Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Chasseur D'Ombres

Chasseur D'Ombres

Lire l'aperçu

Chasseur D'Ombres

Longueur:
368 pages
32 heures
Éditeur:
Sortie:
20 avr. 2019
ISBN:
9780463755785
Format:
Livre

Description

Le Tome de la mort a été volé de l'île forteresse isolée du Necra: un volume plein de secrets sombres, prophéties et imbu de propriétés magiques inimaginables. Le groupe très uni des utilisateurs magiques, dont le seul but est de garder les secrets de l'enfer et de protéger le monde innocent connu sous le nom Ithera, envoyer un de leur propre pour récupérer cette relique précieuse avant qu'il ne soit trop tard et descend l'obscurité et la tourmente à travers les terres. Seul et mal à l'aise Galen se lance à accomplir sa tâche. Loin de son île isolée, il se déplace, chaque pas gêné par le malheur et les menaces inimaginables. Son chemin le mène à travers le désert et les forêts qui couvrent Ithera, comme il rassemble des alliés surprise le long du chemin, leur vie a changé pour toujours par cette personne étrange de loin. Comme ils suivent le Tome, ils se dirigent plus près de l'obscurité qui se propage à l'intérieur de la forteresse rouge, un mal insondable qui menace de détruire le monde de l'homme. Lentement, ils commencent à comprendre la dure réalité du mal qui tombera sur les terres paisibles si elles devraient échouer. Un mal issu de la plus atteint du netherworld lui-même, dans l'attente et purulente en silence pendant des éons,

Éditeur:
Sortie:
20 avr. 2019
ISBN:
9780463755785
Format:
Livre

À propos de l'auteur


Lié à Chasseur D'Ombres

Livres associé

Catégories liées

Aperçu du livre

Chasseur D'Ombres - Maritza Boynton

Prologue

Pour fermer vos yeux

Pour respirer plus

Pas besoin de jeter une larme.

doux bruit sourd de coeurs

Contre un coffre

balise affaibli

sang épaissi

mains froides feuilles détrempée grip

corps inanimé, navire vacant

Pourtant, encore il se trouve

Une âme vole à une flotte de pêche lointaine

† Tome du verset de la mort 13

Tourner autour, les regards de l'homme à travers l'océan répartis autour de lui. Son corps mince secoue comme il se tient haletant l'ascension rapide au sommet de la colline ayant pris son péage. Tenir son corps fermement contre les tremblements menace de submerger ses membres décharnés ses yeux roulent à travers l'horizon comme il arpente les vagues déferlantes qui se brisent bruyamment contre la côte rocheuse en contrebas. Il sourit contently, impressionné qu'il avait réussi à grimper la pente raide si vite, un sentiment de bien-être inexplicable jaillissant en lui. Il transpire à grosses gouttes repose, sa main gauche serrait fermement à ses côtés comme une crampe violente coud vers le bas de sa cuisse sur son muscle du mollet. yeux à capuchon dérive paresseusement à travers la vue et il regarde vers le bas au port de taille moyenne ville nichée en toute sécurité au pied des collines en pente, quais et jetées qui s'avancent dans l'eau boueuse à une certaine distance de la petite histoire des bâtiments en bois emballés étroitement ensemble. Une ville balnéaire de taille standard, en plein essor de la pêche locale et le navire commerçant occasionnel qui appelle dans le port. Plusieurs navires marchands et chaloupes de pêche dérivants dispersés à part dans la baie, leurs capitaines en gardant une distance de sécurité des affleurements rocheux qui lance à partir de l'eau autour d'eux. Les affleurements de roche noire, luisantes d'humidité et les excréments d'oiseaux se distinguent en quinconce au petit bonheur à une certaine distance de l'entrée du port, des îles en partie submergée de pierre à arêtes vives offrant une couche de protection contre les pilleurs à la petite ville. Remorqueurs, des copies miniatures des navires qu'ils doivent conduire, ramer à la rencontre des galères marchandes et navires commerciaux qui attendent au-delà des rochers et après négociation des honoraires et des frais d'atterrissage, ouvrir la voie vers le port, les navires de fuite suivants lentement en zigzag entre les formations rocheuses. Regarder le mouvement des navires qui attendent au-delà des rochers à ceux enfin la position vers la mer ses yeux sautent entre les navires naviguant loin de la ville portuaire et de retour aux navires étant dirigés vers la ville, en direction de cette façon et que ce tissages entre les îles avant de pouvoir enfin à quai. Reposant les deux mains sur ses hanches, il se penche en arrière, fermant les yeux comme il tourne sa colonne vertébrale, travaillant l'étanchéité dans le agglutinées bas de son dos. Les communiqués de douleur sourde légèrement et il respire profondément, sa colonne vertébrale redresser avec des craquements ternes. La pensée du long voyage qui a jeté encore creeps avant dans sa tête et il grimace comme un autre coup de poignard de la douleur spears le long de sa jambe. Prenant une profonde inspiration finale, il ouvre ses yeux, redressant son dos et donne un dernier coup d'œil paresseux à travers l'eau bouillonnante étalant dans la distance. A travers la brume suspendue à travers l'océan, il espionne un grand bande de terre, des pics de montagnes loin harpon dans le ciel bleu au-dessus de l'île. L'île montagneuse apparaît presque invisible de cette distance, son contour et la taille effaçait dans le vaste océan qui l'entoure comme la brume obscurcit bien les bords définitifs. redressant son dos et donne un dernier coup d'œil paresseux à travers l'eau bouillonnante étalant dans la distance. A travers la brume suspendue à travers l'océan, il espionne un grand bande de terre, des pics de montagnes loin harpon dans le ciel bleu au-dessus de l'île. L'île montagneuse apparaît presque invisible de cette distance, son contour et la taille effaçait dans le vaste océan qui l'entoure comme la brume obscurcit bien les bords définitifs. redressant son dos et donne un dernier coup d'œil paresseux à travers l'eau bouillonnante étalant dans la distance. A travers la brume suspendue à travers l'océan, il espionne un grand bande de terre, des pics de montagnes loin harpon dans le ciel bleu au-dessus de l'île. L'île montagneuse apparaît presque invisible de cette distance, son contour et la taille effaçait dans le vaste océan qui l'entoure comme la brume obscurcit bien les bords définitifs.

Un sourire remplace la grimace et il essuie la sueur de son front avant d'ajuster le manteau de laine lourde drapée lâchement sur ses épaules. Le épais manteau trop chaud pour l'approche de la chaleur d'été; début fraîcheur matinale dissipant rapidement la chaleur du soleil, se levant au-dessus de l'océan, se répand à travers le pays; l'humidité suffocante tombante, épaisse dans l'air, à peine ému par la douce brise de l'océan soufflant dans à travers l'eau. Essuyant ses mains sur le tissu épais du manteau, il réfléchit en laissant, mais décide qu'il se révélera utile s'il doit se trouver passer la nuit sous une haie ou courir mauvais temps inattendu le long du chemin.

Loin des éclairs de captures blanc ses yeux. Oublier la raideur de ses membres son attention se concentre sur l'île lointaine et l'étendue d'eau entre elle et le continent. Une main grêles a atteint un sommet sur ses sourcils, il scrute la distance, les yeux papillonnent et-vient entre bonnets blancs moussants des vagues qui se brisent sans bruit dans la distance. Des faisceaux de lumière du soleil reflètent aveuglante sur l'eau, les arcs pointus de lumière rendant ses yeux larme comme il regarde les vagues. Des taches de lumière l'aveugle. Vision entravée par la lumière, il essuie les anxieusement coins de ses yeux, le flou de l'eau lui encore plus. Un grognement glisse de ses lèvres quand il laisse tomber sa main sur son front.

« Il ne peut simplement pas être. Je dois l'imaginer! Il marmonne doucement à lui-même comme il secoue la tête et fait glisser une main dans ses cheveux Lank essayant de lisser les fines mèches de levage paresseusement sur la brise. Clignotant les larmes sur les joues peu profondes courre, l'eau salée picotement les coins fissurés de sa bouche, il arpente frénétiquement, tamponne son visage comme puits d'incrédulité dans sa gorge en couche épaisse, presque le bâillonner. Murmurant une prière sans paroles, il lève sa main à l'ombre ses yeux, essayant désespérément de bloquer la lumière aveuglante du soleil comme il a l'air dans l'eau cristalline bleu.

Le faible contour d'une voile apparaît et hors de la vue; un navire solitaire monte tranquillement sur les vagues et plongeant au-dessous de levage. Le carré blanc distingue à peine contre les quelques nuages ​​épars enfilées à bas l'horizon soulève en vue et tombe hors de la vue alors qu'il le regarde, ce qui confirme son existence et non une ruse de la lumière réfléchie sur l'eau. Grognements, ses yeux se rétrécissent à une concentration obstinée, les yeux fixés ciller comme il garde la voile en vue, le suivi et le calcul de sa vitesse et le cap. Maudissant avec véhémence, il se tient immobile pendant quelques minutes de plus, le désespoir inondant par lui comme la bile pousse dans le fond de sa gorge, son estomac retournant. Épaules marasme toujours plus bas que l'épuisement et le désespoir l'accable.Une légère brise Remorqueurs au espièglerie long manteau qui pend au-dessous de ses genoux comme il monte la garde sur le petit des progrès de bateau sur l'eau. Le petit bateau en mouvement continu de façon constante plus loin de l'île, sa coupe nette à travers les prow vagues avec facilité comme il fait son chemin directement vers le continent. Et lui.

Secousses violemment à son manteau pour soulager le sentiment d'être étranglé, il réorganise le sac lourd, suspendu caché sous le tourbillonne de tissu enveloppante, le cordon en cuir bien ficelé couper dans la chair molle de son épaule osseuse. Un porte-frisson violemment à travers son corps et avec un soupir exaspéré, il se retourne, l'envie soudaine de continuer à la hâte son voyage intérieur accablant ses sens. En ce qu'il entre précautionneusement de l'autre côté de la colline et scans pour une descente à la terre inférieure, de gravier et de broussailles qui couvre le sol en pente raide vers le bas vers la vue des prairies propagation aussi loin que l'œil peut voir. Une route commerciale principale se penche loin au loin, pavés blancs de coupe une ligne distincte à travers les champs comme il serpente à l'intérieur, quelques charrettes et les trains de marchands se déplaçant le long ce qui ressemble à des fourmis de ce haut. Panaches de levage de poussière blanche mollement dans l'air épaisse, la brise intérieure bloquée par les collines autour de la côte. Ne voulant pas tomber et se blesser, il choisit un itinéraire facile sur la pente rocheuse, descendant avec un soin minutieux au plateau inférieur couché.

Murmurant comme il les étapes incohérents sur un rocher à demi enterré, il fait une pause. Secouant la tête, il regarde en arrière vers la crête au-dessus de lui, l'incertitude gravée dans son visage comme il marmonne à lui-même, ferme ses yeux doux gémissements sifflent les dents serrées. La sueur couler sur son front, il regarde avec envie sur la route qui serpente loin à l'horizon à quelques centaines de pieds. Exhalant brusquement, il se retourne, regarde une dernière fois sur la route derrière lui et les limites remonter la pente glissante, sautant de corniche en corniche, poignée à poignée, scrabbling vers le haut comme de petits cailloux et rebondir scree devant lui, émaillant ses bras exposés et tibias que les petits projectiles poursuivent leur cours accéléré sur la colline devant lui. En utilisant ses deux mains et les genoux pour gagner l'achat, il se glisse progressivement vers le haut, fragments de boue et de terre douce voler dans les airs comme il monte. Poitrine haletante, il arrête au sommet de la colline, les bras minces secousses de façon incontrôlable comme il repose ses mains sales sur les genoux sales, plusieurs respirations profondes nécessaires avant qu'il ne puisse se tenir droit. Retour tenue raide comme un piquet, fronçant les sourcils, les lèvres minces serrées fermement entre ses dents, il se bat contre les derniers spasmes coups de couteau sur ses épaules et les jambes.

Inclinant la tête un air de défi, il se dirige vers le bord de la colline, surplombant l'étendue d'eau comme il tape ses mains contre son pantalon pour les nettoyer de la saleté accrochés à ses doigts. En regardant à travers les vagues de l'océan ses yeux cuivrés Brill moistly avec une ferveur maniaque. flicks Déception sur son visage comme il aperçoit la petite voile blanche et se rend compte que le navire a attiré encore plus, une forte landward courant aidant chaque amure de la voile et chaque vague aigrettes les poussant continuellement plus près du continent à un rythme de plus en plus rapidement. Jauger le cours du petit bateau, il réalise avec un pincement au cœur soudain de certitude qu'ils se dirigent dans la direction de la ville portuaire située à l'embouchure de la baie. pensées angoissantes inondent son esprit comme il se remémore son propre voyage loin de l'île. Près de trois jours passés dans la coque d'un petit sloop de pêche, cachés comme il était à bord du navire sans méfiance. Trois jours de peur constante de la découverte par l'équipage. Trois jours de manger du poisson cru et des restes trouvés dans la cale. La goutte à goutte constante de l'eau salée, des nuits sans sommeil passé avec suintement d'humidité dans tout, inondant la seule paire de vêtements qu'il avait. La crainte inexplicable de la capture qui l'traqué l'avait forcé à attendre à bord plus le petit navire une journée entière alors qu'il avait l'intention après avoir fait le port, ne se déplaçant dans la ville une fois certain qu'il n'a pas été découvert. Grimaçant intérieurement, il pense à la noirceur qui le suivre jusqu'à la fin du temps, le traquant sans relâche à la tombe. Trois jours de manger du poisson cru et des restes trouvés dans la cale. La goutte à goutte constante de l'eau salée, des nuits sans sommeil passé avec suintement d'humidité dans tout, inondant la seule paire de vêtements qu'il avait. La crainte inexplicable de la capture qui l'traqué l'avait forcé à attendre à bord plus le petit navire une journée entière alors qu'il avait l'intention après avoir fait le port, ne se déplaçant dans la ville une fois certain qu'il n'a pas été découvert. Grimaçant intérieurement, il pense à la noirceur qui le suivre jusqu'à la fin du temps, le traquant sans relâche à la tombe. Trois jours de manger du poisson cru et des restes trouvés dans la cale. La goutte à goutte constante de l'eau salée, des nuits sans sommeil passé avec suintement d'humidité dans tout, inondant la seule paire de vêtements qu'il avait. La crainte inexplicable de la capture qui l'traqué l'avait forcé à attendre à bord plus le petit navire une journée entière alors qu'il avait l'intention après avoir fait le port, ne se déplaçant dans la ville une fois certain qu'il n'a pas été découvert. Grimaçant intérieurement, il pense à la noirceur qui le suivre jusqu'à la fin du temps, le traquant sans relâche à la tombe. La crainte inexplicable de la capture qui l'traqué l'avait forcé à attendre à bord plus le petit navire une journée entière alors qu'il avait l'intention après avoir fait le port, ne se déplaçant dans la ville une fois certain qu'il n'a pas été découvert. Grimaçant intérieurement, il pense à la noirceur qui le suivre jusqu'à la fin du temps, le traquant sans relâche à la tombe. La crainte inexplicable de la capture qui l'traqué l'avait forcé à attendre à bord plus le petit navire une journée entière alors qu'il avait l'intention après avoir fait le port, ne se déplaçant dans la ville une fois certain qu'il n'a pas été découvert. Grimaçant intérieurement, il pense à la noirceur qui le suivre jusqu'à la fin du temps, le traquant sans relâche à la tombe.

« Il est trop tôt, bon sang! Ils seront trop près sur les talons. Si tel est que je pense qu'il est il n'y aura aucun moyen que je peux obtenir loin ... assez rapide. En aucune façon!' les yeux cuivrés élargissent légèrement le raisonnement logique pousse à travers la peur et prend le relais. « Non, sauf si ... »

Voix hagard, un son miaulement creux se répercutant péniblement contre ses propres tympans, Simion crie un air de défi dans le vent. Peinés, les lèvres étroites tendues sur les dents dénudées, il tire ses épaules en arrière résolument. La décision, son plan d'action prévu. Pacing le long du bord de la falaise, il frotte ses paumes vigoureusement ensemble, l'idée de mettre en œuvre un plan encore plus peur alors la peur de la captivité se sentait seulement il y a quelques instants. Assis en bas, il ajuste le manteau vaguement autour de lui, déplace le sac en cuir à une position plus à l'aise sous le bras avant de se reposer ses mains sur ses genoux.

Inspire, expire.

Ralentissez. Se détendre. Ralentissez.

Inspire, expire.

Les incantations douces réparties calme dans son esprit et l'aide à toujours son corps tremblant, son esprit d'atteindre enfin un lieu de paix et de tranquillité retirés de l'ici et maintenant. Toutes les années de formation, les réponses bien ancrées et techniques prennent lentement le contrôle et comme il respire profondément une dernière fois, son esprit se glisser dans une piscine de sérénité parfaite.

Silence. Paix. Clarté.

Les trois mots pouls par sa conscience et dans le silence limpide d'un état méditatif auto-induit, il se repose tranquillement. La brise de mer soufflant doucement sur lui, la chaleur du jour lointain que ses yeux cuivrés reste ouvert, mais sans le voir comme il se concentre vers l'intérieur. interne et formulations traçage danse dans son esprit, un plan a été rejeté pour une autre, les conséquences et les résultats pesés et mesurés comme il essaie de déchiffrer une solution adaptée à son dilemme avec détachement émotionnel complet. En gardant son esprit concentré sur que son persécuteur peut-être des filtres Simion par plusieurs options avec différents niveaux de difficulté et de la gravité.

« Il doit être indétectable ou ils détectera et arrêter quoi que ce soit de se produire. Petit ... Non, pas trop petit, ou le résultat sera réduit à néant. Quelque chose d'inexplicable. Inconnu! Inconnu...'

Se réveiller de la sérénité qui l'entoure Simion cligne les yeux, la solution qui peut être juste assez pour assurer sa fuite des poursuivants de fermeture sur lui, a tenu bien à l'intérieur de son esprit, toute sa sentait déjà la peur tenait en dehors de lui.

Inspire, expire.

'Oui. Ça peut être fait.'

Dans un silence complet, il prépare, le son de sa respiration régulière continue de régler ses nerfs, en gardant ses pensées centrées sur la tâche à accomplir plutôt que la peur slinking autour des bords de son esprit, menaçant de l'accabler. Avec un frisson, il perd presque sa détermination que les implications du plan devient presque trop pour contenir en lui-même, presque abandonner. La réalité fait dans ce cas il est d'avoir tout espoir de retarder ce bateau en provenance de l'île ... ou complètement les empêchant de le faire à la partie continentale du tout, c'est ce qui doit être fait. Exhalant doucement, il bouscule le sentiment lancinant de wrongness et ferme ses yeux.

Répandre bras ouverts, en étirant ses mains dans l'air un chant doux trilles doucement du plus profond de sa gorge.

'Ères, Ribu, Vadu!

Ignorant le sentiment desséchées de sa gorge, il continue à ululate, le son rauque de plus en plus en force après chaque circulaire complète incantatoire. Les vibrations formant un mélange de tons et de flux, hypnotique que les sons spins dans l'air. rides profondes gravées sur son front Simion atteint profondément en lui-même, lentement pour atteindre dans le puits de résident de puissance stockée en lui. Pour la première fois depuis de nombreuses années en utilisant la formation qu'il a dû garder caché des autres, une puissance d'un tremblement de peur si dévastatrice et dangereuse menace momentanément pour embraser son esprit. Atteindre pieusement vers le bassin de puissance collectée au plus profond de son esprit, il enlève les pupilles placés en lui, ouvrant la porte à sa puissance stockée et plonge un brin mince mental dans l'essence. Une cascade vrombissement du pouvoir trilles le long du lien dans son esprit comme il fait glisser le brin de puissance vers l'extérieur, reliant la mince ligne Gossamer à l'une de ses mains tendues. À la suite de la même séquence, il arrive à l'intérieur une fois de plus en tire un autre brin d'or à l'intérieur de la piscine. La sueur coule sur ses joues comme il Souches contre les distractions qui l'entourent, bloquant les sons, les lumières plus nettes accrues, des sentiments plus nettes; une cacophonie de distractions dangereuses qui peuvent déchirer son esprit rude épreuve et l'asunder jeta dans l'abîme de l'oubli magique. se garder à l'abri de la folie en attente à l'intérieur, craignant la prison en attendant l'improviste où vous toujours regarder dehors, mais jamais en mesure d'échapper à votre propre prison de l'âme, il force son esprit loin de ces pensées, en se concentrant plus dur qu'il ne l'avait fait auparavant. Le fil d'or encore tenue dans son emprise mentale se tord, crissement au mépris comme il essaie de fouetter libre de sa domination. lent Minutieusement, il repousse avec son esprit, forçant son identité de soi et le contrôle sur le lien ténu serrai en lui avant de vous étirer le fil d'or le long de son bras, en le connectant à son autre main tendue. Lier les noeuds finaux, il murmure les mots de puissance, chaque brin d'or scintillement dans solidité, les lignes de puissance continue qui coule de la piscine à extrémité externe. connecter à son autre main tendue. Lier les noeuds finaux, il murmure les mots de puissance, chaque brin d'or scintillement dans solidité, les lignes de puissance continue qui coule de la piscine à extrémité externe. connecter à son autre main tendue. Lier les noeuds finaux, il murmure les mots de puissance, chaque brin d'or scintillement dans solidité, les lignes de puissance continue qui coule de la piscine à extrémité externe.

'Samas Te'le pol-jada'

Achevée. Entier.

Ses yeux pop ouverts comme le sentiment de scintillement de l'unité cuvette son esprit, un large sourire répandre comme le sentiment de puissance complète et longtemps contenue cachés dans des cours une fois par son corps. Son cou, il grutage se concentre sur les petits nuages ​​qui passent tranquillement à travers le ciel au-dessus et derrière le petit bateau glisse sur l'eau. Prenant une profonde inspiration, il tire le pouvoir de l'intérieur de lui, d'abord timidement puis avec plus de témérité que les souvenirs et le sentiment de contrôle en lui reprend ses droits. pouvoir mettre en commun dans les paumes de ses mains, il fait une pause, et exhale avec un puissant soulèvement jette un vrilles de lumière dorée; une série d'arcs d'or brillamment à travers l'eau, la distance qui affecte à peine le chemin du pouvoir visible que pour Simion comme il frappe les nuages ​​et dans un jet fixe d'étincelles colorées à la masse molle de blanc.Avec son autre poing dirigé vers la petite barque, il jette un autre brin vers l'extérieur, la fine flèche dorée volant dans l'air et avec un spectacle éblouissant de la lumière à des planches de bois fixe du petit navire. Un doux bourdonnement vibre à l'intérieur de lui, se transformant en un bourdonnement constant de mots respiré doucement comme il rapproche ses mains et lie les deux brins étendus.

« Veli vedio Wasa. Te ma-ra karta plano »

Chuchotant doucement sur le fil incandescent serrai dans ses mains il souffle légèrement dessus puis libère, les brins reliés fredonnant avec le tir de puissance dans le ciel conjoint bleu clair, claquant violemment dans l'air avant de disparaître de sa vue. Un tremblement faible de la puissance passée ressenti par la eather la seule preuve d'une activité magique.

Sourire contently, il force les bas-fonds de la puissance dépensée courre encore dans ses veines à se retirer, en regardant patiemment le navire jusqu'à ce que le bourdonnement de tatillonne de puissance dans ses oreilles devient rien d'autre qu'une douleur sourde dans sa tête. La lutte sans fin de contenir la puissance libérée au cours, il clignote pendant que la piscine met enfin tranquille au plus profond de lui. La malédiction est réglée.

Un sourire béat se répand sur son visage comme il se retourne et se dirige vers le bord de la colline, les yeux brillaient malicieusement comme une rafale soudaine de sable de fouets du vent violemment dans l'air, des grains fins de sable picotement ses jambes et les bras exposés. Un fou rire éclate inopinément de sa bouche comme il quitte le bord de la colline pour commencer sa descente. En descendant la colline beaucoup plus calme il yeux le soleil déjà en mouvement passé son sommet et commence à se dépêcher que l'envie d'être sur la route goudronnée blanche le pousse. Un tremblement léger de puissance résonne dans l'air et une soudaine envie de passer à travers les champs d'herbe et de la route l'accable et il court presque vers la route à venir en vue quelques yards en avant. Deux calèches disparaître autour d'un coude caché par des amas de petits arbres. Saluant un wagon qui approche, il se précipite vers l'avant comme le wagon embardées à l'arrêt, levant sa main en guise de salutation silencieuse comme un ours grisonnant d'un homme se penche passé la tête des bœufs, une autre main crispée sur un chapeau brun à larges bords à sa tête comme une rafale soudaine de tourbillons de vent de l'est. amincissement des yeux, Simion contemple le changement soudain de la force de la brise de mer légère qui avait été constant toute la matinée. Une voix rauque lui sursaute de sa rêverie et il se rend compte de l'ours lui avait parlé.

» ... ey? What'cha besoin, sonny? Wan » un tour? Je peux apprécier la comp'ny. Long chemin à parcourir jusqu'à ce que nous HITS la route commerciale à travers les montagnes là-bas, dem.

Simion plonge son menton légèrement et donne l'ours un de ses sourires les plus agréables.

« Merci monsieur, oui. Je vous serais reconnaissant de l'aide. J'espère que vous me permettre d'aider comme je peux, car je n'ai pas une grande somme de monnaie.

Pointant un pouce au chariot lit un sourire fend le visage large du marchand près en deux; épais sourcils arqués tout en regardant avec scepticisme le ciel passé la tête de Simion. « Eh bien, obtenir sur place » avant. On dirait que nous dans une « tempête tout-puissant. Et bientôt ... les regards o 'que!

Jetant par dessus son épaule à l'endroit où pointait le doigt Simion du commerçant à la tête autour du wagon et se hisse sur le wagon. Le ciel une fois sereine commençait à se remplir avec les banques bouillonnante de nuages ​​gris, tournant sombre et sinistre comme ils se déplacent à travers le ciel de midi bloquant le soleil de la vue. Faire un pas au-dessus bord du wagon Simion plonks dans le siège à côté du conducteur, épargnant un rapide coup d'œil au marchand au débrayage du chapeau comme un autre coup de vent tourbillonne autour d'eux. Une pincée d'anxiété volette dans son estomac, mais il marmonne un parlé doucement grâce et se réinstalle dans le siège en bois comme les bœufs tire contre l'attelage; le petit wagon de meulage arrière en mouvement et se déplaçant sur la route. De sombres nuages ​​coulent ensemble pour jeter un voile sinistre à travers les champs d'herbe ci-dessous les têtes de wagon marchand dans le virage de la route.

Un

De sombres nuages ​​ondoyants saborder rapidement à l'horizon, l'approche d'un tronçon solitaire de plage dorée naturellement incurvée pour créer une baie isolée entourée par des crêtes sombres des rochers escarpés et les falaises abruptes. La tempête rassemble plus de force de l'air humide emprisonné sur l'océan chaud, des vents forts de plus en plus féroce à chaque seconde. Carillons de rouleau de tonnerre dans l'obscurité, flèches et grognements de l'intérieur des nuages ​​sombres éclairés de façon sporadique par de brillants éclairs arquées à leurs extrémités dans l'eau bouillonnante ci-dessous. Un seul bateau, martelée sans relâche par la vague après vague de pluie sans but dans les dérive des courants barattage de la mer sombre, les voiles blanches suspendues en lambeaux, l'affaissement mollement du dernier mât restant. Vrilles de tissu et le rabat de corde effilochée sauvagement dans les rafales coups de fouet autour du navire, les dégâts causé par intermittence illuminé par les éclairs de lumière. Quelques morceaux de feuilles entières de voiles pendent complètement inutile dans le vent de renforcement comme des rafales rip et tourbillon, soulevant les bords blancs écumeuses des vagues déchaînées

Vous avez atteint la fin de cet aperçu. pour en savoir plus !
Page 1 sur 1

Avis

Ce que les gens pensent de Chasseur D'Ombres

0
0 évaluations / 0 Avis
Qu'avez-vous pensé ?
Évaluation : 0 sur 5 étoiles

Avis des lecteurs