Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Libérez-vous de l'alcool et de la cigarette : comprendre le joug pour le briser
Libérez-vous de l'alcool et de la cigarette : comprendre le joug pour le briser
Libérez-vous de l'alcool et de la cigarette : comprendre le joug pour le briser
Livre électronique105 pages3 heures

Libérez-vous de l'alcool et de la cigarette : comprendre le joug pour le briser

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

Avec humour et franchise, Lucia Canovi aborde frontalement la dépendance à l'alcool et à la cigarette pour démolir l'une après l'autre les illusions qui nous enchaînent à leur consommation. Ici, pas de blabla ni de langue de bois, juste la vérité amère et libératrice : l'alcoolisme et le tabagisme ne sont pas des maladies mais bien des mauvaises habitudes, et c'est en les regardant en face qu'on peut s'en libérer définitivement.

Sommaire cliquable. 

Ce qu'en disent les lecteurs 

"Un livre revigorant, dense et fourni qui rassemble beaucoup d'idées intéressantes, d'outils à exploiter et de pistes à explorer pour avancer sur le chemin du bien-être et du bonheur. Un ton direct et spontané voire provocateur, beaucoup de bon sens (cela fait du bien !), de l'humour , j'ai beaucoup ri. [...] Ce que j' ai adoré c'est la force de vie et la vitalité contagieuses qui traversent et portent ce livre, et qui donnent ou redonnent l'envie de se mettre en chemin, de croire en soi et d'y arriver, alors merci !" Brigitte R. 


Depuis la lecture de ce livre, j'ai envie de me mettre réellement au boulot. Le vrai, veux-je dire. Quitter le cocktail lexo-ballantine-chesterfield crépusculaire, être, un tout petit peu [...] mon propre pote, un pote qui se met enfin à marcher droit sur ses deux pieds. Libre. Enfin, bref, lire ce livre me soigne." Alain 

LangueFrançais
Date de sortie3 avr. 2016
ISBN9781524206062
Libérez-vous de l'alcool et de la cigarette : comprendre le joug pour le briser
Lire l'aperçu
Auteur

Lucia Canovi

Lucia Canovi est née en 1973. Elle gagne six prix littéraires entre 1987 et 1994. Agrégée de lettres modernes, elle abandonne l'enseignement pour se consacrer à l'écriture. Elle est l'auteur de plusieurs blogs, d'un recueil de citations et de proverbes, et d'un livre-phare : "Marre de la vie ? Tuez la dépression avant qu'elle ne vous tue !" (à paraître sur smashwords) Mariée au meilleur mari de l'univers, Lucia Canovi est la mère d'une petite fille ayant beaucoup de charisme, l'air scrutateur, et pour l'instant quatre dents.

En savoir plus sur Lucia Canovi

Lié à Libérez-vous de l'alcool et de la cigarette

Livres électroniques liés

Catégories liées

Avis sur Libérez-vous de l'alcool et de la cigarette

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Libérez-vous de l'alcool et de la cigarette - Lucia Canovi

    Lucia Canovi

    Alcool et cigarettes

    comprendre le joug

    pour le briser

    © lucia-canovi.com, 2016.

    Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour tout pays.

    La loi du 11 mars 1957 n'autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l'article 41, d'une part, que « les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'utilisation, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits ou ayant cause, est illicite » (alinés 1er de l'article 40). Cette représentation, ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.

    Avant-Propos

    Hamlet se demandait « Être, ou ne pas être ? » mais en réalité, à ce niveau-là nous n'avons pas le choix : nous sommes déjà, puisque nous sommes nés ! Par contre, nous avons le choix entre nous auto-détruire et nous auto-construire, et c'est chaque jour, et presque chaque minute, que nous devons faire et refaire ce choix décisif, car ce sont nos habitudes (habitudes que nous avons choisi consciemment ou non, et que nous pouvons changer) qui déterminent le visage de notre avenir.

    Introduction

    La vérité est parfois amère et l'huile de foie de morue n'a ni la couleur ni la saveur de la grenadine : ce qui est bon pour nous n'est pas toujours bon au goût. Je m'excuse donc à l'avance de toutes les réflexions moyennement plaisantes auxquelles vous allez avoir droit dans ces pages.

    Pour les accepter avec un esprit ouvert et un coeur sincère, en amoureux de la vérité plus que de sa vérité, dites-vous « c'est pour mon bien », car c'est en effet pour votre bien. Je ne veux pas vous embêter, je veux juste vous aider à vous libérer. Comme le scalpel du chirurgien qui crève l'abcès, la vérité fait un peu mal, mais soigne.

    Sans plus tarder, entrons dans le vif du sujet.

    Alcool et cigarettes sont des moyens de combattre la morosité tout en s'y enfonçant. Combattre, car sur le coup on se sent un peu mieux ; en s'y enfonçant, car à moyen et long terme les conséquences sont trop désastreuses pour espérer mieux. Recourir à ces substances est aussi une manière de se suicider lentement, de se tuer sans le décider explicitement, en toutes lettres.

    Vous savez déjà que l'alcool est « à consommer avec modération » et que « fumer peut entraîner une mort lente et douloureuse » et pourtant... vous continuez. (Ou du moins, c'est ce que je suppose : si vous avez arrêté ou jamais commencé, je vous en félicite.)

    Vous voulez comprendre pourquoi vous vous obstinez dans une route qui n'est pas la bonne ? Vous voulez changer de direction ? Vous voulez arrêter l'alcool et la cigarette ?

    Vous êtes dans le bon livre.

    Maladies ou habitudes ?

    Avant tout, il est important de savoir de quoi l'on parle lorsqu'on évoque les cigarettes et l'alcool.

    Fumer des cigarettes a longtemps été considéré comme une habitude parmi d'autres. On l'a cru inoffensive ; au fil du temps et des études scientifiques, elle s'est révélée de plus en plus nocive. Quant au fait de boire de l'alcool tous les jours en quantité, cela fait belle lurette que l'on sait que c'est une coutume destructrice, un rituel terriblement nocif.

    Puis, un jour, pour des raisons un tantinet mystérieuses, du moins pour moi, on s'est mis à voir les choses sous un autre jour... Actuellement, la plupart des professionnels de la santé affirment avec force que l'automutilation, l'anorexie, mais aussi l'alcoolisme et le tabagisme sont des maladies à part entière, de véritables pathologies :

    « L'alcoolisme est un trouble médical. »

    « L’automutilation est le symptôme d’une pathologie. »

    « Les comportements addictifs sont des maladies, tout comme le diabète par exemple. »

    « L'anorexie mentale est une maladie bien précise, pas toujours facile à diagnostiquer. »

    « L’alcoolisme est une maladie chronique, fatale, mais traitable. Malheureusement, le malade alcoolique est souvent la cible de reproches. »

    Vous avez remarqué ?

    Dans la citation précédente, l'alcoolique de naguère a été remplacé par le malade alcoolique pour souligner la dimension médicale du problème. Dans la citation suivante, toujours dans le même but, le mot maladie est répété :

    « La maladie tabagique est une maladie grave responsable d'un décès sur dix en France. »

    On peut difficilement être plus clair ! Enfin si, on pourrait dire :

    « Le malade malade de la maladie tabagique souffre d'une maladie grave. »

    Mais d'un point de vue stylistique ça serait aussi désagréable à avaler que la fumée de cigarette, la première fois qu'on s'y essaie.

    Trouble médical, symptôme, pathologie, maladie, diagnostiquer, maladie chronique, maladie grave... Si après tout ça, vous n'avez pas compris que l'automutilation est une pathologie, que l'anorexie et l'alcoolisme sont des troubles médicaux, et la cigarette un herpès buccal un peu bizarroïde, c'est vraiment que vous ne voulez pas comprendre... ou que, sachant qu'il y a autant d'arnaques sous blouses que d'anguilles sous roches, vous ne voulez plus croire les yeux fermés aux divers dogmes paramédicaux dont les médias nous entêtent.

    Ne nous laissons pas impressionner par le ton péremptoire des spécialistes et mettons la question à plat : l'alcoolisme et le tabagisme sont-ils des habitudes, c'est-à-dire des « façons fréquentes et régulières d'agir et de se comporter », comme on l'a longtemps cru, ou des maladies, c'est-à-dire des « dysfonctionnements de l'organisme », comme tant de bonhommes à diplômes le prétendent de nos jours ?

    Vous serez peut-être tenté de répondre « les deux », mais ces définitions ne sont pas compatibles. Certes, une maladie est souvent la conséquence d'une habitude, mais une maladie ne saurait être en elle-même une habitude, et une habitude ne peut pas non plus être en elle-même une maladie (sauf bien sûr en un sens métaphorique, mais ce n'est pas celui-là qui nous concerne ici).

    Alors, maladies ou habitudes ?

    Pour commencer, examinons les arguments en faveur de la thèse « maladies ».

    Le pour

    Ce sera vite fait : il n'y en a pas.

    Pour la dépression, les spécialistes ont pris la peine de rassembler quelques arguments mollassons ; pour l'alcoolisme, le tabagisme, l'anorexie et l'automutilation, ils ne cherchent même pas à argumenter. Ils se contentent d'affirmer, de marteler sur un ton catégorique.

    Passons donc tout de suite aux arguments contre.

    Le contre

    Les maladies nous arrivent : nous ne choisissons pas de tomber malades.

    Sachant cela, est-ce que, la première fois qu'une personne boit un verre ou fume une cigarette, elle le fait volontairement ? Est-ce qu'à ce moment-là, c'est un acte volontaire ?

    Bien sûr !

    Alors comment le même acte, le même geste, pourrait-il se changer en maladie qui lui arrive ?

    À force de les répéter, nos actes deviennent de plus en plus inconscients et automatiques, je vous le concède volontiers. Mais comme rien ne peut supprimer notre libre arbitre, nous gardons toujours l'initiative, même lorsque nous avons l'impression de l'avoir perdue.

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1