Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Jeûne Rationnel: Régime de régénération et remède naturel pour toutes les maladies
Jeûne Rationnel: Régime de régénération et remède naturel pour toutes les maladies
Jeûne Rationnel: Régime de régénération et remède naturel pour toutes les maladies
Livre électronique43 pages40 minutes

Jeûne Rationnel: Régime de régénération et remède naturel pour toutes les maladies

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

Toutes les phases du processus de développement de la science médicale, y compris celles des premières périodes de civilisation, ont une chose en commun concernant la manière de comprendre la nature causale des maladies, c’est qu’en raison de causes extérieures, les maladies entrent dans le corps humain et donc, par la force nécessaire ou du moins inévitable d’une loi, elles le dérangent dans son existence, lui causant de la douleur et finissant par le détruire. Même la science médicale moderne, peu importe à quel point elle prétend avoir une influence scientifique, ne s’est pas complètement éloignée de cette note de base de l’interprétation démoniaque.
LangueFrançais
Date de sortie10 janv. 2019
ISBN9788829592951
Jeûne Rationnel: Régime de régénération et remède naturel pour toutes les maladies
Lire l'aperçu

Lié à Jeûne Rationnel

Livres électroniques liés

Articles associés

Catégories liées

Avis sur Jeûne Rationnel

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Jeûne Rationnel - Arnold Ehret

    mort

    I. La cause fondamentale commune dans la nature des maladies.

    Toutes les phases du processus de développement de la science médicale, y compris celles des premières périodes de civilisation, ont une chose en commun concernant la manière de comprendre la nature causale des maladies, c’est qu’en raison de causes extérieures, les maladies entrent dans le corps humain et donc, par la force nécessaire ou du moins inévitable d’une loi, elles le dérangent dans son existence, lui causant de la douleur et finissant par le détruire. Même la science médicale moderne, peu importe à quel point elle prétend avoir une influence scientifique, ne s’est pas complètement éloignée de cette note de base de l’interprétation démoniaque. En fait, la biologie, qui est la réussite la plus moderne, se réjouit de tous les bacilles nouvellement découverts, servant en tant que complément supplémentaire à l’armée d’êtres dont la mission reconnue consiste à mettre en danger la vie de l’homme. En l’examinant d’un point de vue philosophique, cette interprétation diffère de la superstition médiévale et de la période de fétichisme, seulement au niveau du nom supplémentaire. Autrefois, il s’agissait d’un « esprit maléfique », l’imagination allant même jusqu’à croire aux « personnages sataniques »; maintenant, ce même monstre dangereux est un être microscopiquement visible dont l’existence a indubitablement été prouvée. Il est vrai que le problème comporte encore un grand inconvénient en ce qui concerne la soi-disant « disposition » - un bon mot ! – mais ce que nous devons véritablement comprendre, personne ne nous en a parlé. Tous les tests sur les animaux, ainsi que leurs réactions aux symptômes, ne prouvent rien de certain, car ils se produisent uniquement par injection dans la circulation sanguine et jamais dans le canal digestif par la bouche. Il y a quelque chose de vrai concernant la conception de « l’invasion externe » d’une maladie, ainsi que dans l’hérédité. Toutefois, cela ne signifie pas que l’envahisseur est un esprit (démon) hostile à la vie ou un être microscopique (bacille); mais toutes les maladies, sans exception, même celles héréditaires, sont causées uniquement et exclusivement– en ne tenant pas compte de quelques autres causes non hygiéniques – par des aliments biologiquement faux, « non naturels » et par chaque once de suralimentation. Tout d’abord, je soutiens que dans toutes les maladies, sans exception, il existe une tendance de l’organisme à sécréter du mucus et, dans l’éventualité d’un stade plus avancé, du pus (sang décomposé). Évidemment, tous les organismes sains doivent également contenir un certain mucus – la lymphe, une substance grasse provenant des intestins, etc., d’une nature muqueuse. Chaque expert admettra ceci dans tous les cas catarrhalogiques, que ce soit d’un rhume inoffensif au nez jusqu’à l’inflammation des poumons et la tuberculose pulmonaire, ainsi qu’en épilepsie (attaques démontrant de la mousse à la bouche, du mucus). Lorsque cette sécrétion de mucus ne se manifeste pas de manière libre et ouverte, comme dans les cas de problèmes liés à l’oreille, aux yeux, à la peau ou à l’estomac, les maladies cardiaques, les rhumatismes, la goutte, etc., même dans tous les degrés de la folie, le mucus est le principal facteur de la maladie. Cela signifie que les organes secrets naturels ne sont plus en mesure d’y faire face, le mucus entrant dans le sang et une réaction s’ensuit à l’endroit respectif où le système de vaisseaux est probablement contracté en raison d’un refroidissement excessif (rhume), etc., température, inflammation, douleur, fièvre. Nous devons

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1