Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Mon Algérie

Mon Algérie

Lire l'aperçu

Mon Algérie

Longueur:
121 pages
26 minutes
Sortie:
12 déc. 2017
ISBN:
9782322124442
Format:
Livre

Description

Appelé sous les drapeaux pour son service militaire, Michel Lephilipponnat préfère partir pour l'Algérie rejoindre le 156 ème régiment d'infanterie - de Corée, dont la devise est "Marche ou crève. Il en rapportera des souvenirs sous forme de photographies qu'il vous dévoile aujourd'hui.
Sortie:
12 déc. 2017
ISBN:
9782322124442
Format:
Livre

À propos de l'auteur

Homme de coeur, photographe et correspondant de presse, Michel Lephilipponnat est membre de la FNACA dont il ne manque pas une réunion, fidèle aux soldats de toute guerre "morts pour la France". Honorer leur mémoire est pour Michel Lephilipponnat un devoir tant moral que civique.


Lié à Mon Algérie

Livres associé

Articles associés

Aperçu du livre

Mon Algérie - Michel Lephilipponnat

Correction, réécriture partielle et mise en page

Eric Jacobs

« Editions associatives du Blayais »

Table des matières

L’ALGERIE

PROLOGUE

MA JEUNESSE

INCORPORATION

PREMIERE PERM.

LA CANNEBIERE

LE VOYAGE

CAVALLO

INSTALLATION DU CAMPEMENT

LA GARDE

DES LEGUMES… DES LEGUMES…

ET LA PLUCHE !

CÔTE LOISIRS

LA DETENTE

UNE INTERVENTION SUR LE TERRAIN

LA CONVALESCENCE

LA SEPARATION

LE RETOUR A LA VIE CIVILE

L’ALGERIE

Comment parler de l’Algérie lorsqu’on se sent envahi par des remords insoupçonnés ?...

J’étais alors militaire du contingent, convaincu et mordant, pensant défendre ma patrie. Prêt à partir pour Djidjelli comme ce millier d’hommes regroupés à Marseille en attendant de traverser la Méditerranée, la peur au ventre et convaincus de ne plus revoir notre pays ni nos parents ni nos amis, nostalgiques déjà de notre sol natal. Nous allions nous battre contre des fantômes, amis hier, ennemis aujourd’hui.

Que venions-nous faire au cœur de cet horrible pays à la chaleur meurtrière, sous ce soleil qui tuait plus d’hommes que l’ennemi ; cet ennemi sans visage, invisible mais omni présent, aux multiples apparences, cruel. Nous étions tous dans les mêmes rangs mais sous quelle tutelle ? L’Algérie, la France, ou soldats du Djebel ?

«Une révolution n’est pas une guerre. Un maintien de l’ordre suffira, avaient dit les généraux avec réserve. Notre présence les calmera. »

« Algérie française ! Criera-t-on en uniforme ou en djellaba. »

L’ennemi fait réquisition de nombreux hommes et armes. Le Général De Gaulle insiste : « Ce n’est pas la guerre ! C’est du maintien de l’ordre ! »

Pour cette obligeance envers les « Pieds Noirs », des milliers de soldats et de civils indigènes mourront. Pour rien. Sincèrement, je pense qu’un peuple qui réclame son indépendance est dans son droit. Cette terre, l’Algérie, nous l’avions volée. Mais je pense aussi que ce droit est à double tranchant : les responsabilités assurées par la France en sa qualité de « mère patrie » lui incombera désormais. Est-ce un bien ou un mal de revendiquer son envie de s’assumer ? Le cœur des hommes est ainsi fait que quelle que soit sa condition sociale, l’esprit algérien gardera en mémoire l’esprit français.

Alors, l’Algérie libérée, les « Pieds Noirs » rapatriés ; les Harkis condamnés à l’exile vers le nord de la France ou à Marseille comme des chiens abandonnés. Je crie « Honte à la France qui a abusé d’innocents certains d’être français ! Honte à nos dirigeants de l’époque et d’après, qui firent la sourde oreille et ignorèrent les cris de ces désespérés.

Oui… Comment parler de l’Algérie sans se sentir concerné, lorsque des remords insoupçonnés vous envahissent ? Pour qui, pour quoi, sont morts nos amis Harkis ? Pour une Algérie aujourd’hui assassinée par le terrorisme islamiste ? N’avons-nous pas rendu sa liberté à ce pays pour mieux vendre son âme et détruire sa pureté ?

Oui… Comment parler de l’Algérie qui s’est battue pour renaître à une laïcité nouvelle ? Comment parler de cette nation contrainte et enchaînée à laquelle on impose le pardon ? Devra-t-elle encore pleurer et lutter pour conserver son nom, sa liberté et son identité ?

Michel Lephilipponnat

Dessin de

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Mon Algérie

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs