Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Nous sommes les rêveurs
Nous sommes les rêveurs
Nous sommes les rêveurs
Livre électronique115 pages45 minutes

Nous sommes les rêveurs

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

À propos de ce livre électronique

Je suis l'Amérindienne
Et ce fardeau
Demeure en moi à jamais
Poèmes narratifs, qui sont des repères sur la vie de l'auteure et sur sa condition de femme et d’amérindienne. On lit Nous sommes les rêveurs comme on lit un journal intime. On a l'impression d'entrer dans la tête de Rita Joe, de souffrir avec elle des injustices, de sentir son bébé grimper sur nous, de toucher la présence des êtres disparus. Et aussi de pouvoir changer les choses. Un livre vrai et émouvant. Rita Joe est une auteure amérindienne à découvrir pour mieux comprendre l’univers autochtone, l’histoire et la vie des Peuples des Premières Nations!
LangueFrançais
Date de sortie23 août 2016
ISBN9782897123796
Nous sommes les rêveurs
Lire l'aperçu
Auteur

Rita Joe

Rita Joe est née Rita Bernard, le 15 mars 1932 à Whycocomagh, au Cap Breton en Nouvelle- Écosse. Elle est la fille de Joseph et Annie Bernard mais est devenue orpheline à l’âge de dix ans. Elle a été placée dans l’école résidentielle Shubenacadie (de l’État) très tôt et y est restée jusqu’à sa huitième année. En 1954, elle épouse un maître d'école, Frank Joe. Ils ont eu ensemble huit enfants et elle en a adopté deux autres. À l'âge de 46 ans, elle publie son premier livre, Les poèmes de Rita Joe en 1978 (non traduit). D'autres livres ont suivi: Song of Eskasoni (1988, non traduit), Lnu and Indians We’re Called (1991, non traduit) et Kelusultiek (1995, non traduit). Son dernier livre, We are the dreamers: recent and early poetry fut publié en 1999. Ses mémoires, titrées Song of Rita Joe: Autobiography (1996) raconte sa vie et son expérience à l’école résidentielle de Shubenacadie en Nouvelle-Écosse où elle dit avoir reçu « un lavage de cerveau » : « ‘Tu ne vaux rien,’ on me le disait tous les jours à Shubie ». Elle a rédigé une anthologie de textes micmaques : The Mi’kmaq Anthology (1997). Pendant toute sa carrière elle a toujours dit vouloir contrer les idées péjoratives qui entouraient les Amérindiens. Elle a contribué à changer le regard des autres sur les amérindiens de la Nouvelle-Écosse. Ses poèmes ont inspiré des chanteurs et un air d’opéra, basé sur un de ses poèmes, a été écrit. Elle a travaillé en tant qu’écrivaine avec la Writers Federation of Nova Scotia et a reçu plusieurs prix de cette organisation provinciale. En 1989, elle est devient membre de l’Ordre du Canada, et en 1992 elle rejoint le Privy Council de la Reine, elle est l’une des seules non politiciennes jamais nommée à cet organisme. Elle a reçu trois doctorats honorifiques, un en Droit de l’Université Dalhousie (1993), un en Lettres de l’Université du Cap Breton (1997) et un autre en Lettres humaines de l’Université Mount Saint Vincent (1998). Elle a été lauréate du prix National Aboriginal Achievement Award en 1997. Atteinte depuis plusieurs années de la maladie de Parkinson, elle décède le 20 mars 2007. En 2013, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a annoncé la mise en place d'un nouveau programme dans le but de rendre hommage aux figures artistiques majeurs de la province; Rita Joe fut sélectionnée pour cette commémoration.

Catégories liées

Avis sur Nous sommes les rêveurs

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Nous sommes les rêveurs - Rita Joe

    rita joe

    nous sommes les rêveurs

    Traduit de l’anglais par Sophie M. Lavoie

    Mémoire d’encrier reconnaît l’aide financière

    du Gouvernement du Canada

    par l’entremise du Fonds du livre du Canada

    et du Gouvernement du Québec

    par le Programme de crédit d’impôt pour l’édition

    de livres, Gestion Sodec.

    Mémoire d’encrier reconnaît également l’aide financière du Gouvernement du Canada par l’entremise du Programme national de traduction pour l’édition du livre, initiative de la Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018 : éducation, immigration, communautés, pour ses activités de traduction.

    Mise en page : Virginie Turcotte

    Couverture : Étienne Bienvenu

    Dépôt légal : 3e trimestre 2016

    © Éditions Mémoire d’encrier

    Édition originale : We are the Dreamers: Recent and Early Poetry, Wreck Cove,

    Nouvelle-Écosse, Breton Books, 1999..

    ISBN 978-2-89712-378-9  (Papier)

    ISBN 978-2-89712-378-9  (PDF)

    ISBN 978-2-89712-378-9  (ePub)

    PS8569.O265W414 2016     C811’.54     C2016-940219-3

    PS9569.O265W414 2016

    Mémoire d’encrier • 1260, rue Bélanger, bur. 201

    Montréal • Québec • H2S 1H9

    Tél. : 514 989 1491 • Téléc. : 514 928 9217

    info@memoiredencrier.com • www.memoiredencrier.com

    Fabrication du ePub : Stéphane Cormier

    du même auteur

    Poems of Rita Joe, Abanaki Press, 1979.

    Song of Eskasoni : More Poems by Rita Joe, Ragweed Press, 1989.

    L’nu and Indians We’re Called, Ragweed Press, 1991.

    Song of Rita Joe : Autobiography of a Mi’kmaq Poet, Ragweed Press, 1996.

    The Mi’kmaq Anthology, codirection avec Leslie Choyce, Pottersfield Press, 1997.

    Je n’étais qu’une femme au foyer qui avait un rêve

    Faire rire les yeux tristes de mon peuple

    Et, faisant confiance au lien qui nous relie les uns aux autres,

    Compléter la merveilleuse histoire que nous tissons à l’infini.

    Rita Joe

    Les poèmes bilingues figurant dans cette anthologie ont été écrits en mi’kmaw et en anglais par Rita Joe sauf « Mawiknat Sma’knis - Le grand guerrier », qui a été traduit du mi’kmaw vers l’anglais par Murdena Marshall.

    PRÉFACE

    À la rencontre de Rita Joe

    J’ai connu Rita Joe toute jeune, à l’époque où ma mère, immigrée nouvellement arrivée à Sydney, en Nouvelle-Écosse, se battait pour les droits des femmes. Rita faisait partie du groupe féministe et participait aux activités en lisant ses premiers poèmes en mi’kmaw (micmac) et en anglais. C’était dans les années soixante-dix et, originaire de la réserve de We’koqma’q, elle s’était établie dans la réserve d’Essisoqni, à une quinzaine de kilomètres de Sydney.

    Sur l’île du Cap-Breton, avec ses cinq réserves autochtones, il est difficile de dissimuler la présence de ce peuple et, peu à peu, nous l’avons découvert, en famille, au gré des sorties aux plages du lac Bras d’Or, dans la ville, par nos camarades d’école et sur toutes les routes. Quand nous allions à Essisoqni, nous nous arrêtions toujours chez Rita, qui, à l’époque, fabriquait aussi de l’artisanat qu’elle vendait à domicile : paniers, capteurs de rêves, bijoux en broderie perlée, etc. Mon souvenir le plus vif est celui d’un pow-wow à Essisoqni pour le solstice d’été où, adolescente, j’avais intégré le cercle des danseurs au son hypnotiseur des tambours mi’kmaw. Je revis cette puissante sensation quand j’assiste aux pow-wow dans la réserve Sitansisk (St. Mary’s) de la nation Wolastoqiyik (malécite) près de Fredericton, au Nouveau-Brunswick, où je demeure maintenant.

    Le dynamisme et la richesse de ces cultures autochtones m’ont toujours émerveillée et les évènements qui ont secoué la première nation d’Elsipogtog me l’ont confirmé. En effet, les Mi’kmaw du Nouveau-Brunswick, avec d’autres alliés, avaient érigé une barricade pacifique sur une route principale pour empêcher l’exploration du gaz de schiste sur leurs territoires. Quelques jours après ma visite au barrage, en octobre 2013, ils ont violemment été expulsés, malgré le fait que les terres de ces nations n’aient jamais été cédées à qui que ce soit. Tout comme leurs ancêtres l’ont fait

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1