Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Histoire Occulte: Passée et Future - selon les Annales Akashiques.
Histoire Occulte: Passée et Future - selon les Annales Akashiques.
Histoire Occulte: Passée et Future - selon les Annales Akashiques.
Livre électronique257 pages3 heures

Histoire Occulte: Passée et Future - selon les Annales Akashiques.

Évaluation : 3 sur 5 étoiles

3/5

()

À propos de ce livre électronique

Ce livre a pour objectif de démystifier les histoires passées les plus occultes de l'humanité, et d'entrevoir l'histoire future.
Avec l'aide de clairvoyants, médiums et channels, une enquête méticuleuse, dans les archives archéologiques, sur le terrain et en consultant les annales akashiques (la mémoire du monde) va vous révéler la vérité sur l'histoire : des templiers, leurs trésors et les hauts-lieux énergétiques - de l'homme le plus célèbres des 2000 ans passées, Jésus Christ. - de l'humanité depuis sa création - des plus grands trésors qui vont bientôt réapparaître : Arche d'alliance, tables de la loi, St Graal, Ménorah...
A l'issue des découvertes, toujours selon les annales akashiques, ces objets mythiques doivent être exposés dans un grand site sacré, consacré à l'alliance des peuples et des religions du monde. Il sera surnommé à la fois la Cité de la paix (pour son caractère de paix mondiale) et Armageddon (pour son caractère de dernier combat à l'issue duquel toutes les nations seront réunies).
Nous venons d'entrée dans une période de la fin des temps. Une période surnommée aussi Apocalypse qui signifie révélations. C'est une période de la fin des temps de l'ignorance.
Les annales akashiques permettent aussi de voir dans l'avenir et notamment des changements énergétiques de la terre (Ascension) et des hommes (nouvelles politiques, déclaration universelle des droits de l'humanité, etc...).
Tout ceci fait partie de l'histoire occulte qui vous est révélée ici.
LangueFrançais
Date de sortie15 juil. 2019
ISBN9782322098385
Histoire Occulte: Passée et Future - selon les Annales Akashiques.
Lire l'aperçu
Auteur

Jacques Largeaud

Jacques LARGEAUD est géobiologue, naturothérapeute, magnétiseur, passeur d'âme, formateur, chercheur. Il exerce depuis plus de 20 ans. Auteur de nombreux ouvrages sur la géobiologie, bioénergie, histoire sacrée, sciences occultes et curothérapie. Cofondateur et responsable de formation en curothérapie. Président de l'Alliance World Association. Il travaille au sein d'un groupe de chercheurs, clairvoyants, clairaudients avec l'aide, les conseils et explications des esprits de la nature, médecins astraux et guides de lumière.

En lire plus de Jacques Largeaud

Lié à Histoire Occulte

Livres associé

Catégories liées

Avis sur Histoire Occulte

Évaluation : 3 sur 5 étoiles
3/5

2 notations0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

    Aperçu du livre

    Histoire Occulte - Jacques Largeaud

    personnelles

    CHAPITRE 1

    Histoire occulte des

    TEMPLIERS

    Et des hauts-lieux cosmotelluriques

    L’histoire des templiers débute au moment où naît l’Islam. Jérusalem, où le Christ est mort et ressuscité (en principe), n’a pas cessé d’attirer les pèlerins depuis la Christianisation de l’Empire romain.

    Une rotonde a été bâtie par l’empereur Constantin au-dessus du tombeau du Christ et à la même époque, en 392, et 2 monastères ont été fondés à Bethléem.

    En 610, Mahomet, selon la tradition, est contacté par l’archange Gabriel qui lui transmet la parole divine. C’est à Jérusalem, qu’il reçoit la parole de « Dieu » qu’il nomme « Allah ». Il reconnaît Abraham et Jésus comme prophètes de « Dieu », reprochant aux Juifs de l’avoir persécuté, et prône la « Guerre sainte » (le « Jihad ») la lutte sur soi-même, le combat intérieur pour évoluer.

    Le Coran est rédigé en 650, soit 20 ans après la mort de Mahomet, et le « Jihad » au lieu d’être un combat personnel, devient pour raisons politiques évidentes, un combat des musulmans contre le monde entier. On les nomme les « Infidèles », même si ceux-ci ont le même Dieu (qu’il soit nommé Allah ou Yahvé) et les mêmes grands prophètes (dont Abraham et Jésus Christ).

    Au nom de l’Islam, les Musulmans construisent une mosquée près du St Sépulcre (lieu du tombeau du Christ) à l’endroit où, selon le Coran, Mahomet aurait posé le pied (le Dôme du rocher).

    Puis au nom du Jihad et de la guerre sainte, ils envahissent le monde, l’Egypte, l’Afrique, l’Espagne… mais sont arrêtés en France en 732 à Poitiers par Charles Martel.

    Ils se retirent alors aux limites de la frontière espagnole.

    Au 9ème siècle, Charlemagne met en place les pèlerinages Chrétiens vers Jérusalem où deux monastères sont construits ; l’un sur le mont Sion et l’autre près du Saint Sépulcre.

    Mais en 997, les musulmans prennent et détruisent Saint Jacques de Compostelle en Espagne, le 3ème haut lieu Chrétien après Jérusalem et Rome. Puis en 1009, ils détruisent le St Sépulcre à Jérusalem, essayant d’effacer toutes traces de la religion catholique, massacrant au passage tous les pèlerins Chrétiens. Le vénérable Pierre L’Ermite, ayant assisté à ces massacres à Jérusalem, rentre en Europe, traverse tout le pays et essai de lever tous les Chrétiens pour délivrer Jérusalem.

    En 1095, le pape Urbain II appelle les Chrétiens (au Concile de Clermont) à la première croisade pour délivrer les lieux saints. Quelques chevaliers dont Godefroi du Bouillon et 12 000 hommes s’engagent dans cette croisade. Après une victoire à Antioche, ils prennent Jérusalem en 1099, tout en massacrant une grande partie de la population. Godefroi du Bouillon y meurt et c’est son fils Baudouin I qui devient roi de Jérusalem.

    C’est alors, qu’une seconde histoire vient se mêler à la première. Au soldat du Christ va s’ajouter le moine porteur de tradition. Le guerrier va être dirigé par l’Initié.

    Depuis l’ancienne Egypte, en passant par les Esséniens et les Gnostiques, un enseignement initiatique s’est perpétué parmi certains groupes qui demeurent en retrait de l’église officielle.

    En 1104, un Initié champenois, Hugues de Champagne se rend à Jérusalem avec quelques chevaliers dont Hugues de Payns (autre Initié, qui avait participé à la première croisade). Ils en reviennent avec de nombreux textes hébreux qu’ils donnent à étudier à l’abbaye de Cîteaux et au grand théologien Juif : Salomon RACHI. Cette étude va durer 9 ans.

    En 1113, 9 ans plus tard, il repart à Jérusalem avec Hugues de Payns. Et en revient en 1115 avec d’autres informations. Il va voir Etienne Harding abbé de Cîteaux et lui donne une terre près de Bar Sur Aube du nom de « Vallée d’Absinthe » pour y fonder une abbaye. C’est le jeune Bernard de Fontaine qui va y fonder l’abbaye de Clairvaux. Jeune peut-être, mais déjà initié et « Grand Druide des Gaules ».

    En 1118, 8 chevaliers partent pour Jérusalem. Il s’agit de : Hugues de Payns.

     Eude André de Montbard (oncle de St Bernard).

     Payen de Montdidier.

     Archambaud de St Amand.

     Geoffroy de St Omer, surnommé Gondemar.

     Robert de Craon, surnommé Rosal.

     Hugues Rigaud,

     Et Godefroy Bizol.

    Hugues de Champagne (le 9ème Chevalier) les rejoint en 1125 et y demeure jusqu’à sa mort en 1130.

    Sous prétexte que les pèlerins se faisaient souvent attaquer sur la route de Jérusalem. Les 8 Chevaliers s’y rendent pour assurer la sécurité des routes. Or, pendant 9 ans, ils ne quitteront pratiquement jamais Jérusalem et ne se feront jamais remplacer ni renforcer par quelque troupe que ce soit.

    En arrivant sur place, ils sont accueillis par le roi Baudouin II, déjà avisé de leur venue. Celui-ci leur attribue toute une partie de l’ancien temple de Salomon, à l’endroit qui deviendra plus tard la mosquée Al Aqsa, ainsi que le sous-sol qui, dit-on, pouvait contenir 3 000 chevaux.

    Le 25 décembre 1119, jour où Baudouin est couronné roi, l’ordre des « pauvres chevaliers du Christ et du temple de Salomon » est fondé.

    En 1127, les chevaliers retournent en France, portant un message au pape Honorius II. Ils lui demandent une reconnaissance officielle puis se rendent en Champagne voir St Bernard. Commence ensuite pour Hugues de Payns un parcourt dans toute la France : Poitiers d’abord (où il rencontre Raymond de Poitiers), l’Anjou et le Maine ensuite (où il rencontre Foulque d’Anjou), la Normandie (où il rencontre HENRI I roi d’Angleterre), la Grande Bretagne, l’Ecosse, La Flandre puis retour en Champagne.

    En 1128, le 13 janvier, au Concile de Troyes, cour des comtes de Champagne, et sous la direction de St Bernard, l’ordre du temple est officialisé. Une règle des chevaliers comprenant 72 articles est adoptée. Hugues de Payns y reçoit le titre de « Grand maître de l’ordre ». A partir de 1128, pendant 2 siècles et sans transition, les templiers vont payer, concevoir et construire 80 cathédrales et basiliques en France, plus de 200 dans le monde ainsi que des dizaines de milliers d’églises (une pour 200 habitants), 3 000 commanderies dont les premières seront à Marseille, Saint Gilles et Arles, 6 000 autres commanderies dans le monde entier, 87 forteresses et 300 maisons. En outre, cathédrales et églises sont entièrement peintes et remplies de sculptures couvertes d’or et d’argent. Une seule cathédrale coûtait l’équivalent de 50 à 100 millions d’euros.

    Par quel miracle tout cela a-t-il été possible ?

    Comment, en si peu de temps, a-t-il été possible de persuader autant de personnes à se joindre au groupe et d’y laisser terres et fortunes ?

    Comment autant d’argent et autant de connaissances ont-ils pu être assemblés ?

    Il faut, pour ne pas nous y perdre, distinguer cette histoire en 4 parties.

     Quelle est l’origine du « miracle » qui a déclenché cet engouement ?

     L’argent en question ! D’où et comment est-il venu ?

     Quelles sont ces connaissances, et d’où viennent-telles ?

     Quant à l’histoire des templiers, le sommet de l’iceberg ; n’oublions pas de la citer.

    Quelle est l’origine du miracle ayant déclenché cet engouement ?

    L’étincelle de cette histoire se trouve à Jérusalem. Quels étaient ces textes sacrés Hébraïques si importants ? Pourquoi a-t-on affecté à 9 Chevaliers un si vaste site, qu’ils n’ont pratiquement pas quitté pendant 9 ans ?

    Suivant la bible, ce temple fut édifié en 960 avant JC. Rectangulaire, il abritait les 300 concubines du roi et 700 princesses. Il était rempli d’objets précieux et sacrés ;

     L’Autel des parfums en or massif.

     La table des pains de proposition, en cèdre et or.

     Le chandelier sacré à 7 branches en or, la Ménorah.

     10 candélabres et lampes d’argent.

     Des coupes de libation finement ciselées.

     Des bassins sacrés et des brasiers de sacrifice.

     Et en vedette : L’Arche d’Alliance, les Tables de la loi de Moïse et le Saint Graal.

    D’autres textes parlent de 27 cachettes d’objets en or, placés pendant le règne de Salomon, et d’autres de 2 saints Graal, dont l’histoire remonte à l’ancienne Egypte l’un en métal qui aurait transité dans l’Arche d’Alliance avant d’arriver dans les mains de Jésus Christ et l’autre en pierre venant de Vénus appelé Lapis Exilis et de couleur verte, 2 objets extrêmement importants (vibratoirement).

    En 586 avant JC, Nabuchodonosor, s’empara du trésor en détruisant la ville, du moins une partie du trésor. Le temple fut reconstruit, puis pillé à nouveau en 69 après JC par les Romains qui ramenèrent à Rome en 70 leur butin. La Ménorah faisait partie de ce second butin, puisqu’il a été gravé sur l’arche de Titus à Rome. Ce trésor romain a été récupéré par les Wisigoths en 410 et a été ramené et caché dans le bas de la France, suivant les Historiens, constituant le trésor d’Alaric. Trésor qui a fait couler beaucoup d’encre, qui a été recherché par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale, et qui a aussi été redécouvert et utilisé en partie par l’abbé Saunière à Rennes le Château.

    Une partie du trésor de Jérusalem n’a pourtant jamais été citée par les historiens, ni retrouvée. Il s’agit de l’Arche d’Alliance, des tables de la loi et du ou des Saint Graal.

    Sur le roman de « Parzival » écrit par le templier Wolfram Von Eschenbach, il est mentionné « le Graal a été transmis par la lignée de Salomon et les templiers en sont les gardiens ». Suivant certains rabbins, l’Arche était cachée SOUS le temple de Salomon lorsqu’il y avait risque de conflit, pour éviter le pillage. Ce qui n’est pas surprenant vu l’importance de l’objet. Une légende indique que le propre fils de Salomon et de la Reine de Saba, a dérobé l’Arche et l’a emmenée en Ethiopie. Sur place, certain affirment qu’elle y est toujours et qu’elle est gardée, mais personne ne peut ni la voir, ni la toucher, évidemment. Il s’agit là d’une histoire uniquement d’intérêt commercial.

    L’Arche était donc cachée sous le temple de Salomon quand les 9 chevaliers y ont séjourné 9 ans. Lorsque Hugues de Payns retourne en France en 1127, après avoir porté un message au pape Honorius II pour solliciter une reconnaissance officielle, et s’être rendu en Champagne voir St Bernard, il se rend à Poitiers, en Angleterre puis en Flandre. Partout où il passe, les chevaliers se rangent à ses côtés pour rejoindre l’ordre du temple, en cédant fortune et terres à cette fondation.

    De quels éléments disposait-il pour être persuasif ?

    La tradition orale parle des tables de la loi et de l’Arche d’Alliance. C’est certainement le cas si l’on en juge par ce qui reste écrit sur les pierres. A Chartres, sur l’entrée des « Initiés » côté Nord, une colonnette sculptée en relief montre l’Arche d’Alliance dans une scène de la bible et en dessous une inscription gravée dans la pierre indique HIC AMIGITUR ARCHA CEDERIS. Elle a été archéologiquement traduite par « ici est passée l’Arche d’Alliance ». Ce qui serait le premier indice confirmant que l’Arche est passée par Chartres pour persuader les chevaliers de rejoindre l’ordre du temple.

    Deuxième indice : dans l’Abbaye de St Denis à Paris (première grande construction templière), l’Arche d’Alliance est représentée gravée avec 9 têtes au-dessus (Les 9 templiers probablement).

    Troisième indice et le plus important : dans la cathédrale de Troyes où a été fondé l’ordre des Templiers, on peut observer sur les 2 autels les plus anciens, que le symbole représentant habituellement Dieu, constitué par un soleil, un tétragramme (triangle) et les lettres hébraïques YHVH est représenté là, par l’Arche d’Alliance.

    Arche d’Alliance, Tables de la loi et Graal ont donc été ramenés en France par les templiers. Les Annales Akashiques le confirment.

    Après avoir trouvé l’étincelle qui a déclenché tout cela, voyons maintenant l’histoire complète des templiers.

    1128 - L’ordre du temple est fondé le 13 janvier au Concile de Troyes. La règle de 72 articles préparée par St Bernard est adoptée. Les chevaliers du temple porteront le manteau blanc.

    1129 - Le temple s’implante en Espagne et au Portugal.

    1130 - St Bernard écrit sur l’ordre du Temple un texte latin précisant que les templiers ont une mission militaire et spirituelle (2 personnes sur le même cheval).

    1136 - Hugues de Payns, premier grand maître, meurt le 24 mai lors d’un retour en terre sainte avec Louis le Jeune (Louis VII) victime d’une embuscade des Sarrasins. Une grande cérémonie a lieu à Jérusalem en son honneur.

    La première commanderie est créée à Marseille (port d’embarquement pour la terre sainte), puis en 1138 à Saint Gilles (second port).

    1139 - Le pape Innocent II, moine cistercien de Clairvaux et grand protégé de Saint Bernard, accorde aux templiers des privilèges considérables. L’ordre devient totalement indépendant de tout pouvoir ecclésiastique, princier, royal ou politique. Il devient empire international autonome.

    1140 - C’est le début des constructions des cathédrales gothiques, dont la première est celle de l’abbé Suger à Saint Denis. Elle est remplie de bijoux précieux du royaume, d’objets de culte en or, et de reliques ramenées de terres saintes.

    En consacrant cette église en juin 1144, devant tous les notables et évêques de France, Suger suscite l’engouement de chaque, et provoque dans tout le pays une vague de constructions similaires, plus grandes, plus lumineuses, plus belles que toutes les constructions religieuses existantes. 80 cathédrales et 10 000 églises vont être construites ou reconstruites. C’est à cette époque aussi que les évêques nommés au préalable par le roi et autonomes quant à leurs finances, passent sous la coupe hiérarchique du Pape. Cette même année les Musulmans, en prenant Edesse font des milliers de mort.

    1146 - Le pape Eugène III et St Bernard prêchent à Vézelay la 2ème Croisade. La croix pattée rouge (vermeille) est ajoutée aux manteaux blancs des templiers, portée au-dessus du cœur.

    C’est la période où commence la construction des forteresses, des commanderies et fermes fortifiées dans le monde templier. Le Roi de France (Louis VII) accompagné d’Aliénor d’Aquitaine, de 50 000 hommes et d’alliés allemands se lancent dans la 2ème croisade. La garde du trésor royal est confiée au temple, en l’absence du roi. Mais c’est une série de défaites à Damas puis à Antioche.

    1152 - Un grand ménage est fait au saint de l’organisation des templiers. Des trésors sacrés sont mis au secret en lieu sûr. Un an avant la mort d’un des principaux fondateurs ; Bernard de Clairvaux ou St Bernard.

    A cette

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1