Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Oskar Schlemmer (1888-1943)
Oskar Schlemmer (1888-1943)
Oskar Schlemmer (1888-1943)
Livre électronique195 pages54 minutes

Oskar Schlemmer (1888-1943)

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

À propos de ce livre électronique

Oskar Schlemmer (1888 - 1943) est un peintre, décorateur de théâtre et scénographe de ballet allemand. Il intègre le Bauhaus de Weimar de 1921 à 1929 en qualité de professeur de peinture puis décorateur et scénographe, avant d'achever son parcours académique par une année d'enseignement à l'École de Beaux-Arts de Breslau. Ses œuvres peintes ou sculptées sont marquées par la rigueur géométrique et de la pureté des contours à la vivacité des formes et la mobilité de l'espace. Il en résulte Sa peinture rappelle le futurisme ou le constructivisme dans son aspect analytique et le surréalisme Son œuvre est exposée à New York, à Francfort , à Stuttgart, où se trouvent les archives Schlemmer, qui contiennent notamment toutes ses esquisses en deux ou trois dimensions pour son Ballet triadique (1922).En 1937, Schlemmer est déclaré « artiste dégénéré » par les Nazis.
LangueFrançais
Date de sortie11 avr. 2018
ISBN9781683254621
Oskar Schlemmer (1888-1943)
Lire l'aperçu

En lire plus de Carl H. Klaus

Lié à Oskar Schlemmer (1888-1943)

Livres associé

Articles associés

Catégories liées

Avis sur Oskar Schlemmer (1888-1943)

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

    Aperçu du livre

    Oskar Schlemmer (1888-1943) - Carl H. Klaus

    illustrations

    Tête d’homme 1, autoportrait, 1912

    Huile sur toile, 45,4 x 33,8 cm. Staatsgalerie Stuttgart, Stuttgart.

    Biographie

    L’Allemagne à la fin du XIXe siècle – L’Empire

    L’Allemagne, gouvernée par l’empereur Guillaume Ier (1797-1888), remporte la guerre franco-prussienne de 1870-1871. En raison de sa participation présumée à la répression du mouvement révolutionnaire de 1848, Guillaume Ier porte depuis le surnom peu flatteur de « Prince la mitraille », dont Maximilian Dortu (1826-1849), exécuté par la suite pour trahison de guerre, l’a affublé.

    Dans l’exercice de ses fonctions, Guillaume Ier, qui n’a accepté qu’à contrecœur son élection comme Deutscher Kaiser (« empereur allemand »), est soutenu par son chancelier, le prince Otto von Bismarck (1815-1898), jusqu’à son licenciement en 1890. Ce dernier a œuvré de manière significative en faveur des lois antisocialistes (« contre les agissements séditieux de la social-démocratie ») et qui seront finalement la raison de son départ. L’empereur l’a laissé tomber. Le magazine britannique satirique Punch du 29 mars 1890, sous-titre la célèbre caricature « Le capitaine descend du navire » et tape en plein dans le mille.

    Le Frankfurter Zeitung, journal allemand, du 10 octobre 1878, rend compte d’une réunion du Reichstag :

    « La séance du Reichstag d’aujourd’hui, durant laquelle le débat sur la loi antisocialiste en deuxième lecture a commencé, s’est transformée en l’une des plus orageuses et survoltées, dont nous avons été témoin dans la Leipziger Straße. On peut décrire la séance d’aujourd’hui comme un duel entre Bismarck et Sonnemann. Probablement n’a-t-on jamais jeté à la face d’un représentant du peuple une accusation plus lourde, plus injuste et autant tirée par les cheveux que celle d’aujourd’hui prononcée par le chancelier contre le député de Francfort du haut de la Tribune du Reichstag – l’accusation, bien que voilée, du crime de trahison, qui est punissable de la réclusion selon le code

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1