Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

La damnation géopolitique du Caucase

La damnation géopolitique du Caucase

Lire l'aperçu

La damnation géopolitique du Caucase

Longueur:
576 pages
18 heures
Sortie:
21 déc. 2016
ISBN:
9788822879950
Format:
Livre

Description

Au début du livre, l'auteur avait l'intention d'expliquer les raisons de l'implosion de l'URSS, ce qui était nécessaire pour comprendre bien les événements ultérieurs dans le Caucase post-soviétique. L'auteur écrit sur les aspects les plus importants de la politique envers les minorités ethniques dans le Caucase par l'autocratie tsariste et l'Etat communiste soviétique. C' était nécessaire pour comprendre bien la stratégie dans la région des dirigeants russes post-soviétiques, B.Eltsine et V. Poutine, après la dissolution de l'URSS. Dans ce manuscrit, l'auteur s'est efforcé d'élucider les raisons, les particularités et les conséquences des conflits dans le Caucase post-soviétique et, tout d'abord, en Tchétchénie et en Géorgie. Il a également l'intention de montrer que les conflits dans le Haut - Karabagh, l'Ossétie du Sud, l'Abkhazie et la Tchétchénie, les régions séparatistes du Caucase, étaient les événements liés entre eux. Le fait est qu'après avoir utilisé les mouvements démocratiques et libéraux de la Géorgie, des Etats baltes et de la Russie pour démanteler le Parti communiste et l'Etat soviétique, B.Eltsine, président de la Fédération de Russie, a commencé la politique traditionnelle de domination de la Russie dans le Caucase du Sud. La domination du Caucase du Sud et d'autres parties de l'ex-URSS était une mesure pour confirmer le statut de grande puissance, une politique nécessaire pour stimuler le nationalisme impérial russe, utilisé comme un substitut de l'idéologie communiste.

En tant qu'historien et journaliste, l'auteur donne une analyse de nombreux matériaux sur le sujet écrit en plusieurs langues. Le fait que l'auteur a été un témoin de nombreux événements dans le Caucase est une occasion pour mieux comprendre les événements qui sont peu connus jusqu'à présent. C'est pourquoi certains aspects des événements dans la région, comme ceux de la Géorgie, sont soumis à une sorte de conspiration du silence.

L'auteur de ce livre est un journaliste et un historien de la Géorgie, qui était autrefois une des républiques de l'Union Soviétique. Il a participé au mouvement indépendantiste et libéral de la Géorgie qui a remporté en 1991 les premières élections multipartites. Il est devenu vice-ministre des affaires étrangères du gouvernement qui a déclaré l'indépendance de la Géorgie de l'URSS. Après la suppression par la force de ce gouvernement, il a été forcé de quitter son pays natal. À partir de 1995, il a vécu à Rome sous la protection du Vatican et puis il a obtenu l'asile politique de l'Italie. En Italie il a publié plusieurs livres sur l'histoire et relations internationales: «Le Caucase et la Yougoslavie: les guerres oubliées et les pacifications précaires». Stango Editore. 2001, Rome; Géorgie et Rome. 2000 ans de dialogue entre chrétiens ", Libreria Vaticana, 2003. Rome. " The Geopolitical Curse of the Caucasus.", amazon.it; 2013 " Avant et après la fin de l'URSS",.amazon.it, 2015
Sortie:
21 déc. 2016
ISBN:
9788822879950
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à La damnation géopolitique du Caucase

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Aperçu du livre

La damnation géopolitique du Caucase - Nodar Gabashvili

Notes

L’implosion de l’URSS et la recherche d’une nouvelle identité nationale et géopolitique par la Russie post-soviétique

Une brève introduction au stalinisme

Une fois Staline, le leader soviétique considéré un des architectes de la victoire sur l’ Allemagne nazie, était très populaire en Occident. Cependant, après 1945 le nom de Staline et ses méthodes politiques sont en dévaluation progressive. Selon les encyclopédies occidentales, le stalinisme signifie le monopole politique du Parti communiste et l'emploi de la force, voire de la terreur, comme mode de gouvernement, accompagnés d'un culte de la personnalité organisé autour le dirigeant principal. Le régime se base sur la propriété de l’État de tous les biens et sur le monopole de l’économie planifiée bureaucratisée. Cette bureaucratie d'État constitue l'exploiteur et oppresseur unique de la population.

Il y a des paradoxes et des étranges coïncidences dans l'histoire. Le cinquantième anniversaire de la mort de Staline a coïncidé avec la naissance du grand écrivain britannique George Orwell (1953). Orwell était parmi peu de personnes dans l'Ouest qui ont saisi l'essence du système totalitaire soviétique, créé et géré par Staline pendant trente ans, et le décrit avec un grand esprit satirique. En URSS les livres d’ Orwell ont été interdits. Quant à l'Europe occidental, et surtout l'Italie, avec le plus fort Parti communiste dans le monde capitaliste, les livres d’ Orwell ont été ignorés ou minimisés par les intellectuels de gauche. C'est pourquoi l'anniversaire de la mort de Staline n'a pas attiré un grand intérêt de la presse et d’ intellectuels du pays.

Le jour de l'anniversaire de la mort de Staline, en 2003, la télévision d’État italien montra un film documentaire «La montée et le déclin du communisme d’acier». P.Sinatti, l'auteur des commentaires, soulignait le rôle positif de Staline dans la défaite du nazisme, mais son système politique et les méthodes furent présentés comme une expérience négative. Néanmoins, il n'y avait aucune condamnation explicite du stalinisme.

Il y avait un film documentaire complètement différent tourné par Inghe Wolfram et présente par la télévision allemande quelques jours avant l’anniversaire de la mort de Staline. Bien que le film n'avait pas de nouvelles données sur l'époque de Staline, il a mis à la disposition les aspects pas bien connus de sa personnalité à partir de la période d’études à Tbilissi jusqu’aux derniers jours de sa vie.

L'historien russe O. Khlevniuk, connu comme l'un des meilleurs experts de Staline et de son Bureau politique, contribua avec ses commentaires et observations à la réussite du film. La conclusion du film sur Staline fut significative: «... Il n’y a pas de crime qu'il n'a pas commis ... Il n’y a pas de société humaine qui a connu une telle tyrannie criminelle comme celle subie par le peuple soviétique pendant le totalitarisme stalinien . Ainsi, le dirigeant soviétique fut présenté sans les circonstances atténuantes des justifications habituelles: Oui, un criminel, mais ..., avec des motivations diverses et justifications

Le célèbre historien britannique Robert Conquest, l'auteur de "La Grande Terreur» n'avait pas d'illusions à l’égard de Staline. Cependant, il fit une déclaration que Staline pourrait considérer le capitalisme si inhumaine, que c’était justifié d'utiliser toutes les méthodes, y compris la violence, pour le détruire. À propos, c'est nécessaire à noter que les bolcheviks niaient la moralité traditionnelle. Pour eux tout était permis qui servait aux intérêts de prolétariat et de sa révolution. Cette conviction leur permettait d’être sans scrupules avec leurs ennemis de classe.

Il y avait un autre historien britannique, Symon Sebag Montefiore, qui a essayé de donner une réponse définitive à la question de Staline. Il s'est rendu en Géorgie pour obtenir l'accès à un certains documents et lettres provenant des archives de Staline. Il ne doute pas que les actions de Staline furent conditionnées par son idéologie. Staline croyait fanatiquement que ses répressions fussent nécessaires pour créer une société idéale, une réalité utopique sans classes sociales. Donc pour lui ce n’est pas la personnalité de Staline mais c'est l’idéologie communiste criminogène. Cette opinion est partagée par S. Courtois, un d’auteurs de Livre noire du communisme.

Ce point de vue n'est pas partagé par certains autres historiens. Ils ont des difficultés d’ établir qui est les actions de Staline étaient elles fondées sur ses convictions idéologiques, ou il était un simple opportuniste plein d'ambitions et de soif de pouvoir. Certains d'entre eux ont des doutes si Staline eût été un marxiste. L'historien bien connu Moshe Lewin considére Staline essentiellement extérieur au marxisme.

L'absence d'information et des documents suffisants, rend difficile de répondre à certaines questions concernant la personnalité de Staline. Il y a une conviction largement répandue que tant que les archives du Kremlin sont fermés, il sera difficile de comprendre certains aspects cachés de la personnalité de Staline, qui influença ses habitudes politiques et ses décisions.

En effet, l'ouverture des archives du Comité central du Parti communiste de l'Union soviétique a stimulé recherches historiques de la période de Staline, qui ont donné la possibilité de tirer quelques conclusions importantes. Ils confirment les estimations de l’historien Conquest de grand nombre de victimes du terrorisme d'État de Staline.

Après avoir utilisé les résultats des recherches de ses collègues, l'historien allemand Manfred Hildemaier a présentée quatre versions des causes de répressions staliniennes (1) La première d’elles également présenté dans « Le livre noir du communisme" et partagée par certains spécialistes européens importants de l'histoire, met l'accent sur le lien direct entre l'idéologie communiste et répressions. La deuxième version explique la cause de répressions staliniennes par son système politique, pendant que là troisième explique ce phénomène en raison des conditions et contradictions inhérentes à la société soviétique. Et à la fin la terreur a été expliqué par la situation de chaos provoquée par la transition difficile et aggravée par la lutte pour le pouvoir à différents niveaux de l’État.

L'intérêt d’ experts allemands pour Staline est compréhensible, parce que le sort de leur pays a été marqué par la lutte entre nazisme et communisme. Certains historiens allemands sont particulièrement intéressées à comparer ces idéologies, en essayant de trouver certains aspects de ressemblance entre eux.

Il n'y a rien de nouveau dans ce type de recherches. Déjà dans les années 1930 certains sociaux-démocrates européens et libéraux commencèrent à chercher des éléments communs et aspects similaires entre nazisme et communisme, comme le culte du chef suprême et la dictature du parti. Il faut noter que leurs arguments et points de vue furent dictés par l'intérêt politique et non par la nécessité d'établir la vérité.

Ainsi quand Staline devint un allié d’'États démocratiques dans la guerre contre l'Allemagne nazie, le problème de l'essence du communisme fut mis en sourdine dans l'Ouest. Ce problème réapparut après le début de la guerre froide. Malgré cela, dans certains pays de l'Occident, comme l'Italie, la France et l'Allemagne de l'Ouest, la question de répressions staliniennes resta assez marginale. Staline fut pour eux l'un des principaux architectes de la victoire contre le nazisme. Ce n'est qu'après la publication des œuvres du grand écrivain russe Soljenitsyne, que de nombreux occidentaux ont commencé à voir Staline à la lumière différente.

Après la chute du communisme en Europe de l'Est, en 1989, il a semblé que le thème du stalinisme serait devenu un problème d’ études sans pression idéologique. Mais en réalité, ces espérances s'évanouirent. Les historiens de renom comme Alain Besançon et Albert Malia ont souligné le phénomène d'hypermnésie, c'est-à-dire d’ un intérêt exagéré pour le nazisme, et l'amnésie à l' égard du communisme. (2)

C’était Ann Applebaum, l'auteur d'un nouveau livre sur les camps du Goulag de Staline, qui a écrit avec indignation que les crimes du communisme ont été pardonnés et oubliés. Un autre historien Timothy Garton Ash souligne que l'asymétrie de consensus concernant le nazisme et le communisme est l'un des aspects inquiétants de notre époque, mais il reconnaît que le marxisme a été favorisé par la bonté de ses intentions. (3)

Hannah Arendt a été parmi les premiers philosophes de haut niveau qui ont essayé de donner une explication scientifique à l'équivalence entre nazisme et communisme, ces grands totalitarismes du siècle dernier.

Les experts allemands contemporains comme F. Maier et D.Beirau sont parmi ceux qui voient certains éléments communs entre nazisme et communisme. Par exemple, ils soulignent la présence dans ces régimes d'un concept commun de l'ennemi comme un prétexte pour le detruire et justifier répressions, devenus un élément décisif pour obtenir le consensus des masses.

Il y a aussi des historiens, comme D. Diner, F. Buren, M. Lewin et d'autres, beaucoup d'entre eux appartenant à la gauche, qui considèrent nazisme et communisme comme idéologies différentes, soit du point de vue des principes que des actions politiques. Ils soulignent que, contrairement à Hitler, Staline avait désintégré l'État, le parti, l'élite politique, et créa un nouveau système adapté à son besoin du pouvoir personnel illimité. Ces historiens soulignent qu'il est possible de comparer les personnalités de Hitler et de Staline et non leur idéologies. Ils sont sûrs que le stalinisme n'a rien de commun avec le marxisme, en étant seulement une déviation par rapport à cette idéologie.

Ainsi, après la mort de Staline, Khrouchtchev et les autres dirigeants soviétiques condamnèrent ses crimes et erreurs, en les expliquant par le caractère de sa personnalité. Pour Khrouchtchev, toutes les réalisations de l'État soviétique furent grâce à l'idéologie marxiste-léniniste, tandis que l'expérience négative était la conséquence de la personnalité de Staline. Moshe Lewin, Roy Medvedev, Stephen Cohen, Robert Tucker considèrent le stalinisme un système politique spécifique qui possède sa propre histoire.

Il semble que né dans une famille pauvre de la Géorgie, colonisée et humiliée par l’ Empire russe autocratique, Staline eût été affligé par le complexe d'infériorité qui, comme d'habitude, génère la paranoïa. Malgré cela, beaucoup d’historiens et écrivains occidentaux et russes voient la ligne directe entre la politique de Lénine et son successeur Staline (Leszek Kolakowski, Adam Ulam, Alexandre Soljenitsyne, Zbigniew Brzezinski et autres). Le patriarche d’études russes en Italie, V. Strada, a écrit sur ce sujet: «Le système des camps de concentration, que l'on appelle l'Archipel du Goulag, n'était pas en réalité la création de Staline, mais commença à fonctionner dès les premiers jours du pouvoir bolchevique grâce à l'initiative de Lénine et de l'ensemble du groupe des dirigeants soviétiques de cette période. Ces camps ont commencé à se répandre dans le pays comme une métastase. "(4)

Le problème de l'héritage politique est également très important. Il y avait une longue période, lorsque l'aile gauche des penseurs européens voyait en Maximilien Robespierre, l’ homme politique français du 18 ème siècle, le père commun de Lénine et de Staline. C’était une méthode pour établir une liaison directe entre la Révolution française de 1789 et et celle russe d’ octobre de 1917. Ainsi c’était possible de relier la Terreur de Jacobines avec l'Archipel du Goulag, reconnus comme.des actions pour détruire le passé et de mettre en place une société nouvelle et plus juste. C'est pourquoi la révolution française de 1789 devint l'héritage idéaliste des communistes dans les pays différents, qui exprimaient leur loyauté envers le leadership soviétique.

L'historien français F. Furet a été le premier à souligner que le père de Lénine et de Staline n'était que Marx, et il était donc nécessaire de dissocier la Révolution française de la révolution bolchevique, parce que c'était une révolution bourgeoise qui créa les conditions pour le développement de démocratie libérale contemporaine. En effet, si l'idée de séparation entre l Église et l'État fut écrite dans la Constitution des États-Unis, la Révolution française et son expansion militaire réussirent à diffuser ce concept à travers toute l'Europe, et il fut un préambule à la démocratie libérale. Au contraire, il y avait un autre type de société qui fut créé en l'Union soviétique. Il n'avait pratiquement rien de commun avec la démocratie libérale occidentale. La révolution russe était en réalité un coup d'État, un fait reconnu aussi par les dirigeants bolcheviks. Le succès de leur action fut facilité par la faiblesse de la classe bourgeoise dans un pays avec un manque d’ expérience capitaliste. La révolution bolchevique avait détruit les embryons de la démocratie libérale en Russie. Donc, de nombreux intellectuels libéraux furent soit envoyés à l'Archipel du Goulag ou furent contraints fuir l'Union soviétique. Ils n'avaient pas beaucoup d'appui ou de compassion de nombreux intellectuels européens de gauche. Dans la situation de la crise de la démocratie libérale et du capitalisme dans les années 1930, ils regardaient avec intérêt et espoir l'expérience économique et politique de l'URSS de Staline.

L'alliance de l'Union soviétique avec démocraties occidentales dans leur conflit avec l'Allemagne nazie devint un alibi parfait pour les crimes passés du dictateur. C’est surprenant que tant d'intellectuels occidentaux restèrent influencés par le camouflage de la machine de propagande soviétique de la véritable personnalité de Staline et ses intentions. Le paradoxe c' est que même le président américain F. Roosevelt et son équipe firent de nombreuses concessions à Staline, en étant sûrs de sa future conversion à la démocratie, après la fin de la guerre mondiale.

Le même genre d'illusion et de naïveté a eu lieu dans les années 1990. Strobe Talbott, l’ancien sous-secrétaire d'État américain lors la présidence Clinton (1994-2001), a écrit dans son livre que le dirigeant américain a considéré à tort que seulement le président Eltsine était la garantie de la démocratie en Russie (5).

Le fait que Eltsine abolit le Parti communiste (août 1991) et plus tard dissous l'Union soviétique, avec la promesse de recréer une société démocratique, lui assura un large soutien de l'Ouest. C'est pourquoi Clinton soutint et fit trop de concessions à son ami russe, même dans une situation critique, lorsque, par exemple, Eltsine, en désaccord avec les députés de Soviet suprême, ordonna, en octobre 1993, de bombarder le palais de cette sorte de parlement russe.

Après cet événement il devint évident que Eltsine échoua à devenir un vrai leader démocratique, parce qu'il ne réussit pas de surmonter sa mentalité autoritaire forgée dans la hiérarchie politique soviétique. C’était Eltsine, salué à l'Occident comme un leader libéral et démocratique, qui commença à mettre ex- agents des services secrets dans la politique russe. Comme a écrit l’expert russe L. Chevtsova, c’était une initiative d’Elstine a nommer Poutine, l’ancien officier du KGB, comme son successeur et le garant de conservation d’influence politique et d’ intérêts économiques de son entourage. (6)

V. Boukovski, l’ancien dissident russe, reprochait Eltsine pour son refus de mettre en œuvre une décision antérieure de permettre à juger par un tribunal le Parti communiste soviétique, qui aurait été une étape décisive pour démanteler le pouvoir de la nomenclature (l'élite politique de l'Union soviétique) et du KGB. Il aurait été une autre condition décisive sur la voie de déstalinisation définitive et démocratisation de la Russie post-soviétique. Eltsine, au contraire avait inspiré la création d’une constitution qui introduit le système politique très centralisé et personnifié, que Poutine a utilisé pour renforcer son pouvoir en Russie. En étant un colonel du KGB, le pilier du système répressif soviétique, Poutine a stimulé la réhabilitation de Staline présenté dans les nouveaux manuels scolaires d'histoire en tant qu' un manager efficace et grand patriote. (7) En même temps les livres littéraires célèbres, comme Le Docteur Jivago de Pasternak, L'Archipel du Goulag d’ Alexandre Soljenitsyne, Les Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov, qui décrivent la tragédie de l'époque de Staline, ont été relégués à la liste d’ œuvres de peu d’importance pour étudiants.

De nombreux intellectuels russes ont exprimé leur protestation contre cette décision, un signe que la Russie a changé, en dépit de nombreux récidives du passé. En effet, il y a beaucoup de contradictions dans la Russie de Poutine. Il y a un organisme bien connu, Mémorial, ayant pour objectif principal de conserver la mémoire historique des purges de Staline. En même temps, il existe en Russie des organisations semi-militarisée des jeunes, soutenue par le gouvernement, comme celle de Nashi, avec le culte de Staline comme l'architecte de la transformation de l'Union soviétique en une superpuissance. (8) Le fait est que l'idéologie communiste, avec ses prétentions expansionnistes, favorisait les projets soviétiques impérialistes. «L'idée communiste a rencontré puissance impériale sans rien abandonner de sa substance» écrivait F.Furet:(9)

La politique de Poutine a également les plans ambitieux visant à restaurer le statut de la Russie comme une grande puissance mondiale, égale aux États-Unis comme en période soviétique. Mais l'histoire montre que pour maintenir un tel statut la Russie avait besoin d'un système autoritaire, ce qui était la principale raison de son retard et une entrave à sa modernisation. Pierre le Grand et autres dirigeants de Russie faisaient efforts pour avoir l’accès à la science et technologie européennes, tout en rejetant leur valeurs et en évitant l'introduction de son système politique et institutions. L'isolement et la domination du continent a été pour la Russie une garantie pour éviter une possible contamination démocratique et libérale. .

Staline considérait le pouvoir une sorte de religion, une clé à un changement radical de la société. Les êtres humains ont été pour lui un moyen pour atteindre ses objectifs. Une telle rupture complète entre la morale et la politique et la concentration du pouvoir entre les mains d'une seule personne a eu des conséquences très négatives pour la société. Même les collègues de Staline ont compris cela et essayé en vain, après la mort du dictateur, d'établir une sorte de leadership collectif.

Aucun politicien n’a eu en l’URSS puis en Russie, après la mort de Staline, un tel pouvoir comme président Poutine. Il a pris une attitude paternaliste à l’égard du peuple, comme s'il s'agissait d'un tsar. Ce paternalisme est dans la tradition historique russe. Cela signifie que les décisions devraient être prises par des personnes considérées les plus puissants et intelligents, sinon la famille et la société sont exposées à divers dangers.

Bien que les partis politiques, parlement et système électoral existent en Russie moderne, ils sont trop éloignés des normes démocratiques occidentales. Les mécanismes du système politique russe assurent la domination de la société par Poutine et ses collègues d’ex- KGB. (10) Malgré cela, il y a des journalistes et politiciens de l'Ouest qui sont convaincus que la Russie a réussi à changer et à faire un pas important vers la démocratie. Beaucoup de libéraux russes et anciens dissidents, comme Serguei Kovaliov, ont critiqué cette opinion et une telle tendance à surestimer la personnalité politique de Poutine. L. Shevtsova considère le système politique de Poutine une sorte de régime d’autocratie demi-cuite. Pour elle cette pseudo- démocratie est plus dangereuse et destructrice que l'autocratie ou totalitarisme pure, vécue par la Russie dans le passé. (11) L. Shevtsova a raison quand elle souligne que les régimes autoritaires ou totalitaires, à un moment créent un désir de liberté. Elle écrit que les démocraties d’ imitation, d'autre part, ne servent qu'à discréditer les institutions et principes libérales, et les citoyens qui vivent en leur sein à un moment donné peuvent effectivement préférer une main de fer réelle ... L'Occident doit décider veut elle des relations amicales avec le Kremlin, ou elle veut que la Russie devienne un pays libre. (12)

Il serait intéressant, à la fin, de souligner une coïncidence. 2003 est l'année de la chute du régime de Saddam Hussein, un État totalitaire inspiré par le modèle du stalinisme (13). Le président d’ Irak n’a jamais cachée son admiration pour Staline et faisait tout pour l’imiter.

Les dissidents en Union soviétique

L'abdication du tsar de Russie , qui eut lieu le 25 Février 1917, fut le résultat d'un mouvement de protestation de masse à cause de souffrances provoquées par la Première Guerre mondiale. Dans cette révolution vraiment démocratique, le parti bolchevique était pratiquement absent, mais il fut capable de saisir l’ occasion pour s'emparer du pouvoir et imposer une nouvelle régime autoritaire en Russie. Les bolcheviks avaient organisé un coup d 'État, plus tard appelé par eux la Grande Révolution Socialiste d'Octobre.

C’était le triomphe de la tactique de Lénine pour la prise du pouvoir en Russie. Beaucoup de grands intellectuels russes, comme le patriarche de social-démocratie russe, G. Plekhanov, furent contre cette politique de Lénine. Ils étaient sûrs que l'expérience bolchévique dans un pays rural (les paysans en Russie tsariste étaient environ 80-85 pour-cent de population) et avec l'insuffisance de la culture politique, aurait créé une nouvelle tyrannie. Ils disaient que Marx avait prédit la possibilité du communisme dans la plupart des pays capitalistes avancés, pas en Russie arriérée.

Certains membres de la direction du Parti bolchevique, comme G. Zinoviev et L. Kamenev, avaient également considéré la prise du pouvoir prématurée et furent contre cette action. Au contraire, pour Lénine il était nécessaire de ne pas manquer une possibilité historique de s'emparer du pouvoir et après décider quoi faire avec elle.

Certains bolcheviks étaient contre le traité de Brest-Litovsk (le 3 mars 1918) avec l'Allemagne, qui avait concédé une partie de l'Empire russe à l'ennemi. Lénine, qui avait eu des négociations et accords secrètes avec les allemands, réussit d’ imposer sa volonté aux collègues au sein du parti en menaçant sa démission. L'absence d'un mécanisme établi et approuvé de la stratégie politique avait été l'une des raisons de désaccord interne dans le parti, qui plus tard se transforma en lutte pour le pouvoir. Staline expulsa du parti et puis de l'URSS Léon Trotski, son rival de gauche, un adepte d'une idée de la révolution permanente. Trotski proposait la stratégie de transformation de l'URSS en une sorte de bastion militaire en mesure de procéder à l'exportation de la révolution à d'autres pays . Staline avait également battu, Bukharine, le leader du droite du Parti bolchevique, proposant de permettre aux citoyens de posséder des entreprises privées et de s’enrichir. Cela signifiait la conservation dans l'économie socialiste soviétique de certains mécanismes du capitalisme.

Au début Staline fut plutôt prudent avec ses rivaux dans le Parti bolchevique, autant plus qu'il comprenait l'importance de l'opinion publique européenne, où les partis communistes étaient en hausse d'influence. L'avènement du nazisme en Allemagne réduisit le climat moral dans la politique européenne, ce qui facilita la stratégie de Staline du terrorisme d'État. C'était une grande terreur, non seulement contre les citoyens ordinaires, mais aussi contre de nombreux membres du Parti bolchevique. Ainsi il réprima beaucoup de dirigeants bolcheviques et créa sa propre élite politique obéissante.

Le Parti communiste fut transformé en une organisation monolithe et soumis à la stratégie de Staline et ses décisions, considérées par ses sympathisants comme une nécessité pour résister à la menace nazie. Cependant, après la mort du leader soviétique Staline, il devint évident que le caractère unanime du parti était une illusion. Nikita Khrouchtchev, le successeur de Staline, commença à réaliser la politique de déstalinisation partielle. Sa destruction du culte de Staline n’était pas seulement une méthode pour se légitimer au détriment de plus célèbre prédécesseur, considéré comme l'un des architectes de la défaite du nazisme. La déstalinisation fut aussi une tentative de la bureaucratie soviétique d'établir des règles de la promotion et d'éviction du pouvoir de membres de l'élite politique, sans l'usage de méthodes répressives de Staline. Quand les adversaires de Khrouchtchev avaient été repoussés hors du Politburo, ils avaient la possibilité de conserver leurs droits civils et des pensions, impossible durant la période stalinienne.

La déstalinisation mis en œuvre par Khrouchtchev fut un signal que l'URSS voulait atteindre une détente avec l'Occident, afin de concentrer les efforts sur l'économie et, par conséquent, résoudre les problèmes agricoles. Le slogan que l'URSS voulait atteindre et laisser derrière les États-Unis dans la production du lait, du beurre et de la viande avait un effet boomerang sur les citoyens soviétiques, convaincus par la propagande soviétique de la suprématie du communisme. Plus informés après les mesures de Khrouchtchev d’ affaiblir l'isolement soviétique du monde extérieur, ils commencèrent à comprendre la différence de leur pays avec les États de l'Ouest, tout d'abord du point de vue de la qualité de vie.

Le problème, cependant, n'était pas seulement le déficit des produits agricoles. De nombreux représentants de l'intelligentsia soviétique souffraient sous le fardeau de censure et de la restriction de liberté intellectuelle dans un pays où l'idéologie communiste avait le monopole complet.

Le phénomène de l'intelligentsia fut le résultat de certaines particularités du développement historique de la Russie au 19e siècle. Il s'agissait d'une couche sociale d’ avocats, enseignants, médecins et autres professions intellectuelles, souvent d'origine humble, qui étaient porteurs de qualités morales particulières. Dans la situation du retard de Russie par rapport à l'évolution libérale des pays européens, l'intelligentsia jouait un rôle de médiation entre les autorités tsaristes et le peuple, une sorte de protection pour les citoyens. L'intelligentsia avait également une attitude critique envers les autorités, une situation qui créait une atmosphère intellectuelle pour le développement au 19e siècle de la littérature et de la société civile russes. Ainsi au début du siècle dernier, la Russie avait pluripartisme, journalistes et hommes politiques de haute qualité, et de grands auteurs comme L. Tolstoi, A. Tchekhov, A. Blok, I. Bounine et d'autres.

La révolution bolchevique fut un point tournant du point de vue d’ effort visant à rapprocher la Russie à traditions libérales de l'Europe. Les bolchevistes interdirent les partis politiques, étant particulièrement sévère avec le Parti social-démocrate de Russie(14). Le bolchevisme aussi abolit la liberté de presse et démantela le système judiciaire plus ou moins indépendante et, par conséquent, contraint des milliers de personnes des professions intellectuelles et d'un niveau élevé de culture d'émigrer. C’était une seule possibilité pour échapper à des politiques des répression des bolcheviks. Une telle fuite des cerveaux en provenance de Russie, avec l'appauvrissement intellectuel de la nation, n'était pas un grand problème pour les bolcheviks. Ils créèrent leur propre intelligentsia, en leur inculquant le conformisme et obéissance à l'idéologie marxiste-léniniste. En dépit de cela, une partie de la nouvelle élite scientifique et culturel réussit à conserver certaines traditions de l'intelligentsia russe. Les meilleurs représentants de cette élite devinrent dissidents.

Les bolcheviks donnaient leur préférence à la formation de spécialistes de recherche scientifique, parce qu'ils voulaient gagner une suprématie technologique et militaire sur pays capitalistes et d'exporter leur modèle de société. Certains de ces spécialistes atteint un tel niveau intellectuel qu'ils faisaient une analyse critique valable de divers aspects du système soviétique. Pour eux la société soviétique avait besoin de changements radicaux. Ainsi commencèrent les activités culturelles et politiques de V. Boukovsky, A. Soljenitsyne, A. Sakharov, les spécialistes de physique, mathématiques, biologie. Ils devinrent des leaders du mouvement dissident russe, qui commença ses activités en l’URSS dans les années 1960. C'est un paradoxe que la politique du dirigeant soviétique Khrouchtchev ouvrit la voie à la montée du mouvement dissident anti-communiste.

Historiquement les dissidents sont des personnes qui ne partagent pas et osent contester ouvertement les dogmes e les règles religieux existants. En Union soviétique, les dissidents furent appelés des personnes qui étaient ouvertement contre l'idéologie du système soviétique. Ils n'avaient pas peur d'être défenseurs des droits de l’homme et dénoncer le système qui ne respectait pas les droits élémentaires. Les citoyens n'avaient pas le droit de choisir leur lieu de résidence, d'aller à l'étranger pour voyager librement ou pour aller à l'émigration. Ils n’avaient pas également le droit de manifester et de grève. Il n'y avait aucune liberté de la presse ou d'élections législatives libres, qui signifiait le manque d'accès légal à la carrière et aux institutions politiques. Être un dissident signifiait de devenir un objet de répressions, car l'URSS était un État totalitaire C'est pourquoi il y avait un nombre limité de dissidents en URSS, et ainsi le mot «dissident» est devenu le synonyme de héros.

Le dirigeant soviétique Khrouchtchev osa de critiquer son prédécesseur Staline seulement après sa mort. Ses révélations des crimes de Staline furent menées dans le contexte du déclin des conditions économiques et sociales, tandis que les pays de l'Ouest se trouvaient dans une période de grand développement. Cette situation eut l’effet de l'éveil de nombreux membres de l'intelligentsia de leurs illusions marxistes-léninistes précédentes.

La déstalinisation incomplète de Khrouchtchev était aussi une grande stimulation positive aux œuvres littéraires comme une possibilité de revalorisation du passé. Les romans comme Le Docteur Jivago de B. Pastenrak et l'Archipel du Goulag de Soljenitsyne étaient une grande déception pour la direction du Parti communiste, qui fondait sa propagande sur la thèse que les crimes de Staline étaient le résultat de sa personnalité et de ses erreurs. Les livres de Pasternak et de Soljenitsyne montraient que le bolchevisme était inspiré par le jacobinisme, qui justifiait utilisation de violence pour atteindre des objectifs politiques, et que les méthodes staliniennes étaient dans la nature de l’ idéologie bolchevique et une continuation de la politique, commencée avec la révolution bolchevique. L. Brejnev, le successeur de Khrouchtchev, interdit les livres de Soljenitsyne et expulsa l’écrivain de l'URSS en 1974. L. Brejnev également interdit Khrouchtchev de la vie publique et fit une partielle restalinisation, une étape nécessaire pour éviter l’effondrement de l'Empire soviétique. Les événements en Hongrie, en 1956, et en Tchécoslovaquie, en 1968, montrèrent qu'une telle possibilité existait vraiment. Brejnev avait également donné l'ordre à écraser le mouvement des dissidents de l'URSS. I. Andropov, le chef du KGB, annonça, en 1976, que ce mouvement n'existait plus, mais il se trompait. Une décennie plus tard l'URSS n'existait pas, même si tout a été fait pour sauver l'État communiste. Les méthodes répressives d’ Andropov plutôt affaiblissaient qu'ils renforçaient l' URSS.

Par l’ordre d’Andropov, beaucoup de dissidents avaient été arrêtés, d'autres, comme Soljenitsyne, furent obligés d'émigrer. Andropov introduisit également une méthode de soin obligatoire psychiatrique pour « guérir » de dissidents, basée sur la considération que la dissidence était une sorte de maladie mentale. Il était très difficile pour Andropov d’utiliser contre le physicien et dissident russe Sakharov les méthodes employées contre d'autres dissidents. Sakharov fut trop populaire en l’ URSS et célèbre à l'étranger.

Étant l'inventeur de la bombe à hydrogène, Sakharov apporta une grande contribution à la transformation de l'URSS dans une super puissance militaire, mais plus tard il était parmi ceux qui contribuèrent à l'effondrement de ce pays. Le fait est que, au lieu de profiter de son statut social élevé et ses privilèges, il devint un des plus influents critiques du gouvernement soviétique et du système politique de l'URSS.

Il n'y avait d' autre qui comprenait mieux que Sakharov le danger d'armes nucléaires pour l'existence même de l'humanité entière . C'est pourquoi il était nécessaire de combiner le développement scientifique et éthique. Le système totalitaire soviétique, avec sa concentration du pouvoir entre les mains des dirigeants libérés du contrôle de la société, ne pouvait pas ne pas diminuer les tensions et conflits, encore plus dangereuses en raison de la présence d'armes nucléaires. Donc pour Sakharov la démocratisation de l'Union soviétique était une condition nécessaire pour réduire un risque d'un conflit nucléaire.

Le danger d'un conflit nucléaire entre l'Occident et l'Union soviétique avait été aggravé par une confrontation idéologique à la suite de la philosophie soviétique marxiste - léniniste et anti- capitaliste. Ainsi, l'Union soviétique devait rejeter sa idéologie messianique, en particulier de la révolution communiste mondiale, qui avait été une justification de l'expansionnisme, une ressource inépuisable de tensions et de conflits au cours de la guerre froide. Avec le but d'éviter la situation de concessions à l'Ouest de côté de l' URSS, Sakharov proposa le concept de la convergence entre capitalisme et socialisme. Les pays occidentaux devaient accepter certains concepts socialistes, comme celui de la tutelle des droits politiques et sociaux de travailleurs et de couches sociales inférieurs, en échange de la démocratisation de l'Union soviétique. L'Union Soviétique avait le droit de conserver certains éléments de son système qui ne furent pas en contradiction avec la démocratie et les droits de l'homme, mais pourrait éviter une libéralisation excessive de son économie, en contradiction avec ses traditions.

Sakharov était sûr que les pays démocratiques fussent moins enclins à recourir à la guerre que pays totalitaires. Le système démocratique des États-Unis rendait plus difficile pour ce pays d’exploiter sa suprématie militaire sur d’autres États, y compris l'URSS. Par exemple, les États-Unis n’utilisèrent jamais les leur suprématie pour libérer la Corée du Nord de communisme. Ils utilisèrent leur puissance militaire pour restaurer la situation de la division de la péninsule coréenne, déjà existante avant la guerre. Quand le général Maccarthur avait essayé de convaincre l’opinion publique américaine de la nécessité d’élargir la guerre en Corée, il obtint le sac du président Truman; et c'était une preuve que l'armée était sous le contrôle d'institutions politiques.

Les États-Unis avaient toutes les possibilités de gagner la guerre au Vietnam, mais devaient retirer leurs troupes, dû à la pression d'opinion publique qui était contre le conflit. Les États-Unis n'ont jamais osé d’envoyer leurs troupes pour libérer le Cuba de Castro. Peut être une telle réticence américaine pour utiliser sa force militaire au Cuba avait influencé la décision de Khroushchev, en 1962, d'installer là des missiles nucléaires, une décision qui créa un danger réel du conflit nucléaire entre les États-Unis et l’URSS. Seulement la capacité diplomatique du président Kennedy et les concessions de Khroushchev, qui savaient de son expérience personnelle la tragédie de guerres, ont permis d'éviter une catastrophe nucléaire.

L'esprit de compromis de Khrouchtchev avait également été le résultat de la suprématie américaine quant à la qualité et la quantité de missiles nucléaires (de quatre à une). C'est pourquoi l'Union soviétique sous Brejnev fit d'énormes efforts dans le but d'atteindre la parité nucléaire avec les États-Unis. Les États-Unis avaient permis bien qu'économiquement ce pays était beaucoup plus fort que l'URSS. La parité entre l’Amérique et l'URSS, un équilibre de la peur nucléaire, semblait un gage de prévention d'un conflit entre eux. Cependant, ayant atteint la parité et exploité l'isolationnisme américaine après la défaite du Vietnam, l'Union soviétique commença sa politique de stimulation des mouvements révolutionnaires en Asie, Afrique et Amérique latine, qui n’était rien d'autre que la justification de son expansionnisme. Toutefois, la faiblesse économique soviétique et la réaction politique forte du président Reagan rendait impossible la victoire de l'Union soviétique dans la guerre froide.

Contrairement aux États-Unis, le leadership soviétique était libre de tout contrôle d'un parlement élu ou de l'opinion publique. Le Politburo soviétique avait médias de masse et l'opinion publique sous son contrôle total.C'est pourquoi l'Union soviétique décida d’envahir sans hésitation la Hongrie (1956), la Tchécoslovaquie (1968) et Afghanistan (1979), en réalisant cette action avec le prétexte de la défense des valeurs socialistes.

Après l'intervention en Tchécoslovaquie, seulement huit dissidents soviétiques osèrent d’ aller à la Place Rouge pour manifester leur protestation, arrêtés immédiatement par le KGB. Plus tard, seulement Sakharov et certains autres dissidents osèrent d’exprimer leur désapprobation de l'intervention en Afghanistan. Tous, à l'exclusion de Sakharov, furent arrêtés. Sakharov fut envoyé à Gorki, une ville sur la Volga à huit cents kilomètres de Moscou. Il y vivait avec sa femme E. Bonner, dans un appartement sous la surveillance du KGB. Malgré des restrictions, Sakharov parfois réussissait à avoir de contacts avec des journalistes occidentaux. Il avait influencé la décision de gouvernements de l'Union européenne occidentale d’ installer des missiles américaine à moyenne portée comme une réponse aux mesures antérieures de l'Union soviétique du même type.

Les missiles soviétiques visaient les capitales d’Europe occidentale, et c’était aussi une sorte de pression politique sur eux. Il y avait des personnes dans le Bureau politique qui croyaient en une possibilité de domination militaire et politique soviétique de l'Europe occidentale, fondée sur sa suprématie nucléaire. Ils étaient sûrs que les États-Unis eussent été tellement affaiblis après la guerre en Vietnam, qu'ils n’auraient pas risqué un conflit nucléaire avec l'URSS pour défendre l’Europe occidentale de l’invasion des forces terrestres soviétiques. Il y avait aussi beaucoup de personnes dans l'Ouest qui croyaient également en la suprématie économique et militaire de l’URSS et sa conquête imminente du continent. Ils avaient même proposé un slogan défaitiste: mieux être rouges que morts.

Lorsque l'Occident décida d'installer ses missiles, il donna un signal de la volonté d’ européens à défendre leur liberté. Cette décision avait été influencé par les articles de Sakharov, dans lesquels il révéla les faiblesses de la politique soviétique et, en particulier, du système économique, considéré comme le résultat de subordination d’économie et de science à un contrôle politique et idéologique du Parti communiste.

La myopie du Parti communiste soviétique avait entravé le développement de différentes branches de la science, comme cybernétique, la génétique ou la sociologie, qui étaient considérés comme en contradiction avec l'idéologie marxiste-léniniste. C'est pourquoi le pouvoir de Staline apporta son soutien à la théorie du professeur d’agronomie Trofim Lyssenko. L’ utilisation de méthodes pseudo-scientifiques avaient donné des résultats très négatifs pour l'agriculture soviétique. En effet, une telle subordination de la science à l'idéologie n'était pas si inoffensive qu'elle puisse paraître. Beaucoup de savants soviétiques non conformistes furent victimes des purges staliniennes, dont physiciens Liepunsky, Obremov, Berg, Landau et autres.

L Landau, un véritable génie de la physique, fut sauvé grâce à l'appel à Staline d'un grand savant russe, Pyotr Kapitsa. Il écrivit que Landau était nécessaire pour renforcer la défense militaire soviétique. En effet, Landau devint plus tard l'auteur d'un calcul mathématique nécessaire pour créer des bombes nucléaires soviétiques. Après la mort de Staline, lorsque le système de répression n'était pas le même que précédemment, Landau abandonna son travail pour l'industrie militaire, parce qu'il était peu disposé à contribuer au renforcement du totalitarisme soviétique.

Cette décision de Landau et sa personnalité en général ont exercé une grande influence sur la transformation de Sakharov en un dissident, une décision conditionnée par sa déception croissante quant à l'efficacité du système politique soviétique et de l' économie planifiée centralisée. Un jour il avait même parlé sur ce sujet avec Lavrenti Béria, le directeur du programme nucléaire soviétique. Ceci semblait une certaine ingénuité de la part de Sakharov, vu que Béria pour beaucoup d’années était le chef du KGB. Peut-être Sakharov avait l'idée qu'il pouvait avoir une certaine influence sur cet homme, quand il demanda a Béria: pourquoi nos programmes sont exécutés avec une telle lenteur? Pourquoi sommes-nous toujours en retard en comparaison avec les États-Unis et d'autres pays capitalistes? Pourquoi, dans la course technologique sommes-nous toujours derrière eux? Seulement quelques ans plus tard Sakharov fut en mesure de trouver des réponses à ces questions. Le retard de l'URSS était une conséquence de l'insuffisance des structures démocratiques du gouvernement, de l'impossibilité de gérer l'économie par méthodes bureaucratiques, de l'absence de liberté intellectuelle, de la manque d'information adéquate à la disposition de la population. (15)

Il peut sembler étrange que Sakharov eut des conversations sur tels problèmes avec un général du KGB. Étant bien informé des carences du système soviétique, Béria essayait de remédier aux difficultés et carences du système soviétique. Sa proposition de contribuer à la réunification de l'Allemagne, aurait pu être une mesure de trouver un compromis avec les pays capitalistes et recevoir une aide financière nécessaire pour réformer l'URSS. Certaines des idées de Béria ressemblaient à celles de la perestroïka de Gorbatchev, mais étaient prématurées. (16) Béria fut accusé de trahison et condamné, en 1953. Peut-être que sa proposition d'introduire un véritable système fédéral et à donner plus de droits aux républiques soviétiques non russes eût sauvé l'URSS de l'éclatement.

Perestroïka devint possible après l'entrée de Gorbatchev au Kremlin en 1985. Une de ses premières décisions fut de libérer Sakharov de son exil. Sakharov et autres dissidents étaient prêts à contribuer au renouvellement de la société. En effet, le projet de perestroïka ressemblait aux idées exprimées dans les écrits de Sakharov. Mais bientôt il devint évident que Gorbatchev était intéressé à sauver et améliorer le système soviétique, au lieu de le transformer radicalement. C'est pourquoi, au lieu de réformer le KGB et diminuer son pouvoir, une idée à plusieurs reprises exprimée par Sakharov, Gorbatchev a utilisé cette organisation comme un instrument de contrôle du processus de libéralisation partielle dans le pays. L’ académicien Sakharov avait proposé à Gorbatchev de réformer le KGB, en le mettant sous le contrôle de la société. Il en voyait comme une méthode pour impliquer intellectuels et membres de différentes couches de la société dans le processus d'une véritable démocratisation.

Il y a aussi des autres dissidents qui, comme Sakharov, commencèrent à être déçues par le procès démocratique délibérément insuffisant de perestroïka. Serguei Kovalev, un des plus influents anciens dissidents soviétiques, voyait en perestroïka seulement une action de démocratisation fictive pour convaincre les pays occidentaux de sauver l'économie soviétique en crise grave. Il eut la possibilité d'obtenir un document du Bureau politique du 10 décembre 1987, signé par les architectes principaux de la perestroïka, comme le ministre des Affaires étrangères E. Chévardnadzé, le chef du KGB V. Khrouchtchev, le responsable de questions d’idéologie. A. Yakovlev. Ce document présentait Kovalev et autres dissidents comme personnes subversives et, par conséquent, une menace pour l'État. Donc, le document recommandait nécessaire de faire obstacle à la conférence sur les droits de l'homme parrainée par ces dissidents. Le document soulignait que le KGB devait prendre des mesures nécessaires contre cette conférence, mais il fallait le faire celui-ci avec prudence et donc sans attirer l'attention de l’opinion publique occidentale. (17)

Ce document de Kovalev pourrait être une clef pour comprendre ce qui arriva, en 1991, en Géorgie, une des républiques de l'URSS. Après 70 ans du communisme soviétique, il y avait un parlement démocratiquement élu lors des élections pluripartites. La victoire de la coalition des partis indépendantistes ouvrit la voie à l'élection de son leader Zviad Gamsakhourdia, l’ancien dissident soviétique, au poste de président. Ce grande spécialiste de la littérature chrétienne et anglais, philologue et écrivain, avait un grand soutien d'une partie de la population et de l'intelligentsia. Il faisait ses activités d’un dissident pendant la période quand Chévardnadzé était au pouvoir de la Géorgie soviétique ( 1973-1985). L'un des fondateurs de Helsinki Group of Human Rights, Gamsakhourdia fut emprisonné et mis en jugement par ordre de Chévardnadzé, le Premier secrétaire du Parti communiste géorgien.

Le mouvement politique de Gamsakhourdia visait d’ obtenir l'indépendance de Géorgie de l'Union soviétique avec méthodes démocratiques et non violentes. C'est pourquoi la victoire de sa coalition politique dans les élections parlementaires en Géorgie, en octobre de 1991, ne fut pas une nouvelle enthousiasmante pour Chévardnadzé, le ministre des Affaires Étrangers de l’Urss, et ses collègues de la nomenclature soviétique. Les autorités soviétiques et le KGB, qui avait sous son contrôle le pays, permirent les élections libres, parce qu'il était nécessaire de montrer aux pays occidentaux la métamorphose démocratique de l'Union soviétique. En même temps, la Géorgie devint pour le Kremlin une sorte de vitrine politique pour montrer que les mouvements indépendantistes contenaient le virus du nationalisme qui menaçait les minorités ethniques à l'intérieur des républiques soviétiques. L'Occident devait donc soutenir et aider économiquement le président soviétique Gorbatchev et l'intégrité de l'URSS.

Ainsi les affrontements entre géorgiens et ossètes dans la région d'Ossétie du Sud, qui avait déclaré sa séparation de la Géorgie, semblaient confirmer ce point de vue. Car Zviad Gatiamsakhurdia avait le pouvoir limité et il ne disposait pas de forces armées, il demanda aux autorités centrales d'intervenir. La réponse des autorités soviétiques avait été d'ignorer son appel. Le Kremlin utilisa la situation pour la manipuler à ses propres fins. C'est l'une des raisons pourquoi le parlement géorgien décida, le 9 avril 1991, de déclarer l’indépendance unilatérale du pays, qui, toutefois, n'était pas reconnue par le Kremlin.

Le mars de la même année Gamsakhourdia eut une réunion avec le président de la Fédération russe Boris Eltsine, qui décida de prendre des mesures positives pour stabiliser la situation en Ossétie du Sud, reconnaissant la région dans le cadre de la Géorgie (Eltsine soutenait les mouvements d'indépendance de la Géorgie et des pays Baltes, considérés comme nécessaires en sa lutte pour le pouvoir contre le président de l'Union soviétique Gorbatchev).

En août 1991, Gorbatchev et Eltsine avaient reconnu l'indépendance des républiques soviétiques des pays Baltes et non celle de la Géorgie. En septembre commencèrent en Géorgie les manifestations de protestation de certains éléments de la nomenclature et de forces politiques extraparlementaires,

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de La damnation géopolitique du Caucase

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs