Découvrez votre prochain livre préféré

Devenez membre aujourd'hui et lisez gratuitement pendant 30 jours
Love Campaign: Elle découvre l'amour, et lui la rédemption

Love Campaign: Elle découvre l'amour, et lui la rédemption

Lire l'aperçu

Love Campaign: Elle découvre l'amour, et lui la rédemption

Longueur:
95 pages
1 heure
Éditeur:
Sortie:
Dec 22, 2017
Format:
Livre

Description

Love Campaign


Elle découvre l'amour, et lui la rédemption


Lorsque Brisk Insurance a besoin d'une nouvelle campagne de marketing et qu'ils sélectionnent à la fois Wonderworks et Imagine Solutions pour proposer un projet pour le travail, Allie a la chance de montrer de quoi elle est capable. Elle doit faire face à Daniel Bowen, un Requin dans le monde du marketing, mais elle sait assez qu'il ne craint pas la saine émulsion que permet la compétition.


Jusqu'à ce qu'elle fasse sa connaissance et il n'est pas ce celui qu'elle s'attendait à rencontrer. Au lieu de garder ses distances et de se concentrer sur son travail, Allie passe de plus en plus de temps avec lui. Il semble que Daniel soit l'homme à même de changer son avis sur la façon de concilier vie privée et carrières.


Mais Daniel a des arrière-pensées, dommage. Ce qui la prend par surprise cependant, c'est le fait que le Casanova des temps modernes semble avoir développé des sentiments. De par la difficulté d'être dans deux camps opposés et le fait de faire des erreurs personnelles, ils apprennent tous deux à faire des choix. Mais en amour comme à la guerre tout les coups sont permis, n'est-ce pas? Ou seront-ils capable de faire de la place dans leurs petits mondes pour l'un et l'autre?

Éditeur:
Sortie:
Dec 22, 2017
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Catégories liées

Aperçu du livre

Love Campaign - Liz Levoy

l'éditeur.

Chapitre 1

Allie

Je suis arrivée au bureau juste après huit heures et je me suis assise à mon bureau. Le bureau sentait le produit de nettoyage, le parfum fraîchement appliqué et le café.

« Tu es en retard  ». a critiqué Lori.

« De deux minutes,» ai-je répondu.

Lori se retourna dans sa chaise et me sourit. « Quelle sauvageonne. »

Je levais les yeux au ciel mais je ne pouvais m'empêcher de sourire. En effet, j'étais connue au bureau pour être toujours pile à l'heure. Lori avait reçue trois notifications de retards de la part de Nina au cours des deux derniers mois. Il était important pour moi de ne jamais être en retard. J’éjectais mes chaussures à talons. Sous mes pieds, au travers de mes collants je pouvais sentir le tapis industriel rugueux. J'ai récupéré une paire de pantoufles du tiroir du bas de mon bureau avant d'y glisser les orteils.

Lori roula ses cheveux noirs en un petit chignon qu'elle fit tenir avec un crayon. Des mèches de cheveux retombèrent sur son visage, réduisant l’intérêt à zéro.

Le bureau de Lori est opposé diagonalement au mien. Notre bureau décloisonné était spacieux, et permettait à chacun d'entre nous d'avoir suffisamment d'espace pour de grands bureaux et les murs du box permettaient d'y coller des objets. C'était quand même un bureau décloisonné - je n'avais pas encore mon propre bureau - mais je préférais être dans un espace commun. J'aimais travailler dans un environnement où je pouvais entendre et ressentir la vie autour de moi.

« Alors, les potins du bureau ». a dit Lori.

« C‘est ce que je rate quand je suis en retard» ai-je plaisanté.

Lori sourit » J’ai entendu dire par Janine des RH hier soir après que tu sois partie » dit-elle» Tu sais comment elle est, incapable de la boucler ».

« Il semble que ce soit comme ça par ici ».

Lori fit la grimace. « Si je ne disais rien, tu ne saurais pas rien de ce qui ce passe ici ». a-t-elle dit.

J'ai haussé les épaules. C'était vrai, tous les potins et tout les on-dit c'est à Lori que je les devais, elle gardait toujours les yeux et les oreilles ouvertes et me racontait tout ce qu'elle voyait et entendait, peut importe la crédibilité de la source.

« Brisk Assurance veut se donner un coup de jeune. Ils veulent une nouvelle campagne et ils recrutent. »

J’ai haussé les sourcils, étonnée. « Brisk c'est un gros morceau.» Je suis me suis penchée pour chercher un pot de yaourt dans mon sac et j’ai sorti une cuillère en plastique.

Lori hocha la tête. « Wonderworks est l'une des entreprises qu'ils ont à l’œil », a-t-elle dit

« C’est énorme. » J’ai ouvert le yaourt et léché le papier avant de le jeter dans ma corbeille.» Les ragots ne mentionnaient pas qui allait décrocher le projet ? »

Lori secoua la tête. « Non, mais nous ne savons que ImSo a également été mentionné. »

J’ai grogné ma cuillère en plastique toujours à la bouche. Imagine Solutions est une très grosse entreprise, un requin dans le monde du marketing qui dévore des petites entreprises comme Wonderworks pour le petit déjeuner. Ils obtiennent la plupart des campagnes qu'ils convoitent, travaillant sur la grande échelle et axé sur la rapidité d’exécution et la gratification instantanée. Ils étaient à l’opposé exact de Wonderworks.

J’étais chez Wonderworks depuis près de quatre ans. J’avais déjà travaillé pour une société impitoyable comme ImSo par le passé et ça n’avait pas été mon truc, je préférais notre façon de travailler, on y mettait tout notre cœur et ainsi que notre touche personnelle.

« Tu sais qu’ils vont mettre Daniel sur le coup », dit Lori.

J’ai levé les yeux au ciel « Le contraire m'aurait étonné. » J’ai creusé dans mon pot à la recherche de plus de yaourt.

« C'est vraiment un connard  ». a affirmé Lori.

« C'est ce que j'ai entendu dire. »

J'étais l'une des rares personnes de notre industrie à n'avoir pas encore eu le malheur de rencontrer Daniel. Çà m'allait de garder les choses telles quelles, si ce que j'avais entendu dire de lui était vrai.

« Quoi qu'il en soit ». dit Lori « Nous sauront ce qui se passe bien assez tôt. J'ai aussi d'autres infos. Un service à te demander, en fait ».

J'ai lancé un regard Lori. Ses services n'étaient jamais ordinaires.

« Qu'est-ce que c'est? »

Lori sourit. « Shane cherche une partenaire pour le bal de charité auquel il doit participer ».

Je fis la grimace.

« Et tu veux que je m'en occupe? »

Lori hocha la tête. « Tu sais qu'il est trop timide pour te le demander lui-même. Tu es tellement intimidante. »

J'ai ri. « Moi ? Mais bien sûr... »

« Vraiment », dit Lori. « Tu as une belle carrière, tu as confiance en toi et tu as toutes les qualités qu'une femme devrait avoir ».

Ça m'a fait rigoler. « Que de merveilleux compliments », dis-je avec sarcasme.

« Et il a besoin de quelqu'un pour rendre ces grosses vaches des relation publiques jalouses. Tu sais comment elles sont. »

J'ai raclé le fond de mon yaourt et léché la cuillère avant de tout jeter.

« Alors, tu veux que je fasse semblant d'être sa petite amie pour que je le fasse se faire bien voir devant elles parce qu'elles pensent qu'il est homo ».

Lori soupira. « C'est à peu près ça. Tu sais à quel point il est différent. Elles lui en font voir de toutes les couleurs. »

Shane était le cousin de Lori et il travaillait au deuxième étage de notre immeuble. Il était dans les relations publiques - l'un des seuls hommes de Wonderworks qui employait en majorité des femmes - et il n'était pas le mec le plus viril qui soit. Il lui manquait le trop plein de testostérone et le mépris absolu pour les sentiments des femmes que la plupart des hommes avaient et de ce fait il était une cible. Allez savoir pourquoi.

« Ouais, OK. Je veux bien le faire s'il vient me parler lui-même,» dis-je.

Lori sourit. « T'es une star,» a-t-elle dit.

Je me suis retournée vers mon bureau, exaspérée. Je n'étais pas une star. J'étais une bonne poire qui aidait les autres parce que je ne savais pas dire non. Mais bon, ce ne serait pas si terrible. Juste une soirée ne me ferait pas de mal, si c'était pour faire la chique à ces salopes des relations publiques. Elles étaient du genre à n'être jamais contentes, elles m'énervaient quand j'étais près d'eux pendant le déjeuner. Je ne pouvais pas imaginer ce que serait de travailler avec elles.

« Alerte voilà Nina », dit Lori à voix basse sans se retourner et nous nous sommes mise à faire semblant de travailler.

« Allison,» Appela Nina de l'autre côté du l'étage. « Dans mon bureau, s'il te plaît. »

J'ai hoché la tête et dégagé mes pantoufles pour remettre mes talons. Je regardai Lori elle prit un air agacée. Nina insistait pour m'appeler Allison quand bien même tout le monde m'appelait Allie. Je détestais qu'on m'appel par mon nom complet.

Je me

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Love Campaign

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs