Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Devenez Meilleur
Devenez Meilleur
Devenez Meilleur
Livre électronique311 pages5 heures

Devenez Meilleur

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

À propos de ce livre électronique

Gagner la culture en milieu de travail

Un guide pratique pour tous ceux qui cherchent à créer un avantage compétitif dans n'importe quelle taille et type d'organisation en mettant en place un efficace efficace auprès des experts en amélioration de performance de FranklinCovey.

LangueFrançais
ÉditeurMango
Date de sortie10 avr. 2018
ISBN9781633537293
Devenez Meilleur
Lire l'aperçu
Auteur

Todd Davis

Todd Davis, FranklinCovey’s Chief People Officer and Executive Vice President, has been entertaining and inspiring people for more than twenty-five years, with his deep understanding of leadership, employee engagement, and talent management. As a Wall Street Journal bestselling author, he has delivered numerous keynote addresses and speeches worldwide at top industry conferences and associations, at annual corporate events, and for FranklinCovey clients, many of which are Fortune® 100 and 500 companies. He and his family live in Holladay, Utah.

Lié à Devenez Meilleur

Livres associé

Articles associés

Avis sur Devenez Meilleur

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

    Aperçu du livre

    Devenez Meilleur - Todd Davis

    titlepage

    © 2018 par Franklin Covey Co.

    Publié par Mango Publishing Group

    2850 Douglas Road

    Coral Gables, Florida 33134, U.S.A.

    Tous droits réservés, y compris le droit de reproduction sous quelque forme que ce soit.

    Todd Davis

    Devenez Meilleur: 15 habitudes pour construire des relation efficaces

    ISBN: (p) 978-1-63353-724-8 (e) 978-1-63353-729-3

    BISAC - BUS107000 BUSINESS & ECONOMICS / Personal Success

    Imprimé aux États-Unis

    Sommaire

    AVANT-PROPOS

    Bob Whitman

    INTRODUCTION

    HABITUDE 1

    PORTEZ LES BONNES LUNETTES

    HABITUDE 2

    FAITES VOTRE PROPRE MÉTÉO

    HABITUDE 3

    CONSTRUISEZ VOTRE CRÉDIBILITÉ

    HABITUDE 4

    JOUEZ BIEN VOS RÔLES

    HABITUDE 5

    VOYEZ L’ARBRE, PAS SEULEMENT LA GRAINE

    HABITUDE 6

    ÉVITEZ LE SYNDROME DU FLIPPER

    HABITUDE 7

    PENSEZ NOUS, PAS JE

    HABITUDE 8

    APPROVISIONNEZ VOTRE COMPTE BANCAIRE ÉMOTIONNEL

    HABITUDE 9

    EXAMINEZ VOS VÉRITABLES MOTIVATIONS

    HABITUDE 10

    PARLEZ MOINS, ÉCOUTEZ PLUS

    HABITUDE 11

    AJUSTEZ VOTRE VOLUME

    HABITUDE 12

    FAITES CONFIANCE

    HABITUDE 13

    PROTÉGEZ LA VÉRITÉ

    HABITUDE 14

    CONNECTEZ LES MESURES ET LE RÉSULTAT

    HABITUDE 15

    COMMENCEZ PAR L’HUMILITÉ

    Biographie

    AVANT-PROPOS

    Bob Whitman

    FranklinCovey est une société mondiale spécialisée dans l’amélioration des performances. Nous aidons les organisations à obtenir des résultats qui nécessitent un changement de comportement humain. Alors, à quel point est-il facile de changer de comportement ? Pensez à quel point il peut être difficile de changer vos propres attitudes et comportements, sans parler de changer le comportement de quelqu’un d’autre, ou de beaucoup d’autres personnes !

    À propos de la rédaction de Devenez Meilleur : 15 Habitudes pour établir des relations de travail efficaces, Todd Davis avance l’argument convaincant que la clé pour améliorer notre efficacité, nos relations et nos résultats est de commencer par devenir meilleur nous-mêmes en débutant par l’amélioration de nos propres paradigmes et comportements. Ce faisant, nous augmentons notre capacité à influencer les gens autour de nous pour de bon, à commencer par les relations importantes dans nos vies personnelles et professionnelles.

    Pourquoi mettre l’accent sur le renforcement de notre efficacité dans l’établissement de nos relations-clés ? Parce que la force de nos relations est le fondement de la culture que nous établissons dans notre travail et dans nos vies personnelles. Cette culture, à son tour, conduit tout le reste. Tout va mieux, devient plus efficace et prend plus de sens lorsque nos relations-clés, tant au travail que dans notre vie privée, sont riches et efficaces.

    Pensez-y. Sans d’excellentes relations avec votre clientèle, qu’arrive-t-il à votre entreprise ? Tout ralentit ou s’arrête. Sans d’excellentes relations avec les employés, que se passe-t-il ? Les batailles éclatent et la productivité implose. Sans d’excellentes relations personnelles, que se passe-t-il ? Votre vie entière est moins heureuse et épanouissante.

    La plupart des organisations déclarent que « les gens sont notre plus grand atout ». Alors qu’il croit fermement que les gens sont en effet les plus grands atouts d’une organisation, Todd nous emmène au-delà de cette discussion quand il suggère que « ce ne sont pas seulement les gens, mais la nature des relations entre eux qui établit véritablement notre avantage concurrentiel. »

    C’est vrai. FranklinCovey a récemment réalisé une étude exhaustive des résultats atteints par des dizaines de milliers d’unités opérationnelles dans plus d’un millier d’entreprises. L’étude a révélé que les facteurs qui expliquent les plus grandes différences entre les résultats obtenus par les groupes les plus performants et ceux obtenus par leurs homologues moins performants étaient dus à la qualité de leurs relations avec les clients et les employés. Les unités qui entretiennent les relations les meilleures et les plus efficaces avec leurs clients et leurs employés, mesurées par la fidélité de la clientèle et les niveaux d’engagement des employés, ont surpassé de façon significative les unités ayant une relation moyenne avec les employés.

    FranklinCovey a été fondée il y a des décennies sur le principe que les grandes organisations sont construites sur de bonnes relations avec toutes les parties prenantes. En commençant par la publication du plusieurs fois primé Les 7 habitudes des gens qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent, puis continuant avec les best-sellers La vitesse de la confiance, Les 4 disciplines de l’exécution, et Les 5 choix d’une productivité extraordinaire, la société s’est concentrée sur la libération du potentiel humain grâce à un contenu, des idées et une formation de calibre mondial. Vous trouverez les ouvrages de FranklinCovey sur les étagères des bibliothèques des chefs d’entreprise de chaque pays sur chaque continent.

    Todd Davis est un puits de sagesse sur le sujet des relations. En tant que Directeur des ressources humaines de longue date de FranklinCovey, une entreprise spécialisée dans la réalisation de changements de comportement durables, il est un guide de grande valeur sur les sujets des relations et de l’amélioration continue. Il est un porte-parole essentiel sur le sujet de ces principes universels d’efficacité humaine et organisationnelle que nous défendons ; mais au-delà de cela, il est un exemple vivant de la façon dont il convient de mettre en pratique ces principes.

    Dans ce livre, Todd décrit certains des obstacles les plus courants sur lesquels beaucoup d’entre nous trébuchent à un moment ou un autre : blâmer les autres pour nos problèmes, se concentrer sur les choses urgentes, mais pas importantes, sauter vers une solution avant même de comprendre le problème, et ainsi de suite. Dans sa sagesse infinie, il fournit également des moyens simples, mais pratiques pour éviter ces obstacles dans les relations et devenir meilleur dans tout ce que nous faisons.

    De bien des façons, Todd a démontré que la force de nos relations était notre atout le plus important, et que nos relations aux autres n’étaient pas seulement le moyen pour parvenir au succès, mais aussi la récompense la plus durable de ce succès.

    L’un des objectifs et des valeurs les plus importants de FranklinCovey est de devenir le lieu de travail de prédilection des personnes qui atteignent le succès avec leur cœur. En tant que PDG, j’ai compté sur la sagesse et l’expérience de Todd pour attirer et retenir les meilleurs talents. Je me suis émerveillé de sa sensibilité en tant que conseiller et coach auprès de nos milliers d’employés.

    Écouter, et lire désormais, la sagesse de Todd a été d’une valeur et d’une joie inestimables pour moi. Je suis sûr que ce le sera également pour vous.

    INTRODUCTION

    Une des fameuses conclusions (bien qu’un tantinet erronée) de la pièce du philosophe Jean-Paul Sartre, Huis Clos  souligne que « l’enfer c’est les autres »¹. La prémisse est que trois êtres se retrouvent dans l’au-delà — composé d’une seule pièce sans porte ni fenêtre — et viennent à réaliser que non seulement ils sont coincés là pour toujours, mais qu’ils se tapent véritablement sur les nerfs les uns des autres. Si vous avez déjà été coincé sur un vol complet, vous avez peut-être vécu quelque chose de similaire. Sartre a trouvé les relations si essentielles au bonheur que, lorsqu’elles vont mal, elles peuvent littéralement ressembler à l’enfer. J’ai entendu exprimer des sentiments similaires au cours des années, car j’ai été responsable des personnes pour l’une des organisations les plus centrées sur les gens au monde. Lorsque les gens se sentent déconnectés, ou perdent leurs illusions au travail, ces sentiments ont tendance à être associés aux personnes avec lesquelles ils travaillent : leur patron, les membres de leur équipe, leurs collègues et même leurs subalternes. J’ai donc écrit ce livre autour d’un concept simple, mais puissant : au cœur de ce qui nous rend satisfaits et efficaces, à la fois dans nos vies personnelles et professionnelles, il y a la qualité de nos relations.

    Il existe des preuves pour étayer l’importance de la qualité de nos relations. Prenez les conclusions de la Harvard Grant Study, dans laquelle le Dr Robert Waldinger, chercheur, déclare : « Les personnes qui sont plus isolées qu’elles ne le voudraient trouvent qu’elles sont moins heureuses, leur santé diminue plus tôt dans la quarantaine, leur fonctionnement cérébral diminue plus tôt et leur vie est plus courte »² ou plus récemment, l’analyse approfondie de Google, qui a permis de découvrir que des relations de grande qualité étaient centrales dans les équipes très performantes.³

    Vous connaissez probablement le cliché qui dit que la plus grande force d’une entreprise, ce sont ses employés. J’aimerais aller un peu plus loin et exprimer que, d’après mon expérience, ce sont les relations entre ces gens qui créent la culture et, ultimement, l’avantage concurrentiel supérieur d’une organisation. En d’autres termes, tant sur le plan individuel qu’organisationnel, les relations sont importantes ; tout ou presque va mieux quand nous nous efforçons de les améliorer. Mais il y a de vieilles habitudes et des préjugés en travers de notre chemin. Lorsque nous nous retrouvons coincés dans le huis clos métaphorique de Sartre, entourés de personnes avec lesquelles nous sommes en désaccord ou qui nous brossent à rebrousse-poil, souvent, notre premier instinct est de les montrer du doigt. C’est leur faute : si seulement mon patron me comprenait mieux, ou si mes collègues me respectaient davantage, ou si mon partenaire m’écoutait. C’est l’enfer de Sartre, où nous restons noyés dans notre victimisation et, plutôt que de prendre la responsabilité de nous-mêmes, nous dénigrons et blâmons tout le monde. Et si nous ne baissons pas les bras et ne nous en remettons pas au destin, bien souvent l’instinct suivant est de trouver une issue. Cela peut signifier quitter une équipe, une entreprise ou même un mariage. Il y a une forte tentation de chercher un changement externe pour rétablir les choses. Après tout, une nouvelle et meilleure pièce (avec des gens plus raisonnables) se trouve juste la porte d’à côté ! Mais que se passe-t-il quand nous y parvenons ? Souvent, nous nous trouvons dans une nouvelle pièce avec de nouvelles personnes, intrinsèquement imparfaites comme tous les êtres humains, avec lesquelles nous devons apprendre à coexister. Nous sommes simplement la même personne qui passe d’une pièce à la suivante, emportant avec nous les mêmes croyances et limites qui nous barrent toujours la sortie. Eh oui, ça peut ressembler à l’enfer.

    Une solution existe.

    Elle commence, comme la plupart des choses, avec une nouvelle façon de penser. En tant que l’un des principaux dirigeants responsables de la culture d’entreprise chez FranklinCovey, j’ai eu l’occasion unique de vivre cette expérience personnellement. Dans de nombreuses organisations, mon rôle consiste à superviser les avantages sociaux, la paie, la conformité, la formation et d’autres fonctions RH traditionnelles : ce qui arrive aux gens. Et bien que ceux-ci soient importants, nous apportons une contribution plus significative quand nous abordons ce qui se passe entre les gens : quand nous devenons meilleurs à comprendre et à améliorer la nature de nos relations. C’est la partie « humaine » du titre de Directeur des ressources humaines.

    Quand j’ai accepté ce poste, j’avais la certitude que rien ne ralentissait le travail plus que les relations problématiques. Au fil du temps, l’expérience a confirmé ce que je soupçonnais : les relations efficaces donnent des résultats efficaces. J’ai appris que rien de significatif ne se produit sans l’amélioration de nos interactions les uns avec les autres. Et alors que la tendance naturelle est de se concentrer sur ce que nous voulons « réparer » chez les autres, les meilleurs résultats sont obtenus lorsque nous commençons avec nous-mêmes. Pour citer le regretté Dr Stephen R. Covey, auteur du best-seller Les 7 habitudes des personnes qui réussissent tout ce qu’elles entreprennent, cofondateur de FranklinCovey, et reconnu par Time comme l’un des vingt-cinq Américains les plus influents, « Tout changement significatif vient de l’intérieur. »

    Bien que je ne prétende pas être à l’origine des nombreux principes et paradigmes qui ont émané de cette grande entreprise, j’ai eu l’occasion de les voir en action, en observant à la fois les avantages quand ils étaient exploités et les dommages quand ils étaient ignorés. Voilà pourquoi je présente ce livre comme une série de conversations et d’expériences que j’ai eues (ou qui ont été partagées avec moi par des clients et d’autres) pendant plus de vingt ans. Et tandis que j’ai changé certains détails pour protéger la vie privée des personnes impliquées, voici les histoires que je me suis senti le plus obligé de raconter : comment nos paradigmes façonnent notre expérience et notre interaction avec le monde, les relations sauvées et perdues, des carrières retardées ou accélérées, et ces individus uniques qui m’ont beaucoup aidé, ainsi que beaucoup d’autres dans notre organisation, à devenir meilleur dans pratiquement tout ce que nous faisons. Tandis que j’ai une vaste expérience de leçons apprises de mes échecs, j’ai principalement tiré des exemples de conversations positives sur ma vie pour illustrer le pouvoir de ces habitudes. C’est à partir de ces intersections de la théorie et de la pratique que j’ai testé mes idées les plus profondes et les plus significatives.

    Il y a de nombreuses pratiques qui affectent les relations, mais j’ai choisi d’en écrire une quinzaine qui, selon mon expérience, ont l’impact le plus significatif. Je vais expliquer pourquoi ne pas les vivre peut ressembler à l’enfer de Sartre, et vous inviter à répondre à une question au début de chaque chapitre, conçue pour vous aider à faire remonter à la surface vos propres expériences autour de cette habitude. Vous verrez que la plupart des habitudes commencent avec une histoire qui ne se conclut véritablement qu’à la fin du chapitre. Ces conclusions aident à encadrer la pratique en illustrant où les gens se retrouvent généralement coincés et leurs façons d’y remédier. Chaque fois que je réintroduis l’histoire à la fin, je répète volontairement une partie de l’histoire pour vous rappeler la situation d’origine.

    Vous pouvez lire ce livre d’un bout à l’autre, ou vous pouvez faire un survol de la question au début de chaque habitude pour identifier un défi de relation en temps opportun, et lire ce chapitre en premier. Et les mises en pratique « Devenir meilleur » à la fin de chaque habitude vous permettent de retirer une pratique spécifique à travailler dans votre propre vie, si vous le souhaitez. Ce qui est le plus important, cependant, c’est que vous abordiez ce livre avec un cœur et un esprit ouverts, et envisagiez la possibilité que la seule façon de vraiment vous sentir mieux avec les autres, soit de commencer par vous-même. D’après mon expérience, ce faisant, vous trouverez des avantages dans presque tous les domaines de votre vie.

    HABITUDE 1

    PORTEZ LES BONNES LUNETTES

    N’AVEZ-VOUS JAMAIS DÉCOUVERT QUE VOTRE VERSION DE LA VÉRITÉ ÉTAIT TRONQUÉE OU MANQUAIT D’EXACTITUDE ?

    Si oui, vous devriez peut-être envisager ceci :

    HABITUDE 1 :

    PORTEZ LES BONNES LUNETTES

    Si vous ne portez pas les bonnes lunettes, votre « pièce de huis clos » peut ressembler à l’enfer de Sartre, parce que :

    Vous agissez sur la base d’informations incorrectes.

    Vous n’obtenez pas les résultats que vous voulez.

    Vous vous sentiriez stupide si vous admettiez que votre version de la vérité est limitée ou inexacte.

    Jon est entré dans mon bureau, sur son 31 et avec un air empressé. Il dirigeait une équipe constamment sous pression pour obtenir des résultats exigeants avec des délais serrés, et il avait la réputation de se frustrer facilement sur quiconque ou quoi que ce soit qui le ralentissait. Je pouvais lire son expression tout de suite : il n’était pas content.

    — Todd, tu as un moment ? demanda-t-il en entrant, puis il ferma la porte derrière lui. Il savait très bien que j’avais une politique de porte ouverte en tant que Directeur des ressources humaines.

    — Bien sûr, répondis-je, l’invitant à s’asseoir. Il hésita, résistant difficilement au besoin de faire les cent pas pendant qu’il me parlait. Il hocha la tête et s’assit, l’air mal à l’aise face à l’absence soudaine de mouvement.

    — Alors, que se passe-t-il ? lui demandai-je. Jon se frotta les yeux et rassembla ses idées.

    — C’est Isabel, dit-il, visiblement frustré. Elle traîne les pieds et met l’échéancier en danger, encore une fois. Isabel était chef de projet et l’associée de Jon. Sensible, intelligente et avec une vision d’ensemble, elle était un membre précieux et digne de confiance de l’organisation. Elle semblait également parfaitement insensible à l’agitation de Jon.

    — Je vois. Comment puis-je être utile ?

    — J’ai besoin de quelqu’un comme toi pour la raisonner, répondit Jon. Je ne suis pas doué avec les gens.

    • • •

    La déclaration de Jon qu’il n’était pas « doué avec les gens » m’a rappelé que nous ne voyons pas seulement nous-mêmes, mais ceux qui nous entourent, à travers une série de lentilles ; et comme toute lentille, elles aiguisent ou déforment la réalité. J’utilise cette métaphore à dessein, car c’est quelque chose que j’ai ressenti lorsque j’ai appris que je devais corriger ma vue. Je me souviens d’avoir mis cette première paire de lunettes en deuxième année et d’avoir été surpris par ce que j’ai découvert : pour la première fois, je pouvais voir les feuilles sur les arbres à quelques pâtés de maisons ! Une myriade d’autres détails qui étaient passés inaperçus étaient soudainement visibles, et tout mon univers est devenu éblouissant.

    Ce qui est le plus drôle c’est que, jusqu’ici, je n’avais aucune idée de ce à côté de quoi je passais. Pour moi, tout semblait normal et avait un sens. Pas étonnant que mon professeur d’art ait recommandé une carrière en comptabilité ! Il a fallu une nouvelle paire de lunettes pour voir à quel point je ne voyais rien. Vous pourriez penser que trouver quelques feuilles supplémentaires sur les arbres est trivial, mais c’est encore plus vrai au travail. Comme l’écrivait le philosophe et écrivain Thomas Kuhn, « toutes les avancées significatives rompent avec les anciennes façons de penser »⁴. En fin de compte, ce que nous voyons indique comment nous pensons et ressentons, ce qui influence ce que nous faisons et les résultats que nous obtenons finalement.

    Il y a quelques années, un bon ami à moi a décidé de se mettre en forme et de commencer à courir. Cette décision était importante pour lui pour plusieurs raisons, y compris le désir de mener une vie plus saine et d’avoir plus d’énergie à dépenser avec sa famille. Tout s’est bien passé pendant les deux premiers jours, mais le troisième, il a trébuché sur une fissure dans le trottoir et s’est foulé la cheville. Ce fut une blessure douloureuse qui a mis de côté ses efforts et a nécessité plusieurs mois pour guérir.

    Quand le temps est venu de troquer ses béquilles contre des chaussures de course, il ne l’a pas fait. Il a décidé de renoncer complètement à la course, malgré l’importance de son objectif de mode de vie sain. Mon ami a mis des lunettes particulières, se voyant comme n’étant pas athlétique et le monde autour de lui étant plein d’embûches. Cette vue a influencé ses pensées (qu’il avait fait une erreur en essayant de courir en premier lieu) ; ces pensées ont influencé ses sentiments (il était démotivé et craintif) ; et ces sentiments ont dicté son comportement (il s’est retrouvé sur le canapé). Les objectifs qui avaient été si importants pour lui ont été oubliés.

    La façon dont nous nous voyons et selon laquelle nous voyons le monde autour de nous est appelée un paradigme. Ce terme est devenu si courant que vous avez probablement joué au bingo des mots pendant une réunion de bureau, et « glissement de paradigme » était l’une des options. Pour citer le Dr Covey :

    SI VOUS VOULEZ FAIRE DES CHANGEMENTS MINEURS DANS VOTRE VIE, TRAVAILLEZ SUR VOTRE COMPORTEMENT. SI VOUS VOULEZ DES CHANGEMENTS IMPORTANTS OU DES DÉCOUVERTES MAJEURES, TRAVAILLEZ SUR VOS PARADIGMES.

    Revenons à mon ami et regardons de plus près ce qui s’est vraiment passé. Sa cheville avait guéri, il avait deux jambes fonctionnant normalement, et il était en bonne santé (mais pas excellente). Son médecin lui a dit qu’il pouvait, et devrait probablement, se remettre à courir, et que cette nouvelle paire de chaussures était juste dans le placard en attendant d’être lacée. Eh oui, le monde est plein de fissures dans le trottoir, mais il pouvait être plus vigilant et apprendre à mieux les éviter. Imaginez si mon ami échangeait ses lunettes limitantes pour quelque chose de plus utile :

    Voir. Je suis physiquement capable de courir et de naviguer au travers des petits obstacles qui se présentent à moi.

    Penser. Je peux et je devrais reprendre la course.

    Ressentir. Je suis optimiste, je peux atteindre les objectifs qui sont importants pour moi.

    Faire. Je sors les chaussures du placard et je vais courir !

    Le simple fait de choisir comment nous nous percevons nous-mêmes et les autres a un effet domino sur ce que nous pensons, ressentons et faisons. Ce concept est un principe fondamental pour apporter des changements significatifs dans nos vies. Considérez quelques-unes des façons courantes par lesquelles nous pouvons nous voir nous-mêmes et les autres de manière distordue :

    Je n’appartiens à aucun groupe.

    Je suis trop paresseux.

    Je suis impatient.

    Je ne serai jamais assez bon.

    Je ne peux pas changer, je suis ce que je suis.

    Nous avons aussi des manières communes de voir incorrectement le monde ou les autres :

    Tout est contre moi.

    Les choses tournent généralement mal.

    Mon ami est égoïste.

    Mon collègue ne sait pas ce qu’il fait.

    On ne peut pas faire

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1