L'Express

Pyramides : un mystère se dissipe

l est passé par ici, mais il ne repassera pas par-là. » Le Nil est un fleuve à méandres qui, tout au long de son histoire, a vu son cours changer et de nombreux bras s’assécher, voire disparaître. Les égyptologues s’interrogent ainsi sur le chantier des pyramides du plateau de Gizeh, notamment. « Ce genre de matériaux ne peut être transporté que par voie fluviale, mais le Nil se trouve aujourd’hui à sept kilomètres des pyramides, explique l’un des auteurs, Christophe Morhange, professeur au Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement (Cerege) d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Mais il existe une sorte de consensus depuis une vingtaine d’années sur le fait qu’il a existé le long d’un bras du Nil une sorte de bassin au pied du chantier où ont pu être livrées les précieuses cargaisons. »

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Centres d'intérêt associés