Profitez de ce titre dès maintenant, et de millions d'autres, avec un essai gratuit

Gratuit pendant 30 jours, puis $9.99/mois. Annulez à tout moment.

Du Froid

Du Froid

Lire l'aperçu

Du Froid

Longueur:
233 pages
7 heures
Éditeur:
Sortie:
Feb 15, 2019
Format:
Livre

Description

J'ai toujours couru un peu plus froid que tout le monde. La température du corps de base est en moyenne 36.8C et j'ai toujours couru à un 34.8C cool. Techniquement, j'avais l'hypothermie, mais c'était normal pour moi. Peut-être est pourquoi je toujours aimé le nord glaciales de l'Alaska, les magnifiques pics montagneux du parc national entourant la petite ville de Saint-Élie que je grandi.

Éditeur:
Sortie:
Feb 15, 2019
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à Du Froid

Livres associé

Catégories liées

Aperçu du livre

Du Froid - Bella Brazeau

12

Un

Commencez à écrire ici ... « Nous ne pouvons pas prétendre que le monde commence et se termine aux limites que nous pourrions faire pour lui. » - Walker Boh, L'épée de Shannara de Terry Brooks.

J'ai toujours couru un peu plus froid que tout le monde. La température du corps de base est en moyenne 36.8C et j'ai toujours couru à un 34.8C cool. Techniquement, j'avais l'hypothermie, mais c'était normal pour moi. Peut-être est pourquoi je toujours aimé le nord glaciales de l'Alaska, les magnifiques pics montagneux du parc national entourant la petite ville de Saint-Élie que je grandi. Il était aussi froid ici comme je l'étais. Il y avait une route dans et hors de Saint-Élie. La route a couru de la frontière du Yukon au Canada, dans la ville et a continué à Anchorage, qui était à environ 2 heures de route pour nous. Les routes étaient glissantes et dangereuses en hiver et toujours bouché avec des charges transporter des semi-remorques à Fairbanks, la centrale d'approvisionnement de l'Alaska. J'ai essayé de ne pas conduire en hiver. La plupart des gens à St. Elias utilisé les motoneiges et les VTT pour se déplacer dans la région. Il était une petite ville avec une population de 350 personnes. Les seules choses que nous avions dans la ville était une petite école K-12, le restaurant local, le bar, bureau de poste, un petit théâtre et un seul magasin qui a servi notre matériel, la fourniture, l'épicerie et la station de gaz.

Je ne reviens à Saint-Elias, après avoir passé les 2 dernières années à l'Université à Anchorage. Rien n'a vraiment venu de mon temps là-bas, je l'avais fait quelques amis, mais je ne pouvais pas décider ce que je voulais faire et changé mes principaux plusieurs fois. Rien ne semblait le chemin de carrière pour moi, tout cela semblait si banal et je sentais que je ne suis pas vraiment là, comme ma vie était destiné à plus de quelque chose de si ... normal et je n'avais jamais vraiment senti normal dans ma vie. Mes parents étaient morts dans un accident de voiture dans les montagnes quand j'avais 6 ans et ma tante me avait soulevé depuis. Quand elle est décédée il y a 4 mois, je ne pouvais pas me concentrer sur mes études plus et je décidé de déplacer la maison et obtenir un emploi alors que je me suis dit où ma vie était censé aller. J'ai loué un petit appartement au-dessus du bureau de poste,

Je me suis regardé dans le miroir pleine longueur qui a été fixée à la porte de ma chambre. Ma longueur d'épaule, les cheveux bruns mousy avec ses boucles crépus qui n'a jamais écouté, n'a rien fait, mais je me agacer si balaya de nouveau dans mon habitude queue de cheval. Mes yeux verts étaient particulièrement lumineux et perçant aujourd'hui, accentué par le sweat à capuche avec fermeture à glissière violet que je portais. Mon débardeur blanc montrait de dessous le sweat à capuche où la fermeture est terminée. Je choisi une paire de jeans bleu foncé et blanc coureurs confortables pour terminer l'ensemble. J'ai attrapé le tablier blanc avec « Diner de J » brodé en vert chasseur dans le coin inférieur gauche et enroula les cordes autour de ma taille, les attacher en toute sécurité dans le dos. me donner un dernier regard dans le miroir, j'ai décidé que j'étais assez mignon pour la journée et dirigeais hors de l'appartement, saisissant mon porte-monnaie et des clés de la table sur mon chemin.

Je marchais à travers la porte arrière et l'odeur de brioches à la cannelle fraîches faites m'a frappé comme un mur de briques, « Wow, Jo! Ça sent incroyable! » Je l'ai dit à la femme un peu robuste tirant un plateau des petits pains offensants du four.

« Merci, Amy. Ce fut la recette de ma mère. » Elle sourit et tout son visage illuminé. Elle avait des yeux bleu clair et un visage rond qui avait l'air d'environ 5 ans plus jeune que son âge réel. Ses cheveux étaient teints couleur brun doré pour couvrir les cheveux gris qui avait finalement commencé à montrer l'année dernière autour de son 50e anniversaire. Son vrai nom était Joretta mais tout le monde l'appelait toujours Jo et elle était propriétaire du café ici à Saint-Elias depuis qu'elle a repris de ses parents il y a vingt ans. Elle me connaissait ma vie et elle était la seule que je permettrais de me appeler Amy.

J'ai attrapé un gros pot de ketchup sur l'étagère arrière et dirigé vers l'avant du restaurant pour commencer le remplissage des bouteilles de ketchup avant ouvert. Je criai derrière moi que je suis allé, « Eh bien toute la ville aime vos petits pains à la cannelle, donc je suis sûr que nous serons très occupés aujourd'hui! » Rire de Jo était la seule réponse que je suis arrivé. Je finis le reste de mes fonctions du matin rapidement, me donner 10 minutes à moi-même avant d'ouvrir. J'ai adoré cette partie de la journée. Je me tenais derrière le long comptoir à l'avant du dîner en sirotant une tasse de café le plus délicieux et tout simplement la scène. Le café avait un total de 8 tables carrées avec des sommets gris et 4 chaises dépareillées à chaque table. La porte était juste au milieu du mur loin avec deux grandes fenêtres de chaque côté. La porte avait une petite cloche suspendue au-dessus qui tintaient chaque fois qu'il a ouvert ses portes et les fenêtres ont été garni de rideaux à carreaux, blanc et vert chasseur. Les murs avaient de petites étagères en bois faits à la main que le mari de Jo avait fait. Les étagères occupé divers colifichets au hasard que Jo avait pris de la grange antique et ventes de garage au hasard et les marchés aux puces. Ils étaient des choses comme de vieilles boîtes de rasage rouillées, petites arrosoirs d'étain sculpté, un vieux autoharpe cassé, vieilles bouteilles en verre et des signes, tout ce qu'elle sentait donnerait au dîner cette petite ville, rustique sentir. J'ai adoré le charme de petite ville cet endroit avait. Les étagères occupé divers colifichets au hasard que Jo avait pris de la grange antique et ventes de garage au hasard et les marchés aux puces. Ils étaient des choses comme de vieilles boîtes de rasage rouillées, petites arrosoirs d'étain sculpté, un vieux autoharpe cassé, vieilles bouteilles en verre et des signes, tout ce qu'elle sentait donnerait au dîner cette petite ville, rustique sentir. J'ai adoré le charme de petite ville cet endroit avait. Les étagères occupé divers colifichets au hasard que Jo avait pris de la grange antique et ventes de garage au hasard et les marchés aux puces. Ils étaient des choses comme de vieilles boîtes de rasage rouillées, petites arrosoirs d'étain sculpté, un vieux autoharpe cassé, vieilles bouteilles en verre et des signes, tout ce qu'elle sentait donnerait au dîner cette petite ville, rustique sentir. J'ai adoré le charme de petite ville cet endroit avait.

Je marchais autour du comptoir à la porte, le déverrouillage et renversant le signe autour il dit « OPEN ». Je poussai la porte ouverte et le tint là comme les premiers clients de la journée ont commencé à déposer. C'était la foule du café habituel le matin et le petit déjeuner. J'ai attrapé le pot de café et quatre menus et dirigeai vers la table, renversant les tasses à café sur et en remplissant chacun avant de remettre les menus. « Comment sont mes hommes préférés aujourd'hui? » Demandai-je joyeusement.

Les quatre messieurs me sourit, mais Newf était celui de répondre. « Très bien, merci. Et vous, Amelia? »

Je souris au mari de Jo, « beaucoup mieux depuis que je suis arrivé et vu votre femme a ses célèbres petits pains à la cannelle aujourd'hui sur le menu ». Les quatre hommes ont commencé à parler en même temps.

« Eh bien, je sais ce que je vais avoir! », Dit Ken.

« Ça a l'air bon pour moi. » Répondit Billy.

« Je vais avoir un de ces » Ted a grimacé

« On dirait un petit-déjeuner équilibré pour moi » eut un petit rire Newf.

Je riais à la réaction des quatre hommes et hoché la tête. « Quatre petits pains à la cannelle à venir jusqu'à! » Je tapoté Newf sur l'épaule et dirigeais mon prochain commentaire à lui, « Tu ferais mieux de regarder là-bas, Newf ou ces hommes pourriez voler votre femme pour son talent dans la cuisine. » Il a juste ri en réponse et secoua la tête.

Newf n'était pas son vrai nom bien sûr, il était Gerald, mais il était à l'origine un Canadien de l'Est ontarien et quand il a déménagé ici tout le monde prenait son accent épais pour celui de quelqu'un de Terre-Neuve-ils commencé à l'appeler newf et le nom est resté . Il était venu ici à l'origine pour les travaux de construction quand il était dans ses premières 20 et de chasser et de suivre son rêve de l'orpaillage au Yukon, mais les possibilités d'emploi étaient mieux en Alaska et quand il a rencontré Jo, il avait enfin une raison écrire à sa mère. Jo ne quitterait jamais St. Elias mais alors il est resté ici avec elle. Newf avait des cheveux noirs courts, mouchetée de gris, mais en général portait un style de camouflage casquette de baseball. Il était un bel homme pour son âge, aux yeux bleus profonds et une moustache taillée au-dessus de sa bouche. Sa peau était bronzée noire de tout le temps passé à travailler à l'extérieur. Ses épaules étaient larges et musclés, et alors qu'il avait un léger ventre sur lui des années de cuisine impeccable de sa femme, il était encore en excellente forme. Jo était une femme chanceuse. J'espérais que je pouvais trouver quelqu'un pour me aimer comme ça, un jour.

Je suis les messieurs leurs petits pains à la cannelle et apporté autour d'une recharge de café comme le reste du café a commencé à se remplir. Les deux prochaines heures étaient assez occupés. Dès que la course du petit déjeuner était fini, j'avais à peine assez de temps pour nettoyer et faire la vaisselle dans le lave-vaisselle avant la ruée vers le déjeuner a commencé. Heureusement, par 2'o'clock le dîner avait vidé et j'ai eu une minute libre pour profiter de ma deuxième tasse de café pour la journée, mais je devais faire plus et la boîte était vide alors je me suis dirigé dans le dos pour saisir un nouveau désactive' l'étagère. Tout à coup, la cloche au-dessus de la porte tinta et j'ai appelé à l'avant, « Je serai bientôt avec vous! » Assez fort, je savais donc qu'ils pouvaient me entendre.

Je suis retourné à l'avant avec la nouvelle boîte de café et arrêté à la porte de la cuisine, mon souffle attraper dans ma gorge. L'homme assis dans le coin était belle à couper le souffle. Ses longs poils, cheveux blonds d'or est tombé dans les vagues douces à son menton. Il avait de larges épaules épaisses et une forte mâchoire carrée sans aucun signe de poils du visage. Sa bouche rose tendre a été transformé en un demi-sourire d'arrêt cardiaque. Sa peau était blanche, mais particulièrement Albâtre la chose la plus frappante de son apparence était ses yeux. Ils étaient la couleur de l'améthyste profonde. Il portait un chandail à capuchon avec fermeture à glissière noire et une paire de jeans bleu délavé.

J'avala la boule dans ma gorge et me rappelle de respirer. Je suis monté derrière le comptoir et le café rapidement mis à percoler. Je puis attrapé un menu et se dirigea vers la shakily table. « G-Bonjour. » Je balbutie que mes joues rouges. Qu'est ce que je peux vous servir?

Les yeux violets fixés sur moi et la bouche de l'étranger beau tourné dans un charmant sourire. Mon cœur bégaya dans ma poitrine. «J'aimerais une tasse de café. Et quelle est cette délicieuse odeur venant de la cuisine? » Répondit-il et sa voix presque m'a fait perdre mon équilibre. Il était clairement un accent du Texas qui était épais et profond avec cette râpe irrésistible à elle. Je ne l'avais jamais entendu une voix plus attrayante dans ma vie.

Je déglutis de nouveau et sourit: « Ce serait célèbres brioches à la cannelle Jo. La ville entière les aime, ils se vendent vraiment rapide « .

Il hocha la tête et dit: « Je pense que je voudrais essayer un d'entre eux, si vous avez une gauche. »

Je hoché la tête et je suis retourné à la cuisine, revenir avec un petit pain à la cannelle si grand qu'il a pris toute la plaque, il a été servi sur et était aussi grand que la tasse de café que j'avais dans d'autre part. "Tu es chanceux. Ceci est le dernier. » Je les ai mis sur la table devant lui. « Y at-il autre chose que je peux obtenir pour vous? » J'ai demandé agréablement.

Ces yeux éblouissants ont volé mon souffle nouveau comme ils me regardaient, « Votre nom, peut-être? » Dit-il de cette voix sexy de son.

Je rougis encore et bégayé, « Oh ... Je suis euh ... Amelia Van Rybroek. Et tu es?"

« Mon nom est Jasper. Il est un plaisir de vous rencontrer, Mlle Amelia. » Il sourit à nouveau demi-moi.

«C'est un plaisir de vous rencontrer aussi, Jasper. Je ne l'ai pas vu vous ici avant. » Je relevai ma tête curieusement vers lui.

« Je viens d'emménager à Saint-Élie, on m'a offert un emploi au camp de bûcherons sur l'extrémité nord de la ville. »

Je hoché la tête en réponse, « Eh bien, je l'espère vous comme ici, il est un endroit agréable. »

Jasper rit doucement, « Merci, à ce jour tout le monde a été très » il fit une pause, « accueillant ».

Je lui ai souri que: « Je suis content. Profitez de votre repas. » Je me suis déplacé à partir mais suis retourné à la dernière seconde et lui ai dit: « Oh, et bienvenue à Saint-Elias. » Je suis parti cette fois-ci et je suis retourné au travail.

Je pouvais sentir son regard perçant sur mon dos que je Bustled à faire mon travail, essuyer le comptoir et les tables, le remplissage des crèmes et des sucres, le repeuplement du refroidisseur de soude. Je savais qu'il me regardait et il m'a rendu nerveux. Je me suis demandé ce qu'il voulait, pourquoi il me regardait avec tant d'attention, comme il ne l'avait jamais vu une serveuse au travail avant.

J'étais au milieu de remplir les salières quand sa voix a parlé, à quelques pouces de l'endroit où je me trouvais. Il avait apporté son café et brioche à la cannelle à moitié mangée au comptoir avant et était assis deux tabourets bas d'où j'étais debout. « Pourquoi fais-tu cela? » Il me regarda avec curiosité.

Je sursauta, j'étais tellement surpris par sa voix. Quand il avait déménagé? Je ne l'ai pas entendu et ces chaises toujours raclé le sol quand vous vous êtes levé. Je bégayé à nouveau, « D-quoi faire? »

Le coin de sa bouche tournées vers le haut, « Vous mettez les grains de riz dans les salières. »

Je cligne des yeux au salière dans ma main que je viens de tomber environ une demi-cuillère à café de riz dans. "Oh! Cette. Le riz conserve le sel de touffes formant « .

"Ah, je vois. Je suis désolé, je ne te faire peur? » Il a demandé poliment.

« N-non, il est ok. Je n'ai pas entendu se lever est tout. » Je suis furieux contre moi-même pour tout cela et le bégaiement bégayer. Je suis généralement beaucoup plus éloquent que cela, mais il m'a fait tellement nerveux, mon estomac se sentait comme ça allait se tordre en un noeud tant de fois, il serait impossible de jamais l'obtenir délié et mon cœur était comme ça allait jaillit de ma poitrine. Je pris une profonde inspiration et me suis forcé d'être calme, « Voulez-vous du café? »

Les yeux de Jasper n'a jamais quitté mon visage, il me regardait comme il savait que j'étais nerveux. Comme il pouvait entendre mon cœur battre dans ma poitrine et voir les papillons dans mon estomac. «J'aimerais un peu de café, je vous remercie. » Il fit une pause, « ne te dérange pas si je suis assis au comptoir pendant que vous travaillez? Il est agréable d'avoir quelqu'un à qui parler « .

Je suis arrivé derrière moi et il a attrapé le pot de café remplir nos deux tasses et je hoché la tête, peut-être avec plus d'ardeur que je devrais avoir. « Bien sûr, je ne me dérangerait pas du tout. Où êtes-vous, Jasper? »

Il prit une gorgée de son café et me regarda, «J'ai grandi à Houston, au Texas. Êtes-vous de St. Elias au départ? »

Je hoché la tête et a commencé à rouler en argenterie serviettes, sachant qu'il me faudrait un certain temps pour tout roulé et me donner beaucoup de temps pour parler au beau nouvel étranger, « Je l'ai vécu ici toute ma vie. Je me plais beaucoup ici. Je suppose que vous manquez la chaleur et le manque de neige au Texas? »

Il rit doucement et haussa les épaules: «J'aime la chaleur, oui. Mais je ne me dérange pas le froid ici non plus et je ne l'ai pas été ici assez longtemps pour voir la neige encore, si je comprends la neige est pas trop loin. »

Je secouais la tête en réponse, « Non loin du tout. L'été dure environ 2 mois ici, les 10 autres mois de l'année, nous avons que de la neige, la neige et plus de neige. Vous avez de la chance que depuis l'été vient de commencer, vous obtenez un 2 mois entiers de beau temps. » Je souris espièglerie, essayant difficile d'ignorer les nœuds barattage dans mon estomac.

« Eh bien je vais devoir profiter du soleil autant que possible avant qu'il ne disparaisse. »

Je riais à haute voix à sa mention du soleil. « Soleil, hein? Boy, vous avez de grands espoirs pour cet endroit! Nous recevons seulement quelques jours de soleil par an, même en été, nous sommes sous une couverture constante près des nuages. Il est tout simplement la façon dont les choses sont dans le Nord « .

« Je suis sûr que je vais régler ensuite. Vous aimez le nord? Même sans le soleil? » Il me regarda avec curiosité.

"Tout à fait. Je ne peux pas imaginer vivre nulle part ailleurs, il serait juste beaucoup trop chaud. Je n'aime pas la chaleur. J'aime le froid. J'aime l'air frais de la montagne, l'odeur de l'hiver, le bruit de la neige crissant sous vos bottes. J'aime particulièrement le silence. Parfois, je vais marcher à l'extrémité nord de la ville, au-delà du camp de bûcherons. Il y a une piste sur le côté de la montagne et si vous le suivez, il vous emmène à cette jolie petite clairière avec une falaise du côté nord-ouest. Je vais me asseoir sur la falaise avec mes pieds ballants sur le bord et juste écouter le silence. Sauf que ce n'est pas vraiment silencieux. La plupart du temps, je peux entendre le son ... Je ne sais pas comment l'expliquer. Il est comme un bourdonnement qui résonne à travers l'atmosphère ici. Je l'appelle le son du Nord. Le son du silence pur. Je me suis rendu au sud une fois, pour visiter mes grands-parents en Ontario. Je suis sorti sur le terrain derrière leur ferme une nuit et ai essayé d'écouter mais je ne pouvais pas l'entendre. Le bourdonnement était pas là, donc je suppose que cela avait quelque chose à voir avec être dans le Nord, où la fin du monde. » Je rougis et compris que je parlais trop et probablement sonné comme un idiot. « Alors, quel est ce comme au Texas? »

Jasper me sourit, appréciant évidemment la chasse d'eau sur ma peau, et se mit à rire, « Un désert. Belle à sa manière bien. Cactées et la chaleur et les couchers de soleil qui font ressembler le ciel est en feu. Je vais manquer, mais je pense que je l'aime mieux ici. D'autant plus maintenant que je l'ai fait un nouveau ... ami? » At-il laissé entendre avec désinvolture.

« Ami ». J'ai dit et lui sourit. « Je suis heureux que vous l'aimez, je vais devoir vous montrer quelques-uns des sites ici à un moment donné. Il y a beaucoup de sentiers à travers les montagnes, les rivières remplies de poissons, facile pour attraper, chutes d'eau qui gèlent en hiver, certains qui ne le font pas, et des grottes secrètes avec des légendes de trésors enfouis, les sources chaudes. Toutes sortes de choses vraiment intéressantes à faire

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Du Froid

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs