Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Dictionnaire de la langue française, Antiacadémie Vol. 2 F-Z

Dictionnaire de la langue française, Antiacadémie Vol. 2 F-Z

Lire l'aperçu

Dictionnaire de la langue française, Antiacadémie Vol. 2 F-Z

évaluations:
5/5 (13 évaluations)
Longueur:
345 pages
3 heures
Sortie:
10 nov. 2014
ISBN:
9781311031716
Format:
Livre

Description

Nous, les humains, ou les soi-disant raisonnable êtres, ne sommes parfois pas meilleurs que les perroquets. Cette proposition pouvait offenser ces derniers : au moins ils priment sur nous en ce qu’ils peuvent voler, se déplacer librement et continuer pacifiques. Les arrogants se vantent d’avoir compensé leur difficulté de voler avec la soi-disant faculté de raisonner. Oui ! Qu’ils sont bons à compter ! Qu’ils sont bons à fabriquer ce dont nous n’avons pas besoin ! Qu’ils sont bons à inventer ! Mais de là à être nous probablement raisonnables, il y a une différence peu de fois considérée. Écoutez-les parler et lisez ce qu’ils ont écrit. Combien d’entre eux se différencient des perroquets en avoir sélectionné leurs mots et ses phrases ? Combien d’entre eux, toute la vie, récitent l’hymne national, ou d’autres compositions imposées comme des leçons, sans distinguer leur composants, ou sans analyser sémantiquement le tout ? Voici le psittacisme !

Sortie:
10 nov. 2014
ISBN:
9781311031716
Format:
Livre

À propos de l'auteur

I am lexicographer and writer.Lexicography is for me a means to purify my mind.Galardonado con el premio internacional ANA MARIA AGUERO MELNYCZUK A LA INVESTIGACION -2017 por la obra La ANTIACADEMIA.


Lié à Dictionnaire de la langue française, Antiacadémie Vol. 2 F-Z

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Aperçu du livre

Dictionnaire de la langue française, Antiacadémie Vol. 2 F-Z - Estéfano Luján

Né quelque part en Amérique, écrivain, lexicographe, le père de la LEXICOGRAPHIE PERSONELLE, ambassadeur de la langue espagnole.

LEXICOGRAPHIE PERSONELLE c’est l’art de tout mettre en question en faisant un dictionnaire personnel.

INDEX

fade, faraud, farouche, fellateur, fellation, fignoler, flâner, flatterie, fléchissement, frayer, frime, gamahucher, gauchir, se gausser, gourd, grelotter, habiliter, haie, immiscer, impliquer, inclassable, inconduite, inconsidéré, incontestable, incorrection, inculquer, influer, insu, insupporter, intangible, interloquer, jacasser, lanterner, lisible, lit, longer, maladresse, malmener, masturbation, masturber, maugréer, méconnaissable, médisance, mignon, mijaurée, mutin, nantir, narguer, niais – niaise, nonchalance, objecter, ordure, orgasmer, penaud – penaude, perclus, permuter, plupart, poindre, pornographie, pourparler, prélasser, prélever, prévenance, primer, primesautier, provenance, rater, rature, raviser, réciter, redevable, redevance, redevenir, relayer, renifler, repaire, répit, rudoyer, salope, sillon, sucer, surcroît, tapir (se), taquiner, tarifer, tâtonner, terne, tiédir, tournure, tousser, tricher, turbulence, unicolore, vacarme, vagir, valider, vanter, verrouiller, vexer., vulnérable,

/fade/

Adjectif masculin et féminin.

Pluriel : fades.

Étymologie : on conjecture que fade soit un dérivé du latin fatuus (= insipide).

Datation : trouvé dans les œuvres littéraires depuis la fin de 1100.

1. (D’une chose sensible au goût) qui n'a aucune saveur, ou dont la fadeur la rend désagréable.

Synonyme : insipide.

Dérivés : affadir, affadissement, fadir, fadement, fadeur.

Antonymes : appétissant, assaisonné, épicé, savoureux.

Traduction: soso, en espagnol ; scipito, en italien ; insipid, en anglais.

Les végétaux [de Valence], trés beaux d'aspect, ont un goût aqueux et fade.

Paul Lastours… L'Espagne historique

Les plantes dont la saveur est fade sont susceptibles de quelques propriétés que n'ont pas celles qui sont purement insipides.

Alexandre Gautier… plantes medicinales

[La] chair [du tapir] est fade et grossière, cependant les Indiens la mangent.

Georges Buffon… Oeuvres

Il ne faut pas se faire illusion sur les fruits des tropiques ; ils sont loin de valoir ceux des climats tempérés ; les oranges elles-mêmes perdent à la trop grande chaleur leur parfum, et deviennent fades et sèches sous l’action d’un soleil trop ardient.

Julien Rochechouart… Pékin

2. Par extension sémantique : (d’une chose sensible à l’odorat) a. Qui n’émoustille pas celle o celui qui la perçoit, à cause de la faiblesse de son odeur. b. Désagréable, même si l’odeur est faible.

Au fond de la malle, j'apperçois des centaines d'animaux qui ont un caparaçon de parchemin d'un brun clair et luisant; ils imprègnent ce qu'ils rongent d'une odeur fade et musquée

Louis-Ange Pitou… Voyage à Cayenne

[...] aller respirer au grand air une atmosphère moins fade et moins nauséabonde.

Jules Gros… Voyages et adventures...

Il est peu de champignons aussi communs dans les bois. [...] Il a une odeur fade, désagréable, une saveur styptique.

Charles Flandin… Traité des poisons...

3. (D’une chose sensible à la vue) qui n’émoustille pas celle o celui qui la perçoit, par son manque de grace.

La manière de cette peinture est la même que celle de Cimabué, sans dessin, sans rondeur, sans coloris, fade et misérable de tout point.

Charles De Brosses… Lettres historiques et critiques sur l'Italie

Il y avait également une joune fille d'une vingtaine d'années, de beauté fade, grassouillette et blonde.

Ernest Feydeau… Sylvie

4. (D’une chose sensible à l'ouïe) qui n’émoustille pas celle o celui qui la perçoit, par son manque de grace ou par sa monotonie.

Antonyme : mélodieux.

[...] sourire à une fade galanterie.

Pigault-Lebrun… La famille Luceval

Il a déjà commencé à se moquer de moi; mais je m'importe peu (comme dirait le gendarme) des fades railleries de cet impertinent.

Francisque Sarcey… Étienne Moret

5. (D’une personne) qui manque de grace, comme s’il s’agissait d’un comestible insipide.

[...] une petite pensionnaire, blonde, bistrée, fade et gracile, minaudante, les cheveux nattés, enrubannés de bleu

Georges Eekhoud… La faneuse d’amour

/faraud/, /faraude/

Nom masculin et féminin.

Pluriel : farauds, faraudes.

Étymologie : d'origine incertaine. On conjecture que ce serait le diminutif du mot FIER.

1. Personne qui fait ostentation de quelque chose (un chapeau, une jupe, etc.) avec laquelle elle s’est vêtue, ou d’autres ornements (bijoux, etc.) avec lesquels elle s’est pareé ; celui ou celle qui faraude.

Traduction: dandy, en anglais ; majo, en espagnol ; dandy, en italien.

Synonyme : dandy.

[...] comme t’es faraude, Marie ! des tabliers en soie !... [...] Qui donc qui t’a donné ça ?

Paul de Kock… Tourlourou 1845

[...] c’était une dame qui était toute parée, toute faraude.

Paul de Kock… Tourlourou 1845

[...] le dimanche, je veux que tu sois le plus faraud, comme tu es le plus beau garçon du pays...

M. Lefranc et Marville… Allons battre ma femme 1851

Un assez bel homme, blond tirant sur le roux, [...] l’air bravache avec un dandinement de faraud.

Jules Verne… Le chemin de France 1887

-) Faire le faraud, faire la faraude, faire ma faraude, etc. : faire prétentieuse ostentation de quelque chose (un chapeau, une jupe, etc.) avec laquelle on s’est vêtue, ou d’autres ornements (comme un bijoux, etc.) avec lesquels on s’est parés :

[...] le jeune menuisier ayant cru se faire le faraud en ornant son chapeau de belles plumes de coq, trouvées le long d’un sentier, une nouvelle bande bien pensante le rencontre, l’accuse de porter des plumes d’aigle en mémoire de Buonaparte [...]

Alexandre d’Englehem… Les enfants du travail 1864

Ce n’était pas étonnant si la servante allait si cossue et faisait sa faraude, les dimanches, aves ses jupes de cadix, [...] son châle de tartan rayé et sa coiffe où pendait, ma foi, une dentelle fine. Même elle portait des anneaux d’or aux oreilles.

Georges de Peyrebrune… Victoire la rouge 1898

2. Personne qui se comporte prétentieusement lorsqu’elle est en présence de quelqu’un d’autre, en simulant quelque chose ou en faisant ostentation de quelque chose de personnel.

Antonymes : réservé, humble.

Synonymes : prétentieux, avantageux. Le fanfaron diffère du faraud en ce que l’implication du premier mot est celle de farauder oralement (comme si l’on employait un fanfare pour se faire regarder).

Traduction : person with a pretentious behaviour, en anglais ; persona tronfia, en italien ; persona de comportamiento pretencioso, en espagnol.

Je ne connais personne qui soit plus fort que moi! dit-il en battant les cartes avec une prétention à la grâce, digne de ces farauds d'estaminet si bien rendus par Bellangé dans ses caricatures

Honoré de Balzac… Œuvres

[...] pour être farauds devant les dames.

Ed. De Beaumont… L’épée et les femmes

-) Faire le faraud, faire la faraude, faire ma faraude, etc. : se comporter prétentieusement en présence d’une autre personne, en affectant une qualité, ou en faisant ostentation de quelque chose avec laquelle on veut persuader l’observateur qu’on a un avantage (soit corporel, ou intellectuel, ou circonstanciel) ; c’est-à-dire, vouloir persuader quelqu’un que l’on a un avantage (réel ou irréel), soit en parlant ou en gesticulant.

On est ouvrier, monsieur, parce qu’on veut bien l’être, monsieur ; si on voulait, [...], on pourrait faire le faraud comme un entrepreneur ! On pourrait donner des robes de bourre de soie à sa femme !

Jean-François-Alfred Bayard… Jérôme le maçon 1847

Qu'est-ce qu'elle a donc dans la peau, cette petite femme même pas régulièrement jolie ? […] Les maçons cessent de gâcher quand elle passe, en faisant l'un à l'autre des yeux clignés et des claquements de langue. [...] Les gars, dans les rues, font les farauds pour elle.

Sidonie Colette… Claudine à l’école

-) Avec la préposition avec + un nom, pour désigner la principal chose ou qualité dont on fait ostentation :

« Est-ce que tu comptes mettre dans ta belle chambre le vilain lit de Jeanne et son vieux coffre ? Ce sera joli ! Tout le monde se moquera de toi : ils diront qu’au dehors tu fais le faraud avec ta maison qui n’est pas faite comme les autres, et qu’au dedans tu n’as pas seulement de quoi te coucher.

Zulma Carraud… La petite Jeanne 1884

Ce domestique qu’elle avait loué était un garçon de La Séguinie, qui avait travaillé chez eux comme journalier et qui lui avait convenu. C’était un fort ribaud qui avait les épaules larges, le corps trapu, la figure bête, et avec ça voulait faire le faraud.

Eugène le Roy… Jacquou le croquant 1900

-) Faraud, faraude peuvent être employés adjectivement : a. (D’une personne) qui se comporte avec farauderie. b. (D’une action personelle) qui manifeste la farauderie.

[...] elle a quarante-deux ou trois ans, il n’est pas loin de quarante lui-même, malgré son apparence faraude...

Henry Gréville… L’avenir d’Aline

Ils la regardaient avec des sourires farauds, tout en parlant d’elle, cette belle fille presque inaccessible.

Louis Hémon… Maria Chapdelaine 1913

-) Faraud, (faraude) de : construction inusuelle, équivalente à « qui se comporte avec farauderie (ostentation), en étant fier de »

[...] comme [...] personne ne voulait acheter ce bon sujet [le cheval...], on l’a donné à un des cuisiniers [...] pour s’en débarrasser, à condition qu’il le nourrirait. Bon, voilà mon cuisinier tout faraud d’avoir un cheval pour la nourriture.

Eugène Sue… Deleytar

[...] lorsqu’il lui revient, tout faraud d’avoir triomphé aux jeux [...]

Jules-Charles Roux – Frédéric Mistral… Le jubilé...

Dérivés de FARAUD : farauder, farauderie.

/farouche/

Adjectif.

Pluriel : farouches.

Étymologie : d'origine incertaine : on conjecture que farouche est un dérivé du latin foras, (= dehors).

1. (D’un animal) qui n’est pas apprivoisé ; qui fuit devant une personne ; qui ne se laisse pas approcher par les humains.

Antonyme : apprivoisé.

Traduction : salvaje, en espagnol ; wild, en anglais ; selvaggio, en italien.

[Ce coucou] est d’un naturel si peu farouche et si peu défiant, que les petits nègres le prennent à la main.

Georges Buffon… Les Oiseaux

Se souvenant enfin que le fort était inabordable et qu’il en jaillissait des griffes, il cessa de rôder et s’arrêta près de la carcasse du daim, dont les vautours avaient pris peu de chose. La tigresse y était déjà. Ils ne mirent guère de temps à dévorer les restes, puis le grand lion tourna vers la tigresse son crâne rougeâtre. Quelque chose de tendre émana de la bête farouche, à quoi la tigresse répondit par un miaulement, son long corps coulé dans l’herbe.

J.-H. Rosny Aîné… La guerre du feu

[…] pour adoucir le caractère des chevaux farouches.

François Rozie… Cours complet d'agriculture

En Syrie, on s'attendait à chaque instant à voir apparaitre les chevaux farouches et échevelés des redoutables cavaliers…

André Henri Constant Hasselt

2. (D’une personne) qui craint ou évite le contact avec d’autres personnes.

Synonymes : insociable, misanthrope, timide, intraitable.

Antonymes : sociable, traitable.

En vain M. de Montragoux la pressait de devenir sa femme ; elle résistait aux prières, aux larmes, aux objurgations, se refusait aux caresses les plus légères de son époux et courait s’en fermer dans le cabinet des princesses infortunées, où elle demeurait seule et farouche des nuits entières.

Anatole France… Les Sept Femmes De La Barbe-Bleue

Ils finissent par se détester eux—mêmes; farouche, solitaire, timide et cruel, 1e tyran vit dans ses palais d'ennuis et de soupçons.

Fantin Desodoards… Histoire d'Italie

*En particulier : (d’une femme) qui n’est pas facile à courtiser.

Quand nous étions ainsi arrêtés quelques minutes, je connaissais que cette fille, farouche aux hommes jusqu’ici, commençait à penser...

Eugène Le Roy… Jacquou le Croquant

3. (De quelque chose de personnel) qui manifeste faroucherie, ou la crainte du contact humain.

L'homme regardait son visiteur en dessous, avec une […] timidité farouche.

Michel Zévaco… Œuvres

Dès qu’elle apercevait un étranger, son instinct de timidité farouche la portait à fuir.

Paul Féval… Le loup blanc

4. a. (D’une personne) qui agit avec brutalité ; d’une rudesse comparable à celle des animaux sauvages. b. (De quelque chose de personnel, comme un comportement, une voix, etc.) qui manifeste la rudesse ou la brutalité de la personne, ou simplement, sa sévérité.

Synonymes : barbare, cruel, violent.

[…] nous nous trouvions en face d'un adversaire farouche et intraitable.

Augustin Regnault… La France sous le second empire

[…] les ordres de ce tyran farouche.

Fulgence Girard… Mystères

Pas de grâce ! Pas de pitié ! reprit cette femme d'une voix farouche.

Fulgence Girard… Mystères

Ses traits étaient durs et son regard farouche.

Gustave Aimard… La Tour des Hiboux

Il avait peur de l'obstination farouche de ce silence.

Louis Énault… Un amour en Laponie

Elle parut prononcer ces dernières paroles avec effort, en dépit de son farouche orgueil.

Guillaume Apollinaire… Les trois Don Juan

Il prononça ces derniers mots avec une gravité farouche.

Georges Bernanos… L’imposture

[…] simple, facile à tromper, très doux et prompt à l’amour sous une apparence rude et farouche.

Anatole France… Les Sept Femmes De La Barbe-Bleue

Dérivés : farouchement, faroucherie, effaroucher, faroucheté (= caractère de quelqu'un de farouche).

/fellation/

Nom féminin.

Pluriel : fellations.

Prononciation : felAsjO.

ou fellatio

Étymologie : du latin fellatio, du supin de fellare (= sucer.) Le mot italien fellatio, l’anglais fellation, et l’espagnol felación sont de la même origine.

Définition : caresse qu’une femme ou un homme fait sur un pénis avec la bouche, les lèvres et la langue (parfois avec les dents) ; succion ou lèchement d’un pénis pour érotiser le fellationné ou pour l’érotisation de la fellatrice ou du fellateur.

Dans un décor [...] une femme pratique une fellation sur un homme. Une seconde femme assise à leur coté prodigue à la jeune fille conseils et intructions en matière de fellation. La leçon aboutit à l’éjaculation au ralenti.

Jacques Aumont… La Mise en Scène

C’est vrai qu’une fellation faite par un homme est plus agréable que faite par une femme.

Anne Saouter… Jeux du Masculin et du Féminin

Sylvia a un rêve sexuel récurrent : elle suce le pénis d’un homme et cela l’excite. Si ce désir de fellation est exclu de son imaginaire éveillé, c’est sans doute parce qu’il est [...]

Claude Crépault… Nouvelles Perspectives

Dérivés de fellation : fellationner ; fellateur ; fellatrice.

/fellateur/

Nom masculin et adjectif.

Étymologie : du latin fellator « qui suce, qui felle », de fellare : feller, sucer le pénis.

Pluriel : fellateurs.

Homme qui felle ; homme qui suce le pénis d’un autre homme.

/fellatrice/

Nom féminin et adjectif.

Pluriel : fellatrices.

Femme qui felle ; femme qui suce le pénis d’un homme.

Dérivés : fellation et feller.

Traduction : l’anglais fellateur (fellatrix), l’italien fellatore (fellatrice) et l’espagnol felador (feladora, felatriz).

La fellation est un art qu’aucune grandiloquence ne peut égaler ; la fellatrice ou le fellateur étant de meilleurs utilisateurs de leurs oralités que les caseurs.

Estefalu

Ah ! Hélène, comme ta langue est habile. [...] Oh ! Tu me picotes le trou du gland avec la langue… Maintenant, je la sens à la base du gland… tu nettoies le repli avec ta langue chaude. Ah ! fellatrice sans pareille, tu glottines incomparablement !… Ne suce pas si fort. Tu me prends le gland entier dans ta petite bouche. Tu me fais mal ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Tu me chatouilles tout le vit … Ah ! Ah ! [...] tes dents sont pointues… [...] Tu l’aimes bien, le gland ?… petite truie… Ah !… Ah !… Ah !… Ah !…

Guillaume Apollinaire… Les amours d’un hospodar

[...] l'homme qui posa ses mains sur la tête de la fellatrice.

Lucy Maroger… Hilda

Ses petites succions gourmandes, ses joyeux coups de langue : une fellatrice hors pair, cette femme.

Jacques Sadoul… Anthologie

[...] Murray soupira de délice. Ses petites succions gourmandes, ses joyeux coups de langue : une fellatrice hors pair.

Jacques Sadoul… Anthologie…

/fignoler/

Verbe transitif

Étymologie : on conjecture que c’est dérivé du mot FIN.

Définition : achever (quelque chose de corporel ou non) finement ou minutieusement.

Synonymes : parachever, parfaire. Antonymes : bâcler, négliger.

Traduction : refinar, en espagnol ; raffinare, en italien ; to refine, en anglais.

Le gamin, petit pâtissier en gros, dédaigneux de fignoler son travail, n’ayant plus rien à faire, disparaît.

Jules Renard… Coquecigrues

[...] l’ouvrier, qui fabriquait lui-même ses armes, ses outils, ses meubles, ses vêtements, les fignolait avec amour. Il se plaisait à les soigner, à les enjoliver.

G. Renard… Le travail dans la préhistoire

[...] il s’arrêta devant l’ébauche de son grand tableau. Le soleil venait de réapparaître, frappant en plein sur la toile. Octave constata qu’il y avait beaucoup à faire ; l’oeuvre ainsi conçue lui parut mesquine ; il fallait élargir cela, viser plus haut. À quoi bon fignoler une amusette pour cercles, alors qu’on est riche d’argent [...] ?

Émile Goudeau… Des fous

-) Absolument (sans l'expansion) :

[...] ils construiraient le mur eux-mêmes, par économie. [...] Inutile de fignoler.

Jules Renard… Coquecigrues

-) Au participe de prétérit :

Sa toilette fignolée, Mlle Chauny équilibra,

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Dictionnaire de la langue française, Antiacadémie Vol. 2 F-Z

5.0
13 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs