Profitez de ce titre dès maintenant, et de millions d'autres, avec un essai gratuit

Seulement $9.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Le destin de l'individu

Le destin de l'individu

Lire l'aperçu

Le destin de l'individu

Longueur:
41 pages
27 minutes
Éditeur:
Sortie:
Jan 13, 2016
ISBN:
9791029901195
Format:
Livre

Description

"À essayer de voir une intention du destin dans les choses, on ne fait qu’user, au contraire, de ce miroir conique qui introduit la combinaison et l’ordre dans ce qui semblait comme jeté au hasard."

Arthur Schopenhauer interroge ici la notion de providence et propose une réflexion sur la maîtrise de notre destinée.
Éditeur:
Sortie:
Jan 13, 2016
ISBN:
9791029901195
Format:
Livre

À propos de l'auteur

Arthur Schopenhauer (22 February 1788 – 21 September 1860) was a German philosopher. He is best known for his 1818 work The World as Will and Representation, wherein he characterizes the phenomenal world as the product of a blind and malignant metaphysical will. Building on the transcendental idealism of Immanuel Kant, Schopenhauer developed an atheistic metaphysical and ethical system that rejected the contemporaneous ideas of German idealism. He was among the first thinkers in Western philosophy to share and affirm significant tenets of Eastern philosophy, such as asceticism and the notion of the world-as-appearance. His work has been described as an exemplary manifestation of philosophical pessimism.


Lié à Le destin de l'individu

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Aperçu du livre

Le destin de l'individu - Arthur Schopenhauer

page

Copyright

Copyright © 2015 / FV Éditions

Couverture : Buste réalisé par Elisabeth Ney (1859)

Traducteur : G. Platon (1912)

ISBN 979-10-299-0119-5

Tous Droits Réservés

LE DESTIN DE L’INDIVIDU

— in Parerga und Paralipomena, Tome I —

Arthur Schopenhauer

1788-1860

Schopenhauer, 1855

Portrait réalisé par Jules Lunteschütz

Le Destin de l’Individu.

Το εἰκῆ οὺκ έστι έν τῆ ζωῆ,

ὰλλὰ μἰα άρμονία καἰ τάξις.

Plotin.

Enn. IV, L. iv, c. 35.

Réflexions transcendantes

sur la préméditation qui se montre dans le destin de l’individu.

Quoique les réflexions que je livre ici au lecteur n’aient aucun résultat pratique et pourraient peut-être être qualifiées de simple fantaisie métaphysique, je n’ai pu cependant me résoudre à les condamner à l’oubli, par la raison que chacun leur fera un accueil favorable ne fût-ce que pour les comparer avec les propres pensées qu’il nourrit sur le même sujet. On voudra bien se souvenir cependant que tout en elles est douteux, non seulement la solution mais le problème lui-même. Il ne faut donc rien moins qu’attendre ici des conclusions fermes ; mais tout au plus le simple examen d’un problème très obscur, qui cependant, peut-être, s’est imposé plus d’une fois à la réflexion de chacun au cours de sa vie, et quand il se considérait lui-même. Nos pensées ne peuvent donc guère être rien de plus qu’un tâtonnement, une sorte de toucher dans l’obscurité. On se rend compte qu’il y a bien quelque chose, mais on ne sait pas bien dans quel endroit de la pièce ce quelque chose se trouve, ni quoi. S’il m’arrive pourtant parfois de prendre le ton positif ou même dogmatique, qu’il soit entendu une fois pour toutes que c’est pour éviter d’être filandreux et terne, par l’abus des formules de doute et de modestie répétées ; et qu’il ne faut pas prendre cela au sérieux.

La croyance à une providence spéciale ou encore à une conduite surnaturelle des événements, qui font la trame de notre vie individuelle, a été de tout temps une croyance populaire et que même parfois on trouve solidement enracinée dans les cerveaux pensants, éloignés de toute superstition, et même sans aucun rapport avec n’importe quels dogmes donnés.

— À cette croyance on peut objecter d’abord que, comme toutes les croyances ayant les dieux pour objets, elle n’a pas sa source dans la connaissance, mais dans la volonté ; que c’est avant tout un enfant de notre besoin ; vu que les données que la connaissance aurait pu livrer pour cela se ramèneraient peut-être à ceci, que le hasard, qui nous joue cent mauvais tours et combien pleins de malice, de loin en loin parfois, choisit de nous être agréable ou même à la longue de nous traiter très bien. Dans tous ces cas nous reconnaissons en lui la main de la providence et le plus clairement surtout s’il nous a conduit à bon port contre notre propre volonté ou même par des voies que nous redoutions : c’est alors que nous disons

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Le destin de l'individu

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs