Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

Les plus beau contes et fables de Léon Tolstoï
Les plus beau contes et fables de Léon Tolstoï
Les plus beau contes et fables de Léon Tolstoï
Livre électronique169 pages3 heures

Les plus beau contes et fables de Léon Tolstoï

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

Ce livre contient, en même temps que la description d'événements qui se sont passés réellement, des fables, des légendes, des contes choisis parmi tous ceux que l'on a écrits pour moraliser les hommes.
Le contenu: Le moujik et le cheval, Le loup et l'écureuil, La puce et la mouche, Le tzar et la chemise, L'habit neuf du tzar, Le lion et le renard, L'Indien et l'Anglais, Les pêches, Pourquoi un moujik aima son frère aîné, Le plus bel héritage, Les trois voleurs, Les punaises, Les deux marchands, Le requin, Le vizir Abdoul, Un noyau, La petite fille et les champignons, Les chacals et l'éléphant, Les lièvres et les grenouilles, La souris dans la grange, Le loup et la poussière, Le chien enragé, Le lion et le chien, Le renard et le bouc, Le jeune cerf et son père, Le moujik et le cheval, Le lion, l'ours et le renard, La grenouille et le lion, L'éléphant, Le singe et le pois, Le cerf, Le chien et le loup et beaucoup plus.
LangueFrançais
Éditeure-artnow
Date de sortie25 avr. 2019
ISBN9788027302314
Les plus beau contes et fables de Léon Tolstoï
Lire l'aperçu
Auteur

León Tolstoi

<p><b>Lev Nikoláievich Tolstoi</b> nació en 1828, en Yásnaia Poliana, en la región de Tula, de una familia aristócrata. En 1844 empezó Derecho y Lenguas Orientales en la universidad de Kazán, pero dejó los estudios y llevó una vida algo disipada en Moscú y San Petersburgo.</p><p> En 1851 se enroló con su hermano mayor en un regimiento de artillería en el Cáucaso. En 1852 publicó <i>Infancia</i>, el primero de los textos autobiográficos que, seguido de <i>Adolescencia</i> (1854) y <i>Juventud</i> (1857), le hicieron famoso, así como sus recuerdos de la guerra de Crimea, de corte realista y antibelicista, <i>Relatos de Sevastópol</i> (1855-1856). La fama, sin embargo, le disgustó y, después de un viaje por Europa en 1857, decidió instalarse en Yásnaia Poliana, donde fundó una escuela para hijos de campesinos. El éxito de su monumental novela <i>Guerra y paz</i> (1865-1869) y de <i>Anna Karénina</i> (1873-1878; ALBA CLÁSICA MAIOR, núm. XLVII, y ALBA MINUS, núm. 31), dos hitos de la literatura universal, no alivió una profunda crisis espiritual, de la que dio cuenta en <i>Mi confesión</i> (1878-1882), donde prácticamente abjuró del arte literario y propugnó un modo de vida basado en el Evangelio, la castidad, el trabajo manual y la renuncia a la violencia. A partir de entonces el grueso de su obra lo compondrían fábulas y cuentos de orientación popular, tratados morales y ensayos como <i>Qué es el arte</i> (1898) y algunas obras de teatro como <i>El poder de las tinieblas</i> (1886) y <i>El cadáver viviente</i> (1900); su única novela de esa época fue <i>Resurrección</i> (1899), escrita para recaudar fondos para la secta pacifista de los dujobori (guerreros del alma).</p><p> Una extensa colección de sus <i>Relatos</i> ha sido publicada en esta misma colección (ALBA CLÁSICA MAIOR, núm. XXXIII). En 1901 fue excomulgado por la Iglesia Ortodoxa. Murió en 1910, rumbo a un monasterio, en la estación de tren de Astápovo.</p>

Lié à Les plus beau contes et fables de Léon Tolstoï

Livres électroniques liés

Catégories liées

Avis sur Les plus beau contes et fables de Léon Tolstoï

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    Les plus beau contes et fables de Léon Tolstoï - León Tolstoi

    Léon Tolstoï

    Les plus beau contes et fables de Léon Tolstoï

    e-artnow, 2019

    Contact: info@e-artnow.org

    ISBN  978-80-273-0231-4

    Table des matières

    POUR ÊTRE LU AVANT LE LIVRE

    COMMENT EMMELKA POUGATCHEV ME DONNA UNE PIÈCE D’ARGENT

    LE JUGE HABILE

    COMMENT LE MOUJIK PARTAGEA L’OIE

    TROIS AMIS

    LE MOUJIK ET LE CHEVAL

    LES RICHESSES QUE DIEU DONNE À L’HOMME

    LE TZAR ET LA CHEMISE

    DEUX MOUJIKS

    LA PUCE ET LA MOUCHE

    LE LOUP ET L’ÉCUREUIL

    IL VAUT MIEUX MONTRER L’EXEMPLE QUE COMMANDER

    L’HABIT NEUF DU TZAR

    LE LION ET LE RENARD

    L’INDIEN ET L’ANGLAIS

    LES PÊCHES

    POURQUOI UN MOUJIK AIMA SON FRÈRE AÎNÉ

    LE PLUS BEL HÉRITAGE

    LES TROIS VOLEURS

    COMMENT UN VOLEUR SE TRAHIT

    LES DEUX CAMARADES

    LES PUNAISES

    LES DEUX MARCHANDS

    LE REQUIN

    LE VIZIR ABDOUL

    UN NOYAU

    LA PETITE FILLE ET LES CHAMPIGNONS

    LE MOUVEMENT PERPÉTUEL

    COMMENT UN MOUJIK FIT DISPARAÎTRE UN BLOC DE PIERRE

    LE GILET

    LA RÉUSSITE

    LE PARTAGE DE L’HÉRITAGE

    UN FILS SAVANT

    LA BABA ET LA POULE

    LA PIERRE

    LA VITESSE ET LA FORCE

    CAMBYSE ET PSAMMÉNITE

    UN PÈRE ET SES FILS

    HISTOIRE D’UN MOINEAU

    LE SAUT

    UNE PUNITION SÉVÈRE

    LE MOUJIK ET L’ESPRIT DES EAUX

    E FRÈRE DU TZAR

    L’AVEUGLE ET LE LAIT

    LA SOURIS PETITE FILLE

    LIPOUNIOUCHKA

    LE RENARD ET LE BOUC

    SOUDOMA

    LA PRINCESSE AUX CHEVEUX D’OR

    LES DEUX FRÈRES

    LA COULEUVRE

    LA VACHE ET LE BOUC

    LE HÉRON, LES POISSONS ET L’ÉCREVISSE

    LE CORBEAU ET LE RENARD

    LE VEAU SUR LA GLACE

    LES CHACALS ET L’ÉLÉPHANT

    LES LIÈVRES ET LES GRENOUILLES

    LA SOURIS DANS LA GRANGE

    LE LOUP ET LA POUSSIÈRE

    LE CHIEN ENRAGÉ

    LE LION ET LE CHIEN

    LE JEUNE CERF ET SON PÈRE

    LE MOUJIK ET LE CHEVAL

    LE LION, L’OURS ET LE RENARD

    LA GRENOUILLE ET LE LION

    L’ÉLÉPHANT

    LE SINGE ET LE POIS

    LE CERF

    LE CHIEN ET LE LOUP

    LE LOUP ET L’ARC

    LE LOUP ET LE MOUJIK

    COMMENT LE LOUP DRESSE SES PETITS

    LE FAUCON ET LE COQ

    LE MOINEAU ET LES HIRONDELLES

    LA PIE ET LES PIGEONS

    LE TZAR ET LE FAUCON

    LE CHOUCAS

    LE CANARD ET LA LUNE

    LE LIÈVRE ET LES HIBOUX

    LE CORBEAU ET SES PETITS

    LA POULE ET SES POUSSINS

    L’IMPÉRATRICE CHINOISE SILLINTCHY

    COMMENT LES BOUKHARIENS APPRIRENT À ÉLEVER LE VER À SOIE

    LES ESQUIMAUX

    LA ROSÉE

    L’ASSEMBLÉE L’A DÉCIDÉ

    LES DEUX JUIFS

    UN RICHE PAUVRE

    LE RÔLE LE PLUS DIFFICILE

    LES DEUX GELS

    LE PLUS RICHE DES HOMMES

    LA PREMIÈRE LOI

    BELLE LA GAGNE, BELLE LA DÉPENSE

    LE JUGEMENT DU RENARD

    LE MOUJIK ET LE FLEUVE

    LA SOURCE

    LE SOLEIL ET LE VENT

    LE PLUS INTELLIGENT DOIT CÉDER

    SOUKMAN

    POUR ÊTRE LU AVANT LE LIVRE

    Table des matières

    Ce livre contient, en même temps que la description d’événements qui se sont passés réellement, des fables, des légendes, des contes choisis parmi tous ceux que l’on a écrits pour moraliser les hommes.

    Nous avons pris ceux que nous croyons conformés à la doctrine du Christ, et que, par cette raison, nous considérons comme bons et véridiques.

    Beaucoup de personnes, et surtout les enfants, en lisant une histoire, un conte, une légende, une fable, se demandent, tout d’abord, si la chose est vraisemblable ; et souvent, s’ils voient que ce qu’on leur raconte n’a pu arriver, ils se disent alors : C’est une simple invention, ce n’est pas vrai !

    Les gens qui jugent ainsi ont tort.

    La vérité sera dévoilée, non pas à celui qui se contente de savoir si telle chose est arrivée ou peut arriver, mais à celui qui comprend ce que doit être la vie, selon la vérité de Dieu.

    La vérité sera dévoilée non pas par celui-là qui dira comment telle chose s’est passée, ce qu’a fait celui-ci ou celui-là, mais par celui qui montrera comment les hommes agissent bien, c’est-à-dire, selon la volonté de Dieu, ou mal, c’est-à-dire, contre la volonté de Dieu.

    La vérité, c’est la voie ! Le Christ a dit :

    — Je suis la voie, la vérité et la vie !

    Donc, ce n’est pas l’homme qui regarde à ses pieds qui découvrira la vérité, mais celui qui suit sa route, en prenant pour guide le soleil.

    Toutes les œuvres écrites sont bonnes et utiles, non quand elles décrivent ce qui est, mais quand elles enseignent ce qui doit être ; non quand elles racontent comment vivent les hommes, mais quand elles distinguent le bien du mal, quand elles montrent la seule route droite, conforme à la volonté de Dieu, qui conduit à la vie.

    Et pour montrer cette route, il ne suffit pas de décrire ce qui existe dans le monde, car le monde s’agite dans le mal et dans la tentation. Si tu décris le monde tel qu’il existe, tout ce que tu diras ne sera que mensonge, et la vérité ne sera point dans tes paroles. Pour que la vérité éclate dans tes écrits, il te faut dépeindre non pas ce qui est, mais ce qui doit être ; non pas la réalité telle qu’elle est, mais la vérité du royaume de Dieu, vers laquelle nous devons tendre, bien qu’elle nous dépasse encore bien souvent.

    Voilà pourquoi il y a des montagnes de livres où l’on vous entretient de ce qui est arrivé ou de ce qui peut arriver ; mais ces livres ne sont que mensonges, si ceux qui les écrivent ignorent eux-mêmes ce qui est bon, ce qui est mauvais, et ne savent pas montrer l’unique voie qui conduit au royaume de Dieu. Il arrive au contraire qu’on trouve des contes, des fables, des allégories, des légendes où sont décrites des choses merveilleuses qui ne se sont jamais passées et qui ne se passeront jamais, et qui cependant sont vraies, parce qu’elles montrent en quoi consiste la volonté de Dieu et où réside la vérité du royaume de Dieu.

    Sans doute il doit exister des livres et beaucoup de romans, d’histoires où l’on décrit comment l’homme vit pour ses passions, souffre, fais souffrir, court des dangers, connaît le besoin, ruse, lutte, parvient à sortir de la misère, finit par se réunir à l’objet de son amour et devient riche, puissant, heureux.

    De tels livres, quand bien même ils ne renfermeraient rien qui ne se fût réellement passé, — ce qui n’aurait rien d’invraisemblable, — seraient cependant mensongers et faux, car l’homme qui vit pour lui, pour ses passions, possédât-il la plus belle femme du monde, fût-il aussi riche, aussi puissant qu’on puisse l’être, ne peut pas se dire heureux.

    D’autre part, il peut exister une légende ou l’on raconte que le Christ et les apôtres parcourant le monde entrèrent un jour chez un riche qui ne voulut point les recevoir, puis chez une pauvre veuve qui les accueillit ; et il ordonna alors à un tonneau d’or de rouler vers le riche et envoya chez la pauvre veuve un loup qui mangea son dernier veau ; cependant la veuve se trouva heureuse malgré tout, tandis que le riche ne le fût point.

    Une pareille histoire est tout à fait invraisemblable, car rien de tout cela ne s’est jamais passé, n’a pas pu se passer ; néanmoins, elle est la vérité, car on y montre ce qui doit être toujours notre règle de conduite, ce qui est bien, ce qui est mal, et où doit tendre l’homme pour accomplir la volonté de Dieu.

    Qu’importe donc le caractère merveilleux d’un récit ! Laissons le fauve emprunter la langage de l’homme, et les êtres humains obéir à des forces invisibles ; quoique invraisemblables, ces légendes, ces allégories et ces contes seront cependant toujours la vérité, s’ils recèlent la vérité du royaume de Dieu.

    Mais si cette vérité ne s’y trouve pas, bien que tout ce qu’ils renferment soit déclaré vrai, ils ne seront toujours que mensonges, parce que la vérité de Dieu n’y est pas.

    Le Christ lui-même s’exprimait en paraboles qui sont restées pour toujours la vérité ; il ajoutait seulement :

    — Donc, observez comme vous m’entendez !

    COMMENT EMMELKA POUGATCHEV

    ME DONNA UNE PIÈCE D’ARGENT

    HISTOIRE VRAIE

    Table des matières

    J’avais alors huit ans, et nous habitions notre propriété située dans le gouvernement de Kazan.

    Je me rappelle que mon père et ma mère étaient très-inquiets et parlaient souvent de Pougatchev, mais ce n’est que plus tard que j’appris ce qu’était ce brigand de Pougatchev. Il se faisait passer pour le tzar Pierre III ; il avait réuni une grande quantité de bandits sous ses ordres, et ceux-ci pendaient les nobles, tandis qu’ils libéraient les serfs. On disait qu’il était déjà avec sa bande tout près de

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1