Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

L'effet de la Corruption: Une trajectoire vers une zone obscure
L'effet de la Corruption: Une trajectoire vers une zone obscure
L'effet de la Corruption: Une trajectoire vers une zone obscure
Livre électronique209 pages2 heures

L'effet de la Corruption: Une trajectoire vers une zone obscure

Évaluation : 4 sur 5 étoiles

4/5

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

Un jeune couple sicilien immigre à Montréal, au Canada, aspire à une nouvelle vie, pleine d'espoirs et de rêves pour leur destin. Découvrer ce qui se cahe dans l'ombre de leur fils qui devient une icône sur le marché financier....
Une histoire renversante de la vie d'un couple ordinaire et celle de leur fils tragiquement influencée par la mafia.

LangueFrançais
Date de sortie14 mai 2017
ISBN9781370008506
L'effet de la Corruption: Une trajectoire vers une zone obscure
Lire l'aperçu
Auteur

Claire Manning

A Canadian writer, born in Quebec, Claire Manning started her writing adventure in 2013 - It is never too late to reach a goal!, she thought. It was part of her bucket list to at least write one. The book was Terra Cotta, the future of mankind, one possible scenario since reedited and published as: Terra U.N.der Attack, a possible Scenario.Since her first publication, Claire has written several genres such as Science-Fiction, Fiction, Adventure, Thriller and Fantasy. She has created several book trailers for her books.She has recently published all her English books and some of her latest French version in paperback.The reactions and comments by those who have read her books are very positive. As she writes first in English and translates her stories in French, she reaches a wider audience. She has always made sure that the concept of the story remains the same in French. Claire is fluent in both languages.Claire is the author of the Best Seller, The Buddha Board, The Art of Letting Go.Happy Reading!

En savoir plus sur Claire Manning

Lié à L'effet de la Corruption

Livres électroniques liés

Catégories liées

Avis sur L'effet de la Corruption

Évaluation : 4 sur 5 étoiles
4/5

1 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    L'effet de la Corruption - Claire Manning

    L’effet de la corruption

    Par

    Claire Manning

    Copyright © 2017 Claire Manning

    Chapitre 1 Ville de Montréal, hiver 2012

    Chapitre 2 La famille Pinocchia

    Chapitre 3 Le destin d’Alfonzo Pinocchia

    Chapitre 4 L’effet de la Corne d’Abondance

    Chapitre 5 La première étape de la création d’un criminel

    Chapitre 6 Une rencontre avec le chef de la mafia

    Chapitre 7 Martina Di Salvo

    Chapitre 8 L’union parfaite par amour et par affaires

    Chapitre 9 Une découverte des plus sinistres

    Chapitre 10 Une découverte des plus sinistres

    Chapitre 11 Une « réunion de famille » devenue nécessaire

    Chapitre 12 Un jour de Noël pas comme les autres

    Chapitre 13 Commencer un nouveau

    Chapitre 14 Ajout de munitions pour leur protection

    Chapitre 15 L’inimaginable destin

    Chapitre 16 Le secret d’Imie

    Chapitre 17 Encore plus de drames

    Chapitre 18 Traiter le procès avec justice

    Chapitre 19 Cour supérieure de Montréal

    Chapitre 20 Les Interrogations

    Chapitre 21 Le lendemain, lors du procès

    Chapitre 22 La localisation des kidnappés

    Chapitre 23 Le procès d’Alfonzo Pinocchia

    Chapitre 24 Une performance sans failles

    Chapitre 25 Loyale jusqu’à la mort

    Chapitre 26 La comparution de Martina devant le tribunal

    Chapitre 27 Derrière des portes closes

    Chapitre 28 La deuxième ronde

    Chapitre 29 Les déclarations du juge

    Chapitre 30 Un sauvetage réussi

    Chapitre 31 Derrière la scène

    Chapitre 32 Le verdict du Jury

    Chapitre 33 La fin du procès

    Chapitre 34 De retour à la maison

    Chapitre 35 Une vérification de sécurité essentielle

    Chapitre 36 Le Boss de la Mafia

    Chapitre 37 Les victimes de Paolo Di Salvo

    Chapitre 38 L’évitement d’une embuscade explosive

    Chapitre 39 Un criminel toujours en liberté

    Chapitre 40 Le processus d’embauche de tueurs à gages

    Chapitre 41 L’ennemi silencieux

    Chapitre 42 À la poursuite du deuxième intrus

    Chapitre 43 Les Fuyards

    Chapitre 44 Le refuge fantasmé du Boss de la Mafia

    Chapitre 45 La stratégie pour une embusquée

    Chapitre 46 La Cour européenne

    De l’auteur

    Chapitre 1

    Ville de Montréal, hiver 2012

    Située entre les stations de métro Champ-de-Mars et Place-d’Armes, la Cour supérieure de Montréal sur la rue Notre-Dame Est comptait plusieurs salles d’audience. Mais une, en particulier, portait sur un dossier particulier sur lequel les médias avaient centré leurs efforts à tout publier à son sujet depuis des mois. Ce procès faisait les manchettes au quotidien comme étant celui du siècle. Il y avait bien eu beaucoup d’autres poursuites du même genre dans le passé, mais celle-ci n’était aucunement comme les autres.

    Que tous se lèvent! exprima un greffier invitant tout le monde à collaborer comme un homme aux cheveux blancs et au visage barbu, vêtu d’une robe noire, entra et marcha sur les quelques marches qui se terminèrent à une plate-forme surélevée. Justice Mercier, qui siégeait dans cette affaire de recours collectif, regarda la salle du tribunal bondée de gens, là où se trouvait également plus d’une douzaine de journalistes de la cour. Tous étaient assis dans leur secteur réservé aux médias, tous étaient aux aguets pour écrire ce qui se passerait en cette journée très importante.

    Ils étaient plus que désireux d’enregistrer tout ce qui serait révélé pendant le procès. Une énorme pression pesait sur eux, car des milliers de personnes s’attendaient à ce qu’ils fournissent l’information en raison du fait que la procédure judiciaire ne serait pas télévisée. Il s’agissait d’un business étant engagé dans des activités dites criminelles et hautement médiatisées. Ce procès visant à poursuivre en justice une icône financière, un homme d’affaires ainsi que sa conjointe maintenant libellée d’être sa complice. Alfonzo Pinocchia et Martina Di Salvo étaient accusés d’avoir utilisé leur société d’investissement pour commettre des détournements et des escroqueries de biens immobiliers, appartenant à des personnalités fort aisées, d’une valeur de plusieurs milliards de dollars.

    La douzaine de membres du jury composé de six femmes et de six hommes se tenaient debout, affichant leurs airs inquiets à cause des regards très intimidants de certains sympathisants des victimes dirigés vers eux; sûrement pour les convaincre de ce qu’ils considéraient être le verdict logique et juste : Que ces deux accusés étaient absolument coupables des chefs d’accusation portés contre eux. Les plus agressifs prirent leurs sièges les plus près du jury.

    Les trois avocats représentant les centaines de plaignants qui hurlèrent pour leur cause applaudirent leur arrivée pendant qu’ils se placèrent à la gauche du banc du juge et retirèrent une grande quantité de documents de leurs mallettes à roulettes. Selon leur apparence, ces procureurs affichèrent leur détermination de lutter vigoureusement envers ce défi pour gagner le procès et obtenir la justice pour leurs clients. L’un d’entre eux semblait être le leader comme étant beaucoup plus vieux et une certaine froideur émanait de sa personne. Les deux autres défenseurs étaient dans la quarantaine et projetaient un regard plus doux que leur supérieur.

    Ensuite, tout changea en une fraction de seconde tandis que tous virent Alfonzo Pinocchia qui avança dans l’allée centrale tout en poussant le fauteuil roulant de sa femme handicapée. Ils étaient accompagnés de trois avocats montréalais de La Prosperità, une firme d’excellente réputation. Lorsqu’ils firent leur chemin dans l’arène judiciaire, un greffier leur indiqua la table qui leur était attribuée, située à l’avant, à la droite du banc du juge.

    Alfonzo Pinocchia, maintenant un individu beaucoup plus âgé qui avait perdu sa respectabilité irréprochable pour avoir dirigé une entreprise très réussie, sa jeunesse et sa bonne mine. Le cours des événements avait pris son essor. Il n’était plus l’homme pour qui beaucoup de femmes avaient consacré leur vie pour gagner le prix tant convoité à devenir sa riche conjointe. Avec le temps, Pinocchia parut être un autre homme.

    On pouvait entendre des grondements et des cris de personnes très en colère alors qu’ils regardaient ses avocats descendre l’allée centrale avec leurs mallettes en cuir très reluisantes. Ils semblaient vivre dans une ère différente du reste de la foule. Ils portaient tous des habits créés sur mesure avec des boutons de manchette en or et des cravates de haut de gamme. Ces hommes ressemblaient à des représentations typiques de films et de télévision de Mafiosos. La senteur d’une eau de Cologne, ce parfum assez prononcé, fit réagir immédiatement les gens comme ils marchaient vers l’avant de la salle du tribunal. Ils étaient les meilleurs avocats de l’entreprise : La Prosperità de Montréal. Ils avaient étendu leurs activités dans toutes les grandes villes du Canada, des États-Unis et d’Europe.

    Pinocchia conserva son sourire malgré tout jusqu’à la table, illustrant par son regard son défi devant les « opinions déjà toutes faites à son sujet » par cette foule intimidante. Sa marque de commerce unique et renommée de lui-même; une rose rouge attachée au revers gauche de sa veste était la seule chose qui contrastait de son regard maintenant devenu froid. Martina garda ses émotions pour elle-même. Elle était impeccablement maquillée avec ses cheveux élégamment tressés autour de sa tête. Elle portait un blazer très chic bleu foncé, et elle était sans aucun doute la femme la plus élégante de la salle. Ses jambes étaient couvertes d’une simple couverture de plaid écossais. Elle fixait le bureau du juge sur la plate-forme surélevée, semblant donner l’impression qu’elle ne se cèderait jamais afin de subir les conséquences d’un procès inéquitable.

    Alors qu’ils atteignirent leur table de la défense, un jeune homme fit son entrée, traînant deux lourdes serviettes à roulettes, déchargea des tas de documents et les déposa de façon très ordonnée. Il ne s’attendit pas pour une gracieuse appréciation de ce qu’il venait de faire; il indiqua tout simplement qu’il avait terminé sa tâche et quitta la salle du tribunal.

    Comme les avocats examinaient leurs dossiers et la pile de papier, leurs montres Rolex très brillantes furent certainement remarquées. Ils avaient gagné depuis des décennies, en raison de leur travail, la réputation d’être les meilleurs au pays. Ces hommes avaient un taux très élevé de succès dans la victoire des affaires judiciaires incluant les plus infâmes escrocs de la nation.

    Le commis de la salle d’audience se dirigea vers son siège près du juge.

    Veuillez vous asseoir, annonça le juge Mercier. Il heurta son maillet à plusieurs reprises pour rappeler tout le monde à l’ordre tandis que la foule ne cessait de bredouiller hystériquement.

    Quand tout se calma, le bruit de son petit maillet de chêne sur le socle retentit dans la salle du tribunal maintenant silencieuse. Le juge vit que le moment était venu d’inviter M. Millburn, l’avocat représentant les plaignants, à réciter la liste des accusations portées contre monsieur Pinocchia et sa conjointe.

    — Je vous prie de faire vos déclarations, Monsieur Millburn.

    — Je vous remercie, Votre Honneur. Nous allons dans le cas présent passer au dossier de monsieur et madame Pinocchia, accusés de détournement de fonds d’investisseurs pour des milliards de dollars américains.

    — Votre Honneur, voici la liste de toutes les chefs d’accusation des plaignants que je présente devant le tribunal aujourd’hui, le lundi 3 décembre 2012.

    — Les Pinocchia ont bénéficié illégalement des investissements financiers de leurs clients et ont retiré leur argent durement gagné pour leurs fabuleuses propriétés immobilières situées dans les Bahamas, les îles des Caraïbes et plusieurs villes au Canada ainsi qu’en Europe et en Asie. Toutes ces propriétés qu’ils ont vendues ou qu’ils se sont appropriées sans le consentement de leurs clients! Ils ont commis des crimes et aujourd’hui, la raison pour laquelle ils sont présents devant ce tribunal est due aux crimes qu’ils ont commis : vol, fraude, falsification de documents, faux papiers, prétextes, vol d’identité, blanchiment d’argent et criminalité. Votre Honneur, sans plus tarder, j’aimerais citer plusieurs témoins.

    Le juge accepta et c’est alors qu’ils procédèrent à la convocation de tous les témoins, l’un après l’autre, de comparaître devant le tribunal pour témoigner qu’ils furent brutalement arrachés de leurs épargnes de retraite. Et que dire au sujet de leurs investissements de bourses pour leurs petits-enfants et leurs biens immobiliers qui dans ces cas étaient leurs maisons de rêve dans lesquelles ils avaient l’intention d’habiter dès leur retraite.

    — Nous allons approfondir ces points au cours des procédures, mais je voulais que tous dans cette salle comprennent qu’il ne s’agit pas ici d’un cas insignifiant. Les Pinocchia sont des criminels professionnels et à l’aide de leurs parfaites séductions, ils devinrent les meilleurs dans le domaine, ils ont dupé une énorme quantité de gens honnêtes qui souffrent et pour qui leur vie est maintenant complètement ruinée

    — Mes clients ont tout perdu, leurs maisons et leurs richesses. Ils sont maintenant contraints à survivre de chèque à chèque. Plusieurs ont été obligés de retourner sur le marché du travail, et les plus âgés qui ne peuvent plus travailler, ont à vivre de leurs pensions qui, comme vous le savez tous, les gardent sous le seuil de la pauvreté. Leurs rêves se sont évanouis avec tous les avantages que leur promettait leur dur labeur pour le reste de leurs vies. Les Pinocchia ont sournoisement détruit leurs espoirs d’indépendance et de liberté.

    — Je soumets tous les rapports écrits et les déclarations de chacune des victimes des Pinocchia qui dénoncent indéniablement et clairement leurs crimes. Votre Honneur, j’aimerais d’abord exposer les incidents de façon chronologique afin que vous et le jury puissiez tous comprendre avec qui nous faisons affaire.

    — L’« opération financière » de M. Pinocchia que l’on prétend être telle a duré plus d’une décennie, ce qui lui a permis d’accumuler d’énormes richesses au détriment de ses proies. Avec ce que je vous ai déjà présenté, je vous soumets tous les brefs de saisie qui renferment les biens de M. Pinocchia.

    — Ils comprennent tous les comptes bancaires liés à ces activités monétaires criminelles, les biens matériels, sa collection de voitures « ventage », ses possessions immobilières. Nous avons inclus les dossiers d’appropriation des immeubles de luxe situés dans le quartier Griffin de Montréal ainsi que d’autres au centre-ville de Miami.

    S’appropriant des documents, un greffier de la cour annonça qu’en les remettants à l’assistant du juge, qu’ils documentaient tous les rapports de l’avocat et de tous les témoignages de leurs clients.

    — Ce sont des escrocs! Où est notre argent? Ils ont ruiné nos vies! Emprisonnez ces escrocs pour la vie! Ils devraient être pendus! Certaines des victimes des Pinocchia hurlèrent.

    — Appel à l’ordre! Appel à l’ordre! Appel à l’ordre! Dit le juge, vous ne serez pas autorisé à demeurer dans la salle si vous continuez à perturber le tribunal. C’est mon dernier avertissement; j’aurai l’ordre dans ma cour! Si vous n’obéissez pas aux règles, vous serez escorté hors de ma cour sans hésitation! Je vais nettoyer la place des désobéissants! Comprenez que nous allons procéder avec les lois actuelles du pays et l’intention ici est de donner un procès qui est juste!

    Le juge ne cessait pas de frapper son maillet comme les blâmes devenaient de plus en plus vocaux. La cour devint un lieu qui se remplit de brouhahas selon ce qu’il observait.

    Quelques victimes de Pinocchia, y compris une femme avec un accent allemand très prononcé, qui était accompagnée de membres de sa famille, furent escortées hors de la salle de tribunal. Les avertissements répétitifs du juge ne les convainquirent nullement de se taire. Ils refusèrent de garder le silence étant en présence de ces individus qu’ils qualifiaient de criminels et qui avaient ruiné sa vie.

    Tout le monde pouvait sentir la tension électrique à l’intérieur de la cour. C’était un cas très controversé dont les journalistes avaient continuellement alimenté dans tous les médias et réseaux sociaux; y compris les conspirations très troublantes que les Pinocchia avaient des connexions à la mafia sicilienne et également avec celle bien établie dans la ville de Montréal.

    Le montant de spéculations théoriques liées à cette histoire était hors de l’ordinaire. Les gens avaient beaucoup souffert mentalement et physiquement et comptaient sur les avocats assignés à cette affaire afin de prouver à tous qu’ils avaient droit à la justice pour les sortir de leur misère.

    Chapitre 2

    La famille Pinocchia

    Alfonzo Pinocchia était l’heureux propriétaire d’une compagnie financière très prospère. Il était devenu un héros au sein de la haute société montréalaise parmi l’élite italienne, y compris la mafia. Il fut reconnu comme un magnat de générosité dans un cercle de la « famille » et de ses amis. Sa réputation était celle d’un homme qui avait le cœur sur la main, prêt à répondre aux cris des pauvres et des nécessiteux, en particulier pendant la période de Noël.

    De nombreuses boîtes de marchandises, de jouets et de nourriture littéralement versées dans plusieurs magasins Renaissance et banques alimentaires. Il avait toujours contribué aux causes de façon anonyme, mais en raison de sa grandeur d’âme sans précédent, beaucoup avaient soupçonné au cours des années qu’il était derrière cette abondance si altruiste.

    Alfonzo est né au milieu des années 1970 dans le quartier très pauvre de la petite Italie à Montréal où sa famille d’immigrants s’était installée dans le pays de leurs rêves et eut des débuts très humbles. Un

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1