Découvrez votre prochain livre préféré

Devenez membre aujourd'hui et lisez gratuitement pendant 30 jours
Un Mot Aux Étudiants

Un Mot Aux Étudiants

Lire l'aperçu

Un Mot Aux Étudiants

évaluations:
5/5 (1 évaluation)
Longueur:
99 pages
1 heure
Sortie:
Jun 29, 2014
ISBN:
9781311116796
Format:
Livre

Description

Ce livre renverse la plupart des conceptions erronées soutenues par des étudiants chrétiens pour justifier leur médiocrité à l’Université. En effet, les années d’étudiant sont les plus déterminantes, car c’est le moment de marcher avec Dieu de toutes ses forces, et d’investir son tout dans ses études.

L’auteur soutient que les meilleurs diplômes sont pour les croyants, et en donne le secret dans ce livre. En effet, si Dieu t’a destiné à des études universitaires, tu dois L’honorer en fournissant les meilleurs efforts pour atteindre les résultats que Dieu attend de toi.
Parmi les obstacles à une vie universitaire réussie, l’auteur cite entre autres,
L’absence d’un sens de destinée,
L’enchevêtrement émotionnel
etc.
Lis ce livre, et puisses-tu être béni.

Sortie:
Jun 29, 2014
ISBN:
9781311116796
Format:
Livre

À propos de l'auteur

ZACHARIAS TANEE FOMUM (ZTF) is the best-selling author of more than 200 books with over 5 million copies in circulation in print, eBook and audiobook formats. He founded Christian Missionary Fellowship International (CMFI), a missionary and church planting movement with thousands of Churches in more than 80 nations on all the continents.Prof. Fomum was also a Professor of Organic Chemistry with more than 160 publications in leading international journals. In 2005, his published scientific work was evaluated and found to be of high distinction, earning him the award of a Doctor of Science degree from the University of Durham, Great Britain.Prof. Fomum was married to Prisca and their seven children are actively involved with missionary and church planting work across the globe.His books and the millions of people he influenced in more than 40 years of Christian Ministry continue to impact the world with the Gospel today! Get to know him From His Own Very Lips: https://books2read.com/b/From-His-LipsSign up for my mailing list to be notified of new releases, free e-book giveaways and more at https://ztfbooks.com/ztfbooks-mailing-list

Lié à Un Mot Aux Étudiants

Livres associé
Articles associés

Aperçu du livre

Un Mot Aux Étudiants - Zacharias Tanee Fomum

UN MOT AUX ETUDIANTS

Par

Zacharias Tanee Fomum

Copyright © 2011 Z.T. Fomum

Edité par

l'unité de l'édition électronique du ministère du livre de la

Communauté Missionnaire Chrétienne Internationale

http://www.cmfionline.org

ztfbooks@cmfionline.org

Titre anglais: A Word to the Students

© Editions ZTF, 2011

Tous droits réservés

TABLE DES MATIERS

Preface

La Perspective Chretienne De La Vie Universitaire

Un Sens De Destinee

L’etudiant Et La Purete Sexuelle

Conclusion

Au Sujet De L'auteur

Autres Livres Du Meme Auteur

Chapitre 0

PREFACE

Dans ce livre: Un Mot aux Etudiants, le professeur Fomum, se basant sur son témoignage personnel, fait ressortir clairement que la vie d’étudiant n’est pas incompatible avec une vie spirituelle riche. Bien au contraire, l’excellence académique dépend de la priorité que l’étudiant donne à Dieu pendant ses années d’études.

Ce livre renverse la plupart des conceptions erronées soutenues par des étudiants chrétiens pour justifier leur médiocrité à l’Université. En effet, les années d’étudiant sont les plus déterminantes, car c’est le moment de marcher avec Dieu de toutes ses forces, et d’investir son tout dans ses études.

L’auteur soutient que les meilleurs diplômes sont pour les croyants, et en donne le secret dans ce livre. En effet, si Dieu t’a destiné à des études universitaires, tu dois L’honorer en fournissant les meilleurs efforts pour atteindre les résultats que Dieu attend de toi.

Parmi les obstacles à une vie universitaire réussie, l’auteur cite entre autres,

L’absence d’un sens de destinée,

L’enchevêtrement émotionnel

etc.

Lis ce livre, et puisses-tu être béni.

Chapitre 1

LA PERSPECTIVE CHRETIENNE DE LA VIE UNIVERSITAIRE

Un mot aux etudiants de l’universite de Harare au Zimbabwe

Notre sujet de cette soirée est intitulé «La perspective chrétienne de la vie universitaire.»

Je suis né dans un foyer chrétien. Mon père était radical en matière de discipline.

Ma mère était aussi stricte en matière de discipline. Quand il fallait que tu aies une bastonnade, tu ne pouvais pas l’entendre dire: «Hé bien, je ne peux pas te fouetter maintenant. Attends que papa vienne et tu seras fouetté». Elle te donnait une bonne fessée sur-le-champ. Si tu méritais une punition, elle te la donnait elle-même.

Mon père supervisait plus de quatre-vingt congrégations presbytériennes parsemées dans le district. Ainsi, il était parti les trois quarts du temps. Mais pendant son absence, la discipline était aussi rigoureuse que lorsqu’il était présent.

Mon père pouvait marcher dans la chambre les yeux fermés, car à la maison, il y avait une règle établie: «Laisse chaque chose où tu l’as trouvée». C’était un environnement de village. Chacun avait une machette et une houe pour les travaux champêtres. A l’âge de douze ans, j’avais eu à abattre un arbre pour en faire du bois de chauffage. Quelqu’un m’avait dit de prendre la machette de mon père parce qu’elle était plus tranchante que la mienne. J’étais donc allé la prendre, j’avais abattu l’arbre et je l’avais découpé en bois de chauffage. Puis j’avais commencé à transporter le bois pour le déposer à la maison. Au dernier tour, j’avais oublié la machette de mon père. Le jour suivant, il alla prendre sa machette, et ne la trouva pas en place. Il me posa la question: «Sais-tu qui a déplacé ma machette? Sais-tu quelle magie s’est abattue sur ma machette?» C’est alors que je me souvins et reconnus mon erreur. Pour cela, je reçus six coups de fouet aux fesses.

Mon second nom est Tanee, et c’était le nom de son père. La manière dont il prononçait ce nom pouvait être un honneur ou pouvait signifier: «Tu as des problèmes!» Ainsi, selon sa manière de dire «Tanee», tu pouvais savoir si c’étaient des félicitations ou des problèmes qui t’attendaient. Une fois j’avais dit à ma sœur aînée: «Ferme-la !», et mon père s’était exclamé: «Tanee!», et je sus que j’étais en difficulté. Dès qu’il t’appelait pour te fouetter, tu ne devais pas t’enfuir, car il ne changeait jamais d’avis lorsqu’il s’agissait de fouetter. Il ne te fouettait pas parce qu’il était en colère, il te fouettait pour te discipliner. Ainsi, si tu t’enfuyais, à ton retour, tu recevais néanmoins le fouet en guise de discipline. J’étais donc allé recevoir les six coups de fouet pour avoir dit à ma sœur aînée: «Ferme-la! »

Mon père et moi avions une relation merveilleuse. Il avait fait de moi son ami et cela avait transformé fondamentalement ma vie.

Mon père et ma mère étaient des amoureux. Dans la tribu de mon père, quand tu faisais quelque chose de spectaculaire et de bon, on te mettait en chanson. L’histoire d’amour entre mon père et ma mère avait fait naître une chanson de félicitations dans la tribu. Ils étaient de véritables amoureux. Ils étaient des amoureux formidables. Quand je lis ce que les gens écrivent de nos jours au sujet du mariage, je réalise le don que j’ai eu d’avoir de tels parents.

Je dirai encore une chose au sujet de mes racines. Mon père était un «workalcoholic» (travailleur acharné). Il travaillait dur. Il travaillait très dur. Il travaillait extrêmement dur. Il prêchait, il baptisait, il bâtissait les gens, il était le secrétaire, il dactylographiait, il gérait l’équipe. Il était trésorier dans l’organisation de l’église, et il était aussi agriculteur. Quand j’avais sept ans, nous étions allés pour la première fois débroussailler la caféière de quelqu’un pour avoir un revenu supplémentaire. Papa était celui qui dirigeait la délégation. A l’époque, les pasteurs étaient mal payés. S’ils n’avaient pas de revenus supplémentaires, ils avaient des difficultés.

Mon père était très chaleureux et très romantique. Une fois par semaine il revenait à la maison et jouait à ce qu’on appelle «Ludo» avec la famille. C’est un jeu qui consiste à jeter le dé. Il jouait toujours pour gagner. Je veux dire que mon père était ainsi fait.

Il allait de village en village. Et on préparait toujours de la nourriture pour le pasteur. Dans chaque village où il se rendait, il écrivait une lettre à ma mère et envoyait quelqu’un lui porter une partie de la nourriture que lui-même mangeait. C’était là une pratique inchangée!

A l’âge de onze ans, précisément le 13 juin 1956, j’étais debout sous un prunier devant notre maison, lisant un traité intitulé: «Quelqu’un Est Mort Pour Toi», que mon père m’avait donné. Il était un distributeur de traités. Ce traité disait clairement que

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Un Mot Aux Étudiants

5.0
1 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs