Les Veillées des chaumières

Les caprices de la destinée

James était sur ses gardes. Les regards, les rictus des cinq hommes ne l’inspiraient guère. Son instinct lui dictait que leurs intentions étaient belliqueuses. Il ne faisait aucun doute que leur venue n’était pas pacifiste. Ils voulaient en découdre. Cet imbécile de Jack avait dû les informer de leur querelle à propos du cours d’eau et, adeptes de la bagarre, ses amis venaient mettre leur grain de sel dans une histoire qui ne les regardait pas.

À moins, songea James, qu’ils aient été embauchés pour régler le différend. Cela ressemblerait bien à ce coquin de Smith de ne pas se salir les mains lui-même, trop couard pour l’affronter directement. Quant à ce Conrad et ses acolytes, il était évident qu’ils étaient prêts à tout pour de l’argent.

Il fit reculer sa monture de façon à ne pas se retrouver avec une de ces crapules dans son dos. Tous les cinq lui faisaient face. Les mains sur le pommeau de leur selle, arborant un air faussement décontracté, ils l’observaient sans un mot. James les toisait sans baisser les yeux. Il montrait une assurance qu’il était loin de ressentir. Il regrettait d’avoir refusé la compagnie de son frère, et d’être parti sans un de ses hommes. Mais il n’avait pas vu l’utilité de se faire accompagner pour une banale inspection sur ses propres terres.

Il se demandait comment il allait se sortir d’une telle situation. Il pourrait toujours en blesser un ou deux, mais les trois autres ne le rateraient pas. Il avait été bête, sachant le genre d’hommes qui traînaient dans le coin. Il aurait dû éviter de se retrouver ainsi vulnérable.

Le visage de Rosalie s’imposa dans son esprit. Elle venait de lui apprendre qu’il serait bientôt père. Il ne voulait pas mourir et la laisser seule au monde avec leur enfant. Ils étaient tellement heureux tous les deux ! Sans compter que sans sa protection, elle se retrouverait face aux menaces de Jack Smith qui profiterait de son décès pour la

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.