Découvrez votre prochain livre préféré

Devenez membre aujourd'hui et lisez gratuitement pendant 30 jours
Survivre à la schizophrénie

Survivre à la schizophrénie

Lire l'aperçu

Survivre à la schizophrénie

Longueur:
141 pages
1 heure
Éditeur:
Sortie:
Jan 16, 2019
ISBN:
9781547524150
Format:
Livre

Description

Richard Carlson Jr. a été diagnostiqué avec la schizophrénie paranoïde quand il avait vingt et un ans. Sa maladie s'est manifestée pour la première fois lorsqu'il était adolescent. La psychiatrie moderne a grandement échoué Richard pendant plus d'une décennie. Puis, après un incident impliquant la police, il a vraiment compris que son diagnostic était réel, et a finalement commencé le long processus de récupération. Plus de dix ans plus tard, sa vie est grandement améliorée. Au cours de son traitement, Richard a également guéri de la dépression, du trouble obsessionnel-compulsif et de la léthargie. Ne laissez pas ce qui est arrivé à Richard vous arriver, à un être cher ou à un patient souffrant de maladie mentale grave. Soyez toujours honnêtes les uns avec les autres et avec votre psychiatre.

Éditeur:
Sortie:
Jan 16, 2019
ISBN:
9781547524150
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à Survivre à la schizophrénie

Livres associé
Articles associés

Catégories liées

Aperçu du livre

Survivre à la schizophrénie - Richard Carlson Jr.

langue

L’auteur aimerait remercier l’éditeur pour son aide.

Avertissement: Les informations contenues dans ce livre ne doivent pas être considérées comme un avis médical. L'auteur n'est pas un professionnel de la santé. Les consommateurs de santé mentale devraient toujours consulter les professionnels de la santé pour obtenir des conseils.

Survivre á la Schizophrénie est un travail de non-fiction, cependant certains faits et autres détails ont été changés.

Chapitre 1

Être Honnête

S'il vous plaît écoutez, parce que c'est important.

La chose la plus importante que j'ai apprise en traitant de ma maladie mentale grave est que vous devez être honnête avec vous-même et avec les autres. L'honnêteté n'est pas seulement la pierre angulaire d'une vie réussie et satisfaisante - vous ne pouvez pas recevoir le traitement dont vous avez besoin ou vivre une véritable guérison sans ça.

Ne perdez pas des années de votre vie en racontant des mensonges.

Comme je n'étais pas honnête avec mes psychiatres et ma famille, je n'ai pas reçu de traitement adéquat pendant plus de dix ans. C'est dix ans de ma vie que je ne peux pas récupérer.

N'hésitez pas à commencer à être honnête immédiatement. Votre vie pourrait en dépendre.

Chapitre 2

Né en New York City

La cigogne m'a mis dans les bras de maman au début des années 1970. Mes parents étaient de classe moyenne et catholique, et nous vivions dans une jolie rue à proximité d'un quartier juif. Saviez-vous que les personnes atteintes de schizophrénie sont plus susceptibles d'être nées et de vivre en milieu urbain? J'ai passé une grande partie de mon enfance à New York, alors je me demande souvent quelle différence cela a fait.

Maman était une femme travailleuse qui restait à la maison pour prendre soin de moi, ainsi que de mes jeunes frères, Mike et Steve. Mon père était un bon père, qui m'a donné un bon exemple à suivre. Une fois, il m'a emmené à son travail à l'usine de traitement des eaux usées. Lui et maman se souciaient tous deux de nous. La vie semblait parfaite.

Mes premiers souvenirs sont ceux de mes grands-parents, qui habitaient au premier étage de notre maison. Mes parents, mes frères et moi vivions à l'étage. Je courais en bas dans mon pyjama pour voir mes grands-parents tous les matins. Papy a émigré de Pologne quand il avait dix-sept ans. Grand-mère est née en Amérique, mais a grandi en Pologne. Je l'aimais tellement. Un de mes souvenirs les plus vifs est de faire des pierogis pour le dîner. Mon héritage polonais est si important pour moi à cause de mes grands-parents.

Mon grand-père était un excellent modèle - j'avais hâte de grandir pour être comme lui. J'ai levé les yeux vers mon père, qui était un grand papa, mais je me souviens de mon grand-père. C'était un homme gentil, et nous allions faire de longues promenades dans la ville ensemble.

Une fois quand j'avais quatre ans, j'ai fait des traces de pneus avec ma voiture Batmobile jouet dans le ciment frais que notre voisin, Teddy, avait posé dans sa cour avant, et grand-père a ensuite poli le ciment pour moi.

Grand-père était chauve, portait des lunettes épaisses et sentait les cigares qu'il fumait.

Ne fais pas ça! S'exclama Grand-père en me voyant par la fenêtre, Non! Cependant, j'ai continué à conduire ma nouvelle Batmobile à travers le ciment frais. Les roues de la Batmobile et mes petites mains étaient tachées de ciment séchant. Tandis que grand-père se dépêchait, la lumière du soleil apparaissait à travers les nuages.

Vroom, vroooom, vroooooom! Grommelai-je en conduisant la Batmobile encore plus vite. Batman et Robin ont dû attraper le méchant Joker!

Grand-papa a attrapé mon poignet et a tiré ma voiture de jouet hors de la boue. J'ai crié en signe de défi, Grand-père, non! En arquant mon dos et en m'accrochant fermement à la voiture, essayant de ne pas bouger un muscle. Il m'a fait descendre les marches raides de notre sous-sol pour un lavage complet des mains.

Mais le Joker! Batman et Robin ont besoin de mon aide!

Ne joue pas dans le ciment, Richard, gronda-t-il. Quand il était en colère, son accent slave était encore plus prononcé.

"’Mobile', dis-je, voulant jouer plus encore alors qu'il retroussait mes manches. Au lieu de rendre mon jouet, il l'a frotté, puis lavé mes mains.

J'avais encore besoin d'aider Batman, alors j'ai demandé si je pouvais jouer dans l'arrière-cour. Quand il m’a laissé partir, je me précipitai vers la terre où poussait une rangée de rosiers géants. Ma poitrine a commencé à picoter pendant que je courais à la rescousse à travers le sol humide.

Vrooom, vroom, vroooooom! La Batmobile a accéléré à Gotham Bank. J'ai arrêté le Joker! Je suis le héros!

J'ai été très aimé de mes parents et de mes grands-parents.

Chapitre 3

Mon enfance dans Upstate New York

Avant que je sois assez vieux pour commencer le jardin d’enfants, mes parents ont fait construire une maison à Stormville, qui était une petite ville dans l'État de New York. Mes parents ne voulaient pas que je grandisse en ville parce qu'ils croyaient que la ville était trop agitée pour les enfants. Ils voulaient aussi s'assurer que j'avais une bonne éducation. C'était en 1975, et notre maison avait un bardage jaune avec une bordure blanche.

Papa a mis dans un petit étang dans notre jardin, rempli de nénuphars, de poissons et d'écrevisses. Un jour, papa ramena une énorme grenouille de son travail et la mit dans l'étang.

Pour moi, Stormville était le meilleur endroit dans le monde pour qu'un garçon grandisse. J'ai eu une explosion en attrapant des grenouilles, des têtards, des crapauds, des tortues, des serpents, des tritons, des salamandres et une myriade d'autres créatures non seulement de l'étang dans notre jardin, mais des criques et des étangs du quartier. J'ai joué à l'avant-garde de l'armée, j'ai géré un chantier de construction de camions-jouets et je me suis amusé de bien d'autres manières dans notre maison de Stormville. Les framboises sauvages et les mûres poussaient dans notre cour avant, et elles étaient si douces.

Une fois, mon père a embauché un homme avec un bulldozer pour enlever un arbre dans notre cour, et l'homme a offert de me laisser conduire son bulldozer. J'étais trop timide, alors j'ai refusé. Je souhaite que je ne l’avais pas. En grandissant, j'ai raté beaucoup d'expériences intéressantes parce que j'étais timide.

Comment voulez-vous conduire mon bulldozer dans votre jardin? Demanda l'homme en descendant du bulldozer. Il portait un t-shirt blanc avec des trous, la salopette verte du vieux travailleur et des bottes bronzées éraflées.

Papa me regarda alors que je me précipitais derrière lui, silencieux. Je ne m'attendais pas à être offert de faire quelque chose aujourd'hui qui était tellement amusant! Imaginez-moi - un enfant de cinq ans! - qui conduit un bulldozer, comme un vrai travailleur de la construction. Les picotements dans ma poitrine tremblaient d'une nervosité inquiète. Il avait versé de la pluie plus tôt dans l'après-midi, et l'humidité de l'été avait fait que ma chemise en sueur s'accrochait à ma poitrine.

Maman a mis ses mains sur ses hanches. - Sors et dis à l'homme: Oui, Richard!

J'ai regardé mes chaussures et papa s'est agenouillé en me regardant. "Ne sois pas timide. Vous pouvez le conduire et voir ce que c'est », a-t-il dit.

Je souhaitais vivement pouvoir conduire le bulldozer, mais mes lèvres étaient bloquées ensemble.

«Dis à l'homme, 'Oui'», répéta maman, et je détournai mon corps de l’homme gentil.

«Je suis timide», répondis-je en jetant un coup d'œil au visage de maman pendant une seconde. Si seulement elle me sauvait de cette situation!

Ce sera amusant, a-t-elle encouragé. Essayez-le.

Je vais m'asseoir juste à côté de vous, promit l'homme, alors rien ne se passera.

Je secouai la tête, regardant mes chaussures, même si je voulais vraiment conduire le bulldozer. Une minute plus tard, je suis parti et j'ai trouvé refuge dans notre jardin.

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Survivre à la schizophrénie

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs