Découvrez votre prochain livre préféré

Devenez membre aujourd'hui et lisez gratuitement pendant 30 jours
J'ai conduit jusqu'à toi

J'ai conduit jusqu'à toi

Lire l'aperçu

J'ai conduit jusqu'à toi

Longueur:
213 pages
2 heures
Éditeur:
Sortie:
Apr 23, 2016
ISBN:
9791091796620
Format:
Livre

Description

Len Hathaway, 20 ans, sort de deux ans de prison pour une agression dont il n'est même pas responsable. Sa mère refuse de le recevoir.

Il n'a plus rien d'autre que ses maigres possessions et sa voiture. Alors il décide de prendre la route pour retrouver Ashley Kane, son ami d'enfance, qui l'a toujours secrètement attiré et qui habite désormais en Californie.

Il va falloir traverser le pays, avec pour seule compagnie cette interrogation : quel avenir l'attend au bout de la route?

En chemin, il prend à son bord Jody Adams, un jeune homme au passé aussi lourd que le sien. Jody a des manies bizarres et souffre de traumatismes physiques et mentaux difficiles à gérer.

Quelle tournure va prendre la vie de Len ? Quelle place y a-t-il pour Ashley ? Pour Jody?

Au croisement des destins...

J'ai conduit jusqu'à toi.
Éditeur:
Sortie:
Apr 23, 2016
ISBN:
9791091796620
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à J'ai conduit jusqu'à toi

En lire plus de Chris Verhoest

Catégories liées

Aperçu du livre

J'ai conduit jusqu'à toi - Chris Verhoest

j’ai conduit jusqu'à toi

Chris Verhoest

Du même auteur aux Éditions Alexan :

Prédestinés

Fés des tempêtes

Forever love

Emmène-moi dans ton ciel (ebook chez Textes Gais)

Les portes écarlates

Légende d’une sirène : Tome 1 à 3

Les orages mécaniques (ebook chez Textes Gais)

Les tables tournantes

Garçons perdus

Nos silences

Blanc comme cygne

Dix ans après : La promesse de Noël

Je suis ta rédemption

Beautiful

Un chemin violet et or

Se plaindre aux pierres

Le garçon qui voulait rendre le monde plus beau

Au creux de tes bras

Baie sanglante : La recrue (Tome 1) et Le bracelet bleu (Tome 2)

Donovan

Le jour et la pluie

Du même auteur aux Éditions Bragelonne :

Sombre héritage : Tomes 1 à 5

Déjà parus aux Éditions Ada:

Mémoires d’immortels ; La trilogie des fées ; Les enfants de l’océan

Du même auteur aux Éditions Textes Gais :

Les lauriers de la vengeance

© 2016, Chris VERHOEST

© 2016, Virginie WERNERT pour l’illustration de couverture

http://www.thereadinglistofninie.com/

E-Book Distribution: XinXii

www.xinxii.com

Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 122-5 (2° et 3° a), d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4).

Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Chris VERHOEST

J’AI

CONDUIT

JUSQU’À

TOI

ALEXAN Editions, 2016

ISBN : 979-10-91796-62-0

N° Editeur : 979-10-91796

Première édition

Dépôt légal : avril 2016

Achevé d’imprimer en avril 2016

Tous droits réservés

Chapitre 1

Nouveau départ

— Dégage ! hurla Denise Hathaway, déjà éméchée, à moins que ce soit les restes de sa cuite de la nuit. Dégage, tu entends ? Et ne reviens jamais !

Ce qu’elle voyait ? Ce qu’elle chassait ? Moi, son fils Len, vingt ans.

— Tu es majeur depuis belle lurette, je n’ai plus aucun devoir envers toi, poursuivit-elle. Je suis quelqu’un de bien. J’ai une vie rangée, je n’ai pas besoin que tu viennes y foutre la merde.

Tellement bien et sûre de sa vie rangée, qu’elle vivait dans un mobil-home, et comptait sur ses mecs pour l’emmener un peu plus loin dans la vie, alors qu’ils l’enfonçaient un peu plus chaque jour. L’un d’eux l’avait mise sur le trottoir, un autre s’était servi d’elle pour livrer de la drogue.

Je considérai ses cheveux mal soignés, teints en rouge au-dessus avec des racines plus claires, et du noir aux pointes. Les différentes colorations s’étaient superposées au petit bonheur la chance. Ses yeux gris cerclés de noir, dont j’avais hérité, ne lui donnaient plus ce petit air spécial. Ils étaient trop rougis. Son visage de blonde au teint laiteux, autrefois joli et frais, était devenu bouffi à cause de l’alcool.

Elle tenait le col de sa robe de chambre fleurie, dans une attitude outragée. Pour moi, c’était elle, l’outrage. Elle ne s’était jamais occupée d’elle ou de moi correctement et elle jouait la bourgeoise offensée, sur un terrain de camping de la ville de Kearns, dans le New Jersey.

— Je vais prendre ma bagnole, décidai-je, en désignant ma Dodge Charger bleue de 1969.

Elle était garée à ma gauche, sur une partie du terrain envahie par de hautes herbes, qui ondulaient doucement dans l’air de ce matin gris et triste de mai. Devant la voiture, sur la terre boueuse, on apercevait des traces démontrant qu’on s’en était servi récemment, et qu’on avait démarré plutôt vivement.

Mon cœur se serra et la colère m’envahit juste après. Les mecs de ma mère n’avaient pas dû prendre soin de ma voiture comme moi je l’avais fait. Cette bagnole représentait beaucoup de choses. Je l’avais payée avec mes premiers salaires, quand je bossais à la supérette en dehors des heures de lycée. Le vieux Lonnie m’avait aidé à la retaper, jusqu’à ce qu’une crise cardiaque l’emporte, un mois avant ma condamnation.

— C’est ça, compte là-dessus ! beugla Denise.

— Elle est à moi, je l’ai payée, répliquai-je fermement. J’ai tous les papiers. Je vais y mettre mes affaires et me casser, ne t’en fais pas. Loin de toi, loin de cette ville.

— C’est ce que tu as de mieux à faire. On ne veut pas de tôlard ici.

— C’est sûr que Brad n’avait pas fait de prison, ironisai-je.

— Ta gueule ! Que la chair de ma chair en fasse, ça, c’est inadmissible, cria-t-elle, en pointant son index sur moi.

— Tu sais que je n’ai pas menti en disant que j’avais pris pour les deux autres, déclarai-je.

Mes deux plus proches amis, à l’époque. Dell et Austin. Moi. Un bar. Une bagarre collective. Il y avait eu un blessé grave, un type qui avait eu une hémorragie cérébrale et qui parlait et marchait désormais difficilement. Je ne l’avais pas touché, contrairement à Dell et Austin. Les potes de la victime avaient ensuite chargé devant les flics le seul qui s’était montré trop con pour se barrer : moi. J’avais juste voulu aider le blessé. Ensuite, j’avais tenté d’expliquer ce qui s’était passé. Peine perdue, on ne m’écoutait pas, on n’écoutait pas mon trop jeune avocat commis d’office. Mais on n’avait pas non plus confiance dans les deux témoins. J’avais donc pris deux ans fermes, parce que j’avais passé un marché, plutôt que d’affronter un procès que je ne pourrais pas payer. À dix-huit ans.

Deux ans dans un univers carcéral sordide, aux murs vides, aux douches craquelées, avec un réfectoire et des couloirs dans lesquels les yeux luisaient de haine ou de convoitise. J’avais dû composer avec les clans et en choisir un pour cesser d’être volé, frappé et… violé.

Ça ne m’avait pas plus endurci que je l’étais déjà, à cause de la vie que ma mère m’avait fait mener. J’avais juste bien pigé que l’être humain ne devait jamais être idéalisé, même quand il me tendait la main. J’étais plus désabusé et sans croyance que jamais. Déboussolé et seul. Jouer les durs correspondait à un schéma compréhensible par les autres. C’était une attitude qui évitait qu’on essaie de m’emmerder, ce qu’avaient tenté de nouveaux venus ou des ambitieux désireux de se tailler une réputation à mes dépends.

J’avais désormais vingt ans, j’étais sorti de prison, je n’avais aucun avenir devant moi et plus de foyer, si tant est que ce foutu mobil-homme en avait été un. J’avais juste mes affaires dans mon sac de sport, et ma voiture pour partir, m’éloigner de Kearns.

— Les tôlards sont tous innocents, c’est bien connu, ricana Denise.

— Ton estime me va droit au cœur. Tu vas te démerder, maintenant, dis-je.

— Je n’ai pas eu besoin de toi quand tu étais derrière les barreaux, riposta-t-elle. J’ai très bien géré ma vie sans toi.

Elle n’avait pas eu le choix, oui. Personne n’avait dû la ramener de la tournée des bars quand elle était ivre. Elle avait dû être saoule en permanence durant ces deux ans et avait dû nettoyer après avoir vomi partout. Je n’avais plus été là pour le faire et pour essayer de rattraper le reste de ses conneries, et elle m’en voulait.

— Est-ce que je peux entrer et récupérer le reste de mes affaires ? voulus-je savoir.

— Ici, c’est chez moi, pas chez toi, tu n’as pas à entrer, me défendit-elle.

— Ok. Alors prends-les pour moi, insistai-je.

— Il n’y a plus rien à toi ici, affirma-t-elle.

— Tu les as jetées ou vendues, mes affaires ? l’interrogeai-je durement.

— Il n’y a jamais rien eu de plus que ce que tu avais en partant en tôle, s’entêta-t-elle.

— Bien sûr, soupirai-je. Il reste au moins mes clés de voiture à l’intérieur. Je les veux.

Elle me jaugea et dut se dire qu’il valait mieux me les filer pour que je puisse me tirer loin d’elle. Alors elle hocha la tête avec raideur.

— Reste-là, m’ordonna-t-elle. Je vais te les chercher.

Elle rentra dans le mobil-home, revint avec le trousseau, qu’elle jeta par terre. Ce mépris me rappela celui que j’avais subi en prison, quand je devais m’agenouiller, avant de sucer mon bourreau. Avant qu’il me jette contre un mur et me prenne, tandis que je m’éloignais mentalement de mon corps meurtri, agressé, fouillé, pillé. J’avais été testé par la suite et j’avais eu la chance de ne rien avoir attrapé. Ensuite, mes alliances avaient permis qu’on ne me touche plus.

Je me foutais de son geste à elle, du moment que je récupérais ma voiture. Je me penchai, saisis les clés dans la boue. Le trousseau possédait toujours le porte-clés offert par Ashley. J’en ôtai la terre, avec le pouce. C’était un mustang en acier qui galopait, crinière au vent. Liberté, espoir.

Ashley Kane. Mon ami d’enfance était le seul à ne pas m’avoir lâché quand j’étais en prison. Il m’avait écrit tous les mois et il avait versé 5000$ sur mon compte deux semaines avant ma sortie, afin de m’aider à repartir dans la vie, avec de quoi vivre jusqu’à ce que je me trouve un boulot. Il m’avait même exhorté à me trouver un logement et à ne pas retourner chez ma mère.

Né de père inconnu, avec une génitrice alcoolique et irresponsable, des amis qui avaient montré leur manque de fiabilité quand j’avais trinqué à leur place, et que je ne voulais plus croiser, je n’avais confiance qu’en lui. Au début, j’avais protesté intérieurement en raison de la somme, même si je savais qu’Ashley gagnait bien sa vie. Il avait toujours été un petit génie de l’informatique et on avait su lui donner sa chance, en Californie. Il était parti alors que je purgeais ma peine. Il fallait bien se rendre à l’évidence et oublier ma fierté : j’avais besoin de ce fric.

J’avais eu l’intention de me trouver un appart dans le coin mais ce n’était plus ce que je souhaitais. Et si je me servais de l’argent pour rejoindre Ashley et trouver une autre vie là où il se trouvait ? Il avait fui Kearns et le New Jersey pour Los Angeles et le métier de graphiste pour une grosse boîte de pub. Je devais fuir aussi.

Je jetai mon sac de sport dans le coffre, montai dans ma voiture sans un regard pour ma mère. La Dodge Charger démarra au quart de tour. Je retrouvai le bruit familier du moteur, et toutes mes sensations, dès que je touchai le volant. L’essence était à la moitié du réservoir. Je partis sans un mot, sans un geste. Demi-tour. Ligne droite.

Vers Ashley. Je ne voyais que lui. J’étais hétéro parce que j’avais suivi les autres, j’avais couru les filles pour faire comme eux. Ashley avait toujours été la seule et inexplicable attirance que j’avais pour un autre garçon.

Blond, les yeux vert clair, le visage fin, souriant, il avait toujours fait valser mon cœur sur des montagnes russes quand il me fixait ou me parlait. Je l’avais connu quand j’avais onze ans et lui quatorze. C’était derrière le terrain de camping, au milieu des arbres. Sa seule apparition avait fait fuir les deux connards en train de me cogner dessus. Ces enfoirés voulaient me piquer les dix dollars gagnés en tondant la pelouse de la vieille Mrs Atkins. Pourtant, Ashley n’avait rien d’imposant physiquement, il était mince, élancé. Mais son regard était incroyable. Déterminé. Les autres avaient déguerpi sans un mot. Il m’avait capturé dès cet instant.

Il m’avait fallu du temps pour que je réalise que c’était de l’attirance physique. Je l’avais compris le jour où Cassie, une fille de ma classe, m’avait pris la main pour la poser sur ses seins. J’avais été envahi par la même chaleur au bas-ventre et les mêmes pensées troubles que face à Ashley. Entre Cassie et moi, ça s’était évaporé après notre premier rapport sexuel. Ça n’était jamais passé avec Ashley, ça s’était même amplifié.

Mais je ne le rejoignais pas pour ça. Même si Ashley était bi, je n’avais aucune chance. Il était mon ami et n’avait jamais manifesté le moindre intérêt sensuel pour moi. Du coup, s’il m’avait confié qu’il aimait les garçons et les filles, moi j’avais gardé le silence.

Je le rejoignais parce qu’il était mon seul repère fiable dans ce monde. Parce qu’il était le seul horizon que j’avais, au bout de la route. J’allais donc conduire jusqu’à lui.

Chapitre 2

Les premières heures

Je passai devant le parc de la ville le plus proche de là où j’avais vécu, devant l’école Roosevelt de mon enfance, puis le lycée. Je n’éprouvais plus rien d’autre qu’un immense désir d’ailleurs. Le moteur ronronnait fort, comme j’aimais, et son bruit était aussi apaisant qu’un chat sur les genoux, en ce qui me concernait. Le son montrait la puissance de ma voiture. Un truc de mec que j’assumais complètement, et qui n’était pas là pour compenser la taille de ma bite. Après avoir pu comparer, dans les douches du lycée, après le sport, et même en tôle, je savais que je n’avais pas à rougir de mes outils. En plus, pour ce qu’ils servaient… La prison avait rendu les choses plus compliquées et même mon poignet ne s’exerçait pas très souvent.

Je sortis du comté de Hudson, pris l’I 280 puis l’I80, que je suivrais normalement jusqu’au bout de mon périple, ou presque. Les plaines herbeuses bien vertes se succédaient sous le soleil. J’entrai en Pennsylvanie et je continuai jusqu’à ce que je sente la fatigue. Je n’avais plus l’habitude de conduire et je ne l’avais jamais fait si longtemps, au-delà de quatre heures. Il était plus prudent de prendre une sortie, trouver de quoi manger et me reposer. Je m’arrêtai à Clearfield.

Je me jetai dans le premier fast-food sur lequel je tombai, dévorai trois hamburgers et pas mal de frites. Mes premières bouchées d’homme libre avaient une saveur toute particulière. Ensuite, je partis à la recherche d’un supermarché, où je pris de quoi grignoter, vu que je venais de manger assez tôt, et que je ne souhaitais plus ressortir de la chambre d’hôtel avant le matin suivant.

Je choisis du cherry coke, des paquets de biscuits au chocolat et au beurre de cacahuète, et des Oreo. De quoi retrouver les saveurs de mon enfance et oublier celles de la prison. Je me nourrirais raisonnablement plus tard. De toute façon, j’avais un bon métabolisme, et j’étais encore trop jeune pour me taper du diabète ou du cholestérol, songeai-je. Et puis merde.

Je pris une chambre au Super Day Inn, non loin de là. À quarante-neuf dollars la nuit, ça restait plus que correct, et

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de J'ai conduit jusqu'à toi

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs