Profitez de ce titre dès maintenant, et de millions d'autres, avec un essai gratuit

Seulement $9.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Les Lois de l'Univers ou les Bases de l'existence de la hiérarchie Divine Tome 1

Les Lois de l'Univers ou les Bases de l'existence de la hiérarchie Divine Tome 1

Lire l'aperçu

Les Lois de l'Univers ou les Bases de l'existence de la hiérarchie Divine Tome 1

Longueur:
1,004 pages
12 heures
Sortie:
Feb 25, 2019
ISBN:
9782322110483
Format:
Livre

Description

Aux confins de deux époques cosmiques - l'ère des Poissons et l'ère du Verseau - C'est le livre principal de cette série. Il contient le corps des lois données à l'humanité par Dieu afin de perfectionner la personnalité pour les deux mille prochaines années. Ces Lois, c'est l'information la plus riche et la plus unique qui forme le modèle du comportement et du développement de l'homme de la future sixième race compte tenu de l'intellect plus développé de l'individu et de sa conscience plus étendue. De nouvelles Lois doivent devenir pour chacun un guide pour le développement spirituel ultérieur et le perfectionnement général en lien avec le monde entourant.
Sortie:
Feb 25, 2019
ISBN:
9782322110483
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à Les Lois de l'Univers ou les Bases de l'existence de la hiérarchie Divine Tome 1

Livres associé

Articles associés

Aperçu du livre

Les Lois de l'Univers ou les Bases de l'existence de la hiérarchie Divine Tome 1 - Larisa Seklitova

*

LA RELATIVITÉ DE LA CONCEPTION DE LA THÉORIE DE LA

CRÉATION DU MONDE

Nous sommes prêts à vous informer sur les raisons de la réaction globale et biopositive* de désintégration des constituants de facteurs avec des polypotentiels unis dans un système, dont la fonction principale est la dépendance du mouvement consécutif des positions réelles de reconnaissance par rapport auxquelles une partie massive des avantages exprimés trouve son dépendant, unifiant le résultat, le début de la physioposition* relative aux arrangements constructifs de l’ordre réel qui comprend tout l’ensemble du cycle de la Nature en développement, qui entraîne et qui garde tout ce qui unit et assemble, tout ce qui est colossal sur le plan d’omnicontenu, qui touche par chaque particule de son indivisibilité des positions relatives de l’unité de tout en tout.

La construction inspirée de cette façon est présentée à chaque Cycle de niveau pour toute structure de Substance configurationnelle, en exprimant sa fondaposition* de la théorie de la construction de la CONCEPTION DU MONDE.

C’est-à-dire, la base de la Conception du monde au niveau inférieur contient une telle particule de la vérité de sa construction et position qui correspond au composé de cette Substance. Plus basse est sa position, plus bas est le pourcentage de connaissances confiées à la structure.

En terme de son expression, le concept global de la vérité de l’origine de tout en tout à ce Niveau d’attribution est prêt à accepter cinq pourcent (5%) de la vérité de cent pourcent (100%) de la connaissance de Notre Niveau.

En ce qui concerne les connaissances de Notre Niveau sur le développement de tout, alors par rapport à Notre Ménager Suprême Nous ne savons que cinq pourcent (5%) de ses Connaissances sur la structure complète de tout. Et cela, encore une fois, est d’après l’échelle de construction figurative du système de cent pourcent, etc.

L’INTERPRÉTATION

LA RELATIVITÉ DE LA CONCEPTION DE LA THÉORIE DE LA

CRÉATION DU MONDE

Nous sommes prêts à vous informer sur les raisons de la réaction globale et biopositive de désintégration des constituants de facteurs avec des polypotentiels unis dans un système, dont la fonction principale est la dépendance du mouvement consécutif des positions réelles de reconnaissance par rapport auxquelles une partie massive des avantages exprimés trouve son dépendant, unifiant le résultat, le début de la physioposition relative aux arrangements constructifs de l’ordre réel qui comprend tout l’ensemble du cycle de la Nature en développement, qui entraîne et qui garde tout ce qui unit et assemble, tout ce qui est colossal sur le plan d’omnicontenu, qui touche par chaque particule de son indivisibilité des positions relatives de l’unité de tout en tout.

Nous sommes prêts à informer l’humanité sur les raisons de la désintégration totale de la façon de vivre autrefois positive sur la Terre. Au cours de dix dernières années (de 1989 à 2000), on a détruit presque tout: manufacture, agriculture, économie, culture, science, etc. De plus, les continents s’effondrent, les conditions climatiques changent, les villes se détruisent comme tout le reste.

Tout dans la vie de l’homme est tellement interconnectée (ce qu’on ne comprend pas) qu’il suffit parfois de tirer un seul fil pour détruire complètement une énorme structure étatique. C’est dans la réalité des choses qu’on voit cette dépendance consécutive de la façon de vivre humaine des Puissances Supérieures.

NOUS avons souhaité et nous avons créé l’homme et tout ce dont il a besoin pour la vie et le développement.

Nous avons souhaité de faire des modifications et nous avons détruit ce qu’on a créé, parce que l’avenir exige un nouveau terrain.

Mais toutes ces destructions ne se font pas selon Nos caprices seulement, mais par la nécessité régulière invoquée par un nouveau cycle de développement de la Nature globale ou de l’organisme cosmique. Ce grand organisme entre dans une nouvelle phase de la perfection de sorte que de vieux bâtiments s’effondrent et de grandes transformations commencent, où tout ce qui a reçu un certain avantage dans le développement continuera son existence dans l'avenir, et tout ce qui dégrade sera détruit comme un facteur gênant la croissance de la Nature*.

L’entrée de l’organisme cosmique dans un nouveau cycle de progression envahit par ses énormes projets réformateurs, tout ce qui s’applique à ses volumes mondiaux et à chaque particule de l’indivisibilité. L’un change dans son contenu interne, l’autre - dans ses positions par rapport l’un à l’autre, et le tout contribue à la modification générale de l’unité.

Les transformations commencées aux niveaux supérieurs de l’existence se poursuivent sur les niveaux inférieurs et certains changements entraînent nécessairement les autres, ce qui prouve la Grande unité de tout en tout

La construction inspirée de cette façon est présentée à chaque Cycle de niveau pour toute structure de Substance configurationnelle, en exprimant sa fondaposition de la théorie de la construction de la CONCEPTION DU MONDE.

Le grand organisme cohérent de la création comprend non seulement le plan de l’existence terrestre, où les transformations produites sont les plus visibles, mais tous les autres Niveaux et Sous-niveaux Hiérarchiques. Partout il y a ses propres structures complexes qui sont en même temps parties de la construction du Grand organisme, c’est-à-dire, tout ce qui existe autour, la Hiérarchie et autres, qui sont donc les parties structurelles d’une grande Nature globale.

Une telle structure est présentée à chaque Cycle de niveau pour toute forme de création, parce que tous doivent savoir où ils vivent, de quoi ils dépendent et ce que dépendent d’eux. Chaque Substance, chaque mini-organisme en progression doit sentir la grandeur des buts et des tâches qu’elle fasse dans le présent et dans l’avenir.

Chaque Substance, chaque Niveau a accès à la théorie générale de la construction de la réalité et le droit à sa propre théorie de la construction de la conception du monde selon le Niveau d’existence.

C’est-à-dire, la base de la Conception du monde au niveau inférieur contient une telle particule de la vérité de sa construction et position qui correspond au composé de cette Substance. Plus basse est sa position, plus bas est le pourcentage de connaissances confiées à la structure.

Chaque Niveau a son propre degré de conscience qui se diffère de l’autre, c’est pourquoi l’on comprendra plus et se rapprochera plus près de la vérité, l’autre la faussera et s’éloignera de vrais fondements de l’existence de la réalité.

Plus bas est le Niveau et le degré de développement de la Substance, moindres sont les connaissances sur la vérité de la construction de l’Univers. Ces créatures ne vivent que dans leur petit monde étroit et n’ont aucune idée de la structure de la réalité ambiante. Chaque Substance aura ses propres bases de la conception du monde qui correspond à ses visions du monde. Elle a plein droit de comprendre ce qu’elle peut, on n’impose rien de plus. On n’impose pas la vraie construction de la Nature qui peut choquer la conscience mal préparée.

Par conséquent, l’humanité opérait autrefois de tels concepts du monde extérieur comme: la Terre plate et le voûte céleste dur au-dessus d’elle; puis la Terre ronde et le vaste espace. Et maintenant l’humanité adopte un nouveau concept - la Terre avec beaucoup de structures "subtiles" à son intérieur et à son extérieur, une construction holographique du système solaire et l’Espace comme un immense organisme vivant de la Nature.

En terme de son expression, le concept global de la vérité de l’origine de tout en tout à ce Niveau d’attribution est prêt à accepter cinq pourcent (5%) de la vérité de cent pourcent (100%) de la connaissance de Notre Niveau.

Si on parle du niveau actuel de la compréhension de l’humanité, elle est encore assez faible dans son développement et donc peut absorber seulement cinq pourcent de la vérité de cent pourcent de la connaissance de Notre Niveau (Niveau de Dieu) sur la construction globale du monde.

En ce qui concerne les connaissances de Notre Niveau sur le développement de tout, alors par rapport à Notre Ménager Suprême Nous ne savons que cinq pourcent (5%) de ses Connaissances sur la structure complète de tout. Et cela, encore une fois, est d’après l’échelle de construction figurative du système de cent pourcent, etc.

Toutes les connaissances sont relatives. C’est pourquoi, si on considère les informations appartenant à notre niveau d’existence, alors par rapport à Notre Ménager Suprême NOUS ne savons que cinq pourcent de ses Connaissances sur la structure complète du monde, si on considère l’information appartenant au Ménager Suprême comme cent pourcent. Et Ses connaissances font cinq pourcent de l’information de l’Absolu, et ainsi de suite. Alors, le processus de la connaissance appartient aux catégories éternelles.

--- --- ---

D’après la théorie proposée, on peut conclure qu’il y a un autre Dirigeant au-dessus de notre Dieu qui possède la Hiérarchie et les quatre univers. Lui, il a son propre Dirigeant et à n’en plus finir.

Tout cela suggère que le développement infini crée la relativité des connaissances et, en nous rapprochant d’une vérité de la connaissance, nous restons très loin de l’autre.

LA THÉORIE DE LA CONCEPTION DU MONDE DE LA SIXIÈME RACE

La position relative envers la théorie du contenu constructif de cette Structure Essentielle du monde par la représentation de son caractère positif prouve la dépendance fonctionnelle prédisposée à ce stade de la perfection, de la construction cyclique, envers les signes de l’ordre relatif par rapport aux caractéristiques de qualité et de structure des tendances singulières.

C’est-à-dire, la présentation des données théoriques comprend le réseau formateur des concrets qui unissent dans leur facticité généralisante une chaîne figurative des dépendances qui détermine certains maillons interdépendants des caractéristiques situationnelles.

Sur une certaine ligne de la position dans le temps, on appelle cette collectivité la dépendance réelle des positions linéo-structurelles des configurations étoffées intégrées de telle ou autre Substance.

La relation des capacités de perception et de la conceptualité des facteurs de cette chaîne de l’information construites de manière figurée envers la base du niveau de contenu de la personnalité en développement donne le contenu à la tendance théorique à cet intervalle des cohérences de vie quotidienne de nature systémique situationnelle.

Ainsi, les théories de la structure du macroorganisme dans la configuration globale et dans la structure privée du microorganisme se conforment dans le facteur qui comprend l’identité des critères constructifs lors d’un mouvement figuratif vers la profondeur du volume aussi bien que vers son extérieur.

La position de la théorie de construction du volume global développée pour la cinquième race précédente de la civilisation, d’après ses signes positionnels, révèle des différences significatives par rapport à la position de la tendance théorique attribuée à la sixième race très progressive.

Le contenu relatif de la théorie de la cinquième race définit la fonction de sa structure constructive sous une forme distinctive qui appartient à ce calcul de volume, dont la caractéristique principale n’est pas dans la constructivité des dispositions structurelles, mais dans le codage impulsionnel vers une tendance figurative qui a adopté à ce Niveau une couleur des facteurs de réfraction comprenant un concept vague des définitions de la position constructive complète des théories d’une vraie structure du monde en général.

Ainsi, le réseau des relations configurationnelles à effet pour cette période (datant de la fin du développement progressif du cinquième cycle et du degré intermédiaire de jonction linéaire de la chaîne du facteur formateur de la phase initiale de l’existence de la sixième race très progressive qui comprend dans son volume la sixième continuité de la formation cyclique) forme une certaine structure de compréhension qui correspond à la participation potentielle de la facture réelle où la nomination de la déviation de vérité en pourcent apparaît dans la corrélation de coefficient équivalent mesurant le volume du développement potentiel des gens de la sixième race.

Comme cette nouvelle théorie de la conception du monde correspond aux caractéristiques méthodiques de la forme actuelle qui se perd dans le futur de deux nominations linéo-ordinales de série des prolongations millénaires, alors la phase de la base projetée qui forme des actions reflète respectivement les lois équivalentes du fonctionnement, qui figurent potentiellement ce volume de la compréhension de la relativité informationnelle jusqu’à la base de la vérité sur le pourcentage de la relativité à vérité réfractée en pourcent.

La valeur de la théorie de nouvelle conception du monde est dans la définition respective de certaines formes individuelles du développement des Volumes Substantiels progressifs dans la phase relative de la réalité projetée.

Cet indicateur de l’évolution est formé pour que chaque progressateur* individuel comprenne au niveau des associativités*, sa propre composition complice au coefficient général volumétrique structurel de la construction du système existant de l’Intégritunité*, dont la facture* est dans une configuration de distribution opportune des formations indivisibles, mais séparées par des principes de la définition relative de perfection aux différents Niveaux* et Ordres*.

L’INTERPRÉTATION DE LA THÉORIE DE LA CONCEPTION DU MONDEDE LA SIXIÈME RACE

La position relative envers la théorie du contenu constructif de cette Structure Essentielle du monde par la représentation de son caractère positif prouve la dépendance fonctionnelle prédisposée à ce stade de la perfection, de la construction cyclique, envers les signes de l’ordre relatif par rapport aux caractéristiques de qualité et de structure des tendances singulières.

C’est-à-dire, la présentation des données théoriques comprend le réseau formateur des concrets qui unissent dans leur facticité généralisante une chaîne figurative des dépendances qui détermine certains maillons interdépendants des caractéristiques situationnelles.

Dieu ne donne pas la théorie de la construction du monde matériel, c’est-à-dire, des constructions physiques qui sont le fondement et le cadre du monde physique, mais la théorie de la compréhension de ce qui remplit ces constructions physiques de sa Nature vivante, qui les inspire, ou ce qui offre à notre compréhension la théorie de la Structure Essentielle du monde ou de la Hiérarchie, qui forme sa base positive, parce que l’homme peut justifier théoriquement la construction de n’importe quoi sauf des êtres rationnels. L’homme n’est habitué pas à faire leur classement, mais dans le Monde Spirituel de Dieu c’est important. C’est ici qu’on trouve la Consolidation Spirituelle du monde.

Comme toutes les créatures se trouvent à de différentes étapes de développement, alors chacune d’elle a sa propre construction et son programme de l’évolution.

En ce qui concerne l’humanité, sa théorie de développement est réduite au passage de l’âme à travers certains cycles de perfection. Chaque cycle a sa structure individuelle du monde et son propre programme. Mais à toute étape de son développement l’âme a sa propre orientation unique vers la progression dans le cycle global, c’est-à-dire, a sa propre personnalité.

Par conséquent, la théorie générale du développement comprend toujours des concrets qui servent de base pour la partie générale. Ce sont les concrets qui forment la chaîne de dépendances, où sont situés des maillons des situations futures, qui font la vie de la société, en particulier, et de l’humanité – en total.

Sur une certaine ligne de la position dans le temps, on appelle cette collectivité la dépendance réelle des positions linéo-structurelles des configurations étoffées intégrées de telle ou autre Substance.

Le programme d’un cycle spécifique est uni par une seule orientation temporelle, ainsi que pour une Essence, il y a un alignement des constructions linéaires du programme avec le contenu intérieur de la Substance* même, car c’est le contenu intérieur qui détermine la configuration de ses structures subtiles de l’âme. Plus riche est la Substance dans le sens spirituelle, plus complexes et massives sont ses constructions internes, et le programme de développement devient plus vaste et riche.

La relation des capacités de perception et de la conceptualité des facteurs de cette chaîne de l’information construites de manière figurée envers la base du niveau de contenu de la personnalité en développement donne le contenu à la tendance théorique à cet intervalle des cohérences de vie quotidienne de nature systémique situationnelle.

Ainsi, les théories de la structure du macroorganisme dans la configuration globale et dans la structure privée du microorganisme se conforment dans le facteur qui comprend l’identité des critères constructifs lors d’un mouvement figuratif vers la profondeur du volume aussi bien que vers son extérieur.

Tout a un certain rapport l’un à l’autre pendant toutes les étapes de l’évolution. Par conséquent, la capacité de la perception et de la compréhension de l’information figurative qui est envoyée à cette Substance d’en Haut dépend toujours de la base de connaissances dont la Substance possède à ce niveau de développement. Tout cela, à son tour, affecte le contenu des situations de la vie quotidienne et la participation des individus.

Sur la base de cette dépendance, on peut comprendre que toute théorie de la structure de macroorganisme sera toujours compatible avec toute petite structure du moindre ordre. Avec cela, on va voir la répétition de ces constructions en profondeur et en extérieur.

La position de la théorie de construction du volume global développée pour la cinquième race précédente de la civilisation, d’après ses signes positionnels, révèle des différences significatives par rapport à la position de la tendance théorique attribuée à la sixième race très progressive.

Le contenu relatif de la théorie de la cinquième race définit la fonction de sa structure constructive sous une forme distinctive qui appartient à ce calcul de volume, dont la caractéristique principale n’est pas dans la constructivité des dispositions structurelles, mais dans le codage impulsionnel vers une tendance figurative qui a adopté à ce Niveau une couleur des facteurs de réfraction comprenant un concept vague des définitions de la position constructive complète des théories d’une vraie structure du monde en général.

La théorie de la compréhension de la structure de l’univers telle que donnée pour la cinquième race* se diffère considérablement de la théorie, qui est en train d’être donnée pour la sixième race à venir. Cette distinction consiste en octroi à la civilisation terrestre de plus de connaissances approfondies par rapport aux connaissances du passé, parce que l’humanité est capable de les percevoir, comme la sixième race sera très progressive. Ce qui était difficile à comprendre pour l’homme de la cinquième race sera compris par l’homme de la sixième race. Donc, il ne faut pas faire des comparaisons avec les anciennes vérités, obsolètes, même si les nouvelles vérités peuvent sembler incroyables.

Même la façon de penser des représentants de la future communauté terrestre est en train de changer, les vérités changent. Si autrefois l’information a été donnée à l’homme sous la forme symbolique, c’est pourquoi la pensée symbolique dominait chez la cinquième race, les gens de la sixième race accepteront de nouvelles connaissances sous forme d’impulsions codées suivies de l’orientation symbolique.

Le procès de transmission de l’information devient plus précis et donne moins de déviations.

Si autrefois l’information transmise d’en Haut offrait à l’homme des concepts vagues sur la structure constructive complète du monde, alors maintenant, compte tenu de l’amélioration de la méthode de transmission et celle de réception, c’est-à-dire, grâce à la correction de la structure humaine en tant que dispositif de réception, la perception de l’information s’est approchée d’une vraie présentation du monde.

Ainsi, le réseau des relations configurationnelles à effet pour cette période (datant de la fin du développement progressif du cinquième cycle et du degré intermédiaire de jonction linéaire de la chaîne du facteur formateur de la phase initiale de l’existence de la sixième race très progressive qui comprend dans son volume la sixième continuité de la formation cyclique) forme une certaine structure de compréhension qui correspond à la participation potentielle de la facture réelle où la nomination de la déviation de vérité en pourcent apparaît dans la corrélation de coefficient équivalent mesurant le volume du développement potentiel des gens de la sixième race.

Dans ce cadre, le réseau même de transmission de l’information d’en Haut – vers le Bas représentant de très complexes constructions configurationnelles, à ce moment a atteint le progrès le plus important et permet à l’homme de la sixième race de comprendre toutes les informations reçues.

Le réseau même de transmission est une certaine structure isolée de compréhension, parce que sans son opération, l’homme ne peut pas encore penser et comprendre le monde dans sa pleine expression. Grâce à l’amélioration de la communication entre le Déterminant* et l’apprenti, on a réussi à établir la plus complète dépendance de la compréhension de la vérité à l'égard de développement potentiel des individus. Autrement dit, plus d’expérience des vies passées un représentant de la sixième race a gagné, plus parfait sera son lien avec le Déterminant, et plus grand sera le coefficient de sa perception, parce qu’un individu développé a gagné une énorme expérience dans une variété de ses réincarnations qui l’aidera à assimiler facilement de nouvelles connaissances. À l’inverse, moins développé est un homme, plus il se tiendra loin de la vraie compréhension de la structure du monde, et plus son psychisme faussera l’information.

L’an deux mille est une date conditionnelle de la fin de l’existence de la cinquième race et du début de la sixième race. En fait, entre ces races il y a une période de transition, qui comprend une étape intermédiaire, pendant laquelle se passe la formation progressive d’un vrai représentant de la sixième race.

Au début, un individu reste toujours un représentant non-typique de la future race, comme le travail se poursuit pour le faire accepter l’énergie à une grande capacité au lieu de celle petite. Cela signifie la perfection continue des constructions subtiles des gens. Il est impossible de changer immédiatement de la réception de l’énergie à capacité plus faible à celle plus forte, alors une période de transition est nécessaire.

Quand l’énergie reçue par l’homme augmente, les informations reçues augmentent aussi et, par conséquent, l’efficacité humaine, son potentiel de puissance augmente plusieurs fois. L’homme de la sixième race donnera au Système Hiérarchique Suprême beaucoup plus de l’énergie que l’homme de la cinquième race.

Comme cette nouvelle théorie de la conception du monde correspond aux caractéristiques méthodiques de la forme actuelle qui se perd dans le futur de deux nominations linéo-ordinales de série des prolongations millénaires, alors la phase de la base projetée qui forme des actions reflète respectivement les lois équivalentes du fonctionnement, qui figurent potentiellement ce volume de la compréhension de la relativité informationnelle jusqu’à la base de la vérité sur le pourcentage de la relativité à vérité réfractée en pourcent.

Une nouvelle théorie de conception du monde n’est pas conçue pour les représentants de la cinquième race, mais ceux de la sixième race, et pas dans la période initiale de sa formation, car elle couvre la période de deux mille prochaines années, soit la période de deux nominations linéo-ordinales de série des prolongations millénaires. Par conséquent, cette théorie est si difficile à comprendre. L’homme aura besoin de deux mille ans avec un programme compliqué, parce que la cinquième race a retardé son développement afin d’amener le niveau de sa compréhension à la vérité qui nous est donnée.

Seul l’homme de la sixième race sera capable de le faire pleinement par l’adoption pendant une vie de trois - quatre programmes qui fournissent le développement personnel rapide et profond. Ces trois - quatre programmes sont nécessaires pour éliminer le sous-développement causé par l’homme de la cinquième race. Cette personne va répondre aux lois de fonctionnement dans la Hiérarchie de Dieu selon ses constructions subtiles et son développement.

La valeur de la théorie de nouvelle conception du monde est dans la définition respective de certaines formes individuelles du développement des Volumes Substantiels progressifs dans la phase relative de la réalité projetée.

Cet indicateur de l’évolution est formé pour que chaque progressateur individuel comprenne au niveau des associativités, sa propre composition complice au coefficient général volumétrique structurel de la construction du système existant de l’Intégritunité, dont la facture est dans une configuration de distribution opportune des formations indivisibles, mais séparées par des principes de la définition relative de perfection aux différents Niveaux et Ordres.

Le but de cette théorie de la compréhension moderne de la structure du monde est d’ouvrir les perspectives de développement de chaque Substance particulière dans le volume général de l’environnement en assurant la conception de l’interdépendance entre la partie et le tout.

Si l’homme de la cinquième race se développait isolé de son environnement comme une structure détachée et totalement indépendante, l’homme de la sixième race doit comprendre la chaîne d’interdépendances qui se construit dans son développement et grâce à laquelle lui, mais un vrai lui, dépend du développement du monde précédent. Le monde futur dépendra des réussites dans le développement qu’il a faites dans cette vie. Donc, l’homme de la sixième race va s’inscrire dans cette chaîne interminable des incarnations et des transformations du monde comme un maillon essentiel dans le développement du système de l’Intégritunité.

L’homme de la sixième race aura conscience de soi-même et de sa propre espèce, ainsi que de toutes les Substances qui se trouvent plus haut ou plus bas sur les Niveaux de développement et des Ordres de la Hiérarchie en tant que des formes indivisibles créant cette Intégritunité dans leur ensemble.

C’est seulement sur les étapes différentes de développement qui correspondent aux Niveaux et Sous-niveaux de la Hiérarchie* qu’il y a la division de Volume* Global en principes séparés de la perfection de chaque Substance individuelle.

Les étapes de perfection sont exprimées par les Niveaux et Sous-niveaux de la Hiérarchie. Ici, l’un dépend de l’autre et représente une forme de l’existence nécessaire où la partie dépend du Volume Global de l’univers et le Volume Global dépend de la partie.

* * *

LE FONCTIONNEMENT DES LOIS

Le facteur fondamental de l’existence des Communautés Hiérarchiques et des Unités, ce sont les lois de l’ordre unigénéral qui sont une base commune dirigeante dans la facture de construction, formation et progression parfaite des substances personnelles individuelles, qui sont une sorte de processeur* micropotentiel de la relativité ordinale de réserve des progressions absolues* et trouvent un système de sa propre croissance et son développement dans d’autres structures quintessentielles* maxi-établies, sans l’intercompréhension desquelles la structure étoffée de la base commune de la construction fondamentale ne sera pas cette forme Substantielle, dont le volume a le processus du facteur unicohérent progressif dont l’essence est dans l’état nominal de la relativité ordinale des volumes de l’unification intégritunique* et de la détermination cohérentes.

D’après sa position primaire et la présence des factures de fondacontenant*, chaque cohérence existante existe déjà dans le réserve de la structure complètement formée à partir de sa formation, dont la Substance relance ces lois de développement parfait qui sont responsables des bases fondamentales de la dynamique globale, telles que:

Génération* de protection.

Génération des processus de construction.

Génération de l’union et de la cohésion.

Génération des relations conceptuelles.

Génération de la relativité ordinale.

Génération de la distributivité*.

Génération des accumulations, contenus et préservations.

Ce sont les principes fondamentaux des processus de formation, de la croissance et de la progression de la Substance des formes et des ordres individuels, qui sont superposées par le reste des caractéristiques législatives des processus actuels de génération du concept général de la réalité cohérente de l’existence.

Les lois déterminent la partie structurelle du contenu de la facture de la Nature créée au niveau de leur structure fonctionnelle.

Les niveaux ont une Substance successive et distributive de la construction de la Hiérarchie de toutes les lois, dont les ordres forment un système des constructions et des configurations concernées, ce qui représente une intégrité totale d’un potentiel volumineux calculé d’après sa propre facture de base pour une variation infinie dans la ligne de l’endurance des fonctions de transformation.

Les lois sont une unité relative pesante qui se caractérise par les dimensions* à valeur exacte, invariables dans la ligne de ses propres factures pendant une période d’existence à l’étape d’appartenance au Niveau, la conformité entre lesquelles se détermine par la distributivité des constructions Hiérarchiques.

Le fonctionnement des lois à la même conformité de Niveau s’établit par la comparaison des puissances de dimensions entre les processus législatifs et le potentiel* administré subordonné, ce qui conduit à la mise en place dans un certain nombre de signes de plateforme d’une dépendance dynamique entre les relations dirigées entre cette Substance et les volumes environnants.

Les conditions créées pour la vitalité représentent le Déterminant des constatations de Niveau du potentiel administré dans le Système Hiérarchique général, pour lequel le fonctionnement des lois est une revitalisation au même Niveau, c’est-à-dire, la relation est suivante: un Niveau des lois de l’influence est égal à la Hiérarchie des Substances subordonnées administrées.

La partie réelle des ordres cohérents détermine la propre conscience du potentiel de croissance, dont le développement est accompagné par une diminution des lois à hypopotentiel, que la Substance a déjà mises en œuvre dans sa propre facture de construction en se transformant sous leur influence, et par le nombre croissant des lois à hyperpotentiel dont le nombre prédominant va augmenter en volume de l’impact parce que la forme Substantielle a la possibilité de progression constante et de changement de la structure par la compréhension des ordres de comportement relatif dans le système global de la formation.

Celui qui est conscient du principe de progression permet de négocier et d’adopter des lois dont le fonctionnement demande leur développement par le propre facteur de progression.

C’est dans cette particularité de l’entrée des lois dans les Volumes Substantiels qu’on trouve la principale facture distinctive de la structure des lois et de leur ordre fonctionnel.

Hiérarchie des lois

Schéma № 2

Explications du schéma No.2:

1 - Hiérarchie des Volumes Substantiels aux différents niveaux des lois où les lois d’un Niveau ont l’impact sur l’ensemble des Hiérarchies des Volumes Substantiels de l’ordre respectif.

Ces lois rapportent, organisent et dirigent vers une vraie voie du développement juste une petite partie du nominé créateur du monde, pour lequel le mouvement dans la vie est un activateur* existant des progresseurs* potentiels qui ne se perfectionnent que par ces aspects juridiques.

La structure de sommet de la construction a sa propre dynamique de croissance d’après de différents postulats des processus importants de la réalité, dont le niveau global de l’interaction est déterminé par les aspects des facteurs et des caractéristiques réglementaires respectifs.

L’INTERPRÉTATION DU FONCTIONNEMENT DES LOIS

Le facteur fondamental de l’existence des Communautés Hiérarchiques et des Unités, ce sont les lois de l’ordre unigénéral qui sont une base commune dirigeante dans la facture de construction, formation et progression parfaite des substances personnelles individuelles, qui sont une sorte de processeur micropotentiel de la relativité ordinale de réserve des progressions absolues et trouvent un système de sa propre croissance et son développement dans d’autres structures quintessentielles maxi-établies, sans l’intercompréhension desquelles la structure étoffée de la base commune de la construction fondamentale ne sera pas cette forme Substantielle, dont le volume a le processus du facteur unicohérent progressif dont l’essence est dans l’état nominal de la relativité ordinale des volumes de l’unification intégritunique et de la détermination cohérentes.

Tout ce qui existe dans l’univers est créé et perfectionné par les lois. Les lois font le monde et le gouvernent. Par conséquent, l’existence de la Hiérarchie et de ses communautés est aussi gouvernée par les lois.

Les lois ont une orientation fonctionnelle différente, c’est pourquoi les unes, les plus importantes, occupent des Positions administratives générales, les autres sont engagées dans toutes sortes de constructions, et les troisièmes gouvernent la création et le développement de tous les types de formations*, formes; les quatrièmes assurent la perfection des individus, etc.

Chaque individu dans le système de la Hiérarchie est considéré comme processeur micropotentiel c’est-à-dire, comme un mécanisme miniature comprenant en son essence tous les processus futurs de l’Absolu, comme une petite graine contient tous les processus de l’arbre future sous forme codée.

Les individus appartiennent aux différents Niveaux de la Hiérarchie qu’ils occupent selon le degré de leur développement et exercent leur propre progression dans les structures maxi-volumineuses de la Hiérarchie qui représentent l’habitat. Il est différent pour chaque niveau de développement. Sans les structures de Niveau et d’autres constructions, la Hiérarchie ne sera pas un Volume Intégritunique qui représente la forme Substantielle*, un grand organisme vivant appartenant à Dieu ou à l’Absolu. Cette forme Substantielle de l’Absolu unit et rassemble en son volume tout ce qui est vivant représenté par les formes des mini-Substances et toutes les constructions configurationnelles de l’habitat de mondes différents.

La forme Substantielle globale est Dieu, l’Absolu définit le rythme uniforme pour tous les processus qui se déroulent à l’intérieur en les dirigeant vers les objectifs communs. Bien sûr, les lois sont nécessaires pour la régulation de ce mécanisme compliqué.

D’après sa position primaire et la présence des factures de fondacontenant, chaque cohérence existante existe déjà dans le réserve de la structure complètement formée à partir de sa formation, dont la Substance relance ces lois de développement parfait qui sont responsables des bases fondamentales de la dynamique globale, telles que:

Génération de protection.

Génération des processus de construction.

Génération de l’union et de la cohésion.

Génération des relations conceptuelles.

Génération de la relativité ordinale.

Génération de la distributivité.

Génération des accumulations, contenus et préservations.

À part d’un seul but, tous les composants de l’Absolu* sont unis par le programme commun de perfection cohérente à multiples facettes. Chaque niveau indépendant a son programme de développement, chaque niveau a un certain nombre de Substances et de constructions. Tout est prévu à l’avance. Par conséquent, toute Substance est prédéterminée dans son origine et n’apparaît pas par hasard, mais selon les demandes du Volume intégritunique pour ses besoins et sa progression. Pour que toute Substance nouvelle commence et intensifie ses activités, la force des lois respectives est aussi nécessaire.

Par conséquent, le travail de la Hiérarchie demande les lois qui sont responsables des bases fondamentales de la dynamique globale, telles que:

Génération de protection - les lois qui protègent la naissance de nouvelles formations au sein de l’Absolu.

Génération des processus de construction - reproduction et construction de diverses structures nécessaires pour les formes de l’habitat et de la vie.

Génération de l’union et de la cohésion – cette dynamique est nécessaire parce que tout Volume commun peut exister et progresser seulement avec l’unification et la cohésion du tout dans le grand. Tout se détruit sans l’unité.

Génération des relations conceptuelles – la répétition d’un système unique dans toutes les sphères de l’activité, le travail pour l’objectif commun.

Génération de la relativité ordinale - la mise en place d’une séquence spécifique des processus d’après le niveau de leur puissance.

Génération de la distributivité - la distribution des formes de vie dans la Hiérarchie selon leur niveau de développement.

Génération des accumulations, contenus et préservations - la progression est toujours l’adhérence du nouveau, le renouvellement du vieux, alors on a besoin des lois qui régissent la reproduction des accumulations, les moyens de leur maintien et leur préservation jusqu’au moment nécessaire.

Ce sont les principes fondamentaux des processus de formation, de la croissance et de la progression de la Substance des formes et des ordres individuels, qui sont superposées par le reste des caractéristiques législatives des processus actuels de génération du concept général de la réalité cohérente de l’existence.

Ces principes sont la base fondamentale sur laquelle on construit un support pour la progression et la croissance des Formes Substantielles et des fondements constructifs suivants de la Hiérarchie. Toutes les autres lois et sous-lois sont déjà basées sur ces grandes principales en recréant les processus de génération de la réalité totale de l’univers existant.

Les lois déterminent la partie structurelle du contenu de la facture de la Nature créée au niveau de leur structure fonctionnelle.

Les lois régissent la construction de la partie constructive de la Nature Intégritunique (Dieu, l'Absolu), c’est-à-dire, Dieu, l’Absolu a comme un homme une certaine structure squelettique, mais dans la perspective de la matière hautement organisée, elle représente des niveaux de la Hiérarchie avec une certaine construction structurelle.

Les niveaux ont une Substance successive et distributive de la construction de la Hiérarchie de toutes les lois, dont les ordres forment un système des constructions et des configurations concernées, ce qui représente une intégrité totale d’un potentiel volumineux calculé d’après sa propre facture de base pour une variation infinie dans la ligne de l’endurance des fonctions de transformation.

Les niveaux sont placés l’un après l’autre en conformité avec les exigences des lois de construction et ne sont pas les formations dans lesquelles il y a toutes les lois de la Hiérarchie. Tous les niveaux sont liés à certaines lois et ne peuvent pas exister l’un sans l’autre, dans leur ensemble ils forment une structure intégrée unique ou Volume global, calculé pour la production d’un certain énergopotentiel.

Les niveaux, comme les constructions, sont conçus pour un nombre infini de variations en eux-mêmes et en processus pour lesquels ils sont créés, c’est-à-dire, ils sont mis à jour régulièrement, mais en même temps, étant le squelette et le principe de distribution, ils restent constants.

Les lois sont une unité relative pesante qui se caractérise par les dimensions à valeur exacte, invariables dans la ligne de ses propres factures pendant une période d’existence à l’étape d’appartenance au Niveau, la conformité entre lesquelles se détermine par la distributivité des constructions Hiérarchiques.

La loi exprime la stricte exécution de quelques actions, processus par une unité pesante, qui expriment les intérêts et les fonctions vitales de la plupart des Substances. La loi a une valeur de dimensions parce que tous les processus et les constructions obéissent à des calculs précis et sont exprimés dans la loi.

Les structures et les formes de développement qui appartiennent aux mêmes niveaux restent invariables au cours d’une période de l’existence. Mais chaque niveau a ses propres lois, qui sont distribuées en fonction de leur puissance selon le potentiel énergétique des Niveaux particuliers. Par conséquent, plus haut est le développement du Niveau, plus haut est la puissance des lois qui lui appartient.

Le fonctionnement des lois à la même conformité de Niveau s’établit par la comparaison des puissances de dimensions entre les processus législatifs et le potentiel administré subordonné, ce qui conduit à la mise en place dans un certain nombre de signes de plateforme d’une dépendance dynamique entre les relations dirigées entre cette Substance et les volumes environnants.

Le fonctionnement des lois à un Niveau est basé à l’établissement des relations cohérentes de puissance entre les Substances législatives et exécutives du même Niveau. Telles relations de puissance mènent à l’établissement de la dépendance dynamique entre une Substance et des volumes environnants.

Les conditions créées pour la vitalité représentent le Déterminant des constatations de Niveau du potentiel administré dans le Système Hiérarchique général, pour lequel le fonctionnement des lois est une revitalisation au même Niveau, c’est-à-dire, la relation est suivante: un Niveau des lois de l’influence est égal à la Hiérarchie des Substances subordonnées administrées.

L’habitat créé pour les Substances au Niveau tient compte du degré de l’activité des formes elle contient et en même temps représente l’indicateur de leur développement, par conséquent, d’après les données de conceptions et les indicateurs de qualités seuls, les hautes Substances ne peuvent pas exister dans un habitat bas et les basses Substances – dans le haut, parce que chaque habitat a son propre potentiel. Le potentiel des Substances, à son tour, correspond au potentiel de l’habitat. Telle est la construction des Niveaux en conformité avec les exigences des lois de la Hiérarchie.

Le fonctionnement des lois au même Niveau est différent pour la catégorie de lois de l’impact et la catégorie de la soumission ou de la performance. Les lois de l’impact, c’est-à-dire celles ordonnant et obligatoires, sont égales d’après la force d’impact (en termes de puissance) au même Niveau à la puissance de la Hiérarchie des lois exécutives, en d’autres termes, les premières sont plus élevées que les secondes. L’ordre doit avoir plus de pouvoir que l’exécution.

La partie réelle des ordres cohérents détermine la propre conscience du potentiel de croissance, dont le développement est accompagné par une diminution des lois à hypopotentiel, que la Substance a déjà mises en œuvre dans sa propre facture de construction en se transformant sous leur influence, et par le nombre croissant des lois à hyperpotentiel dont le nombre prédominant va augmenter en volume de l’impact parce que la forme Substantielle a la possibilité de progression constante et de changement de la structure par la compréhension des ordres de comportement relatif dans le système global de la formation.

Étant assujettie aux lois, la Substance les introduit progressivement dans sa structure de conception: elle commence automatiquement à se comporter comme le demande la loi. C’est comme ça que se produise la fusion des fonctions de la loi avec le facteur intérieur de la compréhension de la Substance. Plus haute est sa conscience, plus de fusion il y a entre la fonction de l’application des lois avec la connaissance de la Substance. Elle ne sera pas capable d’agir contrairement aux lois qu’elle a adoptées.

Par conséquent, la croissance de la Substance est accompagnée de la diminution de l'’impact des lois à hypopotentiel qu’elle a déjà mises en œuvre dans sa structure, et de l’augmentation de l’impact des lois à hyperpotentiel.

L’augmentation de l’impact de ces derniers devient possible parce que la Substance dans sa progression modifie sa structure par la compréhension des règles de comportement dans la Hiérarchie globale du système, et sa conscience devient de plus en plus haute.

Celui qui est conscient du principe de progression permet de négocier et d’adopter des lois dont le fonctionnement demande leur développement par le propre facteur de progression.

C’est grâce à ce principe de progression conscient qu’il est possible d’adopter aux Niveaux de la Hiérarchie les lois qui, en contribuant au développement du monde pour lequel elles sont conçues, effectuent leur propre développement à un facteur nécessaire de la progression. Par conséquent, ici on voit le verso du fonctionnement des lois: en développant les autres, elles contribuent à leur propre développement.

C’est dans cette particularité de l’entrée des lois dans les Volumes Substantiels qu’on trouve la principale facture distinctive de la structure des lois et de leur ordre fonctionnel.

Le caractère unique des lois hiérarchiques consiste en leur capacité d’entrer dans des Formes Substantielles (voir le Schéma No.2). C’est la principale caractéristique de la structure des lois et de leur fonctionnement dans l’ordre stricte de la Structure Hiérarchique.

Ces lois rapportent, organisent et dirigent vers une vraie voie du développement juste une petite partie du nominé créateur du monde, pour lequel le mouvement dans la vie est un activateur existant des progressateurs potentiels qui ne se perfectionnent que par ces aspects juridiques.

Les lois de la Hiérarchie dirigent vers une vraie voie du développement juste une petite partie des Unités progressives, puisque le processus de l’élaboration de facteur conscient et de sa conformation aux normes requises est très complexe et long. Le niveau de conscience augmente par de petites portions et il est nécessaire de faire un excellent travail sur soi-même pour atteindre en une étape de développement des progrès significatifs dans l’amélioration de son facteur conscient. Mais seules ces Unités peuvent le faire rapidement pour lesquelles le mouvement dans la vie est associé aux actions légalisées à cette étape de formation.

La structure de sommet de la construction a sa propre dynamique de croissance d’après de différents postulats des processus importants de la réalité, dont le niveau global de l’interaction est déterminé par les aspects des facteurs et des caractéristiques réglementaires respectifs.

Quand les grands individus atteignent un certain niveau de développement, ils veillent sur leur propre progression, choisissent leur chemin de la croissance future et obéissent aux lois d’existence complètement différentes, comme ils ont atteint la superconscience et utilisent les facteurs réglementaires pertinents.

* * *

DIEU, QUI EST-IL, ou DISTRIBUTION HIÉRARCHIQUE

Dieu est le Créateur et Sa définition principale est dans la construction des éléments individuels et uniques de première matière. Le processus de Sa création est limité par quatre Univers du plan physique et par le volume de niveau respectif de la création de la progression de l’énergosubstantionnelle*, où Lui, Il est Dirigeant et exécuteur de sa propre créativité directivecible*.

À son tour, le processus de la créativité se divise en deux bases fondamentales de l’activation du fonctionnement réel, dont les orientations se varient, mais consistent en une coexistence symbiotique, car le plateau unifié de la disposition fondamentale de la Hiérarchie Divine dans le système général de l’univers s’effondre sans une fondation systématique.

L’interdépendance du processus de la créativité et du calcul unit potentiellement des ordres internes d’après leurs caractéristiques fonctionnelles de la réalisation de directivecible principal et les divise selon la facture respective des tendances dans le développement, ce qui donne lieu à la tendance de la division principale en deux oppositions essentielles d’un tout: le positif - la créativité et le négatif – le calcul. Ces processus sont différents d’après la méthode de l’accomplissement fonctionnel ainsi que d’après l’orientation du développement de leurs propres états substantionnels, où il y a le but réglé de s’associer sous le régime général de la formation du Potentiel Divin qui comprend ces deux antinomies* de la réalité fonctionnelle.

La créativité vient toujours en première place, car elle a un mécanisme permettant de capturer et de recevoir les idées des Plans Supérieurs, ce qui manque dans le système des exécutions exactes. L’idée est la substance primaire pour la formation d’une progression créatrice, qui génère à son tour la raison de l’apparition de la réalité à effet du calcul comme d’une forme secondaire qui assure la mécanique pour mettre en œuvre la directivecible idéologique et le transformer en incarnation réelle.

Ainsi, le travail de Dieu comme la force créatrice est capable de progresser seulement en symbiose avec le calcul, dont la structure secondaire, à son tour, ne se manifestera jamais comme une personne existante sans le plan de la création, qui dirige et contrôle la conception même de la formation progressive du Volume de la structure intégritunique de Dieu, comme c’est le conteneur de la partie idéologique de Ses projections réelles.

La base primordiale de la créativité de Dieu, c’est la possession de la vérité, inaccessible au Diable. Cette vérité détermine l’existence indépendante des formes créées par Dieu, c’est-à-dire, l’individualité* et l’unicité spéciale des factures créées sont assurées par la base essentielle de cette Vérité – la spiritualisation. C’est ce genre de plateau de haute qualité qui reste toujours au-delà de la compréhension du Diable, comme il manque même la moindre fraction de l’énergie de la créativité, comme il arrive à une nouvelle compréhension et à la conception de la réalité par le calcul, ce qui Lui coupe un autre aspect de l’environnant incarné dans les sensations et les sentiments de beauté.

La dépendance principale du Diable de Dieu est exprimée à travers ce concept de l’impossibilité de conception d’une partie de la création, notamment, l’impuissance à maîtriser la méthode de spiritualiser ses formes reçues dans le processus des calculs analytiques. Cette dépendance est la raison principale et la cause de la soumission du Diable à Dieu.

Par conséquent, pour maintenir l’existence de la Hiérarchie Personnelle, qu’il faut compléter par de nouvelles essences pour sa croissance, le Diable est forcé d’emprunter des Formes Substantielles tombées de Dieu. C’est seulement avec la permission de Dieu qu’Il prend des factures toutes faites des âmes qui ont perdu toutes leurs qualités positives nécessaires à la formation progressive au cours de la création. Ainsi, le Diable est particulièrement intéressé par le fait que l’Essence appartenant au système de création, se trouve sur le chemin des séductions et de la dégradation.

Dans son échelle universelle, rien n’est un critère essentiel à sens unique, c’est-à-dire, toute distribution conceptionnelle quantitative des potentiels a la même composition superprogressive des oppositions pour lesquelles cette conception potentielle est une opposition directe.

La définition même de la Hiérarchie Globale n’est rien d’autre que DIEU.

DIEU est l’Être Suprême, c’est-à-dire, l’être avec toutes les caractéristiques

qualitatives des constructions potentielles disponibles en Lui.

Dieu est unique et systématisé, ce qui prouve Sa dépendance constructionnelle complète des personnalités potentielles existantes. Car sans une Essence, tout le système de construction de la Hiérarchie s’effondra, ce qui est objectivement impossible en raison de la rigueur systématique de la loi, qui est une des formes de l’harmonie existante, et cela n’est digne que des personnalités progressistes.

La loi montre sa distribution et son ordre à toute manifestation de l’Esprit dans la progression, car rien ne peut être ou exister sans ce principe liant.

Ici, la chaîne de la dépendance du développement global est clairement exprimée:

→ Ordre → distribution → systématisation → tout cela est l’harmonie et la perfection → par conséquent, → progressivité* → mouvement → développement → jusqu’à l’Esprit → Dieu sur l’émergence de niveaux* différents, et ainsi de suite ad infinitum.

L’INTERPRÉTATION DE LA LOI "DIEU, QUI EST-IL, ou

DISTRIBUTION HIÉRARCHIQUE"

Dieu est le Créateur et Sa définition principale est dans la construction des éléments individuels et uniques de première matière. Le processus de Sa création est limité par quatre Univers du plan physique et par le volume de niveau respectif de la création de la progression de l’énergosubstantionnelle, où Lui, Il est Dirigeant et exécuteur de sa propre créativité directivecible.

Dieu est le Créateur. Sa substance réside dans la créativité, c’est-à-dire, dans la création de nouveaux mondes, formes, dans l’organisation de l’espace et du temps au sein de Ses quatre Univers physiques et de l’espace respectif de la création du plan "subtil", qu’Il dirige et au sein desquels Il réalise ses propres idées.

Dieu crée Lui-même les âmes pour tous les quatre univers, en leur donnant de telles qualités importantes comme l’individualité et l’unicité. La création des âmes est aussi le processus de la créativité.

À son tour, le processus de la créativité se divise en deux bases fondamentales de l’activation du fonctionnement réel, dont les orientations se varient, mais consistent en une coexistence symbiotique, car le plateau unifié de la disposition fondamentale de la Hiérarchie Divine dans le système général de l’univers s’effondre sans une fondation systématique.

La créativité de Dieu ne consiste pas en une version fabuleuse de la création ex nihilo en utilisant la force magique, mais se compose du fonctionnement législatif de la faculté pensante de Dieu qui attire dans les processus de transformation des volumes énormes de ses possessions et manipule de différents types d’énergie dans certaines séquences régulières.

Pour comprendre comment Dieu agit, il faut le comprendre à partir d’une nouvelle perspective – c’est quoi la créativité et de quoi elle consiste.

La créativité est le processus de manipulation de certains types d’énergie qui sont inaccessibles au Diable pour la création du nouveau.

Le processus de la créativité est divisé en deux directions principales:

juste la création de nouvelles formes et

leur calcul et leur conception.

Par exemple, chez les humains, l’architecte crée la forme du bâtiment, et de nombreux concepteurs et constructeurs la mettent en oeuvre. Chez Dieu, ces processus de création sont plus importants et ont un ensemble infini de toutes les variantes possibles. Mais toutes les types de la créativité sont étroitement liés, parce qu’ils servent une seule grande idée du Créateur.

Deux directions: la création de nouvelles formes, des processus et leur calcul vont toujours ensemble, en symbiose parce que la mise en oeuvre de toute idée demande une interrelation étroite de l’un avec l’autre.

La créativité est la méthode principale de la perfection dans la Hiérarchie de Dieu, et comme elle consiste de deux directions, alors tout le plateau de la création repose sur leur union, donc avec la suppression de l’une d’entre elles, toute la Hiérarchie Divine dans le système général de l’univers s’effondre. Toute créativité est liée au calcul et ne peut pas faire sans lui, mais le calcul dépend de la créativité, c’est-à-dire, dans la Hiérarchie Divine ces processus sont directement liés les uns aux autres. Chaque niveau a ses propres types de création et les méthodes de leur réalisation.

L’interdépendance du processus de la créativité et du calcul unit potentiellement des ordres internes d’après leurs caractéristiques fonctionnelles de la réalisation de directivecible principal et les divise selon la facture respective des tendances dans le développement, ce qui donne lieu à la tendance de la division principale en deux oppositions essentielles d’un tout: le positif - la créativité et le négatif – le calcul. Ces processus sont différents d’après la méthode de l’accomplissement fonctionnel ainsi que d’après l’orientation du développement de leurs propres états substantionnels, où il y a le but réglé de s’associer sous le régime général de la formation du Potentiel Divin qui comprend ces deux antinomies de la réalité fonctionnelle.

La créativité est la base de l’activité de Dieu et des individus qui habitent dans Sa Hiérarchie.

Mais les processus mêmes de la création et du calcul, le positif aussi bien que le négatif, sont différents d’après l’énergie en leurs dedans et d’après le mécanisme de fonctionnement. Par conséquent, ces processus créent deux directions différentes dans le développement, qui s’unissent dans un organisme intégritunique comme deux courants qui ne peuvent pas exister séparément.

À cet égard, sur les Niveaux de la Hiérarchie, ils forment un seul processus avec une orientation fonctionnelle spécifique qui est inhérente à chaque monde, mais en général, ils travaillent tous les deux pour un but principal.

La créativité vient toujours en première place, car elle a un mécanisme permettant de capturer et de recevoir les idées des Plans Supérieurs, ce qui manque dans le système des exécutions exactes. L’idée est la substance primaire pour la formation d’une progression créatrice, qui génère à son tour la raison de l’apparition de la réalité à effet du calcul comme d’une forme secondaire qui assure la mécanique pour mettre en œuvre la directivecible idéologique et le transformer en incarnation réelle.

La créativité est toujours première et primordiale dans les Substances Divines, parce qu’elle comprend une mécanique pour capturer les idées, envoyées par le Haut sous la forme des impulsions. Cette mécanique n’existe pas dans le système de calcul du Diable, où les individus agissent exactement selon le programme, et ils ne développent pas la capacité de perception télépathique de l’idée des Maîtres Suprêmes.

Par son apparition, l’idée doit toujours avancer le processus de la création. Elle sert d’impulsion à la naissance d’une progression* spécifique, qui apporte dans le mécanisme des opérations numériques qui sont secondaires dans le processus de la réalisation du but.

Ainsi, le travail de Dieu comme la force créatrice est capable de progresser seulement en symbiose avec le calcul, dont la structure secondaire, à son tour, ne se manifestera jamais comme une personne existante sans le plan de la création, qui dirige et contrôle la conception même de la formation progressive du Volume de la structure intégritunique de Dieu, comme c’est le conteneur de la partie idéologique de Ses projections réelles.

Par conséquent, Dieu est non seulement le Créateur, mais aussi constructeur et concepteur. Et Son travail ne peut progresser que dans l’unité avec la fonction de calcul, qui vient en deuxième place dans l’activité de Dieu après Sa planification créatrice. L’orientation créatrice de Dieu est primordiale et principale pour tous les autres processus, car elle contient en elle-même la chose la plus importante, notamment, l’idée de Dieu, mettant ses plans et ses projets grandioses en oeuvre.

La base primordiale de la créativité de Dieu, c’est la possession de la vérité, inaccessible au Diable. Cette vérité détermine l’existence indépendante des formes créées par Dieu, c’est-à-dire, l’individualité et l’unicité spéciale des factures créées sont assurées par la base essentielle de cette Vérité – la spiritualisation. C’est ce genre de plateau de haute qualité qui reste toujours au-delà de la compréhension du Diable, comme il manque même la moindre fraction de l’énergie de la créativité, comme il arrive à une nouvelle compréhension et à la conception de la réalité par le calcul, ce qui Lui coupe un autre aspect de l’environnant incarné dans les sensations et les sentiments de beauté.

Une des directions principales dans la créativité de Dieu, c’est la création de nouvelles âmes. C’est le Grand Mystère qui est inaccessible au Diable, voilà pourquoi Il ne peut pas créer les âmes.

Le mystère qui est à la disposition de Dieu consiste en Sa possession de la puissance de spiritualisation. C’est ce processus qui reste toujours inaccessible au Diable, parce que la capacité de spiritualiser est née par la capacité de créer, c’est-à-dire, les énergies de la créativité produites par l’âme créent ensuite des qualités qui activisent le mécanisme de spiritualisation dans les individus.

Le Diable est incapable de créer quoi que ce soit. S’Il crée quelque chose, Il le fait avec l’aide des manipulations de chiffres, qui accumulent dans Sa Substance les énergies d’une autre qualité que celles dans la Substance de Dieu, qui, en choisissant la créativité, suit la voie du développement des sentiments et de la beauté, ce qui est inaccessible à l’Hiérarque Principal du Système Négatif.

La dépendance principale du Diable de Dieu est exprimée à travers ce concept de l’impossibilité de conception d’une partie de la création, notamment, l’impuissance à maîtriser la méthode de spiritualiser ses formes reçues dans le processus des calculs analytiques. Cette dépendance est la raison principale et la cause de la soumission du Diable à Dieu.

Par conséquent, pour maintenir l’existence de la Hiérarchie Personnelle, qu’il faut compléter par de nouvelles essences pour sa croissance, le Diable est forcé d’emprunter des Formes Substantielles tombées de Dieu. C’est seulement avec la permission de Dieu qu’Il prend des factures toutes faites des âmes qui ont perdu toutes leurs qualités positives nécessaires à la formation progressive au cours de la création. Ainsi, le Diable est particulièrement intéressé par le fait que l’Essence appartenant au système de création, se trouve sur le chemin des séductions et de la dégradation.

Le développement de toute Hiérarchie est lié à la composition quantitative et qualitative des individus qui habitent ses mondes. Naturellement, plus nombreux ils sont, plus puissantes sont les possessions de Dieu ou de son contraire. Par conséquent, n’étant pas capable de créer les âmes et ne possédant pas le secret de la spiritualisation, en développant la Hiérarchie personnelle, le Diable doit les emprunter à Dieu.

C’est la raison principale pour laquelle le Diable dépend de Dieu et doit Lui obéir.

Dieu donne au Diable les âmes défectueuses, c’est-à-dire, celles qui sont sur la voie de dégradation. Par conséquent, le Diable est intéressé à la corruption des âmes pour obtenir le plus grand nombre d’entre elles. Dieu, au contraire, demande les âmes spirituelles, très morales, qui sont capables de résister à toute épreuve et de ne pas succomber aux tentations. Alors, Il a permis au Diable de tenter les individus créés par Lui, pour choisir les âmes aux certaines qualités et donner au Diable celles aux autres.

Mais, en obéissant complètement à Dieu, le Diable n’a pas le droit de choisir quelqu’un à son gré, pour convenances personnelles. Il prend l’âme dans sa Hiérarchie seulement avec la permission de Dieu.

Ainsi, Dieu est capable de créer les âmes, ce qui le rend différent du Diable, qui, pour cette raison, dépend de Lui et doit Lui obéir. Le Diable accepte de Dieu les formes déchues, c’est-à-dire, celles qui ont perdu pendant leurs vies toutes les qualités positives et sont devenues le contraire du Divin d’après les types de l’énergie accumulée. Il prend ces âmes non seulement de la Terre et des autres planètes dans le monde physique, mais aussi de tous les quatre Univers qui appartiennent à Dieu.

La Hiérarchie est la propriété de Dieu, parce qu’Il s’est autocréé des Substances qui remplissent les mondes de Sa Hiérarchie. Chacune de ces possessions dans l’ordre général forme la base du composé nominal de Dieu et vers la fin de sa voie dans cette Hiérarchie transforme sa propre structure à un État Absolu.

Tout ce qui est dans la Hiérarchie appartient à Dieu. Chaque Substance est Sa particule qui compose les caractéristiques qualitatives de Son composé et des nominations. En fonction de la perfection de chacune de ces particules, on détermine l’état général de Dieu et de Son évolution, c’est pourquoi Il est intéressé à la maximale et la plus rapide perfection de chaque Substance le composant, et fait tout possible pour élever tous les individus à un état absolu. À cet égard, toute la Hiérarchie est destinée à l'éducation des Substances et leur approche de Dieu.

Dans son échelle universelle, rien n’est un critère essentiel à sens unique, c’est-à-dire, toute distribution conceptionnelle quantitative des

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. Inscrivez-vous pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Les Lois de l'Univers ou les Bases de l'existence de la hiérarchie Divine Tome 1

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs