Les Cahiers de Science & Vie

Japon: un lien sacré

ue du ciel, la forêt sempervirente qui s’étend sur 70 hectares au cœur de Tokyo a des airs de bastion résistant à l’urbanisa-tion débridée de la mégalopole japonaise. Pourtant, sa longévité n’est nullement liée à la conscience écologique des investisseurs immobiliers. Sa dense verdure, aux feuillages si épais que les rayons du soleil la traversent difficilement, s’avère invio-lable : elle protège le , sanctuaire shinto auquel on accède par un sentier qui chemine à travers la végétation, s’éloignant peu à peu du monde profane, pour pénétrer celui du sacré. L’éty-mologie illustre le statut tout particulier qu’occupe la forêt dans la pensée nipponne : « », la forêt en japonais, est aussi une occurrence ancienne qui désigne le bosquet entourant spécifiquement les sanctuaires shinto. Car selon cette religion ances-trale japonaise, qui voue un culte aux forces et aux formes naturelles – on traduit communément le terme « shinto» par « la voie des dieux» – la forêt est peuplée de , des esprits qui habitent les arbres incarnant un divin qu’on ne représente pas. Aussi la forêt, aux alentours des sanctuaires, restet-elle intouchée : depuis sa plantation en 1920, pour accueillir en lit-on dans le texte de présentation officielle du sanctuaire.

Vous lisez un aperçu, inscrivez-vous pour en lire plus.

Plus de Les Cahiers de Science & Vie

Les Cahiers de Science & Vie8 min de lecture
Une Passion Égyptienne
On a longtemps pensé que l’Égypte ancienne était le berceau de la domestication du chat. En effet, nulle part ailleurs celui-ci n’a atteint une telle popularité. Les collections d’égyptologie des musées attestent de l’attrait irrésistible qu’il sembl
Les Cahiers de Science & Vie8 min de lecture
Épouses Et Concubines Au-delà Du Cliché
Des femmes «fainéantes dans leur maison, où elles ne se mêlent d’aucune chose », « plus étroitement gardées en Perse qu’en aucun endroit de la terre». Telle est la description que donnent des Persanes fortunées les commerçants Jean-Baptiste Tavernier
Les Cahiers de Science & Vie10 min de lecture
Le Favori Des Puissants
Égoïste, indépendant, imprévisible: à la fin du Moyen Âge, la réputation du chat n’est plus à faire. Contrairement au chien, il n’a décidément pas les qualités requises pour faire un bon compagnon… Mais ces traits de caractère que l’on prête aux mato