Profitez de millions de livres numériques, de livres audio, de magazines et plus encore avec un essai gratuit

Seulement $11.99/mois après l'essai. Annulez à tout moment.

1-2 Pierre
1-2 Pierre
1-2 Pierre
Livre électronique251 pages7 heures

1-2 Pierre

Évaluation : 0 sur 5 étoiles

()

Lire l'aperçu

À propos de ce livre électronique

Dans cette étude des épîtres de Pierre, Dr Caram explique comment celui qui était indépendant, impoli et impulsif fut transformé au point de devenir le rocher sur lequel Christ a construit son église. En lisant ce livre, vous trouverez les clés essentielles pour gagner en stabilité et en force dans votre marche avec Dieu afin que votre vie devienne un fondement sur lequel les autres peuvent bâtir.
LangueFrançais
Date de sortie17 sept. 2019
ISBN9781596653122
1-2 Pierre
Lire l'aperçu

En savoir plus sur Dr. Paul G. Caram

Lié à 1-2 Pierre

Livres électroniques liés

Articles associés

Catégories liées

Avis sur 1-2 Pierre

Évaluation : 0 sur 5 étoiles
0 évaluation

0 notation0 avis

Qu'avez-vous pensé ?

Appuyer pour évaluer

L'avis doit comporter au moins 10 mots

    Aperçu du livre

    1-2 Pierre - Dr. Paul G. Caram

    Établi, fortifié et affermi

    La vie et les épîtres de Pierre

    Dr Paul G. Caram

    Cet ouvrage est la traduction française du livre :

    "Established, Strengthened, and Settled - The Life and Epistles of Peter »

    Traduit de l’anglais par Marlyse RAUSZUS

    Copyright © de l’édition française en mars 2009

    Deuxième édition en février 2013

    Tous droits réservés.

    Imprimé en Afrique Occidentale

    © 2000 Paul G. CARAM

    Tous droits réservés.

    1-59665-311-6

    Édition française

    Lydie BENQUET

    T.A. TOPPER II

    Mary D. TOPPER

    Sauf indications contraires, toutes les références bibliques citées dans cette étude

    sont tirées de la nouvelle version Segond révisée, dite « à la Colombe ».

    Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme ou par quelque moyen électronique ou physi que sans l'autorisation écrite de l'éditeur, sauf dans le cas de brèves citations dans des articles ou des revues.

    Édité par :

    MINISTÈRES INTERNATIONAUX DE SION

    Epub Version 1.0

    Publié en tant que livre électronique le 12/01/18

    au Burkina Faso

    ISBN 1-59665-312-4

    Pour plus d’information, veuillez contacter :

    MINISTÈRES INTERNATIONAUX DE SION

    06 B.P. 9287 · Ouagadougou 06

    E-mail : sionafrique@gmail.com

    Site Web : missionsion.com

    DÉDICACE

    C’est avec une profonde reconnaissance et une estime toute chargée de mon amitié que je dédie cette série sur La maturité chrétienne à

    Brian J. Bailey

    Président de Zion Fellowship International

    mon père spirituel et remarquable professeur qui, dès ma jeunesse, m’a initié aux saints mystères du royaume céleste et dont la vie et le ministère exemplaires ont fait naître en moi l’amour pour Christ et Sa vérité. Il a toujours été pour moi et pour tous ceux qui le connaissent l’exemple idéal du chrétien, irréprochable et rempli d’amour. Mais c’est avant tout un homme qui a reçu l’approbation de Dieu, un homme à qui le Seigneur découvre Son visage !

    « Mais le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés à sa gloire éternelle dans le Christ Jésus, lorsque vous aurez souffert un peu de temps, vous rendra lui–même accomplis, vous affermira, vous fortifiera, et vous établira sur un fondement inébranlable. » 1 Pierre 5 :10 (Darby)

    Établi, fortifié et affermi

    Introduction

    Les 2 épîtres de Pierre furent l’œuvre de sa maturité, écrites juste avant son martyre en 66 après Jésus-Christ. Elles sont imprégnées des expériences de l’apôtre et reflètent la nature d’un Pierre passée au « polissoir » et amenée à la perfection. Ces deux lettres inspirées constituèrent ses dernières exhortations adressées à la jeune Église, mais aussi aux générations futures.

    La jeunesse de Pierre s’était caractérisée par son esprit d’aventure, la confiance en soi, son agressivité, son audace, son impétuosité, son entêtement, son impulsivité, son franc-parler, son inconstance, sa facilité à s’emporter, sa présomption et sa manie d’ergoter. Pourtant, en dépit de tous ses défauts, Pierre avait une immense faim de Dieu, il était avide d’entendre « les paroles de la vie éternelle ». Le Seigneur vit le désir de son cœur et, du pêcheur rustre qu’il était, fit de lui l’un des plus grands saints de tous les temps. Mais cette transformation ne se produisit pas en une nuit !

    Il serait impossible de vraiment apprécier les deux épîtres de Pierre sans une compréhension préalable de ses premières années de disciple immature de Christ. Cette étude nous permet de comparer le jeune Pierre peu raffiné à l’apôtre Pierre parvenu à pleine maturité, dont le cours de sa vie devint plus tard « établi, fortifié et affermit » et à celui qui devint l’une des pierres fondatrices de l’Église.

    Nous verrons également en Pierre certains défauts de caractère que nous retrouvons en nous : défauts qui doivent subir un coup mortel si nous désirons être participants de la gloire à venir. Ce thème de la « gloire » revient pas moins de 16 fois dans ses épîtres, une gloire que précédent de grandes souffrances.

    Cette étude passionnante ne nous permet donc pas seulement d’assimiler les deux lettres de Pierre. En vérité, nous y trouvons brossé le tableau de toute la vie de Pierre, homme qui trouve sa place parmi les personnages les plus hauts en couleur de tout le Nouveau Testament.

    MILIEU SOCIOCULTUREL DE PIERRE

    La Galilée

    Au temps de Christ, la Palestine était divisée en trois régions principales. La Galilée était située au nord, la Samarie au centre et la Judée au sud. Jérusalem et le temple se trouvaient en Judée. Pour voyager de Galilée en Judée, il fallait traverser par la Samarie, où les voyageurs n’étaient pas toujours bien accueillis. Il existait une grande animosité entre les Samaritains et les Judéens à cause de leurs différences religieuses (cf. Luc 9 :51-56 ; Jean 4 :9).

    Les caractéristiques galiléennes

    Quand notre Seigneur eut prié toute la nuit afin de savoir quels disciples deviendraient ses douze apôtres, le Père céleste les Lui fit choisir tous Galiléens. Dieu laissa de côté ceux qui étaient nés et avaient grandi en Judée, probablement parce qu’ils étaient très ancrés dans la tradition. Un nouveau message devait naître et être proclamé et le Seigneur ordonnerait seulement des hommes malléables ouverts au changement. Il Lui fallait de nouvelles outres, des vases « élastiques ». L’historien Josèphe et le Talmud (ou les écrits juifs) décrivirent ainsi les caractéristiques régionales des Galiléens :

    Josèphe : « Les Galiléens ont toujours été amateurs d’innovations, par nature disposés au changement, prêts à suivre un leader et à fomenter une insurrection, d’un tempérament chaud et prompts aux querelles. »

    Le Talmud : « Les Galiléens tenaient plus à leur honneur qu’à leur argent. Ils étaient d’un tempérament chaud, impulsifs, émotifs, facilement enclins à l’aventure et loyaux jusqu’à la fin. »

    Tous les apôtres étaient Galiléens, soit par naissance soit par lieu de résidence (cf. Actes 1 :11, 2 :7). Ces caractéristiques régionales se remarquent très nettement en chacun d’eux, spécialement en Pierre. Ils étaient excitables, aventureux, impulsifs, prêts à défendre une cause inhabituelle et nouvelle et ouverts à un changement d’ordre.

    Le tempérament et la disposition proviennent de deux sources : 1.) l’ascendance : des traits de caractère nous sont transmis par notre lignée : 2.) la région : où nous avons grandi. L’esprit de la localité où nous avons été élevés modèle notre personnalité. Les caractéristiques galiléennes ressortent fortement chez Pierre ce qui entacha son témoignage. Ces éléments étrangers contaminaient sa foi. Par conséquent, Pierre dut traverser beaucoup d’épreuves spécifiques avant d’être débarrassé de sa mentalité galiléenne, elle aussi clairement présente chez Jacques et Jean ainsi que chez tous les autres apôtres. D’un autre côté, ils avaient une grande ouverture d’esprit, qualité nécessaire pour une future action divine.

    Leur ville natale

    Pierre était de Bethsaïda, petite ville de Galilée (Jean 1 :44) ainsi que son frère André et Philippe. Bethsaïda se situait sur le rivage nord de la Mer de Galilée (Marc 6 :45), à quelques kilomètres de Capernaüm, où Jésus avait établi Son « quartier général » pendant Son ministère en Galilée. Pierre vécut à Capernaüm (Marc 1 :21, 29-31) pendant le ministère de Christ. Nazareth, aussi en Galilée, se trouvait à environ 32 kilomètres au sud-ouest de Capernaüm.

    Pierre grandit dans un foyer pieux ; la preuve en est qu’il n’avait « jamais rien mangé de commun ou d’impur » depuis sa jeunesse (cf. Actes 10 :14). Il était d’une grande méticulosité cérémonielle et possédait de profondes convictions spirituelles. Aussi attendait-il avec impatience la venue du Messie (Jean 1 :40-41).

    LA VIE DE PIERRE DANS LES QUATRE ÉVANGILES

    Dix-huit domaines de la vie de Pierre qui avaient besoin de conversion avant qu’il pût fortifier ses frères (Luc 22 :32)

    1. Pierre était un homme qui disait « jamais ». (Matthieu 16 :22, 26 :33 ; Jean 13 :8 ; Actes 10 :13-14.)

    2. Il se demandait combien de fois il devait pardonner avant d’avoir de la rancune. (Matthieu 18 :21,22.)

    3. Il posait des questions : « Qu’en sera-t-il pour moi ? Que vais-je en retirer ? » (Matthieu 19 :27 ; Actes 1 :6.)

    4. Il avait toujours quelque chose à dire même quand il n’y avait rien à dire (Marc 9 :2-5.)

    5. Il parlait sans onction quand il considérait les circonstances. (Matthieu 14 :27-31.)

    6. Il reprochait et corrigeait son Maître, le Seigneur Lui-même. (Matthieu 26 :33.)

    7. Il s’attirait des épreuves inutiles par des déclarations irréfléchies, audacieuses et précipitées. (Matthieu 26 :33.)

    8. Il entra en contestation avec Christ à propos d’une chose qu’Il avait sur le cœur. (Marc 14 :29-31.)

    9. « Je suis prêt », assura t-il, quand Christ lui dit : « Tu n’es pas prêt. » (Luc 22 :33.)

    10. Pierre se précipita dans de mauvaises causes : « Je suis prêt à aller en prison et de mourir avec toi. » (Luc 22 :33.)

    11. Sa foi était un mélange de ses propres idées arrogantes et de présomption et elle avait besoin d’être purifiée. (Luc 22 :32.)

    12. Après son échec il lutta contre le mépris de soi et eut besoin d’une restauration publique. (Jean 21 :15-17.)

    13. Il s’endormit dans le jardin quand Jésus eut le plus besoin de lui. (Matthieu 26 :40-41.)

    14. Il donna une mauvaise image de Christ et L’humilia quand, hors de lui, il coupa l’oreille d’un homme. (Jean 18 :10-11.)

    15. Pierre se croyait plus spirituel et consacré que ses frères. (Matthieu 26 :33 ; Jean 21 :15.)

    16. Il se précipita sans réfléchir : possédant une nature impulsive. (Jean 20 :3-6.)

    17. Il était indépendant et indompté. Jeune homme, il allait là où il voulait. (Jean 21 :18.)

    18. Pierre se rendit coupable de comparaisons (« Qui est le plus grand ? » « Que va faire cet homme ? ») (Jean 21 :21-22.)

    Le besoin de conversion de Pierre

    1. L’homme qui disait « jamais »

    Pierre était ferme quant à ce qu’il croyait. Dix ans après la résurrection, quand il reçut un ordre dans une vision : « Lève-toi, Pierre, tue et mange », il répondit : « Non Seigneur, car je n’ai jamais rien mangé qui soit souillé ou impur » (Actes 10 :13-14). Dans la vision, Dieu lui montra qu’Il avait accepté les païens généralement considérés comme « souillés et impurs » par les Juifs. Il existait encore des traces de préjugés et de tradition en Pierre et chez les autres apôtres (cf. Actes 10 :28, 11 :2-3). La réponse de Pierre « jamais » correspond à son éducation mais empêchait beaucoup de païens d’entrer à l’Église. Pierre qui lâchait souvent l’adverbe « jamais » finit par dire « à tout jamais », « pour toujours ». Après sa conversion dans ce domaine particulier de sa vie, il fut en mesure d’édifier de nombreux frères païens.

    Rien ne changera jamais dans notre vie si nous ne laissons pas Dieu transformer notre mentalité (Romains 12 :2). C’est vraiment une pensée qui fait réfléchir ! À plusieurs reprises, Pierre avait insisté qu’il ne tolèrerait jamais (en aucune circonstance) certaines choses. Dans Jean 13 :8, il protesta « Non, jamais tu ne me laveras les pieds. » Christ répondit : « Si je ne te lave, tu n’as point de part avec moi. » Et voici, la réaction de Pierre : « Alors, donne-moi un bon bain. Lave moi entièrement, les mains et la tête ». Il tomba dans l’autre extrême : soit ne pas être lavé du tout, soit être entièrement lavé. Avec Pierre, c’était « tout ou rien ». Souvent, il ne prenait le temps ni de méditer ni de réfléchir avant d’agir et de parler.

    Dans Matthieu 26 :33 Pierre s’écria : « Quand tu serais pour tous une occasion de chute, tu ne le seras jamais pour moi. » Pierre était sincère quand il fit cette déclaration. Il était de tout cœur pour le Seigneur, mais suivait Christ par sa propre force. La propre force est un gros obstacle pour beaucoup de jeunes chrétiens et cela conduit à de grandes déceptions. Pierre était si vite en haut qu’il n’écouta pas l’avertissement que son Maître-enseignant venait de lui donner : afin que l’Écriture soit accomplît (Zacharie 13 :7), la pression serait si grande que tous ses apôtres allaient L’abandonner. Pierre contesta d’une manière véhémente avec Lui, s’exposant à un terrible échec.

    Dans Matthieu 16 :21-22, après que Christ eut révélé à ses disciples qu’Il devrait beaucoup souffrir et serait mis à mort, Pierre Le prit à part et se mit à Lui faire des reproches, disant : « Dieu t’en garde Seigneur : cela ne t’arrivera pas ! Jamais ! Ceci n’arrivera jamais. » Pourquoi Pierre insistait tellement que ça n’arriverait jamais ? Parce que cela bouleversait ses espérances de grandeur. Ses calculs se résumaient à ceci : « Si mon héros meurt, alors tous mes rêves de pouvoir, de prestige et de règne vont mourir. » Le jeune Pierre ne comprenait toujours pas qu’une couronne est toujours précédée d’une croix. Ces questions qui déconcertaient Pierre, croyant immature, revêtirent plus tard une très grande importance, comme nous le verrons dans ses deux épîtres. Sans cesse, Pierre mentionne les souffrances de Christ, mais aussi la gloire qui suit (voir 1 Pierre 1 :11, 1 :21, 4 :13-14, 5 :1, 5 :10).

    Matthieu 16 :23 - « Mais Jésus se retournant dit à Pierre, arrière de moi, Satan, tu m’es un scandale, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » Puis Christ poursuivit (aux versets 24-26) en disant à Ses disciples que le chemin de la vie était celui du renoncement à soi. À cause des motifs égoïstes dans le cœur de Pierre (motifs qui savourent les choses humaines), Satan trouva une ouverture en celui qui conseillait vivement à Christ de ne pas aller à la croix.

    2. Combien de fois dois-je pardonner avant d’avoir de la rancune ?

    Matthieu 18 :21-22 - « Alors Pierre s’approcha de lui, et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il pèchera contre moi ? Jusqu’à sept fois ? » Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois. » Soixante-dix fois sept fois est une autre façon de dire : « Ne t’embarrasse pas comptes ». Le pardon c’est pour notre propre bien autant que pour ceux qui offensent. Quand nous sommes incapables de pardonner, le mal et l’amertume infectent notre cœur (Hébreux 12 :15).

    Par l’acte du pardon, nous libérons les autres des offenses commises à notre encontre. Sinon, nous les gardons prisonniers

    Vous aimez cet aperçu ?
    Page 1 sur 1