Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Du Goujon À La Carpe
Du Goujon À La Carpe
Du Goujon À La Carpe
Livre électronique193 pages2 heures

Du Goujon À La Carpe

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

Steve Graham est un pêcheur de carpe et il a attrapé beaucoup de très grosses carpes en Angleterre et en France. Il a été pêcheur pendant plus de 40 ans et ce livre décrit l'histoire de sa vie de pêche. Au début, il a attrapé des petits poissons (les goujons et les gardons). Ensuite, il a pris de plus gros poissons, alors carpe, puis de grosses carpes. Le livre décrit les nombreuses aventures qu'il avait pendant ce temps. Certaines parties sont pleines d'humour, une certaine partie décrit les moments fantastiques dont il jouissait quand il a attrapé quelques carpes énormes, et d'autres parties décrivent quelques bas dévastateurs que tous les vrais pêcheurs peuvent apprécier.

Bien qu'il s'agit principalement de la pêche, il s'agit d'un livre qui peut être apprécié par tout le monde, en tant que page après page révèle tous les hauts et les bas qu'il éprouve dans la poursuite de son obsession.

Ce livre est une traduction d'un livre très populaire qui a été initialement écrit en anglais.

Certains noms ont été changés pour protéger les innocents, mais l'histoire est presque totalement vraie, ou comme près comme les auteurs mémoire décoloration permettrait.

LangueFrançais
ÉditeurSteve Graham
Date de sortie12 mai 2014
ISBN9781311366009
Du Goujon À La Carpe
Lire l'aperçu
Auteur

Steve Graham

Steve Graham is a retired financial adviser, who now lives in Staffordshire. He is married to Anita and they have four children – Lynne, John, Diana and Gary, and three grandchildren – Logan, Dylan and Sami. Not forgetting their dog Stan, a Springer Spaniel / Border Collie cross, that is loved by them all.Now that he has retired, Steve spends most of his time doing the things that he enjoys most, which includes writing, walking. Carp fishing, and looking after his grandchildren.

Lié à Du Goujon À La Carpe

Livres électroniques liés

Articles associés

Avis sur Du Goujon À La Carpe

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Du Goujon À La Carpe - Steve Graham

    Cornwall était où tout a commencé, quand j'avais juste huit ans. J'étais en vacances avec ma famille et mon ami Ian était là avec ses parents aussi. Ian et moi étions amis depuis notre enfance et nos familles partaient souvent ensemble.

    Je m'en souviens comme si c'était hier. C'était une belle journée chaude et ensoleillée ou nous marchions le long de la jetée, crème glacée à la main. C'est drôle, je me souvenir que tous les jours il faisait chaud et ensoleillé avec un ciel bleu clair. Il a plu sans doute tout autant comme c'est le cas aujourd'hui, mais je suppose que vous vouliez vous rappelez les bons jours, et le temps aide à effacer les mauvais.

    Au bout de la jetée, il y avait deux pécheurs, et nous nous sommes arrêtés pour regarder pendant un moment. Je ne me souviens pas s’ils ont attrapé quoi que ce soit, mais j'ai regardé avec fascination. Quelques instants plus tard, j'ai regardé mon père et j'ai posé la question fatidique -

    ‘Papa, pouvons-nous aller à la pêche?

    ‘Mais nous n'avons pas de matériel de pêche’ répondit-il.

    ‘Oh s'il te plaît papa, nous pourrions acheter quelque choses. S'il vous plaît papa.’

    Il se tourna vers le père d’Ian et dit -

    ‘Qu'en pensez-vous, George?’

    ‘Eh bien, si c'est une belle journée demain, je suppose que nous pourrions essayer répondit-il. ‘Il y a une boutique qui vend des articles de pêche, au bout de la plage.’

    Ainsi mon premier voyage de pêche a été organisé, et je ne pouvais pas attendre.

    Le lendemain lorsque je me suis levé, le soleil brillait à nouveau. Après le petit déjeuner, nous quatre - Papa, George, Ian et moi sommes partis à la boutique de pêche. George s'est acheté une petite canne et une bobine, et Ian et moi étions équipés avec des lignes de crabe, puis nous sommes allés à la jetée. Ian et moi avons couru tout le chemin parce que nous ne pouvions pas attendre pour commencer.

    Maintenant ni George ni mon père avait pêché avant, et nous comptions sur eux pour nous faire savoir ce qu'il fallait faire, donc nous nous n’attendions pas à attraper un grand nombre de poissons. Cependant, le soleil brillait, nous avons pris de la limonade et des sandwichs, et nous étions très heureux. Les hameçons étaient appâtés et nous avons jeté nos lignes, puis nous nous sommes assis en attendant un poisson.

    Puis c'est arrivé. Soudainement, George a prononcé des mots incroyables -

    ‘Je pense que j'ai un poisson!’

    Il a capté le monstre des profondeurs (c'était probablement de quinze centimètres de long), et nous le regardions fixement dans l'incrédulité.

    ‘Qu'est-ce que c'est?’ A demandé Ian.

    ‘Je ne sais pas.’ Répondit-il.

    L'un des autres pêcheurs nous a informés qu'il était venimeux. ‘Soyez attentif à ses épines sur la tête.’ A-t-il dit.

    Ian et moi recula quand nous avons entendu cela, mais nous voulions tous les deux en attraper un, donc, nous avons jeté nos lignes aussi loin que nous le pouvions.

    Le temps passé très vite, et trop tôt papa a dit – ‘Dépêchez-vous vous deux, il est temps de rentrer maintenant, parce que le dîner sera prêt.’

    Je n'ai rien attrapé, mais j'avais apprécié chaque minute de tout ça, et je ne pouvais pas attendre la prochaine fois.

    Je ne savais pas que cela allait être le début de quelque chose qui serait une si grande partie de ma vie, mais si je pouvais revenir en arrière maintenant, je ne changerais quoi que ce soit.

    Eh bien pas grand-chose de toute façon.

    CHAPITRE DEUX – LE BON SAMARITAIN

    Quelques mois plus tard, il y a eu mon neuvième anniversaire et il n'y avait qu'une seule chose que je voulais - une canne à pêche.

    Le 29 Octobre arrivé, et mes prières ont été exaucées. Elle était là, longue de trois mètres, fibre de verre solide, et blanc brillant. J'ai pensé que c'était merveilleux, et je ne pouvais pas attendre pour l`utiliser. Papa m'a promis de me prendre à la pêche le samedi, mais nous ne savions pas où aller.

    Le Samedi est enfin arrivé, et j'étais debout à sept heures.

    ‘Où allons-nous papa’, demandai-je.

    ‘L'homme à la boutique de pêche nous a recommandé le Sharpness canal’ a-t-il dit, ainsi nous y sommes allés. Mon père m'a déposé à dix heures le matin et a promis de venir me chercher le soir.

    ‘Serez-vous bien mon fils?’ A-t-il demandé.

    Mais je l'ai à peine entendu, j'étais déjà en bas de la rive pour faire mon premier jeter. Cela semble incroyable maintenant, vous pouviez laisser un enfant de neuf ans toute la journée se débrouiller tout seul, mais à l'époque cela semblait parfaitement normal, et je l`ai adoré.

    J'avais un gros flotteur sous lequel il y avait un gros plomb et un gros hameçon, sur lequel il y avait plusieurs asticots. Je l'ai jeté dans l'eau et attendu, attendu, et attendu.

    Rien ne s'est passé, donc je l'ai jeté à nouveau.

    Le temps semblait s'envoler et avant que je sois au courant, mon père se promenait vers moi le long de la bordure.

    ‘Dépêchez-vous Steve, vous en avez pas eu assez encore?’ a-t-il dit.

    ‘Juste un jeter de plus, papa.’

    Combien de fois depuis lors, je n'ai eu juste un jeter de plus, je me demande?

    ‘As-tu apprécié ?’ me demanda-t-il.

    ‘C'était merveilleux papa’ répondis-je, ‘et la prochaine fois je vais attraper un poisson.’

    Le samedi suivant, papa devait aller travailler, et il ne pouvait pas me prendre. Mais rien ne pouvait m'empêche d'aller à la pêche, ainsi j'ai attaché ma canne à mon vélo et avec un sac à dos sur mon dos qui contenait le reste de mon matériel de pêche, amorce et sandwichs, je suis parti pour au canal. Ce fut un voyage avec un aller-retour de quarante-cinq kilomètres, mais dans mon esprit, ça en valait la peine. Je suis arrivé au canal sans encombre et comme avant, j'ai pêché toute la journée, sans être dérangé par les poissons.

    Cela a continué pendant les quatre ou cinq prochaines semaines qui suivaient. Je suis allé au canal sur mon vélo chaque samedi. J'ai pêché toute la journée, mais je n'ai rien attrapé et puis je suis parti sur le chemin du retour.

    Or c'est là que ma carrière de pêche aurait facilement pu se terminer. Car, bien que j’ai apprécié mes journées au bord du canal, vous ne pouvez pas attraper absolument rien à chaque fois, ou même quelqu'un plein d'enthousiasme comme moi-même commencerait à être un peu démoralisé.

    Puis, un après-midi, j'ai rencontré un vieil homme (mais bien qu'il semblait vieux pour moi, à l'âge de neuf ans, la plupart des gens semblent vieux.). Il marchait le long de la bordure avec son attirail de pêche et il me demanda –

    ‘Comment faites-vous jeune homme?’

    ‘J`aie pêché ici tous les samedis depuis les cinq ou six dernières semaines, et je n'aie rien attrapé’ dit-je.

    ‘Maintenant, jetons un œil à ce que vous faites.’

    Il a jeté un coup d'œil à mon matériel de pêche et la conversation s'est ensuite déroulée comme ça –

    ‘Ah, je pense que je peux voir ce qui est faux. Et où avez-vous lancé cela?’

    ‘Juste au bord, sur la droite.’

    ‘Pourquoi n'avez-vous pas pêché, un peu plus loin? C'est seulement vingt centimètres de profondeur là.’

    ‘Eh bien, j'ai essayé, mais à chaque fois que je l'ai lancé là-bas, mon flotteur a coulé, donc j`ai pêché ici pour que je puisse voir mon flotteur.’

    Incroyable cela semble aujourd'hui, mais je n'avais pas réalisé que le poids que j'utilisais était beaucoup trop lourd pour le flotteur. Quand je l'ai jeté dans l'eau plus profonde, mon flotteur coulé hors de ma vue, et je n'ai rien attrapé parce que je pêchais tout ce temps dans l'eau peu profonde, avec mon gros poids reposant sur le fond, pour que je puisse voir le flotteur.

    Mon ami nouvel m'a expliqué tout cela, et me donna alors un flotteur plus petit (celui qu'il avait fait lui-même). Puis il a mis quelques petits plombs sur la ligne, et aussi un petit hameçon. Il m'a ensuite montré comment attacher un asticot à l'hameçon sans l'endommager, de sorte qu'il se tortille (j'avais mis l'hameçon dans le milieu des asticots). Il a mis le flotteur à environ deux mètres de profondeur, et m'a montré où jeter.

    Puis il m'a souhaité ‘bonne chance’ et il était parti.

    J'ai pêché avec confiance, et dix minutes plus tard le flotteur a plongé. J'étais tellement surpris que je ne savais pas trop quoi faire au début, puis j'ai levé la canne et j'ai senti un poids lourd au bout. Je pensais que j'avais accroché le fond, mais ensuite j'ai senti un mouvement sur le bout de ma ligne, donc je l'ai tiré vers moi aussi vite que je le pouvais, et puis je l'ai vu.

    La plus belle créature que je n'avais jamais vue.

    C'était un Goujon d'environ 1½ onces (40 g), bel et bien accroché à la queue. J'étais extatique. Après tout ce temps, j'avais attrapé un poisson!

    Après environ dix à quinze minutes, j'étais calmé pour faire un autre lancer, ainsi j'ai jeté à nouveau au même endroit.

    Un peu plus tard, le flotteur a plongé à nouveau, et je fus bientôt en train de regarder ma deuxième capture de la journée. Un Goujon à nouveau. Celui-ci, était légèrement plus petit que le premier, mais il était accroché à la lèvre supérieure cette fois.

    Trop tôt, il était temps de retourner à la maison, mais j`étais très heureux.

    Rien ne pourrait jamais être plus amusant que cela?

    Pêcher c'est génial!

    J'ai pêché le canal de nombreuses fois par la suite, mais n'ai jamais revu mon ami à nouveau. Sans son aide, je n'aurais probablement jamais apprécié ces moments passionnants pendant de nombreuses années dans ce merveilleux sport qui est le nôtre.

    CHAPITRE TROIS – LA TANCHE

    J'ai pêché le Sharpness canal pour une période de deux ans. Peu à peu, j'ai acquis l'expérience, et j'ai commencé à attraper plus comme le temps passé - principalement des gardons et goujons, mais aussi des petites perches et quelques petites brèmes.

    Un jour, je me souviens très clairement, ce qui aurait pu être mon dernier voyage de pêche.

    J'étais sur le chemin vers le canal un beau matin ensoleillé. Je prenais plaisir à la balade sous le soleil, et j'étais au sommet d'une longue colline escarpée. Quand j'ai commencé en roue libre vers le bas de la colline, profitant de la balade facile, j'ai commencé à me déplacer lentement le guidon de gauche à droite tandis que je descendais la pente. Soudain, je me suis déplacé avec le guidon trop loin et mon vélo s'est écrasé au sol. J'étais sur le tarmac et j'ai pu voir que ma jambe et mon bras étaient endommagés. Couvert de sang, j'étais vraiment inquiet – La canne allait bien?

    Heureusement, la seule chose endommagée c'était moi, ainsi je me suis senti dans un grand sentiment de soulagement.

    Une femme sortit de l'une des maisons en bordure de route. Elle avait vu l'accident, et se précipita à mon secours. Bandages, limonade et du chocolat m'ont été administré, et peu après je me sentais beaucoup mieux, et j'étais prêt à faire mon chemin. Avant mon départ, elle m'a donné quelques brochures religieuses à lire pendant que je pêchais.

    Cela m'a amené à trouver une nouvelle technique. Au cours de l'après-midi, la pêche était très lente, donc j'ai commencé à lire les brochures. Alors je levai les yeux vers le ciel et dit à haute voix –

    ‘Si tu me laisses attraper un autre poisson aujourd'hui, je serai bon pour une semaine.’

    Et voilà que, environ dix secondes après que je l'ai dit ces mots, le flotteur a plongé et j'ai attrapé un gardon de trois onces (85g).

    Environ une heure plus tard, j'ai essayé à nouveau. Cette fois, il a fallu une quinzaine de secondes avant que le flotteur a plongé de nouveau, et j`ai attrapé un autre gardon d'environ la même taille.

    J'ai essayé cette technique plusieurs fois par la suite, mais elle ne semblait pas fonctionner de nouveau, donc je ne me sentais pas trop mal de ne pas garder mon côté de l'affaire.

    Malheureusement, je suis seulement allé pêcher au canal quelques fois après cela, parce que mon père a été promu et nous étions en route pour Wiltshire.

    Notre nouvelle maison était seulement d'environ un mile à partir d'un tronçon de la Kennet et d'Avon au canal de Semington.

    Nous sommes arrivés au cours de la période de fermeture, de sorte que je ne pouvais pas aller pêcher là tout de suite, mais je marchais le long du chemin de halage du canal de nombreuses fois au cours des prochaines semaines, à la recherche d'un poste de pêcher pendant le jour de l'ouverture de la saison. J'ai finalement opté pour un poste à mi-chemin le long de la troisième section du canal, où il y avait un grand nombre de nénuphars. Dans la semaine avant que je sois prêt à pêcher, j'ai visité le poste chaque jour et jeta quelques asticots dans l`eau.

    Dans la nuit du 15 Juin j'étais au lit très tôt, avec une alarme programmée pour deux heures et demie le matin mais je restais éveillé pendant des heures incapables de dormir avec l'excitation. Finalement, j'ai réussi à tomber à m'endormir, et la prochaine chose que je savais, je pouvais entendre l'alarme. Étourdis je tendis la main et l'ai éteint, encore à moitié endormi. Je ne retournerais pas dormir ce jour cependant, et je fus bientôt debout et habillé. Avec mon attirail de pêche attaché à la bicyclette, j'étais sur le chemin vers le canal et je pédalais aussi vite que je le pouvais. Tout ce que je redoutais c'était que quelqu'un d'autre serait à mon poste, mais quand j'ai roulé ma bicyclette le long du chemin de halage dans la pénombre, je me suis approché de mon poste qui était vide –

    Ouiiiiiii!

    J'ai jeté juste après l'aube, juste un pied à droite des nénuphars, catapultant une douzaine d'asticots sur le dessus de mon flotteur et j'ai attendu avec impatience. Il n'a pas fallu longtemps et en moins de deux minutes, le flotteur balançait une fois, puis encore une fois, puis lentement il coula. En retenant mon souffle, et ne sachant pas à quoi m'attendre, j'ai levé la canne et constata que le coupable était un rotengle. Je n'avais jamais pris un rotengle avant, mais ce n'était pas un monstre. Il pesé probablement un quart d'once (7g). En dépit de sa taille, j'étais heureux de l'avoir attrapé, et j'ai jeté à nouveau à la même place.

    L'épisode précédent a été répété plusieurs fois et par huit heures j'avais attrapé peut-être une douzaine de Rotengle, tous de taille similaire.

    Puis, vers neuf heures le

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1