques n’agit pas comme un frein mais plutôt comme un amplificateur de sensations. Il y a là , un magnifique 15m de jauge, commandé aux Fife par Georges Coats en 1911. Lancé en 1912 en pleine révolution du gréement marconi, il adopte celui-ci pour sa deuxième vie, avant d’être transformé en ketch. Sistership de (1909), (1908) ou encore (1909), il brille particulièrement dans le petit temps, même si l’uniforme jaune de son équipage était particulièrement seyant dans les eaux et les nuages parfois noirs de l’Ecosse. Très à leur aise dans les manœuvres, ils n’hésitent pas à se rapprocher des berges pour tirer les meilleurs bords ou à porter le maximum de toile, jusqu’à briser leur espar principal le dernier jour. A ses côtés, et semblent tout petits. Nés la même année de l’entre-deux-guerres (1934), les deux 24 pieds issus du même plan de monotype ne se quittent pas, au port comme sur l’eau. Le premier, blanc immaculé, a été construit dans les ateliers de Fairlie des Fife, quand le second, bleu pâle, l’a été chez Dickies, juste en face, à Tarbert. Trop grand pour entrer dans les petits ports écossais, le 19m de jauge internationale (96 pieds hors tout) donne toute sa mesure en mer et mène souvent la flotte. C’est le plus grand cotre de course construit avant la première guerre mondiale (1911) à naviguer encore. Il est magnifiquement restauré, et son propriétaire veille à garder son esprit originel, entre intérieur d’époque et voiles à petites laizes fidèlement coupées.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de Voile Magazine

Voile Magazine1 min de lecture
Assurance Pour Le Skipper?
Je suis Olivier Quideau de la société Capt’n Boat. Je vous contacte suite à votre article fort intéressant en réponse au questionnement d’un lecteur sur sa responsabilité en tant que skipper. J’aimerais apporter un élément de réponse supplémentaire c
Voile Magazine11 min de lecture
DUFOUR 32 Un Seul Safran, Zéro Complexe!
PROGRAMME: AGITEE CROISIERE NOTRE AVIS: La carène du Dufour 32 reçoit un mono safran associé à un gréement puissant qui peut le rendre ardent. L’idée d’une barre franche est à garder en optant pour le plan de voilure plus conservateur. C’EST SI BON,
Voile Magazine5 min de lecture
ERIC PERON Toutes Premières Fois
LE PRO SAILING TOUR accueille cette année sur sa ligne de départ un petit nouveau qui a usé ses fonds de culottes sur les bancs de la classe Figaro et de la Volvo Ocean Race, rien que ça: il s’agit d’Eric Péron, qui avec son team Komilfo French Touch