Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Les fondateurs de la Pharmacologie: A.I.M. Al-Ghafiki - A.M.A. Ibn-Al-Baïtar - A.H. Al-Dinawari - M.I.Z. Ar-Razi [Rhazès] - A.H. Ibn-Sina [Avicenne]

Les fondateurs de la Pharmacologie: A.I.M. Al-Ghafiki - A.M.A. Ibn-Al-Baïtar - A.H. Al-Dinawari - M.I.Z. Ar-Razi [Rhazès] - A.H. Ibn-Sina [Avicenne]

Lire l'aperçu

Les fondateurs de la Pharmacologie: A.I.M. Al-Ghafiki - A.M.A. Ibn-Al-Baïtar - A.H. Al-Dinawari - M.I.Z. Ar-Razi [Rhazès] - A.H. Ibn-Sina [Avicenne]

évaluations:
3.5/5 (4 évaluations)
Longueur:
240 pages
3 heures
Sortie:
10 déc. 2014
ISBN:
9782322006939
Format:
Livre

Description

Jadis patrimoine exclusif des mages, des sorciers, des guérisseurs, des shamans, des aruspices, des prêtres qui préparaient par un rituel et des incantations aux dieux, aux esprits, aux démons des potions, des breuvages, des drogues aussi bien pour soulager ou guérir que pour occire et cela dans une atmosphère imprégnée de mystères.
C’est à partir du IXe siècle qu’apparaît la Pharmacologie en tant que Science des médicaments employés à des fins thérapeutiques loin des pratiques magiques ou religieuses. Dès l’origine, les fondateurs de la Pharmacologie se sont efforcés de mettre au point des médicaments efficaces, spécifiques en présentant le maximum de sécurité, afin de lutter contre les maux qui attaquent le corps et le psychisme de l’homme.
Que de générations de pharmacologues ont suivi leur chemin au but ambitieux qui, on l’observe actuellement, a porté ses fruits, attendu que, par ses découvertes, innovations et apports continuels, la Pharmacologie a activement participé, aux côtés de la médecine et de l’hygiène, à une meilleure qualité de l’existence et à l’élévation de la durée moyenne de la vie. A ce titre, les Fondateurs de la Pharmacologie méritent bien la dénomination honorifique : « Être au service de l’Humanité ! »
Le médicament moderne, dans la société actuelle est mal en point car, hélas, il est devenu un bien de consommation comme les autres, et il commence à faillir à sa mission, celle qui était pour les fondateurs de la Pharmacologie, à savoir, une protection contre la souffrance et les maladies.
Sortie:
10 déc. 2014
ISBN:
9782322006939
Format:
Livre

À propos de l'auteur

L'auteur, de formation scientifique, a écrit des dizaines d'ouvrages dans les domaines des Sciences humaines (Histoire, Sociologie, etc.), de la Théologie, de la Biologie, etc. Ces écrits éclairent certaines zones d'ombres qui sont nombreuses et mettent en lumière une version différente de celle qui est communément admise car imposée. Enfin, l'auteur enrichit les champs des connaissances par l'innovation d'un ensemble de postulats, de concepts, d'idées. Par exemple, la Collection Néo-anthropologie (Anthropologie de l'Islam) est une manière d'inaugurer une approche de la Préhistoire, de l'Archéologie, de l'Anthropologie, de la Linguistique, etc. L'auteur introduit des notions nouvelles, des modèles originaux, des données inédites.


Lié à Les fondateurs de la Pharmacologie

En lire plus de Nas E. Boutammina

Livres associé

Articles associés

Aperçu du livre

Les fondateurs de la Pharmacologie - Nas E. Boutammina

ou

Introduction

En étroite liaison avec les sciences médicales, la Pharmacologie connut une grande vogue chez les savants berbèro-andalous et perses. Elle fit l’objet d’ouvrages spécialisés.

La Pharmacologie était non seulement l’affaire de spécialistes comme les pères fondateurs Al-Dinawari [815-895], A.I.M. Al Ghafiki [m. 1165], M. Ibn-Al-Baïtar [1190-1248], mais également celle des médecins comme M.I.Z. Ar-Razi [864-925], A.H. Ibn-Sina [980-1037], A.M. Ibn-Zuhr [1091-1162], A. Ibn Al-Abbas Al-Majusi [m. 995] ou encore R. Al-Biruni [973-1048] pour ne citer que ceux-là, qui, par leurs recherches importantes et judicieuses à la pharmacopée enrichirent l’œuvre de leurs prédécesseurs et la complétèrent en classant [taxinomie] les médicaments par ordre alphabétique et formulèrent leur préparation et leur indication thérapeutique.

Ces savants incorporèrent la Pharmacologie comme partie intégrante de la médecine tout en lui octroyant son autonomie et en lui donnant ses lettres de noblesse. Ils la développèrent en l’enrichissant de leurs travaux et de leurs observations.

Les médecins principalement berbéro-andalous et perses dotèrent la Pharmacologie de procédés et de techniques de manière à mettre au point de nouveaux remèdes [camphre, séné, tamarin, casse purgative, myrobolans, noix de muscade, ergot de seigle, rhubarbe, racine de galanga, etc.], sans parler d’une foule d’autres médicaments actuellement toujours en usage.

I - Période avant la Pharmacologie [avant le IXe siècle]

A - Qu’est-ce que la Pharmacologie ?

1 - Quelques définitions

a - Plantes médicinales

Les plantes médicinales sont les plantes utilisées en phytothérapie pour leurs principes actifs. Certaines plantes médicinales qui sont souvent également des aromatiques [basilic, sauge, thym, menthe, etc.] sont très faciles à cultiver, puis elles sont récoltées, séchées pour être finalement consommées sous forme de préparations diverses. De l’Antiquité, à la Renaissance en passant par le Moyen-âge, dans les jardins des temples, des monastères, les prêtres, les moines prenaient grand soin d'avoir leur carré d'herbes aromatiques les « simples ».

b - Médicaments

Beaucoup de médicaments ont évolué depuis leur origine, et l’on distinguera dans cette partie leur constitution et leur action physiologique.

• Définition juridique

La définition juridique du médicament ne possède qu’une valeur relative applicable à un pays donné. Quoi qu’il en soit [en France], le médicament est soumis à une législation : « On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l’égard des maladies humaines ou animales, ainsi que tout produit pouvant être administré à l’homme ou à l’animal, en vue d’établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions organiques. Sont notamment des médicaments les produits cosmétiques et d’hygiène corporelle contenant des substances vénéneuses à des doses supérieures à celles qui ont été fixées par une liste établie par arrêté ministériel, et les produits diététiques qui renferment dans leur composition des substances chimiques ou biologiques ne constituant pas par elles-mêmes des aliments, mais dont la présence confère à ces produits soit des propriétés spéciales recherchées en thérapeutique diététique, soit des propriétés de repas d’épreuve² ».

Les constituants

- Médicaments d’origine naturelle

Les médicaments d’origine naturelle proviennent des trois règnes : minéral, animal, végétal.

° Médicaments d’origine minérale

Une variété d’éléments simples ou leurs sels comme le soufre, l’arsenic, les iodures, les phosphates, les sels de fer, de calcium, de magnésium, de mercure, le charbon, le talc, etc., qui servaient autrefois comme remèdes font toujours partie de l’arsenal thérapeutique.

° Médicaments d’origine animale

L’opothérapie³ est cantonnée actuellement aux extraits de foie ou de thyroïde. Mais les organes animaux servent à préparer divers produits tels qu’hormones [insuline, hormones hypophysaires, etc.], anticoagulant [héparine], ou enzymes [pepsine, trypsine, hyaluronidase, etc.], fréquemment utilisés en thérapeutique. Les sels biliaires restent des précurseurs pour la synthèse des hormones sexuelles ou corticosurrénaliennes ; les huiles de foie de poisson, quant à elles, sont une source de vitamines A et D, etc.

° Médicaments d’origine végétale

Dès l’origine, ils sont toujours la principale source des médicaments naturels. Leur utilisation telle quelle, en nature [décoctions, poudres, etc.] est peu importante. Les formes dites « galéniques ⁴ » [colorants, extraits, etc.] demeurent des médicaments d’administration pratique et peu coûteuse de la plupart des principes actifs d’un végétal, l’extrait total s’avère quelquefois plus efficace que les constituants isolés.

Les plantes médicinales sont également utilisées comme matière première pour l’extraction des principes actifs qui est le principal emploi de ces végétaux. Ainsi, la majorité des alcaloïdes⁵ [morphine, ergotamine, quinine, ajmaline, réserpine, etc.], des hétérosides ⁶ [digitaline, digoxine, etc.], des antibiotiques [pénicilline, streptomycine, tétracyclines, céphalosporines, etc.] sont extraits des végétaux.

Les plantes procurent aussi des précurseurs pour la composition hémisynthétique de médicaments provenant des alcaloïdes de l’ergot, d’antibiotiques naturels, etc. Chez certains végétaux [dioscorea et agave], il est prélevé une source abondante de stéroïdes, inactifs par eux-mêmes, mais actifs lors d’une modification de leur structure [chimie].

Les principes immédiats des végétaux contribuent généralement comme point de départ dans la confection de médicaments de synthèse. Par exemple, la structure de l’aspirine [acide acétylsalicylique] est proche de celle de la salicine des écorces de saule, fébrifuge populaire, et de l’aldéhyde salicylique des spirées. De mêmes, les anticoagulants, les anesthésiques locaux, les antimalariques et les curarisants de synthèse sont directement inspirés de substances naturelles.

Les médicaments à base de plantes sont des produits médicinaux finis qui renferment comme principes actifs exclusivement des plantes [parties aériennes -tiges, bourgeons, feuilles- ou souterraines -racines, bulbes-], d’autres matières végétales ou des associations de plantes, à l’état brut ou sous forme de

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Les fondateurs de la Pharmacologie

3.5
4 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs