Profitez de ce titre dès maintenant, et de millions d'autres, avec un essai gratuit

Seulement $9.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Revue des incompris revue d'histoire des oubliettes: Le Réveil de l'Horloge de Célestin Louis Maxime Dubuisson aliéniste et poète

Revue des incompris revue d'histoire des oubliettes: Le Réveil de l'Horloge de Célestin Louis Maxime Dubuisson aliéniste et poète

Lire l'aperçu

Revue des incompris revue d'histoire des oubliettes: Le Réveil de l'Horloge de Célestin Louis Maxime Dubuisson aliéniste et poète

évaluations:
1/5 (1 évaluation)
Longueur:
86 pages
1 heure
Sortie:
Sep 17, 2015
ISBN:
9782322020539
Format:
Livre

Description

L’horloge était censée avoir tous les traits d’une horloge, mis à part donner l’heure. C’était une horloge comme si.

Elle avait été fabriquée pendant la guerre de 14-18, en 1915, dans les montagnes perdues et enneigées de la Lozère par un homme placé à l’asile de Saint-Alban, pour le Dr. Louis Célestin Maxime Dubuisson, médecin-directeur par temps de guerre, mais aussi grand-père du futur Dr. Lucien Bonnafé, psychiatre connu pour son engagement dans la construction de la psychiatrie de secteur.
Sur le battant on peut lire : "horas non numero nisi serenas", "Je ne sonne que les heures heureuses ", et cela a fait rêver.
Voilà qu'elle s'est mise à parler et à raconter la longue histoire de la folie d'hier à aujourd'hui, dans les établissements où elle est assignée à vivre. Elle dit la continue résistance de ceux qui, soignants et soignés, refusèrent d'être de pâles figures du pouvoir et de la soumission, immobilisés, sédimentés au pays des horloges arrêtées.
Sortie:
Sep 17, 2015
ISBN:
9782322020539
Format:
Livre

À propos de l'auteur

Aujourd'hui chercheur en entreprise à l'EPS de Ville-Evrard, en Seine Saint-Denis Agnès Bertomeu, docteur en linguistique, psychologue clinicienne, écrit tout le temps, depuis toujours, là où elle est, en psychiatrie. Elle a publié de très nombreux articles, essais, nouvelles, poèmes. Depuis 2004, elle a assuré le commissariat de 12 Expositions temporaires à ce jour, ainsi que le développement d'un petit Musée d'Art et d'Histoire de la Folie et de la Psychiatrie ouvert à tous, en tant que responsable de la Société d’Études et de Recherches Historiques en Psychiatrie, dite la SERHEP. Formée à la thérapie des psychoses à la clinique de La Borde, elle y a exercé 20 ans avec le Dr. Jean Oury et le philosohe Félix Guattari , tout en poursuivant ses études. Psychologue, psychanalyste, linguiste, aujourd'hui historienne, elle se veut d’abord une artiste « en acte ». C’est en poète, en graphiste, en metteur en scène, en écrivain, qu’elle exerçait à la clinique de La Borde, au journal, au théâtre, à l’atelier de court-métrages et au fonctionnement de la psychothérapie institutionnelle. C’est ainsi qu’elle n’a jamais cessé de donner toute son attention aux personnes atteintes de troubles psychiques, et qu’elle a rejoint , en 1989, la ville et les équipes de la psychiatrie dite « de secteur ». Depuis plusieurs années, elle construit et fait connaître à la SE RHEP une démarche en histoire de la folie et de la psychiatrie qui cherche à sortir celles-ci de leur ghetto mental et à les replonger dans l’histoire commune.


Lié à Revue des incompris revue d'histoire des oubliettes

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Aperçu du livre

Revue des incompris revue d'histoire des oubliettes - Agnès Bertomeu

Directeur de la publication

Agnès Bertomeu

Comité de Rédaction

Dr. Catherine Bourdet Magdalena Dabrowski Guy Druennes Denis Foussard Philippe Giesberger Serge Jolly Martine Mathieu Brigitte Mondain Jean-Claude Parize Guy Pésier Daniel Terral Odette Waks

Couverture

Dessin. Chanteclair Cahiers d’Auguste Forestier. Coll. Dr. Dubuisson conservée au LAM, Villeneuve d’Ascq, cliché Nicolas De Witte

Maquette couverture

Agnès Bertomeu

Mise en Page

Agnès Bertomeu

Rédaction Administration

SERHEP, Société d’Etudes et de Recherches Historiques en Psychiatrie Ville-Evrard, 202 avenue Jean-Jaurès

93332 NEUILLY S/Marne France

33) 0143 09 34 78/ 06 86 00 60 20

serhep.ve@epsve.fr

Abonnement

Editée par la SERHEP, la Revue des Incompris publie les ouvrages écrits par des chercheurs et des historiens issus de la pratique hospitalière, soignants ou soignés, traitant de l’histoire de la folie et de la psychiatrie

Revue des Incompris, Serhep 2015

SOMMAIRE

Le tonnelier de Saint-Tricat

Célestin Louis Maxime Dubuisson aliéniste et poète

L’asile de Saint-Alban

Squelette et Semainière

Restauration

Principes de fonctionnement

Honneur aux souscripteurs

Célestin Louis Maxime Dubuisson poète

Inauguration à St Chély d’Apcher

Notes biographiques Incomplètes

Bibliographie de Lucien Bonnafé

AGENDA

A lire A lire A lire

A voir A voir A voir

Dessins et photos : serhep, agnès bertomeu, Archives Nationales Pierrefitte s/Seine, Y. Baldran

Couverture : dessin d’Auguste Forestier. Conservé au LAM Art Brut Villeneuve d’Ascq cliché Nicolas De Witte)

Dépôt SACD 27/03/2015 n°000113526

Le Tonnelier de Saint Tricat

Fig. 1. Saint-Tricat 2014. © Ville de Saint-Tricat

L

e ciel est bleu, le pays ensoleillé, mais le bleu a été passé en deuxième couche. Il recouvre un fond gris, tissé de suie, une sueur de suie fine et imprégnée des malheurs de la terre et des hommes. Retombée dans les rivières et les cours d’eau elle en fait l’eau grise.

Situé dans les terres du Pas de Calais, en dessous de San-gatte, à quelque distance des villes de Calais et de Boulogne sur Mer, du haut de sa colline, le petit village de Saint-Tricat comptait 403 habitants en 1851, à la veille du Second Empire, et s’enorgueillissait de son ancienne tour de guet et de son clocher.

L’un de ces habitants, Louis Maxime Dubuisson, tonnelier, et son épouse, Augustine, née Pochet, attendaient un enfant alors qu’ils étaient déjà bien avancés en âge. Louis Maxime, le père, né en 1806 à Saint-Tricat, était dans sa 45ème année, et Augustine, la mère, fille du pays, portait vaillamment sa grossesse et ses quarante-trois ans.

Elle s’occupait de la maison. Les grandes brasseries de bière du Nord venaient commander leurs fûts et leurs barriques au tonnelier de Saint-Tricat. Bières dorées et bois blonds. Louis Maxime avait choisi avec le plus grand soin les plus belles de ses lames de bois pour confectionner un berceau. Tonnelier a l’œil et la main au bois. Plus qu’aucun autre, il sait le choisir, le fendre, le brûler, le cintrer.

Fig. 2. Extrait d'acte de naissance. Célestin Louis Maxime Dubuisson conservé aux Archives Nationales de Pierrefitte sur Seine LH/818/36

L’enfant vînt au monde à la fin de l’hiver 1851, le 11 mars. Dès le lendemain, son père déclarait la naissance de Célestin Louis Maxime à la mairie de Saint-Tricat, où elle fût enregistrée

Le petit Célestin Louis Maxime courait dans les ateliers, entre les planches et les barriques. Comment fût-il amené à devenir médecin des fous, « aliéniste » comme on disait alors ? On ne le sait pas. D’où lui vînt cette étrange propension à soigner qui lui

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Revue des incompris revue d'histoire des oubliettes

1.0
1 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs