Profitez de ce titre dès maintenant, et de millions d'autres, avec un essai gratuit

Seulement $9.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

LES ANNÉES DU SILENCE, TOME 6 : L'OASIS: L'oasis

LES ANNÉES DU SILENCE, TOME 6 : L'OASIS: L'oasis

Lire l'aperçu

LES ANNÉES DU SILENCE, TOME 6 : L'OASIS: L'oasis

Longueur:
258 pages
3 heures
Sortie:
Jun 4, 2013
ISBN:
9782894555323
Format:
Livre

Description

Ainsi se termine l’émouvante saga Les années du silence qui nous a transportés, à coups d’émotions intenses, à travers plus d’un demi-siècle dans la vie de Cécile et des siens. Les tomes précédents, comme autant d’épisodes bouleversants, nous ont permis de partager les espoirs, les joies et le courage, de même que les chagrins, la douleur et le désespoir de ces personnages si attachants…Lorsque nous avons connu Cécile, elle n’avait que dix-huit ans. Aujourd’hui, elle est une vieille dame. Alerte, soucieuse des siens, aimante comme jamais, mais une vieille dame tout de même qui aspire au repos, à la douceur d’un quotidien sans heurt et sans blessure. Mais il y a François, Marie-Hélène et leur toute petite Laurence, frappés tous les trois par le destin. Il y a aussi Sébastien qui poursuit sa route les sourcils froncés face à un avenir qu’il n’arrive pas toujours à bien cerner. Et il y a tous les autres, Mélina et Jérôme, Dominique, Denis, Gérard, Gabriel, ses amours, ses enfants, ses frères…Cécile parviendra-t-elle, avec sa foi indéfectible et son amour sans faille, à les aider à s’épanouir, à survivre et à atteindre, à leur tour, bonheur et sérénité ?L’Oasis : un dénouement magistral, une conclusion poignante digne des plus grandes et plus émouvantes plumes de notre époque.
Sortie:
Jun 4, 2013
ISBN:
9782894555323
Format:
Livre

À propos de l'auteur

La réputation de Louise Tremblay-D'Essiambre n'est plus à faire. Auteure de plus d'une vingtaine d'ouvrages et mère de neuf enfants, elle est certainement l'une des auteures les plus prolifiques du Québec. Finaliste au Grand Prix littéraire Archambault en 2005, invitée d'honneur au Salon du livre de Montréal en novembre 2005, elle partage savamment son temps entre ses enfants, l'écriture et la peinture, une nouvelle passion qui lui a permis d'illustrer plusieurs de ses romans. Son style intense et sensible, sa polyvalence, sa grande curiosité et son amour du monde qui l'entoure font d'elle l'auteure préférée d'un nombre sans cesse croissant de lecteurs. Sa dernière série, MÉMOIRES D'UN QUARTIER a été finaliste au Grand Prix du Public La Presse / Salon du livre de Montréal 2010. Elle a aussi été Lauréate du Gala du Griffon d'or 2009 -catégorie Artiste par excellence-adulte et finaliste pour le Grand prix Desjardins de la Culture de Lanaudière 2009.


Lié à LES ANNÉES DU SILENCE, TOME 6

En lire plus de Louise Tremblay D'essiambre

Livres associé

Catégories liées

Aperçu du livre

LES ANNÉES DU SILENCE, TOME 6 - Louise Tremblay d'Essiambre

faille…

PREMIÈRE PARTIE

Hiver 96-97

CHAPITRE 1

« Oublie jamais ça, ma p’tite fille : il y a rien de plus important que d’aimer. Rien de plus beau que de savoir aimer les siens pis de prendre le temps de leur dire… »

PROPOS DE JEANNE VEILLEUX, MÈRE DE CÉCILE, AU PRINTEMPS 1943

— Alors, Docteur, ces résultats ?

Le médecin hausse les épaules, trace un sourire qui se veut encourageant. Pour lui, rien n’est dit, rien n’est fait. Il faut attendre…

— Ils ressemblent à ce que je vous avais prédit. Mais je vous l’ai expliqué : le résultat d’aujourd’hui ne veut rien dire. Ce n’est que dans trois ou quatre mois que l’on pourra se prononcer avec exactitude. Les résultats qui sont aujourd’hui positifs auront peut-être changé. Ne vous inquiétez pas inutilement.

Rien n’a été dit clairement mais tout est là. Le test pour déceler la présence du virus du sida est positif. Le médecin continue de parler, mais Marie-Hélène ne l’entend pas. Elle a l’impression que le sang se vide de tout son corps. Ses oreilles bourdonnent et elle est lourde, lourde…

D’un pas, François est près d’elle et la soutient fermement tout en glissant la main sous le corps de Laurence. Ils restent là, immobiles, tous les trois enlacés. Le médecin parle toujours mais ils ne l’entendent pas. Cet homme n’a plus rien à faire ici. Il n’a rien à voir avec leur vie… Alors refermant les bras sur sa femme et sa fille, François demande d’une voix sourde :

— S’il vous plaît, pouvez-vous nous laisser ? Je comprends très bien ce que vous essayez de nous dire mais c’est inutile. Rien ne pourrait atténuer notre inquiétude. Rien…

Il porte les yeux sur son enfant. Comme si elle comprenait la gravité du moment, Laurence fixe son père de ce regard bleuté qui n’appartient qu’aux nouveau-nés, de ce regard un peu flou comme s’il portait en lui une portion de ciel, d’éternité et qu’une telle vision était indéfinissable. Alors François resserre son étreinte sur les épaules de Marie-Hélène et, étouffant un sanglot rauque qui lui déchire le cœur, il répète :

— S’il vous plaît, laissez-nous…

Comprenant qu’il n’y a rien à ajouter, réprimant un soupir de tristesse, le docteur Langevin se retire silencieusement. Il connaît l’histoire de ce jeune couple, se surprend encore une fois à penser que la vie est parfois injuste, cruelle. Malgré plusieurs années de pratique médicale, il ne s’habitue toujours pas à voir des enfants souffrir, à soutenir des parents qui s’effondrent de douleur. C’est pour cela qu’il est devenu pédiatre : pour disposer de moyens afin d’aider les enfants à mener une vie heureuse et normale. Puis il consulte la pile de dossiers qu’il porte sous le bras. « Ici, songe-t-il en poussant la porte d’une seconde chambre, il n’y aura que des sourires… » Et relevant le front, il passe à autre chose. Ainsi en a voulu sa vie.

Pendant un long moment, François retient Marie-Hélène contre lui, soutient le corps si léger de sa fille. En cet instant, il a le sentiment profond que c’est l’univers entier qu’il porte dans ses bras. Sa femme et son enfant, les deux êtres pour qui il donnerait sa vie sans hésiter. Les mots du médecin résonnent dans sa tête et il comprend que pour l’instant, son univers est suspendu au-dessus de la vie de sa toute petite fille. Tant qu’il ne saura pas définitivement, François va retenir son souffle et espérer. Il ne lui reste que cela : l’espoir et la rage de vivre et, sentant le corps de Marie-Hélène qui tremble toujours contre le sien, il sait aussi qu’il va devoir espérer pour deux, se battre pour deux. Encore aujourd’hui, Marie-Hélène, c’est un peu Laurence. C’est encore un peu la même vie qu’il sent battre en elles. Penchant la tête, il dépose un baiser léger sur le front de son bébé et, reculant d’un pas, il oblige Marie-Hélène à le regarder en glissant un doigt sous son menton.

— Maintenant, on va y aller… J’ai envie d’être chez nous. Pas toi ?

— Oui, murmure Marie-Hélène.

Dans un soupir, elle ajoute :

— N’importe où pourvu que ce ne soit pas ici…

Ils n’ont pas échangé plus de trois mots tout au long du chemin les ramenant à leur appartement. Marie-Hélène s’est assise à l’arrière de l’auto près de Laurence et ne l’a pas quittée des yeux. Dès qu’elle est entrée dans l’appartement, la jeune femme a laissé tomber son manteau sur le sol et a déposé le bébé sur le divan pour la retirer de ses nombreuses couvertures. La petite dort toujours à poings fermés, un vague sourire sur ses lèvres. Impulsivement, Marie-Hélène la prend tout contre elle. Sa tout-petite, son amour, sa raison d’être. Jamais elle n’a ressenti autant de pulsions d’amour envers quelqu’un. Ce tout petit bébé s’est frayé un chemin jusqu’à son cœur dès son premier cri et rien ne saurait l’éloigner de Marie-Hélène. Délaissant manteau et couvertures, la jeune mère se dirige vers sa chambre, emportant Laurence avec elle.

— Je vais dormir un peu.

— Avec bébé ?

Marie-Hélène hausse les épaules, se tournant vivement vers François.

— Bien sûr. Qu’est-ce que tu crois ?

Le regard de la jeune femme est à la fois terne parce qu’elle est fatiguée et rempli d’une farouche détermination. François hésite un moment avant d’insister. C’est que Marie-Hélène a l’air tout à fait décidée. Mais alors que sa femme détourne la tête et s’engage dans le couloir d’un pas ferme, il propose tout de même :

— Si tu veux vraiment te reposer, je pourrais m’occuper de mademoiselle ? Pour l’instant elle peut très bien dormir dans son petit lit et…

Le regard que lui lance Marie-Hélène est très éloquent. Sans autre forme de discussion, elle quitte le salon et se dirige vers la chambre. Le bruit de la porte qui se referme sur elle, aussi feutré soit-il, fait sursauter François. Soupirant sa déception, il ramasse machinalement les vêtements que Marie-Hélène a laissés tomber négligemment sur le plancher et les range dans le placard de l’entrée. Puis d’un même geste, il plie les couvertures de Laurence, les porte à sa chambre avant de revenir au salon et de pousser l’interrupteur qui allume les lumières du sapin. Dans quelques jours, ce sera Noël. Un drôle de Noël, cette année, fait d’une joie immense à cause de la présence de leur fille mais aussi empreint d’inquiétude à cause des satanés résultats. Maladie maudite qui les empoisonne l’un après l’autre. Le médecin les avait pourtant prévenus, avait longuement expliqué le curieux processus qui fait que le bébé, à travers les anticorps de sa mère, semble porteur du virus, lui aussi. Souvent, à la naissance, les bébés nés d’une mère porteuse du VIH semblent infectés. Néanmoins il n’en est rien et le test suivant est négatif. François veut y croire : la petite Laurence paraît vraiment en parfaite santé avec ses joues rosées, rondes et douces comme des pêches. Mais le doute veille, sournois, alimente l’inquiétude qui ronge comme un cancer, occasionnant parfois des battements de cœur plus douloureux. Cela ne fait que quelques heures qu’ils ont appris les résultats, mais François a l’impression que le cauchemar dure depuis des siècles. Il est déjà épuisé de s’inquiéter. Malgré tout, un léger sourire effleure ses lèvres au moment où il se laisse tomber dans un fauteuil. Venue de nulle part, la voix de sa mère le rejoint à travers sa réflexion.

— Attends, mon grand, attends d’être parent à ton tour ! Tu vas voir ce que c’est que de s’en faire pour un enfant.

Elle n’aurait pu si bien dire… Et Dieu lui est témoin que lui, François, il en a alimenté des inquiétudes quand il était adolescent ! Aujourd’hui, à cause de la présence d’une minuscule petite fille, il mesure l’immensité de tout ce que ses parents ont pu vivre à cause de lui. Il aurait envie d’être près d’eux et leur dire qu’il regrette, qu’il les aime. Il a surtout très hâte de leur présenter sa petite Laurence…

François s’est assoupi. Les derniers jours ont été fertiles en émotions de toutes sortes et il est beaucoup plus fatigué qu’il ne le pensait. La sonnerie du téléphone, incroyablement stridente dans le silence feutré de l’appartement, le fait sursauter. Il se précipite à la cuisine en espérant que le bruit n’a pas réveillé Marie-Hélène.

— Allô mon grand !

C’est sa mère, Dominique, la voix aussi enjouée qu’une gamine en vacances.

— Alors ?

François est heureux d’entendre le son de cette voix. En ce moment, Montréal lui semble fort éloigné de Québec. Se sentant tout léger et moqueur, il joue à ne rien comprendre. Et comme s’il ne saisissait pas ce que sa mère cherche à savoir, il répète :

— Alors ?

Dominique éclate de rire.

— Comment va la plus jolie petite-fille du monde ? C’est bien aujourd’hui qu’elle devait arriver à la maison, non ?

— On ne peut rien te cacher. Laurence se porte à merveille. Tout comme sa maman et son papa.

Tout en parlant, en contradiction avec sa voix joyeuse, François ressent un curieux malaise. En apparence, tout va bien. Mais qu’en est-il vraiment ? Puis il s’ébroue, s’oblige à se concentrer sur le moment présent. Sa vie, désormais, se doit d’être une succession de moments présents. Ne jamais l’oublier. Jamais. C’est à ce prix qu’il pourra être heureux malgré tout.

— Oui, tout va pour le mieux, maman, répète-t-il, essayant de mettre toute la conviction du monde dans sa réponse.

— Tant mieux. Comme ça, on peut compter sur votre présence pour le réveillon. C’est merveilleux : tout le monde va être présent. Tes grands-parents Lamontagne, mamie Cécile et Jérôme, ton frère, ta sœur.

Pas l’ombre d’une interrogation, d’une incertitude ! C’est au tour de François d’éclater de rire devant l’assurance de sa mère.

— Ça serait bien, oui ! Mais faudrait peut-être que j’en parle à Marie-Hélène avant de te donner une réponse définitive. Noël, c’est dans moins d’une semaine et Marie vient tout juste d’accoucher. Je ne sais pas trop si elle va être suffisamment en forme pour aller à Québec.

Bref silence au bout de la ligne. Puis, avec une légère déception dans la voix de Dominique :

— Je sais bien… Mais tu peux au moins le lui demander, non ? Si tu savais à quel point on a hâte de serrer Laurence dans nos bras, ton père et moi.

— C’est sûr, ça. Imagine-toi donc que j’y avais pensé. Promis que j’en parle dès ce soir. Et promis aussi que je vais me faire le plus ardent défenseur d’une visite à Québec. Moi aussi, j’ai bien hâte que vous connaissiez bébé Laurence. Si tu voyais à quel point elle est jolie, maman. Et toute tranquille.

— Comme toi, François. Tu étais un bébé facile et toujours de bonne humeur.

Poussant de nouveau un petit rire, Dominique ajoute :

— C’est plus tard que ça s’est gâté… Mais tout ça, c’est du passé, maintenant. Alors je compte sur toi et j’attends ta réponse.

— Bien sûr. Je te rappelle demain au plus tard.

« Mais tout ça, c’est du passé, maintenant… » François raccroche pensivement, une douleur réelle lui traversant la poitrine. Comment, comment annoncer à ses parents que le passé lui court toujours après ? Que le passé se fait cruellement présent ? François ne le sait toujours pas, même s’il est très lucide et se répète régulièrement qu’il ne pourra jouer à l’autruche indéfiniment. Depuis maintenant près de neuf mois déjà, il se sait séropositif et personne, hormis Cécile, Jérôme et quelques amis très proches, n’est au courant. Le docteur Samuel leur avait conseillé d’agir avec prudence. La réaction des gens n’est pas toujours prévisible et souvent ce sont ceux qui nous sont proches qui acceptent difficilement. Après de longues discussions, Marie-Hélène et François avaient décidé d’écouter ses conseils. Pourtant, aujourd’hui, François n’est plus du tout certain que ce soit la bonne chose à faire. Alors, en plus de l’inquiétude qu’il ressent pour Laurence, il y a aussi cette incertitude qui se permet de troubler le cours du temps.

La noirceur est tombée. Au bout du couloir, seule la clarté colorée du sapin met un peu de vie dans l’appartement. Tout le monde semble dormir encore. Pourtant, Laurence devrait commencer à avoir faim. Silencieusement, sur le bout des pieds, François se dirige vers la chambre, faisant un peu de clarté sur son chemin. Puis il ouvre doucement la porte. Dans le rayon de lumière provenant du couloir, il devine la silhouette de Marie-Hélène, recroquevillée sur le côté, et celle du bébé, lovée contre le ventre de sa mère. Comme elle devait l’être à l’intérieur, il y a de cela quelques jours à peine. Ce doit être pour cette raison qu’elle ne s’est pas éveillée à seize heures pour son boire. Trop bien, blottie contre maman, mademoiselle Laurence en a oublié d’avoir faim. Ému, François entre dans la chambre, s’agenouille à côté du lit, les bras appuyés sur la courtepointe fleurie.

En ce moment, malgré l’implacable revers que le destin lui a réservé, il aurait envie de prier. Prier, non pour demander, mais pour remercier. Ne serait-ce que pour avoir eu ce privilège immense de toucher à l’essence divine de l’amour. Jamais, de toute sa vie, il n’aurait pu imaginer qu’on peut aimer à ce point et que ce soit si doux et dur à la fois. Comme un grand vertige qui se suffit à lui-même. Du bout du doigt, il caresse le petit poing fermé, réprimant l’envie subite qu’il a de pleurer. Larmes de peur et de joie entremêlées, larmes d’espoir, surtout. C’est à cet instant que Laurence décide que la sieste a suffisamment duré. S’étirant longuement, exactement comme un chaton qui s’éveille, elle fronce les sourcils, plisse le front, fait de drôles de petites grimaces et se met aussitôt à hurler, sans la moindre transition. Devant une telle colère, François est aussitôt ramené à des considérations très pratiques. Pour les émotions, on repassera. Mademoiselle Laurence a décidé qu’elle avait faim et rien d’autre ne peut avoir d’importance.

Glissant doucement les mains sous le corps de sa fille, François la soulève au moment où Marie-Hélène ouvre un œil. Pour aussitôt refermer les bras sur le bébé.

— Laisse, je m’en occupe.

Le ton est sans équivoque. Repoussant les mains de François, Marie-Hélène est déjà debout, Laurence dans ses bras.

— Mais voyons, Marie ! Reste allongée. Je peux très bien changer sa couche et lui donner son boire.

Peine perdue. Marie-Hélène lui jette un regard sceptique comme si elle avait de sérieux doutes sur ses capacités parentales. Puis c’est un éclat de douleur qui traverse son regard.

— Non. Merci quand même, mais je vais m’en occuper. Déjà que je n’ai pas le droit de l’allaiter, tu ne viendras pas me l’enlever en plus !

« Tu ne viendras pas me l’enlever… » Mots durs, malhabiles mais qui disent une si grande tristesse. Mots durs, inutiles qui écorchent François.

Pourtant, Marie-Hélène passe devant lui comme si de rien n’était et se dirige vers la chambre de Laurence pour la changer. Ravalant sa déception, son incompréhension, François lisse les couvertures du lit en un geste machinal avant de regagner le salon et de s’affaler dans un fauteuil, le cœur en charpie. Depuis l’accouchement, il ne reconnaît plus sa femme. Un peu comme si la Marie-Hélène qu’il avait toujours connue avait disparu dans les douleurs de l’enfantement, faisant place à une autre Marie-Hélène, distante, détachée et même froide à son égard. Déjà, lorsqu’il la rejoignait à l’hôpital, il avait l’impression de vivre sur une autre planète qu’elle. Depuis deux heures qu’ils sont à la maison, ses soupçons se confirment. Et dire qu’il a promis à sa mère de la convaincre d’aller à Québec pour fêter Noël ! Il a l’intuition que la partie n’est pas gagnée d’avance. Et Laurence qui continue de crier avec véhémence. Empli de bonne volonté, oubliant les quelques mots que Marie-Hélène lui a lancés à la figure, François se relève pour la rejoindre, question de voir si elle n’a pas besoin d’aide. C’est que Laurence crie vraiment à fendre l’air.

— Comment une si petite chose peut-elle produire autant de bruit ?

Il se veut drôle, cherche à détendre l’atmosphère, même s’il ne saisit pas vraiment pourquoi l’air lui semble surchauffé en permanence.

— Comment peux-tu parler ainsi ? C’est normal qu’un bébé pleure. Au cas où tu ne l’aurais pas encore compris, ça pleure un bébé quand ça a faim. C’est le seul moyen de communication dont notre fille dispose.

La voix de Marie-Hélène est lourde de reproche sous-entendu.

— Mais je le sais, reprend aussitôt François. Ce n’est pas ce que je voulais dire. Mais avoue avec moi que c’est plutôt surprenant d’entendre un si petit bébé pousser des cris aussi stridents.

Marie-Hélène hausse les épaules avec impatience.

— Je ne trouve pas, moi… Va falloir que tu t’y fasses : elle en a pour probablement un an, sinon plus, avant de pouvoir nous parler autrement… Plutôt que de dire des âneries, va donc faire chauffer trois onces de lait. Tu as bien acheté le lait au moins ? Celui qui est recommandé…

Ce n’est que beaucoup plus tard en soirée, alors qu’ils sont tous les trois au salon, Marie-Hélène berçant le bébé auprès du feu, le sapin brillant joyeusement dans la pénombre de la pièce, que celle-ci s’excuse enfin.

— Pardon pour tout à l’heure. Je crois que je n’ai pas été très gentille envers toi.

— Ne t’en fais pas pour si peu. Je crois savoir que tu as été plutôt sollicitée depuis quelques jours. Normal que tu sois fatiguée, non ?

— Probable. Sûrement même… La nature est drôlement faite, parfois. Il y a deux semaines, je souffrais d’insomnie chaque nuit et j’aurais pu m’occuper d’une pouponnière au grand complet à moi toute seule. J’accouche, et Dieu sait que ça n’a pas été un accouchement très difficile, et voilà que je dormirais vingt heures sur vingt-quatre. C’est vraiment mal pensé, soupire-t-elle en se penchant vers Laurence, un sourire tendre aux lèvres, contredisant avec éloquence les propos qu’elle vient d’avoir. Mais c’est pas grave : elle est tellement jolie ! Et tranquille…

Puis fronçant les sourcils :

— Tu crois que c’est normal un bébé aussi sage ? Elle dort pratiquement toute la journée.

François ne peut s’empêcher de rire d’elle gentiment.

— Alors tu aimerais mieux avoir un bébé qui pleure tout le temps ? Ça serait, comment dire, ça serait peut-être plus naturel selon toi ?

— Non, évidemment… Mais quand même…

Un bref silence envahit le salon pendant quelques instants. Puis Marie-Hélène secoue la tête comme si elle voulait chasser une pensée désagréable.

— Vaut mieux ne s’arrêter qu’à des choses agréables, murmure-t-elle alors pour elle-même.

Puis, levant les yeux vers François :

— Et que faisons-nous pour Noël ? lance-t-elle joyeusement. J’avais pensé à un réveillon tout simple entre deux boires. Une bonne bouteille de mousseux, quelques petites choses agréables à grignoter. Qu’est-ce que tu en penses ?

— Justement…

Délaissant son fauteuil, François s’approche de la berceuse et, s’accroupissant sur le sol, il pose doucement la main sur Laurence avant de lever les yeux vers Marie-Hélène.

— Maman a appelé, cet après-midi. Elle donne le réveillon cette année. Et elle nous…

— Pas question.

— Laisse-moi finir, Marie… Tu ne crois pas que ce serait là l’occasion rêvée de présenter Laurence à tous ceux qu’on aime ? On fait d’une pierre deux coups : maman va être aux anges, mamie Cécile et Jérôme aussi et pas besoin de faire la grande tournée pour rencontrer tout le monde. Le lendemain, on fait un saut chez tes parents avant de revenir ici et le tour est joué !

Marie-Hélène esquisse une moue hésitante.

— Tu as peut-être raison sur un point : c’est vrai que ça faciliterait les choses. Mais je trouve que Laurence est bien petite pour rencontrer autant de gens. Peut-être

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de LES ANNÉES DU SILENCE, TOME 6

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs